Depuis l’annonce du développement d’un jeu autour de la licence ultra populaire de l’UFC il y a quelques années, Electronic Arts continue à améliorer régulièrement sa simulation de grands coups dans la figure à chaque version sans pour autant inonder le joueur avec des versions annuelles. Deux années se sont écoulées depuis UFC 2 et on était curieux de savoir ce que le géant américain nous réservait pour cette troisième version d’un jeu de combat qui se veut plus réaliste que la moyenne.

Voici notre test d’UFC 3…

En simplifiant à l’extrême, on peut dire que le genre du jeu de combat est divisé en deux camps : les jeux « réalistes » comme UFC d’EA ou WWE de 2K Games  et les « originaux » qui reprennent tous les grands noms du genre de Street Fighter à Tekken en passant par Mortal Kombat. Si les seconds cités se permettent quelques libertés avec la physique, la violence et globalement la résistance du corps humain, les premiers cités compensent leur manque d’originalité par une licence sportive célèbre et un certain réalisme des combats. Il faut dire que dans la vraie vie : arracher la colonne vertébrale de son adversaire vaincu n’est pas forcément très bien vu.

Les jeux UFC se présentent donc comme des titres au caractère plutôt réaliste mettant en scène les combattants de la ligue UFC.

 ufc 3,ufc,test,avis,ea sports

Un gameplay réaliste et technique

UFC 3 reprend les bonnes bases de ses prédécesseurs en affinant certains éléments, particulièrement dans le combat debout. Dans ce jeu, inutile de se jeter sur son adversaire comme une brute épaisse pour le rouer de coups. Au mieux, on s’épuisera vite et au pire, on prendra un contre bien senti dans la mâchoire qui nous enverra direct au tapis.

Pour être un bon combattant dans UFC 3, il faut d’abord bien gérer son endurance. En fonction de nos actions sur le ring, celle-ci diminuera et si on ne se repose pas un peu, on aura vite l’énergie d’un escargot en fin de course. A côté de l’endurance, chaque élément de notre corps bénéficie de sa propre jauge de santé (tête, corps, jambes). Celle-ci diminuera en fonction de l’intensité et de la répétitivité des coups reçus mais comme pour l’endurance, sa valeur maximale pourra se voir réduite en cas de blessures par exemple.

ufc 3,ufc,test,avis,ea sports

Ce système demande une gestion de son effort à tout instant. Si notre adversaire prend un gros coup et commence à vaciller, on aura tendance à jeter ses forces dans la bataille pour chercher le Knockout mais souvent, on finit par s’épuiser en tapant dans le vide. De manière générale, dans UFC 3, il faut réfléchir avant de frapper et ne pas réaliser des combos trop longues. Pour encore rajouter un peu de sel à la sauce, si votre endurance est basse, la probabilité que vous preniez un coup puissant augmente tandis que les coups que vous portez perdent rapidement en puissance.

UFC 3 est donc un jeu où l’on balance des coups par petits enchaînements et où on laisse plutôt l’adversaire venir à soi afin de mieux le contrer.

 ufc 3,ufc,test,avis,ea sports

Mais ça, ce n’est que pour le combat debout car, une fois au sol, il va falloir ingénieusement se placer pour ruer de coups son adversaire ou lui placer une prise de soumission. Je dois avouer que je n’ai pas vraiment vu de différence dans le combat au sol par rapport aux autres versions d’UFC. On utilise toujours le stick droit pour tenter un changement de prise et il va toujours falloir remplir des petites jauges pour finir une soumission. Ceci dit, je pense que j’ai plutôt un profil de boxeur que de lutteur.

Toujours est-il que le gameplay de combat offert par UFC 3 est toujours aussi agréable à pratiquer particulièrement contre un adversaire humain qui maîtrise bien le jeu. L’IA est de bonne facture mais on peut encore trop facilement la tromper si on fait un peu attention au profil du combattant que l’on a en face de nous.

 ufc 3,ufc,test,avis,ea sports

Le jeu de rêve pour tout fan d’UFC

Le contenu offert par UFC 3 est un véritable coffre aux trésors pour tout amateur d’UFC. Non seulement, on retrouve 234 combattants (presque le double du précédent jeu) mais surtout l’ambiance est toujours aussi bien retranscrite. Quand un match démarre avec l’entrée sur le ring des combattants, la présentation par le speaker officiel de l’UFC et globalement toute l’ambiance sonore du jeu, on sent presque les frissons d’un vrai combat. Les excellents commentaires anglais (je n’ai pas testé leur équivalent français) participent également à rendre ce jeu quasiment indispensable si vous aimez l’UFC et le jeu vidéo.

Le mode carrière proposé s’avère complet mais un peu limité dans son déroulement. On commence par quelques combats dans les ligues mineures avant de rejoindre l’UFC et de monter petit à petit dans la hiérarchie. Entre chaque combat, on doit gérer son temps entre préparation physique, apprentissage de nouveaux coups et opérations marketing.

 ufc 3,ufc,test,avis,ea sports
Mon sosie de la vie réelle, Ato, alors qu’il s’apprête
à voler la ceinture à un petit débutant

De temps à autres, le président de l’UFC, Dana White, nous envoie un petit mot d’encouragement tandis que la journaliste sportive Megan Olivi réalise régulièrement une petite séquence sur le statut de notre carrière. L’immersion dans le monde de l’UFC est donc plutôt réussie et on a vraiment l’impression de mener sa carrière de A à Z.

A noter d’ailleurs qu’une jauge de longévité diminue après chaque combat en fonction de l’intensité de celui-ci pour refléter la durée probable de notre carrière. Gagner sur un knockout en 15 secondes ne nous épuisera pas beaucoup tandis que perdre aux points après avoir été mis au sol plusieurs fois réduira fortement la durée de notre carrière.

Un petit rappel que gagner sa vie sur un ring n’est pas une sinécure.

ufc 3,ufc,test,avis,ea sports

Malheureusement, ce mode Carrière se montre assez vite répétitif et manque de rebondissements. On peut un peu orienter le déroulement des événements en répondant à quelques questions de journalistes ou à des provocations de futurs adversaires mais cela reste anecdotique. A chaque étape de notre carrière, on nous attribue un rival mais cela se fait sans réel background. On a plus l’impression de tomber sur quelqu’un qui nous déteste sans raison que de participer à une véritable dispute. Ce mode Carrière mériterait donc un peu plus de soin même s’il réussit quand même à bien nous mettre dans la peau d’un combattant UFC.

L’autre mode de jeu majeur est le traditionnel Utimate Team. Proche dans son concept de son équivalent chez FIFA, on rassemble ici une équipe de 4 combattants (léger, moyen, lourd, bantam) dont une femme. On pourra piocher de nouveaux combattants, de nouveaux coups ou des bonus dans des paquets de cartes que l’on gagnera en fonction de nos résultats ou en les achetant avec la monnaie virtuelle du jeu. Bien entendu, on peut aussi en acheter avec sa carte de crédit mais je n’en ai pas vraiment ressenti le besoin tant l’argent virtuel est facile à accumuler. En quelques heures, j’avais déjà pu me constituer une bonne petite équipe bien boostée.

 ufc 3,ufc,test,avis,ea sports

Enfin, il y a bien entendu un mode multijoueur en ligne plutôt complet ainsi que quelques modes plus fun pour les affrontements de canapé. UFC 3 offre donc une bonne expérience de « simulation » tout en restant accessible aux joueurs moins impliqués.

Enfin, visuellement, la différence avec UFC 2 ne saute pas vraiment aux yeux. Ceci dit, le résultat est toujours aussi saisissant avec d’excellentes animations et très peu de ratés dans leurs liaisons. Un bug de collision est toujours possible mais reste exceptionnel. La transformation physique des combattants pendant les matchs est également impressionnante : Les visages se déforment, les arcades saignent, le corps rougit sous les coups et il n’est pas rare de voir le sang gicler au sol.

 ufc 3,ufc,test,avis,ea sports

Conclusion

UFC 3 est un très bon troisième épisode pour la licence. Le contenu offert s’est encore étoffé d’un cran tandis que l’ambiance des combats est plus folle que jamais. Sur le ring, les combats sont violents à souhait mais très stratégiques. Inutile ici de rouer son adversaire de coups, il faut jouer « intelligent » en préférant laisser venir son adversaire pour mieux le contrer. La combinaison des jauges de santé et endurance apporte à ce jeu un petit côté stratégique plutôt bienvenu.
Les modes de jeu sont nombreux et occuperont le fan d’UFC pendant de nombreuses heures. Une réussite certaine même si on espère un mode carrière un peu plus travaillé pour le prochain épisode.

Ma Note : 8 /10

UFC 3 est disponible sur PS4 et Xbox One.

ufc 3,ufc,test,avis,ea sports  ufc 3,ufc,test,avis,ea sports

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *