Ant-Man et la Guêpe (Ant-Man and the Wasp en anglais : on pourrait se demander pourquoi Ant-Man garde son nom en anglais alors que celui de sa partenaire se voit traduit… C’est un peu étrange, surtout au niveau du titre^^) est le nouvel opus de l’Univers Cinématographique Marvel (le fameux MCU en anglais). Attention néanmoins car s’il est sorti après Avengers Infinity Wars (voir notre critique), les événements qui s’y produisent se déroulent avant ceux du dernier Avengers et du claquement de doigts fatidique.

En effet, on retrouve Ant-Man/Scott assigné à résidence suite à sa collaboration avec Captain America dans Civil War. Il ne lui reste plus que trois jours à se tenir tranquille et il sera de nouveau libre de sortir de chez lui. Comme on peut s’en douter, cela ne va pas se passer exactement comme prévu : Hank Pym et sa fille Hope Van Dyme, recherchés par la police, vont lui demander de l’aide pour retrouver la mère d’Hope, Janet, disparue depuis 30 ans dans l’univers Quantique et bien sûr, cela ne peut pas attendre. Les voilà donc embarqués dans une course contre la montre où ils doivent éviter la police, mais également affronter non pas un mais deux méchants… Heureusement, Hope Van Dyme a repris le costume de sa mère et ne va pas hésiter à s’en servir en tant que la Guèpe.

Le scénario, bien que relativement classique, parvient sans mal à retenir notre attention en mêlant habilement action et humour.

Les scènes d’action jouent avec les pouvoirs d’agrandissement/rétrécissement des protagonistes pour nous livrer des séquences visuelles assez décalées, mention spéciale à la course poursuite dans les rues de San Francisco où les véhicules ne cessent de changer de taille et où les distributeurs de Pez Hello Kitty deviennent des armes. D’ailleurs, la nouvelle héroïne incarnée par Lily Evangeline, la Guêpe, montre sa « badasserie » dans ces scènes où elle n’hésite pas à voler la vedette à Ant-Man : Enfin une nouvelle super héroïne Marvel qui en jette. 

L’humour des dialogues fait mouche, avec des blagues récurrentes sympathiques (le sérum de vérité), et certaines scènes sont vraiment savoureuses (Paul Rudd interprétant la mère d’Hope). L’alchimie entre les personnages est palpable et j’apprécie le fait que Ghost, l’un des « méchants » du film soit une femme mais aussi que ses motivations ne soient pas complètement maléfiques. Il est juste un peu dommage qu’elle ne soit pas un peu plus exploitée et que l’on n’effleure que la surface de son personnage. Il en va de même pour le personnage de Janet, incarnée par Michelle Pfeiffer qui paraît aussi sous-exploité.

Ainsi, de manière générale, il manque une certaine profondeur au film : on sent qu’il met en place des éléments importants pour la suite, en particulier l’univers Quantique qui semble être appelé à jouer un rôle dans le prochain Avengers, mais sans les développer. On reste ainsi dans l’esprit du premier Ant-Man avec un ton léger et rafraîchissant mais n’allant pas plus loin.

Conclusion

Ant-Man et la Guêpe se révèle donc être un excellent divertissement, bourré d’humour et d’action avec des personnages drôles et attachants mais manquant un peu d’enjeu, surtout après le très dramatique Infinity War. Très agréable à regarder, il permet de passer un bon moment tout en introduisant quelques pistes importantes pour le futur du MCU mais sans trop s’y attarder. Attention d’ailleurs à ne pas manquer la scène post-credit : elles est cruciale pour faire le lien avec Infinity War.

Ant-Man et la Guêpe sort le mercredi 18 Juillet en France et en Belgique.

Un commentaire sur “[Cinéma] Notre avis sur Ant-Man et la Guêpe : un peu de légèreté après Infinity War

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *