Après un lancement plutôt chahuté il y a 9 ans, Final Fantasy XIV a connu une véritable renaissance avec sa version Realm Reborn. Depuis quelques semaines, nous écumons la dernière extension du jeu : Shadowbringers.

Alors, l’avenir de Final Fantasy XIV est-il toujours aussi radieux ?

Cette fois, l’aventure nous appelle dans la région de Norvrandt où, pour une fois, c’est bien la lumière qui sera la cause de bien des malheurs. A l’image de la licence dans son ensemble, c’est l’équilibre entre la lumière et les ténèbres (entre le bien et le mal) qui permet à notre monde d’exister. Un excès de l’un ou de l’autre et c’est tout l’équilibre de la Nature qui se trouve sans dessus dessous.

Cette aventure nous permet de passer agréablement du niveau 70 au niveau 80 en une petite cinquantaine d’heures de jeu mais Shadowbringers a soigné son scénario. Entre rebondissements inattendus et véritables révélations, c’est un vrai plaisir de parcourir le monde de Novrandt. Alors que le jeu d’origine et ses deux premières extensions souffraient d’un rythme parfois inégal et d’un scénario mi-figue, mi-raisin, Shadowbringers se présente comme l’un des MMO’s scénarisés les plus réussis auquel j’ai pu jouer. On n’échappe pas à certaines longueurs mais dans l’ensemble, l’aventure est juste une totale réussite.

Final Fantasy XIV Shadowbringers

Les nouveaux donjons proposés ne sont pas en reste et offrent une expérience de groupe tout à fait intéressante. Ils restent très linéaires et assez classiques dans leur structure mais un Donjon réussi est avant tout un donjon que l’on prend plaisir à parcourir en groupe.

A noter d’ailleurs que cette extension voit apparaître le « Trust System » dont Naoki Yoshida nous avait parlé lors de notre interview à l’E3 2019. Ce système qui permet aux plus solitaires de parcourir les donjons avec des PNJ s’avère assez efficace tout en ne ruinant pas l’expérience. Une bonne manière de continuer à progresser quand vos amis ne sont pas encore connectés ou pour s’entrainer avant de rejoindre un groupe de guerriers en chair et en os.

Et une fois le niveau 80 atteint, que reste-t-il à faire ? Eh bien rien de bien différent en fait. Si le contenu haut niveau reste assez varié, Shadowbringers ne fait que lui apporter quelques éléments supplémentaires sans restructurer l’expérience que l’on connaissait déjà. Si vous vous attendiez à un vrai changement de ce côté-là, il faudra encore attendre.

Final Fantasy XIV Shadowbringers

Pour encore un peu plus varier l’expérience, deux nouveaux jobs sont disponibles : le Danseur qui fera office de DPS à distance et le Pistosabreur qui fera office de tank. A l’usage, le danseur se montre facile à prendre en main mais plus délicat à diriger de manière réellement efficace. C’est un job qui plaira au plus grand nombre et qui demande de rester assez attentif et en action permanente. Le Pistosabreur (qui fera évidemment penser à Squall) se montre moins intuitif mais une fois que l’on a compris son fonctionnement, il dévoile de vraies possibilités tactiques qui le rendent plus intéressant à jouer que ce que son simple archétype de tank aurait pu laisser penser.

A noter encore que les autres jobs ont connu leur habituel équilibrage et parfois un vrai remaniement de leur gameplay mais je n’ai pas eu trop l’occasion de me plonger sur ce point précis.

Enfin, rappelons que cette extension s’adresse avant tout aux vétérans de FF XIV puisque son contenu s’adresse aux niveaux 70+. Cela ne veut pas dire que ce n’est pas l’occasion de vous plonger dans le jeu d’origine mais sachez qu’il vous faudra monter au niveau 70 tout en avalant le scénario du jeu original et de ses deux extensions. Pour les plus pressés, il existe bien entendu des objets spéciaux qui, moyennant paiement, vous permettront de monter votre personnage au niveau 70 ou de sauter le scénario des jeux précédents.

Final Fantasy XIV Shadowbringers

Conclusion

Final Fantasy XIV : Shadowbringers est l’une des meilleures extensions de MMO’s que j’ai eu entre les mains. Avec son scénario captivant, ses nouvelles régions de toute beauté et ses deux nouveaux jobs innovants, il renouvelle avec brio l’aventure proposée par Final Fantasy XIV. Cette extension dirige probablement plus le jeu vers le JRPG que vers le MMO mais l’expérience complète proposée par Shadowbringers ne pourra que satisfaire tous les joueurs. Une vraie réussite pour donner un nouvel élan à un jeu qui commençait doucement à s’essouffler. 

Quel dommage du coup qu’il ne s’adresse qu’aux vétérans ayant déjà écumé ce monde en long et en large. Il existe bien des manières de sauter les épisodes précédents mais cette extension ne s’adresse pas prioritairement aux petits nouveaux. Tant pis, les vieux de la vieille n’en profiteront que plus.

Ma Note : 9/10

Final Fantasy XIV Shadowbringers est disponible sur PC et PS4.

Un commentaire sur “[Test] Final Fantasy XIV Shadowbringers, l’aventure continue

  1. J’adore Final Fantasy d’ailleurs, j’ai joué à tous les opus de la saga. En ce qui concerne celui-ci, je viens récemment de l’obtenir donc je ne suis qu’à environ un quart de l’aventure. Comme c’est le cas avec les précédents volets, je suis émerveillée par ce jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *