La saga Resident Evil reste encore aujourd’hui une des licences les plus représentatives du genre zombie. Bien des joueurs ont usé leurs premiers pads sur les plus anciens épisodes de la série et à ce titre Resident Evil 2 fait un peu office de classique.

Sa structure générale était très convenue pour un jeu de la fin des années 90 avec son action centrée en un seul point (le commissariat de Racoon City) mais aussi bien son ambiance, ses personnages que ses innovations de gameplay en ont fait un jeu mémorable.

Avec ce remake version 2019, Capcom a choisi de véritablement repenser un de ses jeux cultes et même s’il reste beaucoup du jeu original, on peut véritablement parler de remake dans le cas de Resident Evil 2, remake particulièrement réussi pour ne rien gâcher. Voici notre test de Resident Evil 2 dans sa version 2019…

Le plus gros changement par rapport au jeu d’origine, c’est bien entendu l’abandon des décors pré-calculés et des caméras fixes pour transformer Resident Evil 2 en un jeu en vue à la troisième personne. Les puristes crieront au scandale mais ce changement donne un coup de fouet au jeu original. Le stress est beaucoup plus présent et on se surprend à sursauter face à un zombie que l’on n’avait pas vu arriver. Surtout moi qui ait une capacité inégalée à faire une crise cardiaque au moindre jump scare.

Visuellement, le travail effectué est juste énorme. Les décors sont soignés et le commissariat de Raccoon City ressemble à une version fantasmée du jeu d’origine tandis que Leon et Claire sont très joliment modélisés. Un plaisir de passer cette aventure en leur compagnie. Notons encore que le jeu se montre parfaitement fluide avec un framerate de 60 images par seconde soutenu tout au long de l’aventure.

Je regrette juste que le moteur graphique traite les surfaces humides avec un effet un peu trop huileux. Ce n’est pas qu’imaginer Claire dégoulinante d’huile ne soit pour me déplaire mais cela donne l’impression de plonger les héros dans un bain de frites dès qu’ils sont sous la pluie. Ce n’est pas trop grave et c’est un effet assez courant dans les jeux d’origine japonaise mais cela reste un vrai défaut visuel à mes yeux.

Globalement, si vous avez joué au jeu d’origine, vous ne serez pas totalement perdus puisque les grands éléments narratifs et la structure générale du commissariat sont très similaires au classique des années 90. Néanmoins, vous aurez quand même votre dose de surprises. Capcom a clairement voulu faire plaisir aux joueurs nostalgiques tout en offrant un jeu qui ne fera pas fuir les joueurs qui le découvriront.

Evidemment, difficile de ne pas râler sur certaines mécaniques de gameplay un peu datée (clés à trouver, allers-retours constants, etc) mais c’est aussi ce qui fait le charme du jeu.

Là où la différence de gameplay m’est apparue la plus évidente, c’est dans la gestion des zombies en eux-mêmes. Dans cette version modernisée, ils sont plus increvables que jamais, ce qui est un vrai problème puisque les munitions sont rares. Résultat : on fouille absolument chaque recoin dans l’espoir de trouver un peu d’équipement de survie, on utilise beaucoup le couteau pour économiser au maximum les munitions et surtout, on fuit, on fuit beaucoup, histoire d’échapper aux zombies de la manière la plus économe possible.

Cela n’a l’air de rien mais l’expérience Resident Evil 2 s’avère du coup assez différente de mes souvenirs de Resident Evil 2 version 98. Ici, on est sans cesse sous pression avec un jeu qui se veut beaucoup plus survivaliste que son illustre ancêtre.

Au niveau du scénario, on retrouve le concept de 2 histoires indépendantes où l’on incarne Claire ou Leon (et deux persos « surprises »). Les deux histoires se déroulent dans le commissariat de Racoon City et présentent les événements sous un autre regard même si les deux héros se croisent de temps à autres.

Ce parti pris narratif est sympathique mais parait un peu artificiel. Pourquoi ne pas avoir profité du remake pour unifier les deux histoires. Au moins, si on a déjà fini un scénario, on peut choisir une « version light » du second qui nous épargne la plupart des redites. Au final, c’est une manière de prolonger un peu la durée de vie et il faut bien compter 20 heures de jeu pour un premier run complet.

Conclusion

Resident Evil 2 en version remake est une véritable réussite. On savait déjà que l’on s’en prendrait plein les yeux tant la beauté des visuels et la violence des affrontements étaient impressionnantes mais Capcom a réellement procédé à une remise en question de tous les concepts du jeu d’origine. On retrouve donc un jeu qui fera plaisir aux nostalgiques tant sa structure générale reste inchangée mais qui plaira également aux nouveaux joueurs tant les mécaniques de gameplay ont été bien repensées. Il reste bien quelques petites vieilleries à gauche, à droite mais globalement, l’expérience de ce Resident Evil 2 version 2019 est à conseiller à tous les gamers.

Ma Note : 8,5/10

Resident Evil 2 Remake est disponible sur PS4, Xbox One et PC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *