Sakura Wars est le tout nouvel épisode de la très populaire (au moins au Japon) série des Sakura. Avec ce titre, Sega tente un véritable come-back puisque le dernier épisode date quand même de la PS2. Sorti l’année dernière au Japon, le succès a été au rendez-vous et il débarque maintenant chez nous.

Sakura Wars se déroule à Tokyo dans une période fictive mélangeant harmonieusement tradition et modernité sur fond de dictature militaire suite aux attaques des Koma, des sortes de démons. Afin de les repousser, quelques individus disposent d’un don spirituel leur permettant de piloter des méchas surpuissants et défendre la population des invasions.

Dans ce contexte, nous incarnons Kamiyama, un ancien officier de la Marine, récemment nommé capitaine du groupe de méchas de Tokyo. Ce qu’il ignorait, c’est que ce groupe composés de jeunes héroïnes est l’un des plus faibles au monde et nous aurons du pain sur la planche pour remonter notre équipe à bloc et retrouver sa gloire d’antan. Pour ne rien faciliter, ce petit monde à une double vie puisque quand elles ne combattent pas des démons sanguinaires, nos héroïnes forment une troupe de théâtre… pas très douée dans leur art.

Sakura Wars - test

Un gameplay mixte qui souffle le chaud et le froid.

Sakura Wars constitue un véritable hommage aux anciens jeux de la série, conservant ce savant mélange entre exploration narrative (au rythme très lent) et jeu de drague (tout mimi). Sans oublier la tentative de lui greffer un bon gros jeu de baston en bonus.

On regrette d’ailleurs bien vite cette dernière partie qui tombe totalement à plat tant le système de combat parait daté et manque définitivement d’intérêt. Heureusement, l’exploration narrative offre un bien meilleur gameplay. On peut certainement râler sur la lenteur de la progression et le peu d’intérêt de certaines « quêtes » mais on retrouve définitivement l’ADN des Sakura dans ce système narratif. Même constatation pour les séquences de drague qui s’avèrent définitivement réussies.

Sakura Wars - test

Le système de dialogue avec les différentes filles est d’ailleurs le gros point fort du jeu. Les questions sont directes et le temps pour répondre est limité, ce qui encourage une réponse honnête de notre part, même si parfois on répondra « à côté ». A chaque réponse et en fonction de leur caractère, les différentes héroïnes nous apprécieront un peu plus ou un peu moins. Régulièrement, on peut voir où on se situe dans leur « niveau d’appréciation » afin de mieux jauger notre progression.

Les grands clichés des héroïnes de mangas/animé sont de sortie allant de la jeune fille réservée au garçon manqué en passant par la coquine qui s’ignore. Rien de bien original dans le caractère des différentes filles mais les amateurs apprécieront l’hommage appuyé au genre. Au final, Sakura Wars offre exactement ce que le joueur d’un jeu de drague japonais attend.

Le scénario manque souvent de cohérence mais on appréciera son côté bon-enfant et son humour (parfois absurde) omniprésent. Les séquences de drague sont également très bien écrites, avec ce qu’il faut d’humour et de séduction pour qu’elles fonctionnent tout en ne sombrant jamais dans le vulgaire gratuit.

En bonus, on pourra aussi profiter d’un mini-jeu sous la forme du Hanafuda. Un jeu de cartes typiquement japonais que je ne connaissais pas et qui s’avère plutôt bien intégré au jeu.

Sakura Wars - test

Une direction artistique très réussie.

C’est la première fois que l’on peut profiter d’un jeu de la série Sakura au sein d’un moteur 3D moderne et le résultat est plutôt plaisant. Les décors sont soignés (quoique peu nombreux) et l’intégration des personnages dans leur environnement est très réussi. On profite régulièrement de petites séquences d’anime très bien réalisée et le jeu en lui-même fait honneur au genre.

Le character design est tout simplement sublime avec des héroïnes qui trouveraient leur place dans n’importe quel anime et qui bénéficie d’un doublage japonais de premier plan. Dommage que, comme c’est souvent le cas dans les visual novels, une grand majorité des dialogues ne soient pas doublés mais simplement sous-titrés. Cela donne l’impression d’un jeu pas tout à fait fini, ce qui est regrettable vu sa qualité artistique globale.

Sakura Wars - test

Un élément qui continue à me chiffonner dans ce genre de production, c’est de mettre côté à côte une fille aux attributs mammaires imposants (à la japonaise, quoi) avec une autre fille qui ressemble plus à une enfant qu’à une femme ou une jeune fille. C’est un côté très classique du character design japonais mais qui a toujours un peu de mal à passer en occident.

Enfin, impossible de ne pas citer la qualité de la musique de ce jeu qui, dans la tradition des jeux Sakura réussit une fois de plus à nous rester en tête des semaines durant.

Sakura Wars - test

Conclusion

Sakura Wars est un excellent retour aux affaires pour la série des Sakura. Loin d’être parfait dans sa tentative de devenir un jeu d’action, le jeu est sauvé par une exploration narrative attachante et des séquences de drague réussie. Le character design des personnages est de haut vol et si on apprécie l’univers japonais, on se sent vite en territoire connu.

Ce jeu s’adresse clairement aux amateurs de manga/anime qui lui pardonneront facilement ses quelques égarements en matière de rythme et de gameplay. Voilà donc une chouette aventure narrative au pays de Sakura qui mériterait peut-être une nouvelle lecture plus moderne pour convaincre définitivement les joueurs plus jeunes de s’y essayer.

Ma Note : 7/10

Sakura Wars est disponible en exclusivité sur PS4.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *