[Test] The Wonderful 101, la Wii U, l’amie des super héros 
par Quantic

vendredi 20 septembre 2013 19:11 0 commentaire

 wonderfull 101,wii u,test,platinum games

Platinum Games est plutôt un créateur de Beat them All “classiques” comme l’excellent Bayonetta. Ils nous proposent avec The Wonderful 101 un concept original. Ainsi, on est à la tête d’une petite bande de héros qui en s’assemblant peuvent unir leurs forces pour créer des supers-armes.

Mais avant de vous en dire plus, attardons-nous un instant sur le scénario. Celui-ci s’avère d’un classicisme édifiant. La planète est envahie d’extra-terrestres et c’est aux 100 Wonderful de la défendre... Mais ils sont 101 puisque vous êtes là aussi. L’intro suffit d’ailleurs à comprendre immédiatement le ton du reste du titre. Un ton à l'humour un peu particulier qui m’a fait énormément penser à Bioman, un des héros de mon enfance. Si vous aimez ces séries japonaises un peu niaises à base de super héros kitsch et de monstres inefficaces au possible, il y a des chances que l’ambiance des 101 vous touche mais si ce n’est pas le cas, croyez-moi, vous passerez rapidement les cinématiques ;-)

wonderfull 101,wii u,test,platinum games

Le gameplay se montre plutôt intéressant puisque Platinum Games a retravaillé complètement son domaine de prédilection, les Beat them all. Ainsi, vous contrôlez votre héros mais celui-ci est totalement inefficace, seul. Il doit collaborer avec les autres héros, les fameux 101 pour bouter les extra-terrestres hors de l'atmosphère.

Ainsi, c’est avec toute une bande de petits personnages que l’on se balade à l’écran. Ceux-ci peuvent courir, se mettre en position défensive et bien sur cogner. Pour cela, il suffit de tracer sur le Gamepad (ou à l’aide du stick droit) une forme pour matérialiser l’arme associée : une ligne pour une épée, un rond pour un poing, ... Et ensuite, il suffit de donner de grands coups à l’adversaire pour l’éliminer.

Bien entendu, l’ennemi peut vous rendre la pareille et en vous faisant toucher, certains de vos héros se feront assommer. Il faudra alors parcourir l’écran pour les récupérer avant de repasser à l’offensive. Au fil des niveaux, vous pourrez recruter de nouveau héros en traçant simplement un cercle autour d’eux pour les associer à votre équipe.

wonderfull 101,wii u,test,platinum games

Enfin, j’ai vraiment apprécié les petites phases de gameplay asymétriques où le gamepad est fortement mis à contribution souvent de manière assez originale. Malheureusement, ces séquences restent trop rares et le jeu s’avère vite répétitif.

Pire, la maniabilité est vraiment très moyenne avec une caméra et un zoom qui n’en font qu’à leurs têtes. On croirait presque que la caméra fait exprès de ruiner notre partie. Mais le plus rageant dans ce jeu, c'est le manque cruel d'explications. On est très vite laissé à l'abandon et quand on bloque sur un boss sans comprendre qu'il fallait utiliser la garde ou privilégier telle ou telle arme, ça énerve quand même un peu. Si dans un beat them all classique, on repère vite quelques indices nous permettant de battre un boss, ici, on est complètement seul. Heureusement, cela s’améliore avec le temps et l'expérience mais encore faut-il passer ce cap bien trop difficile pour le joueur moyen. Dommage, car avec un peu plus de pédagogie, le concept intéressant de ce titre aurait permis de le faire ressortir du lot.

wonderfull 101,wii u,test,platinum games

Conclusion

Platinum Games désirait renouveler le concept du Beat them All avec ce jeu mais le pari n’est pas réellement réussi. Oui, The Wonderful 101 est assez original (même si son concept n'est pas foncièrement neuf) mais la répétitivité du titre, sa maniabilité catastrophique et son manque de pédagogie ont fini par avoir raison de ma patience.

Il reste quand même un jeu sympathique à condition d'être du genre à insister sur une Wii U en manque cruel de bons titres. Si vous aimez l'ambiance type d'un épisode de Bioman et cherchez un jeu qui sort un peu de l’ordinaire, The Wonderful 101 mérite sans aucune doute de s’y attarder, tout en connaissant bien ses défauts

Ma Note : 6,5/10

        

dans Gaming, Test, Wii U
Tags : wonderfull 101, wii u, test, platinum games

[Test] Diablo 3, l’enfer a conquis aussi les consoles 
par Quantic

jeudi 19 septembre 2013 18:56 0 commentaire

 diablo 3,ps3,xbox360,test,blizzard

Avant même de commencer à lire ce test, je vous préviens. Je suis un fan absolu de Diablo et même si Diablo 3 dans sa version PC ne m’avait pas complètement séduit, je reste un véritable intégriste de la série. Autant vous dire qu’à l’annonce de l’arrivée d’un tel classique sur PS3 et Xbox 360, j’avais déjà préparé dans ma tête toutes les méchancetés que je pourrais trouver pour vous convaincre que la version PC lui est supérieure. Et je me suis vite retrouvé coincé à court d’argument.

Le meilleur Hack & Slash sur consoles.

Tout simplement parce que Diablo 3 dans sa version "simplifiée pour consoleux" s’avère excellente. Je ne vais pas répéter ici ce que j’ai dit dans mon test de la version PC que vous pouvez toujours lire mais dans l’ensemble tout ce que j’ai dit à l'époque reste parfaitement d’application pour cette version console. Pour résumer, oui, le gameplay a été simplifié à l’extrême, sans doute même un peu trop mais oui, Diablo 3 reste un hack & slash exceptionnel.

diablo 3,ps3,xbox360,test,blizzard

Mais là où cette version console réussi l’exploit, c’est en conservant les qualités naturelles du titre tout en lui apportant de petits changements bénéfiques. Oui je l’ai dit, je pense que cette version console est finalement supérieure au titre original. Ainsi, plus besoin d’être connecté en permanence pour y jouer, plus d’hôtel des ventes où l’on peut échanger du matériel d’exception contre 3 clous rouillés (et il disparaitra également de la version PC en Mars 2014).

C’est d’ailleurs l’absence de l’hôtel des ventes qui permet de ré-équilibrer un peu le jeu. Le mode normal reste accessible mais n’est plus d’une facilité  à la portée du premier amputé des 2 bras venu. Le fait de ne plus devoir compter que sur son propre loot m’a rappelé la grande époque de Diablo I et II et, mon Dieu Diablo, qu’est-ce que ça fait plaisir.

Un autre point très positif est la possibilité de jouer jusque 4 joueurs sur la même console. Bien entendu, la version PC proposait la même possibilité (j'avais d’ailleurs terminé le jeu en coop avec Aelya) mais ici, le côté "bande de potes sur le canapé" donne à Diablo 3 un petit côté extrêmement festif. D’autant plus que les persos présents sur les différents comptes d'une même console conserveront leur progression. Bon, dommage que les trophées restent réservés au propriétaire du compte. Ce n’est pas nouveau sur PS3 mais il serait vraiment temps que cela cesse.

diablo 3,ps3,xbox360,test,blizzard

Que du positif, me direz-vous ? Non, quand même pas. Vous imaginez bien que j’ai quand même coincé sur quelques éléments de l’adaptation. Ainsi, visuellement, la petite résolution et les écrans géants nuisent à la lisibilité du jeu. Rien de bloquant quand même mais la future adaptation sur Next Gen risque bien de se montrer bien plus à la hauteur de ce que l’on connaissait sur PC.

Ensuite, je regrette énormément la simplification extrême apportée à la gestion de son équipement. Là où sur PC, je prenais toujours un plaisir maniaque à ranger mon matos dans mon sac, un peu comme un Tetris, autant ici, à chaque fois que j’ouvre mon inventaire, je verse une petite larme puisqu’on peut simplement porter 60 objets... Qu’il s’agisse d’une épée à deux mains ou d’un couteau à éplucher les patates ne change rien. Un objet c’est un objet.

Enfin, je regrette toujours autant le fait que le loot de Diablo 3 soit inférieur aux précédents épisodes. Bien souvent, on peut trucider une armée de "méchants" sans récupérer le moindre loot intéressant. Et comme dans sa version PC, je ne peux pas m’empêcher de pester contre ce système totalement anti-RPG consistant à permettre à un personnage d’utiliser une arme contre-nature juste pour bénéficier des bonus de celle-ci.

diablo 3,ps3,xbox360,test,blizzard

Conclusion

Diablo 3 dans sa version PS3/Xbox 360 est une réussite quasi-totale. L’adaptation au pad est excellente et le plaisir de jeu aussi immédiat que dans sa version PC. Le fait de pouvoir y jouer à plusieurs sur le même écran sans voir l’équilibrage du jeu complètement gâché par un hôtel des ventes nous promet de folles soirées entre potes.
Finalement, Les seuls défauts de ce titre sont les mêmes que la version PC : un gameplay un peu trop simplifié et un loot parfois un peu mou.
Rien pour vous empêcher de foncer sur ce titre si vous n’y aviez pas déjà joué sur PC.

Ma Note :  8,5/10

 


        

dans Gaming, PS3, Test, Xbox360
Tags : diablo 3, ps3, xbox360, test, blizzard

[Déballage] Kit Presse de Batman Arkham Origins : un batarang de folie ! 
par Aelya

mercredi 18 septembre 2013 19:11 7 commentaires

kit presse,batman,batman arkham origins,warner,batarang

Ce matin, le facteur m'a réveillée et surtout a réveillé la petite : j'étais un peu fâchée vu que je n'avais dormi que 5h00... Heureusement pour lui, le colis qu'il m'a apporté m'a vite fait oublier les plans de vengeance démoniaque que je concoctais.

kit presse,batman,batman arkham origins,warner,batarang

En effet, lorsque j'ai ouvert mon paquet, j'ai découvert une splendide boîte noire en bois arborant fièrement le logo de Batman Arkham Origins. C'est le Kit presse du jeu ! En plus, il s'agit d'une édition limitée à 1000 exemplaires et nous sommes les heureux possesseurs de la boîte 0909/1000 ^^ Je dois dire que j'ai déjà pardonné à mon facteur ;-)

kit presse,batman,batman arkham origins,warner,batarang

Une fois la boîte ouverte, je découvre la superbe réplique d'un Batarang taille réelle ! La finition est vraiment bonne : bien qu'il soit en plastique, il a un aspect légèrement métallisé grâce à sa peinture. De plus, il comporte de nombreux détails.

kit presse,batman,batman arkham origins,warner,batarang

kit presse,batman,batman arkham origins,warner,batarang

Le socle est également très joli avec un petit effet miroir que j'aime beaucoup^^

kit presse,batman,batman arkham origins,warner,batarang

Mais la cerise sur le gâteau, c'est son écran ! Et oui, c'est un batarang vidéo et sonore : Il combat le crime en répandant le très chouette trailer de Batman Arkham Origins ;-)

kit presse,batman,batman arkham origins,warner,batarang kit presse,batman,batman arkham origins,warner,batarang

Il n'est d'ailleurs à priori pas possible de changer la vidéo. Celle-ci passe en boucle une fois que l'on actionne un bouton qui se marie bien au reste du Batarang. Un autre bouton permet de faire pause.

En plus de ça, ce Batarang peut servir de clé USB : il contient en effet des screenshots du jeu. C'est donc une clé USB un peu encombrante mais très classe ;-)

kit presse,batman,batman arkham origins,warner,batarang kit presse,batman,batman arkham origins,warner,batarang

Enfin, ce kit presse contient également un petit livret assez succinct donnant quelques information sur le jeu.

kit presse,batman,batman arkham origins,warner,batarang kit presse,batman,batman arkham origins,warner,batarang

kit presse,batman,batman arkham origins,warner,batarang

kit presse,batman,batman arkham origins,warner,batarang

kit presse,batman,batman arkham origins,warner,batarang

Je dois dire que je trouve ce Kit Presse magnifique et il me donne vraiment envie de jouer au jeu ! 

Vous pouvez d'ailleurs encore lire notre preview.

Batman Arkham Origins sort le 25 Octobre 2013 sur PS3, Xbox360, PC et Wii U tandis que Batman Arkham Origins : Black Gate sort le même jour sur PS Vita et 3DS.

Et en bonus, voici le trailer qui se trouve sur le Batarang :

  

        

dans 3DS, Déballage, Gaming, Geek, PC, PS VITA, PS3, Wii U, Xbox360
Tags : kit presse, batman, batman arkham origins, warner, batarang

[Preview] WRC 4, l’immersion totale dans le Rallye 
par Quantic

mardi 17 septembre 2013 18:44 0 commentaire

 wrc 4,

Souvenez-vous de notre test de WRC 3 l’année dernière. Milestone avait enfin réussi à gommer les errements des deux premiers épisodes pour proposer un jeu abouti, susceptible d’intéresser les fans de rallye. Bon, c’est vrai, il lui manquait encore pas mal de choses pour représenter le vrai renouveau dans la discipline mais les bases étaient là.

Dans WRC 4, l’objectif des développeurs a été de répondre à la principale critique des joueurs : le manque d’immersion. Il est vrai que WRC 3 faisait vraiment pauvre quand on le comparait à la série des F1 20xx de Codematsers qui nous plonge réellement à la place d’un pilote de F1.

wrc 4,wrc,preview,milestone,gamescom 2013

Alors, à quoi nous attendre cette année.

D’abord, à une légère évolution du moteur graphique qui ressemble quand même très fort à l’édition 2012 mais les développeurs ont choisi de travailler surtout sur les reflets et sur certaines textures parfois trop sombres auparavant. Pour le reste, visuellement, peu de nouveautés à espérer.

De même au niveau du pilotage, peu de gros changements à attendre. J’ai eu l’impression qu’en supprimant les aides, la voiture s’est avérée un peu plus lourde et bloque encore plus facilement de l’avant. Le pilotage s’en trouve plus réaliste mais on reste quand même dans un jeu et non une simulation.

J’ai, par contre, vraiment apprécié les efforts de Milestone pour répondre aux attentes des possesseurs de volant (mon G27 piaffe d’impatience) en proposant une vue intérieure sans volant affiché à l’écran ainsi que le support de l’embrayage, des volants à 900 degrés et des boites de vitesse en H.

wrc 4,wrc,preview,milestone,gamescom 2013

Mais l’essentiel du développement s’est concentré sur la licence WRC en proposant 65 voitures et tous les pilotes officiels des 3 championnats WRC. Et cette fois, l’objectif est de vraiment nous plonger dans le monde du rallye. Fini donc le mode carrière avec des pilotes fantaisistes. Cette fois, on joue le rôle d’un jeune pilote qui débute et on doit faire ses preuves, nous permettant de changer d’équipe au fur et à mesure de nos résultats pour atteindre la catégorie reine du WRC.

Et maintenant le rallye est réellement simulé en proposant 2 ou 3 jours de course sur des spéciales nettement plus longues que celles de l’édition 2012 et se déroulant selon le véritable horaire du rallye. On pourra ainsi être amené à courir sur une même spéciale à l’aube (avec le soleil rasant), en pleine journée, à la tombée de la nuit ou carrément en pleine nuit. Et entre chaque spéciale, il faudra gérer le temps de réparation des éléments de la voiture sous peine de pénalités.

wrc 4,wrc,preview,milestone,gamescom 2013

Bref, WRC 4 se veut comme une évolution de WRC 3. Le gameplay évoluera peu mais une tonne de petites choses feront leur apparition pour réussir à mieux nous immerger dans le monde du rallye et nous mettre à la place de nos champions favoris.

Cela peut paraitre peu mais ce sont des éléments qui manquaient réellement dans WRC 3 et qui peuvent vraiment changer la perception des joueurs face à cette série qui a mis un peu de temps à trouver son rythme de croisière.

Le quatrième épisode sera peut-être celui de la consécration en attendant un possible épisode Next Gen...

WRC 4 sera disponible sur PS3, Xbox 360, PC et PS Vita courant Octobre 2013.


        

dans Gaming, PC, Preview, PS VITA, PS3, Xbox360
Tags : wrc 4, wrc, preview, milestone, gamescom 2013

[Test] The Bureau : Xcom Declassified, les petits gris nous attaquent 
par Quantic

lundi 16 septembre 2013 19:03 1 commentaire

 the bureau,xcom declassified,xcom,test,2k games

The Bureau, spin off assumé de la célèbre licence de stratégie en tour par tour Xcom, aura connu une gestation bien difficile. Il faut dire que 2K en tentant une adaptation 3D de Xcom devait d’abord affronter la horde de fans outrés de voir leur jeu préféré adapté de la sorte. Du projet de FPS des débuts, il ne reste d’ailleurs plus grand-chose puisque The Bureau s’apparente à un mélange de jeu de rôle (très, très light quand même) et de TPS tactique en simili temps réel. Un spin off certainement plus dans la lignée du Xcom original mais quand même très marqué par les pérégrinations de son développement

the bureau,xcom declassified,xcom,test,2k games

Les petits gris sont dans leur élément

S’il ne fallait retenir qu’un point fort de ce titre, ce serait son univers. On sent d’ailleurs que le projet est passé furtivement dans les mains des créateurs du superbe Bioschock Infinite. The Bureau choisit ainsi de poser son décor dans les années 60, en pleine guerre froide. Les personnages sont parfaitement ancrés dans cette époque emplie d’anticommunisme et de machisme primaire. On a ainsi droit à quelques dialogues très savoureux qui contribuent à une véritable immersion dans l’époque. On n’est pas encore dans un épisode de Mad Men mais presque.

On apprend donc qu’Xcom a été à l’origine pensé pour que les USA survivent à une invasion russe massive... Une sorte de dernier refuge mis a profit dorénavant pour la lutte contre l’envahisseur extra-terrestre.

Après une intro riche en rebondissements, on rejoint rapidement notre base à partir de laquelle on pourra dialoguer avec les différents responsables de départements, un peu comme si notre base du jeu de stratégie prenait vie en 3D. Des mini-quêtes permettent par ailleurs d’améliorer nos relations avec les différents personnages. Dommage quand même que la base soit si étendue et notre personnage si lent à se mouvoir. Cela nuit terriblement au plaisir que l’on peut ressentir à découvrir l'univers du jeu pourtant très réussi.

the bureau,xcom declassified,xcom,test,2k games

C’est également dans la base que l’on gère son équipe d’intervention. Car, comme dans le jeu de stratégie dont il s'inspire, on repose sur ses équipiers pour survivre aux affrontements et nos deux comparses doivent être à la hauteur. On peut donc personnaliser leur équipement, customiser leur look (même changer leur nom) et sélectionner leur classe de combat (support, commando, sniper, ingénieur) pour compléter au mieux vos propres compétences. Et ensuite, direction le choix des missions.

Ces dernières sont partagées en trois catégories : les missions principales permettent de faire avancer le scénario et sont en général bien scénarisées et assez longues (une bonne heure en moyenne). Les missions annexes permettent surtout de gagner de l’XP et faire monter son équipe en niveau mais présentent souvent des environnements originaux même si elles s’avèrent très courtes. Enfin, un peu comme dans Assassin’s Creed, on peut envoyer son équipe exécuter des missions automatiques pour les faire gagner de l'XP.

 the bureau,xcom declassified,xcom,test,2k games

Un TPS tactique mais pas trop.

Finalement, ce qui nous occupera le plus dans The Bureau, c’est son côté TPS tactique. Celui-ci se rapproche beaucoup d’un Mass Effect puisque l’on peut ralentir le temps et donner des ordres à ses équipiers. Ils peuvent bouger, se soigner, concentrer leur feu sur un ennemi donné, utiliser une de leur compétence spéciale, ... Du grand classique qui, je l’avoue, a eu un peu de mal à me convaincre.

Il faut dire que toutes les missions suivent le même schéma. De longs couloirs où l’on progresse sans risque entrecoupés par de grandes zones ouvertes où une nuée de petits gris vous agressent. Et même si quelques "boss" lourdement armés viennent rompre la monotonie, le jeu parait quand même assez répétitif.

the bureau,xcom declassified,xcom,test,2k games

Pourtant, le TPS tactique se défend plutôt bien en proposant un vrai challenge : réussir à garder en vie ses équipiers. En effet, ceux-ci ont un peu tendance à foncer dans le tas et on a vite fait de rater l’alerte nous indiquant qu’un équiper est à terre. Résultat, il se vide de son sang et meurt. Et dans ce jeu, la mort est définitive. Autant vous dire que si c’est un combattant de haut niveau que l'on vient de perdre, on a vite fait de faire un reload. Ce comportement un peu agressif de l’IA des équipiers s’avère finalement énervant car il faut en permanence garder un œil sur les deux trompe-la-mort qui vous accompagnent.

Enfin, un dernier mot sur l’aspect technique du jeu qui est plutôt décevant. Sur console, l’univers des années 60 qui, globalement, est très soigné est gâché par de nombreux ralentissements alors que visuellement, on ne peut pas dire que le jeu soit particulièrement impressionnant. C’est là que l’on voit que ce jeu a connu un développement agité.

the bureau,xcom declassified,xcom,test,2k games

Conclusion

The Bureau : Xcom Declassified n’est pas la catastrophe que tout le monde craignait. Au contraire, le jeu présente pas mal de qualité comme son univers des années 60 savoureux à souhait ou son gameplay TPS tactique, très Mass Effect. Malheureusement, il s’apparente quand même plus à un jeu générique qu’à une réelle adaptation de l’univers Xcom et son développement chaotique se ressent dans son manque de finition et ses nombreuses incohérences.

Pourtant, je vais vous avouer que je me suis surpris à poursuivre ma partie dans ma tête après avoir arrêté le jeu, preuve que son gameplay peut quand même se montrer passionnant. 2K n’était pas loin de signer un vrai TPS tactique de qualité... Peut-être pour The Bureau II ?

Ma Note : 6,5/10

   


        

dans Gaming, PC, PS3, Test, Xbox360
Tags : the bureau, xcom declassified, xcom, test, 2k games

[Preview] Watch Dogs, mes premières impressions manette (et tablette) en main 
par Quantic

jeudi 12 septembre 2013 19:01 3 commentaires

 watchdogs,jaquette PS3

Après la démo non-jouable de l'E3, j’ai eu la chance de tester Watch Dogs pendant une bonne demi-heure. Une première session manette en main qui ne m’a pas vraiment appris de nouvelles choses sur le jeu mais qui m’a permis de mieux le « sentir » et de comprendre son gameplay original mais finalement très vite accessible.

Ainsi, j’ai débarqué dans un tout petit bout de la banlieue pauvre de Chicago. Et là, surprise, je ne suis pas dirigé autoritairement dans une direction donnée par mon accompagnatrice Ubisoftienne, je suis véritablement libre de faire ce que je veux dans le jeu pendant le temps qu’il m’est donné. J’ai donc passé un bon moment à faire tout et n’importe quoi dans Chicago, tout simplement parce que le jeu est fun, même en dehors de toute mission.

Au premier abord, on ressent un feeling très GTA puisqu’Aiden peut voler les voitures et foncer à travers la ville. Libre à chacun de faire profil bas en respectant plus ou moins le code de la route ou au contraire tout défoncer en ne faisant attention à rien, ce qui, bien sûr, provoquera une course poursuite avec la police. Cette dernière m’est d’ailleurs apparue plus vivace que chez Rockstar. Impossible de semer la police sans faire appel à ses capacités de hacker.

watchdogs,watch dogs,preview,gamescom 2013,ubisoft

Au cours de notre fuite, on peut ainsi déclencher d’un simple bouton le changement des feux de circulation, le blocage de certaines rues et autres petits plaisir routiers qui ralentiront vos poursuivants. Mon seul regret, c’est finalement qu’on ne profite pas, visuellement parlant, des carambolages monstres que l’on crée derrière nous.

Mais trêve de n’importe quoi puisqu’on me propose de hacker un centre local de données. L’équivalent des tours de guet d’Assassin’s Creed ou des camps de mercenaires de Far Cry 3. On peut ainsi hacker une caméra de surveillance pour observer les patrouilles et se faufiler dans le centre en infiltration ou au contraire foncer dans le tas comme une brute mais comme Aiden n'est qu'un pauvre informaticien maigrichon, ce sera plus difficile.

 watchdogs,watch dogs,preview,gamescom 2013,ubisoft

Une fois le centre piraté par mes soins, j’ai immédiatement accès à toute une série de missions secondaires mais aussi à des infos privées sur chaque passant que je croise. Un résumé de sa vie, sa situation financière et même son moral. Et là, on peut un peu faire ce que l’on veut. Par exemple, histoire de me faire un peu de sous, j’ai volé le numéro de carte de crédit d’une serveuse pour aller vider son compte en banque au distributeur du coin. Voilà qui n’est pas joli, joli mais qui rapporte gros.

A noter quand même qu’en tant que Vigilante, Aiden ne peut pas tout se permettre. La population de Chicago réagira donc différemment en fonction de ses actes. Il pourra être adulé comme un super héros défenseur de la veuve et de l’orphelin mais pourra aussi être considéré par la population comme un véritable malfrat. Le joueur est donc libre de ses actes mais il devra en assumer les conséquences.

watchdogs,watch dogs,preview,gamescom 2013,ubisoft

Je repends alors une voiture, direction le centre-ville et je peux constater que le changement d’environnement se fait de manière très naturelle, exactement comme dans la réalité. Sans même m’en rendre compte, je suis entouré de gratte-ciels. J’en profite pour confirmer que, visuellement, le jeu est splendide... Même si je soupçonne un peu que la manette PS4 que l'on m’a tendue était connectée à un PC. Je pense que dans sa version PS3/Xbox 360, on devra s’attendre à quelque chose de moins flamboyant.

C’est le moment choisi par un autre développeur pour envahir ma partie via le multi dont j’ai déjà parlé. Cette fois, j’ai du me défendre moi-même en tentant de le repérer parmi la foule et je vous avoue que c’est plus compliqué qu’il n’y parait. Le pirate doit faire le maximum pour se fondre dans la foule et éviter tout comportement suspect (un peu comme le multi d’Assassin’s Creed). Le piraté doit, de son côté, faire le maximum pour utiliser ses moyens de hacker pour localiser le pirate et l’intercepter. Finalement, avec l’aide de mon accompagnatrice, je repère mon piratin et met fin à son trafic de données.

watchdogs,watch dogs,preview,gamescom 2013,ubisoft

Une app pour vous espionner

Une fois ma session de jeu clôturée, j’ai également pu tester l’application pour Tablette qu’Ubisoft prépare pour la sortie du jeu. Et je vous avoue que celle-ci est bluffante. D’autant plus que le concept de Watch Dogs est poussé à l’extrême. Ainsi, en vous connectant sur l’app, vous aurez une vue similaire à la vue « Carte » du jeu et pourrez connaitre la position de vos amis, la mission qu’ils exécutent et bien d’autres infos alors que ceux-ci n’ont pas la moindre idée d’être observé. Encore mieux, vous pourrez leur envoyer des messages qui seront directement affichés sur les bornes publicitaires du jeu. Big Brother is watching you !

Vous pourrez aussi déclencher un min-jeu en créant une sorte de parcours dans la ville que votre ami connecté au jeu devra effectuer. Vous, derrière votre tablette, devrez lui mettre des bâtons dans les roues en lui larguant des mini-bombes depuis votre hélicoptère ou en déclenchant des pièges sur la route. Et s’il s’avère que votre ami écrase quelques piétons par accident, il devra en plus gérer la police.

watchdogs,watch dogs,preview,gamescom 2013,ubisoft

J’ai été vraiment agréablement surpris par cette application. Le concept n’est pas révolutionnaire mais la synchronisation Tablette-Console/PC est incroyable de rapidité. Dans le jeu, on peut véritablement voir le joueur-tablette se déplacer avec son hélicoptère et si le mini-jeu en lui-même n’est pas inoubliable, cela donne un jeu asymétrique plutôt sympa. D’autant plus que les deux joueurs gagneront des bonus grâce à leur partie. Et cerise sur le gâteau, celle-ci sera disponible gratuitement (sans aucun concept de free to play quelconque) sur tous les OS et tous les formats de tablette (y compris sur smartphone).

Mais le plus important reste le jeu en lui-même qui m’a fait une très forte impression. C’est véritablement un mélange de GTA avec Assassin’s Creed et Far Cry 3. Maintenant, il ne me reste plus qu’à pouvoir y jouer un peu plus longtemps, bien à l’aise dans un canapé pour avoir une meilleure idée de la possible répétitivité des actions mais ceux qui connaissent déjà les productions d’Ubisoft Montreal savent bien qu’il y a beaucoup de chances pour qu’on passe encore une fois des dizaines d’heures sur leur nouvelle production.

Watch Dogs sortira sur PS3, Xbox 360, PC, PS4 et Xbox One le 21 Novembre 2013.

        

dans Gaming, PC, Preview, PS3, PS4, Salons, Xbox One, Xbox360
Tags : watchdogs, watch dogs, preview, gamescom 2013, ubisoft

Acheter une Xbox One malgré son report en Belgique, la réponse de Microsoft 
par Quantic

mercredi 11 septembre 2013 19:48 0 commentaire

 xbox one,report,import,belgique

Nous sommes nombreux en Belgique à avoir un peu mal pris (et c'est gentil) le report de la Xbox One à 2014. D'autant plus que l'on parle au mieux de Mars 2014 mais au pire de Juillet 2014 !

La pilule est dure à avaler d'autant plus que la console sortira tout à fait normalement le 22 Novembre 2013 chez nos voisins français et allemands.

On peut toujours se consoler en sachant que nos amis hollandais et suisses sont dans le même cas mais bon, le mal est fait pour Microsoft en Belgique et on peut se douter que Sony ne les attendra pas pour inonder le marché belge de PS4 dès le 29 Novembre 2013.

Mais plutôt que de discuter ici des raisons plus ou moins valables du report dans les "petits" pays européens, essayons plutôt de répondre aux questions des fans Xbox, des vrais, ceux qui seront prêts à l'acheter à l'autre bout de la planète (donc en France ou en Allemagne ;-) ) s'il le faut.

Nous avons posé la question à Microsoft Belgique et sommes donc en mesure de répondre aux deux principales inquiétudes des acheteurs potentiels :

1/ Oui, Microsoft confirme qu'ils ne déconseillent pas l'achat à l'étranger (sans l'encourager pour autant). Autrement dit, vous pouvez sauter la frontière le jour de la sortie pour l'acheter en magasin ou la commander auprès des revendeurs étrangers qui livreront bien la console dans tous les pays, y compris la Belgique.

2/ Oui, Microsoft confirme que votre Xbox One allemande ou française (ou Néo-zélandaise soyons fous) fonctionnera bien en Belgique. Il n'y aura pas de filtre sur l'adresse IP ou autres censures nationales de ce type. Mais bien entendu, la console ne sera pas sortie officiellement en Belgique, il n'y aura donc pas de Market Place belge donc pas de transaction possible à partir d'une adresse postale belge. Bien entendu, si vous disposez d'une adresse française ou allemande et d'un moyen de payement associé, vous pourrez utiliser le Market Place de ces pays depuis la Belgique. Mais bien évidemment, Microsoft Belgique n'assurera aucun service après-vente.

Autrement dit, si vous ne pouvez pas résister à l'appel de la Xbox One, on vous conseille de commander via un site livrant à l'international et qui bénéficie d'une bonne réputation. Pour nous, voilà belle lurette qu'on commande tous nos jeux via Amazon.

Par contre, si vous n'êtes pas pressés et que vous n'avez pas craqué pour une PS4 d'ici là, Microsoft Belgique confirme bien que la Xbox One belge sera fournie avec deux jeux gratuits à sa sortie.

A chaque joueur maintenant de faire son petit marché...

        

dans Gaming, Xbox One
Tags : xbox one, report, import, belgique

[Test] Killzone Mercenary, la PS Vita tient son FPS de référence 
par Quantic

mardi 10 septembre 2013 19:17 5 commentaires

 killzone mercenary, jaquette PS Vita

L’un des grands avantages de la PS Vita sur les autres portables est la présence de ses deux sticks analogiques qui permettent (dans la théorie) la même jouabilité dans les jeux 3D que ce que l’on connait sur les consoles de salon. Bref, la console portable idéale pour les amateurs de FPS... sauf que jusqu’ici les quelques essais dans cette direction n’avaient pas vraiment convaincus. Call of Duty Black Ops Declassified s’était apparenté à l’arnaque du siècle tandis que Resistance : Burning Skies avait juste assuré le minimum syndical.

Tandis que la PS Vita était vendue comme la console portable des FPS, ceux-ci continuaient donc à se chercher sur la console de Sony. Cet échec relatif de la PS Vita était d’autant plus étonnant qu’en parallèle les TPS se débrouillaient plutôt bien à l’image des excellents Uncharted Golden Abyss et Assassin’s Creed Liberation. Mais cette fois Sony a trouvé la bonne équipe de développement car Guerilla Cambridge signe un Killzone Mercenary d’excellente facture. Les amateurs de FPS voient donc leur attente se terminer !

killzone mercenary,ps vita,guerilla,fps

Cet épisode sur PS Vita poursuit la grande tradition des Killzone sur console de salon en proposant un scénario des plus classiques compensé par une réalisation proche de la perfection. On incarne donc un mercenaire chargé des missions les plus dangereuses en pleine guerre ISA contre Helghast (pour ne pas changer). L’histoire ne brille donc pas par son originalité ni par sa narration beaucoup plus verbeuse que celle des autres épisodes. La faute sans doute à la quasi absence de cinématique.

Les briefings d’avant-mission sont donc très clairs mais pas des plus passionnants à suivre. Seul point positif, on découvre le conflit avec notre œil neutre de mercenaire, ce qui permet de relativiser un peu l'image de fous sanguinaires des Helghasts. Le fait de pouvoir exécuter quelques missions à leur côté apporte d’ailleurs un peu de fraicheur à la série.

Mais la grande réussite du jeu est ailleurs. D’abord, la finition technique du jeu est exemplaire. C’est bien simple, c’est le même moteur graphique  qui est utilisé sur PS3. Alors, bien entendu, la résolution est moindre et les détails ne sont pas aussi poussés mais visuellement, c’est peut-être le plus beau jeu que j’ai vu tourner sur une console portable. Mais le plus important, c’est l’excellente sensation que l’on ressent en y jouant.

killzone mercenary,ps vita,guerilla,fps

Pour la première fois, j’ai vraiment eu l’impression de jouer à un FPS sur PS Vita. Les déplacements sont rapides, la visée est précise, bref, on tient un vrai FPS entre les mains. Guerilla Cambridge a aussi eu l’intelligence d’utiliser les fonctionnalités ‘casual’ de la PS Vita mais sans jamais les imposer.

Ainsi, on peut utiliser la visée gyroscopique, toucher l’écran pour déclencher des exécutions ou toucher le pavé tactile arrière pour le zoom du sniper ou le sprint. Mais hormis les mini-QTE tactiles lors des exécutions et les jeux de hacking qui utilisent à merveille l’écran tactile, toutes les manipulations courantes peuvent aussi s’exécuter à l’aide des boutons. Chaque joueur pourra donc choisir ses préférences.

killzone mercenary,ps vita,guerilla,fps

Au niveau du gameplay, on est dans un FPS assez classique avec des armes à foisons et plutôt agréables avec une seule vraie nouveauté : le système Vanguard, sorte de super arme  (lance missile intégré, bouclier, ...) permettant de se sortir des situations les plus périlleuses. Enfin, il faut noter que, en tant que bon mercenaire, chaque action en solo comme en multi nous rapportera de l’argent. Cet argent nous permettant de débloquer armes, armures et bonus valable aussi bien dans le solo que le multi.

Car oui, en plus des 9 missions solo qui nous occuperont 5-6 heures (une durée de vie relativement correcte pour un FPS ces temps-ci), Killzone Mercenary nous propose un vrai multi. On peut ainsi s’affronter jusque 8 joueurs (en 4 vs 4) en local ou via le PSN dans 3 modes de jeux : Mercenaire, Guerilla et Zone de Guerre. De biens jolis noms pour finalement des modes de jeu assez classiques avec en gros un deathmatch, un team deathmatch et un mode asymétrique variant les objectifs qui s’est avéré assez sympa.

Le tout se déroule sur les 6 maps proposées qui s’avèrent magnifiques et vraiment bien pensées pour un FPS multi. Et comme les sensations sont tout aussi bonnes en multi qu’en solo, croyez-moi, on s’amuse vraiment bien à fragger ses amis sur une console portable.

killzone mercenary,ps vita,guerilla,fps

Conclusion

Killzone Mercenary constitue sans aucun doute le meilleur (et j’oserais même dire le premier) FPS sur PS Vita. Le savoir-faire de Guerilla a encore frappé avec un jeu parfaitement adapté à la maniabilité de la portable de Sony. Entre la beauté des visuels et la jouabilité excellente, les fans de FPS vont pouvoir s’en donner à cœur joie.

Mais le plaisir de découvrir un vrai FPS sur Vita ne doit pas faire oublier la pauvreté du scénario ou l’hyper classicisme de son gameplay. Si vous voulez découvrir que la Vita est bien capable de faire tourner un vrai FPS avec brio, foncez l’acheter mais si vous êtes allergiques au genre, ce ne sera certainement pas le jeu qui vous fera changer d’avis.

Ma Note : 7,5/10


        

dans Gaming, PS VITA, Test
Tags : killzone mercenary, ps vita, guerilla, fps