[Test] Gears of War 4, les gros baraqués en version 2.0 
par Quantic

lundi 07 novembre 2016 19:06 0 commentaire

 gears of war 4,gears of war,test,avis,the coalition

Gears of War 4, c’est le retour d’une licence légendaire pour bien des joueurs. Une licence qui, aux côtés de Halo et Forza, est devenue iconique pour la marque Xbox. Après un Gears of War 3 en demi-teinte et un spin off Judgment carrément décevant, le développeur canadien The Coalition a travaillé d’arrache-pied pour livrer le premier épisode d’une nouvelle trilogie annoncée. Alors, pari réussi ? Voici notre avis sur Gears of War 4...


Attention, soyez prévenus, je n’ai jamais été un fan de Gears of War. Je reconnais au titre original sa qualité de TPS à couverture innovant qui a complètement transformé le genre à son époque avant de gentiment répéter la même formule mais moi, rien à faire, je n’ai jamais accroché à cette licence. Le scénario de la première trilogie avait ses bons moments mais insistait trop sur le contexte de camaraderies entre guerriers bodybuildés pour me toucher réellement. Du coup, j’attendais vraiment de découvrir ce premier épisode d’une nouvelle trilogie pour voir si mon avis allait évoluer.

 gears of war 4,gears of war,test,avis,the coalition

Un scénario prometteur mais très prévisible

Les choses se présentaient plutôt bien. L’action se déroule 25 ans après les événements de Gears of War 3 et le lien avec la guerre contre les locustes se fait intelligemment via une série de flashbacks introductifs pour se mettre dans le bain. Ensuite, on fait connaissance avec notre nouveau groupe de héros. Ceux-ci font partie des "étrangers", des villageois qui ont décidé de s’affranchir de la toute puissante CGU et de ses bases aseptisées. On fait ainsi vite connaissance avec de nouveaux ennemis robotisés même si les locustes ne sont jamais bien loin.

Les trois nouveau héros (dont une fille, Kait, qui ressemble enfin à une fille et pas un ersatz de soldat difforme) sont une bonne surprise. Ils forment un groupe agréable, n’hésitant pas à se vanner et parfois même à se moquer de leur propre jeu. Un bon esprit pour une licence qui s’est longtemps trop pris au sérieux. Malheureusement, le scénario s’avère prévisible au possible (au point que je réussissais à terminer moi-même les répliques) et sans grande saveur. L’aspect "camarades de guerre" de la première trilogie est beaucoup moins présent mais ce n’est pas pour autant que le scénario se montre inoubliable.

 gears of war 4,gears of war,test,avis,the coalition

Un design qui alterne le superbe et le quelconque

Difficile pour les développeurs de trop toucher au design même des héros. Le modèle du gros costaud à la carrure de dressing d’Ikea, c’est un peu la marque de fabrique de la licence. Personnellement, j’aime toujours aussi peu me mettre dans la peau de géants musculeux sans cervelle. Mais il y a clairement des amateurs et ces derniers seront assez satisfaits du look des nouveaux personnages.

Du côté des environnements, tous les décors extérieurs sont époustouflants et tous les intérieurs assez décevants. Un peu comme si les artistes de The Coalition s'étaient contentés de faire de la récupération pour les éternels dédales de couloirs et de grottes dégoulinantes de substance alien pour concentrer tout leur talent sur les décors extérieurs capables de nous décrocher littéralement la mâchoire.

 gears of war 4,gears of war,test,avis,the coalition  gears of war 4,gears of war,test,avis,the coalition

A la beauté des décors se rajoute la violence des tempêtes que l’on croise régulièrement apportant un chaos comme on en a rarement vu en jeu-vidéo. Si l’intérêt de ces phases climatiques démentes peut se discuter au niveau d’un gameplay peu innovant, elles s’avèrent juste incroyables à vivre par leur beauté visuelle et par la véritable sensation de se retrouver au beau milieu d’une tornade.

Ajoutons à cela une vraie maîtrise technique qui confère au jeu à la fois une grande beauté visuelle et une fluidité quasi parfaite et on découvre un jeu qui se montre la plupart du temps très impressionnant à parcourir. Même en split screen la fluidité reste au rendez-vous. J’en profite pour féliciter les développeurs de conserver ce mode de jeu qui a tendance à souvent passer à la trappe depuis quelques années au profit du tout online.

 gears of war 4,gears of war,test,avis,the coalition

Un gameplay qui vieillit

Gears of War 4 a beau introduire de nouveaux mouvements et un système de couverture bien plus dynamique que par le passé, l’essentiel du gameplay commence à sentir la naphtaline. Il est vrai que la puissance de certains ennemis nous pousse à les éliminer au corps à corps mais trop souvent, les séquences de shoot se résument au classique affrontement à distance. Ce jeu se montre également désespérément linéaire n’offrant que trop rarement des chemins détournés. Un niveau type se résumant trop souvent au classique : salle-monstre-loot de temps en temps agrémenté d’un boss.

Le bestiaire peine également à se renouveler car, dans cet épisode, on a le choix entre des ennemis robotiques manquant diablement de charisme et des pseudo-locustes dont seuls les plus gros représentants nous feront un peu vibrer. Bonne note quand même pour le niveau final (que je ne vous spoilerai pas) qui renouvelle efficacement le gameplay tout en proposant un volume de destruction hallucinant.

 gears of war 4,gears of war,test,avis,the coalition

Enfin, un petit mot sur le multijoueur qui reste très efficace.

La campagne en coopératif est un vrai bonheur si vous avez quelques amis motivés. En solo, on pestera assez régulièrement sur nos équipiers et sur certains mécanismes un peu artificiels mais avec de vrais compagnons, ces défauts s’effacent au profit d’une aventure intéressante (à condition de ne pas tomber sur des joueurs qui sautent les cinématiques, surtout pour votre premier run).

Le nouveau mode Horde s’avère toujours aussi efficace avec la possibilité d’établir des défenses fixes qui contribuent à rendre ce mode parmi les plus intéressants du genre tous jeux confondus.

Du côté du multijoueur compétitif, on reste dans un monde connu, j’ai surtout apprécié l'originalité du mode "Course aux armes" où il s’agit de faire 3 frags avec une arme donnée avant d’en changer. Cela rend la partie très dynamique en termes de stratégie et apporte une innovation bienvenue à des modes de jeu très convenus pour le reste.

gears of war 4,gears of war,test,avis,the coalition

Conclusion

Gears of War 4 est un épisode à même de relancer une nouvelle trilogie. On peut sans doute lui reprocher son manque d’innovation en matière de gameplay et sa volonté de ne pas trop secouer les habitués de la série. Néanmoins, on sent que le gameplay évolue et on peut donc espérer une prise de risque plus importante pour le prochain épisode.

La campagne solo se montre peu passionnante mais efficace en coopération avec d’autres joueurs. C’est surtout du point de vue technique que Gears of War 4 se démarque en nous proposant des visuels extérieurs d’une grande richesse ainsi qu’une ambiance unique lors des phases de tempêtes. Voilà qui sera sûrement suffisant pour reconquérir le cœur des fans de la première heure sans pour autant réussir à convertir les autres.

Ma Note : 7,5/10

Gears of War 4 est disponible sur Xbox One et PC.

Écrire un commentaire