Après 5 longues années, nous avons enfin droit à la suite d’Horizon Zero Dawn que j’avais adoré à l’époque (voir mon test). En effet, c’est le 18 février prochain que sortira Horizon Forbidden West (l’Ouest Prohibé en français). Est-ce que cette attente en valait peine ? Le charme va-t-il prendre ? Est-ce qu’Aloy va parvenir à sauver le monde ? La réponse dans mon test d’Horizon Forbidden West ci-dessous.

L’aventure d’Aloy continue.

Le jeu se déroule quelques mois après la fin du premier volet. Hadès a été vaincu mais comme Gaïa s’est auto-détruite, les machines ne prennent plus correctement soin de la terre et la vie est menacée : climat déréglé, prolifération de la nielle, une plante libérant des spores nocifs, eaux polluées, bref, Aloy doit trouver une copie de Gaïa pour rétablir l’ordre « naturel » (ou robotique ?).

Horizon Forbidden West - Test

Jusqu’à présent, elle a échoué. Mais heureusement, un nouvel indice va la mettre sur la voie et l’amener à se diriger à l’ouest, en territoire Tenakth, une tribu réputée pour sa violence et son hostilité envers les étrangers.

Je vais m’arrêter là pour éviter les spoils. Sachez juste que cela ne représente que le tout début de l’histoire et que plusieurs retournements de situation viendront vite rajouter du piment. Il faudra bien sûr sauver la terre et faire face aux Tenakth, mais cela va s’avérer bien plus compliqué que prévu, même si l’on voit venir certains retournements.

L’histoire est intéressante mais attention, il n’est pas question de vous laisser faire de vrais choix, ou très peu. Je pense avoir dû faire 3 ou 4 choix en tout, en incluant les quêtes secondaires et j’avoue ne pas vraiment savoir si cela a eu de vraies répercussions sur le jeu ou la fin de l’histoire (je ne pense pas), ce qui est un peu dommage et qui enlève une bonne partie du côté RPG.

Horizon Forbidden West - Test

Aloy reste l’héroïne du jeu. Au début, elle souffre du complexe de la « sauveuse » : pour elle, elle seule est capable de sauver le monde, c’est son fardeau, elle ne doit pas s’en détourner une seule seconde et elle doit le faire seule, l’amenant à rejeter l’aide des autres. Cela dure un certain temps et personnellement, à cause de cela, je l’ai trouvé un peu énervante même si l’on voit fortement venir qu‘elle va se rendre compte de son erreur.

Et effectivement, au cours de son aventure, elle va s’ouvrir aux autres, se reconstruisant un réseau d’amis et d’alliés qui vont l’épauler dans sa quête. On retrouve d’ailleurs des têtes connues du précédent volet (Erend, Varl…) mais aussi quelques nouveaux (Alva, Kotallo…). Ces personnages s’avèrent souvent intéressants et la possibilité d’avoir des conversations avec eux pour en apprendre plus est très agréable. Les principaux ont même droit à leur propre quête secondaire.

Horizon Forbidden West - Test

Un excellent gameplay pour une évolution en douceur

Quant au Gameplay, il reste fidèle à celui du premier opus. Aloy a accès à de nombreuses armes dont quelques inédites mais sans grande nouveauté. On notera quelques nouvelles capacités comme l’utilisation de sursaut de Bravoure pour booster momentanément Aloy via divers bonus ou des capacités directement liées aux armes que l’on utilise.

Ainsi, pour chaque arme, on dispose de plusieurs capacités qui consomment de l’endurance d’arme. Par exemple, pour l’arc de chasseur, l’une d’entre elle permet d’encocher 3 flèches alors qu’une autre lance une salve haute. Ces skills et autres bonus se débloquent à l’aide de 6 arbres de compétences chacun focalisé sur un aspect stratégique différent : guerrier, chasseur, trappeur (piège), chef des machine, infiltré, survivant (question pour la traduction : pourquoi ne pas avoir mis tout ça au féminin vu qu’Aloy est une femme ??)

Horizon Forbidden West - Test

Autre nouveauté pour les combats au corps à corps : le souffle de résonnateur. Cela consiste à charger sa lance avec des attaques rapprochées pour ensuite viser à l’arc un point lumineux sur notre cible et le faire exploser.

Les combats demandent toujours une certaine stratégie : les machines représentent des adversaires coriaces. Ainsi, même les petites machines du début du jeu peuvent nous faire bien mal à la fin si on fonce tête baissée.

Affronter une machine, surtout les grosses, requiert donc d’analyser leur(s) faiblesse(s) (le feu ? l’acide ?…), étudier l’environnement (y a-t-il moyen de placer des pièges ? le terrain présente-t-il des objets utilisables comme des tonneaux explosifs ou cadavres de robots dont je peux utiliser l’arme), voir s’il y a des pièces détachables sur la machine en elle-même (attention il faut vraiment détacher certaines pièces avant de la tuer sous peine de ne pas récupérer certains composants nécessaires à l’amélioration ou l’achat d’arme/tenue)… Bref, on évite de foncer et on prépare sa stratégie, ce qui est un aspect très sympa du jeu.

Horizon Forbidden West - Test

Les adversaires humains demandent eux aussi une certaine stratégie, même si parfois différente de celle que l’on emploie avec les machines. De plus, maintenant on peut se retrouver confrontée aux deux en même temps, certains humains ayant eux-aussi trouver le moyen de pirater certaines machines.

Perso, j’aime l’approche furtive : se cacher dans les herbes rouges, tirer un coup sur la pièce détachable qui m’intéresse, attendre que la machine m’oublie et recommencer. Une fois la pièce extraite, là je commence mon « attaque ». Par contre, il est dommage qu’Aloy ait oublié comment siffler… En effet, dans le premier, on pouvait siffler pour attirer les machines ou humains mais cette capacité a disparu : on se demande bien pourquoi…

A noter qu’il n’est toujours pas possible de locker un adversaire ou de combattre sous l’eau. Ce dernier point m’a surprise vu l’accent qui a été mis sur le sous-marin dans les trailers. On peut bien lancer une bombe fumigène pour échapper aux machines aquatiques, mais c’est tout.

Horizon Forbidden West - Test

Des activités en pagaille et un monde ouvert très riche.

Maintenant, Aloy acquiert de nouvelles compétences. Ainsi elle se fabrique un masque pour respirer sous l’eau ou équipe sa lance de nouveaux modules pour faire exploser des flammegemmes (sorte de cailloux à faire exploser pour ouvrir des passages) et une autre surprise bien sympathique que je vous laisserai découvrir par vous-mêmes.

Néanmoins, ces nouveautés ne se débloquent qu’en suivant l’histoire principale, ce qui fait qu’elles ne sont utilisables que très tard dans le jeu si comme moi vous préférez faire les quêtes et activités secondaires avant la quête principale.

En effet, comme dans le précédent, le monde fourmille d’activités dans tous les sens : il y a quasiment quelque chose tous les 100 pas. Là, il y a un feu de camp (essentiels car seul moyen de sauvegarde et permettant de se TP), ici un camp de rebelles, là un abri, ici une flammegèmme à exploser, là une ruine à explorer, ici une boite noire d’avion à récupérer, là une grotte engloutie, ici un site de machine, là une arène, là un terrain de chasse, ici un long cou, là un creuset, ici une quête secondaire…

Horizon Forbidden West - Test

Bref, ça ne s’arrête jamais et à chaque fois on est tenté de se dire « Ah, c’est tout près, allons y vite fait » et résultat on finit du côté opposé de la map sans s’en rendre compte.

J’ai commencé mon playthrough comme d’habitude : en partant un peu dans tous les sens pour faire les activités secondaires avant la quête principale, mais comme certaines compétences d’Aloy ne se débloquent qu’en suivant le scénario, je me suis vue dans l’impossibilité de réaliser certaines tâches : je devais prendre mon mal en patience et revenir plus tard. Comme cela se répétait, j’ai finalement abandonné et ai décidé de faire la quête principale pour ne plus être ainsi bloquée. (et pouvoir finir le jeu à temps pour ce test) Ainsi j’ai fini le jeu après 90 heures mais ma progression globale n’est que de 58%, c’est dire le nombre de choses à faire !

Si certaines activités s’avèrent répétitives (ruines, grottes…), les quêtes secondaires, elles, sont souvent très intéressantes avec des personnages sympathiques et de vraies « mini » histoires. Je vous encourage fortement à les faire !

Horizon Forbidden West - Test

Un jeu à la Gwent a été ajouté, l’Attakth. Très sympa, il consiste en une sorte de jeu d’échec sur différents types de plateaux. Il faudra défier divers champions pour débloquer différentes pièces ou alors aller chez un marchand, mais alors l’obtention de ces pièces qui représentent des machines demandera parfois de choisir entre avoir une pièce d’Attakth ou améliorer/acheter une arme (du moins au début). Choix douloureux ! (j’ai quand même privilégié les armes/tenues).

Le monde est toujours aussi beau et sur PS5 les graphismes sont magnifiques. On peut facilement s’arrêter juste pour admirer le paysage : regarder la houle se briser sur la plage, la lumière passer à travers le feuillage des arbres, le soleil se lever par delà les montagnes… D’autant plus que l’on parcourt des lieux différents et variés : les montagnes, le désert, les plaines, les forêts, les plages et les profondeurs sous-marines…. Bref, on fait face à un monde vaste et riche.

La map est grande, cependant, elle n’est pas si différente de l’ancienne. Si les environnements sont variés et magnifiques, au final, ils restent assez proche de ceux croisés dans le premier opus.

Horizon Forbidden West - Test

Conclusion

Horizon Forbidden West nous permet de retrouver avec bonheur Aloy. Avec un monde ouvert encore plus beau et vaste, des combats toujours stratégiques et prenant, des activités intéressantes et variées, des personnages secondaires qui gagnent en profondeur, le jeu est une vraie réussite.

En fait, le plus gros reproche que l’on peut faire au jeu est qu’il reste très (trop) proche du premier opus. Certes, il y a des nouveautés. Les machines ne sont pas les mêmes. On a accès à de nouvelles armes et compétences mais assez tard dans le jeu et pas si révolutionnaires que cela. Les personnages ont évolué et les ennemis aussi… Cependant, toutes ces nouveautés ne parviennent pas à donner une impression de renouveau. J’aurais également aimé pouvoir faire plus de choix affectant le scénario, le côté RPG étant assez faible.

Malgré cela, Horizon Forbidden West offre une aventure épique qui nous scotche à nos manettes pour des dizaines d’heures et j’attends sa suite avec grande impatience !

Ma Note : 9/10

Horizon Forbidden West sort le 18 février sur PS4, PS4 Pro et PS5.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.