Death Stranding aura fait couler beaucoup d’encre depuis son annonce en 2016. Premier jeu pour Hideo Kojima après avoir quitté Konami, tous les fans (et les autres) attendaient avec impatience de voir ce que cette véritable rock star du jeu vidéo allait nous proposer après la saga Metal Gear Solid. Et si le résultat final risque de diviser, il ne laissera personne indifférent.

Voici notre test de Death Stranding…

Death Stranding Test

Hideo Kojima s’est forgé une place en or dans le jeu vidéo avec la saga Metal Gear Solid. Pourtant, depuis toutes ces années, je me suis toujours demandé ce que ce cinéphile convaincu pourrait nous offrir s’il laissait cette saga de côté. Avec Death Stranding, j’ai ma réponse et je n’ai certainement pas été déçu.

Les trailers distillés ces dernières années donnaient volontairement au jeu un cachet « film d’auteur » en ne nous dévoilant que des bouts d’intrigue et en compliquant inutilement les choses. Si ceux-ci étaient intrigants, ils pouvaient aussi faire craindre un scénario horriblement complexe sans même parler du gameplay que l’on a à peine entrevu. Rassurez-vous, une fois le jeu final entre les mains, tout s’éclaircit en quelques minutes et à moins d’être totalement insensible aux univers de science-fiction, on plonge très vite dans ce qui s’avère une expérience inoubliable.

Death Stranding Test

Rassurez-vous, je ne dévoilerai rien ici du scénario mais ce dernier réussit à nous immerger dans son concept tout en nous proposant régulièrement des surprises et à transmettre une véritable émotion. La musique d’une qualité rare n’est pas étrangère à la capacité de Death Stranding à nous émouvoir. Difficile d’en dire plus ici car il serait dommage de ne pas découvrir par vous-même ce monde apocalyptique et pourtant si optimiste.

Techniquement aussi, Death Stranding nous propose une expérience  très satisfaisante. Les cinématiques (très nombreuses, Kojima oblige) sont impressionnantes non seulement par la qualité de modélisation des personnages mais aussi par leur mise en scène. Lors de notre découverte du monde aussi, les décors s’avèrent variés et les panoramas offerts sont d’une beauté telle que l’on grimperait presque n’importe quelle montagne pour découvrir ce qui nous attend là-haut.

Death Stranding Test

Mais finalement, c’est un jeu vidéo ou un film ?

Le gameplay proposé par Death Stranding ne s’adresse clairement pas aux plus nerveux d’entre vous. A l’opposé des productions actuelles, il faut prendre son temps dans ce jeu. Les premières heures, en plus de proposer beaucoup de cinématiques d’exposition, nous introduisent un gameplay particulièrement lent et répétitif. Les choses s’améliorent sensiblement ensuite lorsque les différentes mécaniques de jeu sont introduites. Pourtant, même dans ses phases les plus lentes, ce jeu a réussi à m’accrocher directement.

Le concept de jouer le rôle de livreur post apocalyptique ne parait pas à première vue le job le plus passionnant du monde et pourtant si vous avez une âme de complétioniste comme moi, vous ne pourrez pas vous empêcher de vous prendre au jeu. D’autant plus que le monde de Death Stranding est parsemé de colis abandonnés par d’autres joueurs. La tentation est grande de les récolter pour aller les conduire à leurs destinataires. Autant vous dire que pour avancer dans le scénario, j’ai dû me forcer à arrêter cette récolte sans fin…

Death Stranding Test

Nous touchons ici à un point sensible du gameplay, le fait que marcher dans Death Stranding n’est pas quelque chose d’aussi naturel que ce que l’on pense. Au fur et à mesure que l’on emporte des colis ou que l’on se charge de matériel, notre équilibre en souffre et comme on passe l’essentiel du jeu à crapahuter dans les montagnes, on se trouve vite confronté au besoin de conserver notre équilibre, ce qui se fait au moyen des deux gâchettes. Ce simulateur de marche n’est sans doute pas le point le plus réussi de Death Stranding mais il apporte un certain réalisme tellement absent d’autres productions.

Mais Death Stranding ne se résume heureusement pas à cela puisqu’au cours de nos balades, nous serons confrontés à des adversaires humains (enfin, plus ou moins) mais surtout aux fameux BT’s (Beached Things en VO), des entités venues on ne sait pas bien d’où mais qui sont responsables de l’état de notre monde. Avec notre BB (Bridge Baby en VO), capable de les repérer, il faudra se balader avec prudence dans les zones infestées. A ces occasions mais aussi lors d’attaques de campement plus tard dans le jeu, on retrouve un peu l’esprit d’infiltration d’un Metal Gear Solid.

Death Stranding Test

Le gameplay de Death Stranding s’avère donc assez répétitif mais réussit pourtant à donner toujours envie d’en faire un peu plus. Même s’il se montre moins innovant qu’espéré à l’origine, on peut certainement laisser à Kojima le bénéfice de nous proposer quelque chose de neuf, de différent de ce que les autres jeux actuels proposent. Ce n’est pas un gameplay pour tout le monde mais si vous savez prendre votre temps pour profiter d’un jeu, alors vous l’apprécierez sûrement.

Death Stranding n’a pas l’allure d’un jeu fun, facile et rapidement consommé comme la quasi-totalité des jeux vidéo modernes. C’est un jeu finalement assez sérieux, presque trop réaliste par certains côtés. En tant que joueur, il faut véritablement faire un effort pour en profiter pleinement mais le plaisir que l’on en retire est à la hauteur de l’investissement qu’il demande.

Un mot encore sur les interactions avec les autres joueurs qui font penser à ce que Dark Souls avait introduit il y a quelques années même si le concept est un peu plus poussé ici. On trouvera donc dans notre monde des messages laissés par d’autres joueurs, du matériel donné par les plus généreux, des colis abandonnés à ramener à leur propriétaire mais aussi de véritables aides dans le jeu, à l’image des échelles placées aux bons endroits pour nous faciliter la vie. Chaque élément peut être liké et cela encourage définitivement à partager nous aussi notre expérience avec les autres. Une bonne idée de gameplay pour un jeu qui aurait été sinon résolument solitaire.

Death Stranding Test

Conclusion

A une époque où le jeu vidéo se doit d’être de plus en plus speedé, Death Stranding propose une expérience à contre-courant de la quasi-totalité des grosses productions. Hideo Kojima nous invite à plonger avec lui dans une histoire de science-fiction aux accents de collapsologie mais pourtant résolument optimiste. Ajoutez à cela un titre au gameplay novateur qui invite le joueur à prendre son temps et à profiter du jeu, une musique qui vous hantera pendant de longues semaines et des décors absolument sublimes et vous obtenez ce que Kojima sait faire de mieux : un jeu vidéo intelligent, profond et différent de tout ce que à quoi vous avez joué jusqu’ici.

Si les joueurs les plus nerveux risquent de ne pas accrocher à ce qui est avant tout un jeu d’ambiance, les autres pourront en profiter à fond. Dans une année vidéo-ludique assez pauvre en jeux de qualité, voilà sans doute un titre qui fera date en cette fin d’année.

Ma Note : 9,5/10

Death Stranding sera disponible le 8 Novembre en exclusivité sur PS4.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *