Dead or Alive est une licence qui a toujours beaucoup fait parler d’elle pour le physique de ses combattantes. Et j’avoue que si voir combattre des demoiselles légèrement vêtues et aux mensurations affriolantes ne me laisse pas indifférent, le système de combat en lui-même est loin d’être mauvais.

Voici notre tes de Dead or Alive 6…

Kasumi, Ayane, Helena, Christie,… Autant de noms qui font penser à de belles demoiselles bien pourvues par la nature (je parle de leur capacité en combat bien entendu). La marque de fabrique de la licence Dead or Alive a toujours été le design sulfureux de ses héroïnes se battant comme de belles diablesses dans des costumes qui en feraient rougir plus d’une et terminant leurs combats sur des poses lascives à souhait. Bref, un vrai jeu tout public^^

Mais à côté de ses héroïnes aux poumons d’acier, Dead or Alive est aussi un jeu de combat plutôt technique qui met en avant un ingénieux système de combos associé à un système de contre qui n’a pas pris une ride au fil des épisodes.

Passons vite sur le roster qui reprend la plupart des combattants iconiques de la série tout en rajoutant deux petits nouveaux avec NiCO et Diego. Deux personnages qui se retrouvent un peu parachutés dans ce jeu et qui ne feront certainement pas partie des futurs favoris. Cela fait quand même 26 personnages jouables (dont une majorité de filles).

Passons également rapidement sur le mode scénarisé qui s’avère assez mou dans ce sixième épisode. Il s’exécute en deux bonnes heures et ne demande finalement qu’ à enchaîner un nombre limité de combats entrecoupés de scènes cinématiques assez réussies techniquement mais qui n’ont pas réussi à m’enthousiasmer outre mesure. Seul point intéressant mais aussi inutilement complexe, ce mode scénarisé est divisé en un énorme tableau de 10 chapitres représentant la ligne temporelle de l’histoire et de plusieurs dizaines de colonnes représentant les différents combattants. On pourra ainsi débloquer au fur et à mesure une série de flash-backs permettant de mieux situer le rôle de chacun. Ne vous attendez quand même pas à des révélations incroyables…

L’intérêt du jeu en solo est toujours à chercher dans ses modes les plus classiques : Arcade, Survival ou encore Time Attack que l’on enchaîne avec un plaisir non dissimulé. A noter quand même la disparition du mode Tag Team qui faisait pourtant partie des modes les plus populaires de la licence.

Dead or Alive 6 s’adresse d’ailleurs à tous les amateurs de jeux de combats qu’ils soient skillés ou pas et les raccourcis sont donc légions pour sortir des coups ultimes avec facilité. Même en étant nul aux jeux de combats, on peut donc très vite s’amuser à sortir des grosses attaques et des combos interminables tout en apprenant vite que la défense reste fondamentale pour l’emporter.

A noter que la barre des « Special Attacks » a une nouvelle fois évoluée puisqu’elle est divisée en deux parties qui seront surtout utilisées soit pour sortir un contre qui permet de briser toute combo, soit pour sortir un coup ultime qui aura même droit à sa petite cinématique. On est encore loin d’un Mortal Kombat mais l’intention est louable.

Visuellement, Dead or Alive 6 souffle le chaud et le froid avec des personnages plutôt bien modélisés et assez détaillés tandis que les décors semblent avoir une génération de retard. Certaines arènes sont assez réussies en proposant même une transition entre plusieurs plans de combat tandis que d’autres donnent l’impression d’avoir été récupérées d’une version PS2.

Comme dans tout Dead or Alive, ce sont les combattantes et leur design qui donne envie de continuer à se battre et sur ce point, Dead or Alive 6 s’avère très réussi. Un peu moins « aguicheur » au niveau des poses de nos héroïnes (on sent une certaine censure occidentale), elles conservent une capacité à enfiler une quantité infime de tissu tout en profitant d’un moteur physique à la gravité toujours aussi « rebondissante ». On notera quand même la disparition des costumes les plus déshabillés (quoique je ne serais pas surpris de les retrouver dans un DLC futur) mail il y a toujours un bon paquet de costumes à débloquer.

On peut d’ailleurs constater une injustice profonde puisque les filles disposent de beaucoup plus de costumes à débloquer que les garçons  mais bon, qui s’en plaindra^^

Dans ce sixième épisode, la Team Ninja a d’ailleurs choisi de nous faire farmer à l’infini pour débloquer les costumes puisque chaque combat nous permettra de débloquer quelques unités de costumes jusqu’à en avoir assez pour débloquer le costume tant attendu dans son entièreté. Un nouveau mode « DOA Quest » permet de remplir des missions spécifiques et d’apprendre les finesses du jeu au passage pour espérer recevoir quelques bonus bienvenus. Le problème, c’est que l’on ne sait jamais de quel costume on va recevoir des morceaux et il faut donc farmer à n’en plus pouvoir pour finalement débloquer un costume qui nous plait.

Pour le lancement du jeu, des bonus permettaient d’accélérer le nombre de morceaux de costumes rassemblés mais sans ceux-ci, débloquer un costume est quasiment mission impossible. On en viendrait presque à se demander si l’éditeur ne pousserait pas la vente de ses costumes en DLC. Il faut dire que le précédent épisode a eu un choix de DLC très large : plus de 1.000 euros à dépenser pour tout avoir, un chiffre astronomique qui en dit long sur la politique de DLC de la licence et qu’on risque de rapidement retrouver dans Dead or Alive 6.

Conclusion

Dead or Alive 6 reste un excellent jeu de combat pour tout amateur du genre qui souhaite trouver un gameplay équilibré et pas trop prise de tête. En bonus, la plastique sans faille de ses combattantes fait de Dead or Alive un jeu de combat vraiment hors du lot. Dommage que ce sixième épisode propose un mode scénarisé aussi peu intéressant et choisisse de nous faire farmer à l’infini pour débloquer le moindre costume intéressant (comprendre très peu habillé). Tout cela sent le DLC à plein nez et le pire, c’est que je risque bien de me faire avoir une fois de plus.

Ma Note : 7,5/10

Dead or Alive 6 est disponible sur PS4 et Xbox One.

Un commentaire sur “[Test] Dead or Alive 6 , une bataille de gros bonnets

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *