Bethesda, l’éditeur propriétaire de Doom, adapte tous ses succès à la réalité virtuelle. Après Skyrim et Fallout 4, c’est au tour de Doom de passer sous le bistouri du chirurgien de la réalité virtuelle.

Nous avons pu tester la version Playstation VR, voici notre avis…

Alors que Skyrim et Fallout 4 étaient des adaptations VR à l’identique, autrement dit sans différence de contenu entre les jeux VR et non VR, Doom VFR a été spécifiquement développé pour ce support. Pas question ici de simplement retrouver le dernier Doom en version adaptée pour la réalité virtuelle. Une bonne idée car clairement, Doom en réalité virtuelle, ça marche.

doom vfr,test,avis,vr,réalité virtuelle,ps vr

Pourtant adapter un FPS aussi rapide et aussi iconique en réalité virtuelle, ce n’était pas forcement une sinécure. Difficile de s’imaginer cavaler partout dans un jeu en VR, cela rendrait les joueurs trop vite malades. Id Software a donc choisi d’utiliser un ingénieux mix entre déplacement à base de téléportation et dash rapide dans une direction donnée. On évite ainsi la grande majorité des nausées tout en conservant un certain dynamisme dans les déplacements. Pour ma part, c’est un choix intelligent puisque je n’ai ressenti aucun inconfort pendant mon test.

En matière de set up, j’ai testé le jeu avec l’Aim Controller dont j’ai déjà parlé dans mon test de Farpoint. Cet accessoire apporte vraiment un degré d’immersion très satisfaisant même si son positionnement dans notre champ de vision parait peu naturel. Cet effet est largement compensé par le plaisir de canarder des démons en réalité virtuelle. Quelle expérience également de pouvoir affronter des monstres parfois gigantesques, la réalité virtuelle permet de mieux cerner les dimensions relatives des personnages et de nous donner l’impression d’être tout petit.

 doom vfr,test,avis,vr,réalité virtuelle,ps vr

Au rayon du gameplay, Doom VFR ne révolutionnera pas le genre mais essaye surtout d’apporter sa vision du FPS en VR. Ainsi, on dispose de nombreuses armes facilement accessibles mais on perd au passage la possibilité d’utiliser notre tronçonneuse, arme iconique au possible de la licence Doom. De même, le système hyper-jouissif d’exécution présent dans le dernier Doom disparaît au profit d’un système beaucoup plus mou de téléportation sur un démon affaibli. Autant le dire, c’est moins fun que la version non-VR.

Ceci dit, le résultat final doit se juger au regard de son innovation principale, la possibilité de se tourner dans tous les sens et de sursauter au moindre bruit suspect. Le sentiment d’immersion est très réussi et offre une expérience VR qui avec ses 5-6 heures de durée de vie commence à quitter le statut d’expérience au profit d’un jeu à part entière.

doom vfr,test,avis,vr,réalité virtuelle,ps vr

Conclusion

Doom VFR est un très bon shooter VR à condition d’apprécier la licence Doom. Le gameplay a été parfaitement adapté aux contraintes de la réalité virtuelle et donne un sentiment d’immersion très appréciable tout en ne provoquant pas d’inconfort particulier. Il ne faut pas non plus s’attendre à un jeu aussi speedé que l’original et la durée de vie, comme souvent en VR, s’avère assez courte. Ceci dit, le petit prix de ce cette version 100% originale de Doom rend son acquisition tout à fait conseillée si vous disposez du matériel nécessaire et que vous avez envie de vous faire un petit démon avant le dîner.

Ma Note : 7,5/10

Doom VFR est un jeu en réalité virtuelle disponible sur Playstation VR, Oculus Rift et HTC Vive.

2 commentaires sur “[Test] Doom VFR, qui veut tuer du démon en réalité virtuelle ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *