Les Pokémons sont un véritable phénomène de société. Qui ne connait pas les petits « Pockets Monsters » qui, depuis plus de 20 ans ont hanté les consoles Nintendo. Et avec Pokémon Go sur smartphone, le phénomène Pokémon a connu un véritable retour en grâce.

Fort de cette nouvelle popularité, Nintendo tente d’attirer un nouveau public de jeunes fans en proposant un mélange entre le gameplay classique de la série et Pokémon Go.

Résultat : Un Pokémon Let’s Go Pikachu (ou Evoli) qui a tout pour attirer les enfants plus jeunes mais aussi pour braquer les fans originaux.

Voici notre avis de gamer mais aussi de parents sur Pokémon Let’s Go Pikachu / Evoli…

Avant toute chose, sachez que comme toujours dans Pokémon, Pokémon Let’s Go existe en deux versions : Pikachu ou Evoli. Choisissez bien car vous pourrez ainsi obtenir un Pikachu ou un Evoli dès le début de partie. Autant vous dire qu’avec notre fille, Liara, dont le premier doudou a été un Pikachu, le choix a été assez simple.

La Poké Ball Plus, accessoire indispensable ou gadget hors de prix ?

Voilà un véritable dilemme pour les joueurs et les parents, le contrôleur Poké Ball Plus (qui revient quand même à plus de 60 euros) est-il vraiment indispensable ?

Pour les fans, oui, évidemment. D’abord parce qu’un Mew est caché dedans et qu’il faut reconnaître que l’objet a été pensé pour les fans. Il ressemble comme 2 gouttes d’eau à une Poké Ball et offre un stick directionnel ainsi que 2 boutons cliquables (un sur le stick en lui-même et l’autre sur la balle). Ces 2 boutons remplacent parfaitement le bouton A et B d’une joycon.

Comble du luxe, on peut la secouer pour s’occuper de son Pokémon favori et lors d’une capture, on entend même les bruits du Pokémon capturé. Autant vous dire qu’avec notre fille, cela a fait mouche car c’est avec ses petits yeux émerveillés qu’elle pensait vraiment que Pikachu se trouvait dans sa Poké Ball Plus.

Malheureusement, ce contrôleur s’avère beaucoup moins pratique à utiliser qu’un simple joycon.  L’absence de certains boutons et  le fait que sa prise en main peut s’avérer fatigante en font un objet à réserver avant tout aux fans.

Pour les enfants, le constat est un peu identique car une fois l’émerveillement de la première capture passée, Liara a eu un peu de mal à utiliser le stick cliquable (qui joue le rôle de bouton A) et même moi, je dois avouer avoir été à 2 doigts de la crise de nerfs tant un stick cliquable s’avère être un peu compliqué à utiliser quand il faut cliquer toutes les 2 secondes dessus.

Bref, la Poké Ball Plus est à conseiller aux fans avant tout mais pas vraiment aux jeunes joueurs. J’en profite pour regretter au passage l’absence totale du support de l’excellente Contrôleur Pro dont le gyroscope n’est pas utilisé au contraire de celui de la console Switch en mode portable. Comprendra qui pourra ?

Un jeu qui mélange nostalgie et modernité.

Pokémon Let’s Go n’étonnera que peu les habitués de la série puisque son squelette est quasi identique à celui de l’original Pokémon Jaune. Il y a quelques différences subtiles dans le déroulement du scénario et dans quelques niveaux avantageusement remplacés par des versions plus modernes mais l’essentiel est toujours là.

Ainsi, on démarre en choisissant son héros et en découvrant toujours une mère irresponsable qui envoie sans scrupules son unique enfant à l’aventure dans des forêts infestées de petits monstres. Bref, le rêve de tout enfant normalement constitué…

Artistiquement parlant, Pokémon Let’s Go est une réussite totale tant les visuels sont fins et offrent un effet dessin animé assez agréable. Quand on se souvient des versions originales sur Game Boy, on se dit que bien du chemin a été parcouru mais que l’esprit Pokémon n’a pas été trahi. De plus, je n’ai constaté aucun ralentissement que ce soit en version console de salon ou console portable.

Si Pokémon Jaune se retrouve quasiment partout, il en va tout autrement du gameplay que certains trouveront sans doute un peu trop simple mais que j’ai trouvé, pour ma part très rafraîchissant et définitivement pensé pour que les enfants les plus jeunes puissent découvrir un jeu Pokémon avant de savoir vraiment lire. La preuve, Liara, du haut de ses 5 ans et demi, est vite devenue quasi indépendante, n’ayant besoin de nous que pour lui lire les dialogues du scénario.

Il s’agit toujours de se promener dans le monde de Kanto, d’attraper les pokémons qui passent tout en développant notre équipe pour battre les dresseurs les plus puissants mais cette fois, les Pokémons sauvages sont visibles à l’écran et un simple contact avec eux déclenche la procédure de capture.

Celle-ci est directement inspirée de Pokémon Go puisqu’il faudra utiliser les traditionnelles baies pour les amadouer avant de lancer avec dextérité sa poké ball. Au plus on s’avère précis dans le lancer, au plus on aura de chances de capturer la bêbête tant convoitée.

Le résultat est vraiment très fun, d’autant plus que de nombreuses Poké balls peuvent se trouver un peu partout. Il faut vraiment « farmer » à l’infini pour se retrouver à court. D’autant plus que comme dans Pokémon Go, on pourra envoyer ses Pokémons en surplus au Docteur Chen contre des bonbons permettant d’améliorer ses autres Pokémons.

Autre petit plaisir, la possibilité de sortir son Pokémon favori de sa poké ball pour le cajoler. Il pourra alors nous suivre sur le terrain de jeu et nous aider à découvrir des objets cachés. Une bonne manière d’encore renforcer le lien entre le dresseur en herbe et son Pokémon favori.

Au rayon des combats, on est sur du classique tour par tour très fidèle à ce que la série nous propose depuis toujours. Le côté stratégique des combats a quand même été simplifié pour ne pas trop poser de difficultés aux plus jeunes. D’ailleurs, après quelques combats à ses côtés, Liara a été vite capable de gérer ceux-ci sans notre aide. Mais elle a quand même eu besoin de nous quand il a fallu s’attaquer aux dresseurs plus puissants.

Notons d’ailleurs que le jeu demande pas mal de « farming » pour faire monter suffisamment son équipe pour affronter certains dresseurs, ce qui pourra dégoutter les joueurs moins assidus. Ceci dit, voilà encore un système parfaitement adapté aux plus jeunes qui auront tendance à capturer tout ce qui passe dans leur champ de vision.

Notons enfin qu’il est possible de relier le jeu à sa version pour smartphone et de réaliser des échanges de Pokémons. Le jeu en coopération à deux joueurs est, quant à lui, plutôt à réserver aux parents soucieux de donner un coup de pouce aux plus jeunes. Il déséquilibre beaucoup le combat et est surtout là pour rendre actif les parents pendant la partie de leurs enfants.

Conclusion

Pokémon Let’s Go Pikachu / Evoli est un excellent jeu Pokémon pour faire découvrir la licence à ses enfants. Fortement simplifié et modernisé, je doute que cette version moderne de Pokémon Jaune remplisse de bonheur les joueurs fans de la série. Par contre, pour les enfants, c’est un pur plaisir de voir leurs petits visages émerveillés lors de leur première capture ou lors de leur première victoire contre un dresseur. En bonus, le fait de pouvoir jouer avec Pikachu dès le début du jeu rend l’expérience encore plus satisfaisante pour eux.

Ma Note (et celle de Liara) : 8/10

La petite citation de Liara (L’avis de Liara, 5 ans et demi, résumée en une petite phrase) :

« J’aime beaucoup jouer avec Pikachu, attraper plein de Pokémons et faire des combats. »

Pokémon Let’s Go Pikachu / Evoli est disponible en exclusivité sur Nintendo Switch.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *