Peut-être vous rappelez-vous de la sortie il y a 4 ans de Soldats Inconnus : Mémoire de la Grande Guerre (que l’on avait testé ici) ? A l’époque, ce jeu ambitionnait de « célébrer » le centenaire de la guerre 14-18 en racontant une histoire différente de ce que le jeu-vidéo nous propose d’habitude et y arrivait assez bien.

Rebelote aujourd’hui puisque Yoan Fanise, le créateur de Soldats Inconnus, nous revient avec 11-11 Memories Retold. Bye bye Ubisoft puisque c’est avec Namco que ce nouveau jeu nous arrive et il ambitionne cette fois de célébrer l’armistice et la fin de la première grande « boucherie » du 20ème siècle.

11-11 Memories Retold a une véritable identité graphique et dans plusieurs années, il sera encore facilement identifiable dès le premier screenshot. Plutôt que de proposer des visuels simples à la « Soldats Inconnus » ou un hyper-réalisme digne d’un Battlefield, le studio DigixArt s’est associé à Aardman (surtout connu pour son travail sur Wallace et Gromit) pour donner une touche quasi-impressionniste à leur jeu.

Jouer à 11-11 Memories Retold, c’est comme plonger dans une peinture, comme si le monde qui nous entoure n’était pas tout à fait réel. Le résultat est tout simplement de toute beauté avec un travail sur l’éclairage et les textures qui vaut le coup d’oeil. Visuellement, on est donc immédiatement immergé dans une histoire qui n’a pas pour objectif de nous conter une histoire de héros mais juste l’histoire de deux hommes que l’histoire a mis, bien malgré eux, dans des camps opposés.

Si la direction artistique est de grand talent, que dire alors de la narration qui mélange avec un sens du rythme brillant les histoires de deux hommes que tout oppose. D’un côté, Harry, jeune photographe canadien (incarné par Elijah Wood) qui, dans l’espoir d’impressionner l’amour de sa vie, embarque pour la France en tant que reporter de guerre. De l’autre, Kurt (Sebastian Koch), un ouvrier allemand qui part à la guerre dans l’espoir de retrouver la trace de son jeune fils porté disparu sur le front.

Leurs histoires respectives nous sont racontées avec beaucoup de pudeur et de retenue principalement au travers de leurs correspondances (les lettres de Kurt à sa fille sont poignantes pour tout papa qui se respecte) avant que la guerre ne les amène rapidement à se croiser. Tout au long d’une narration proche de la perfection, on découvre leurs émotions, leur envie de vivre, leur envie de ne pas tuer le soldat qui n’a pas le bon uniforme et petit à petit, nous orientons leur histoire lors de quelques choix clés qui nous amèneront à l’une des nombreuses fins possibles.

11-11 Memories Retold n’a pas été pensé comme un jeu historique au sens noble du terme, autrement dit, il n’est pas 100% fidèle au déroulement de la Guerre et les profs d’histoire risquent de ne pas apprécier. L’objectif de ce jeu est à chercher plutôt du côté de notre attachement aux personnages, à leur profonde humanité là où l’humanité n’a quasiment plus cours. Ainsi, plutôt que de constituer un livre d’histoire froid et sans profondeur, on découvre un jeu qui utilise la première guerre mondiale comme toile de fond d’une histoire où l’émotion et la relation entre les hommes est primordiale.

Pour encore renforcer ce sentiment d’immersion aux côtés de personnages brillamment écrits et brillamment interprétés par des acteurs de premier plan, il y a bien sur la direction artistique unique du titre mais aussi la musique d’Olivier Derivière qui, par sa justesse impressionnante, nous plonge dans cet univers où l’homme était devenu fou.

11-11 Memories Retold est une véritable oeuvre d’art, un hommage vibrant aux millions d’hommes qui se sont battus souvent contre leur volonté mais en tant que jeu-vidéo, celui-ci a ses limites. Les phases de gameplay sont bien souvent simplistes et consistent à aller cherche un objet à ramener ou  résoudre de petites énigmes bien trop faciles. Et si le parti pris impressionniste  contribue à l’ambiance unique de ce titre, il faut reconnaître que la lisibilité n’est pas toujours optimale et qu’il faudra parfois écarquiller les yeux pour voir où l’on va, où pour chercher l’objet qui nous manque.

Conclusion

11-11 Memories Retold est une véritable expérience narrative qui, en plus de nous raconter une aventure hors du commun, nous mettra au défi de faire des choix cornéliens. Avec sa durée de vie d’environ 5 heures (sans compter les fins alternatives), ce jeu oscille entre un scénario qui saura vous toucher et des phases de gameplay souvent maladroites. Il faut donc y jouer pour ce qu’il est : une magnifique aventure au sein d’une époque révolue et que l’on souhaite ne jamais connaitre en vrai. Un peu comme Soldats Inconnus à son époque, 11-11 Memories Retold aurait sa place dans les écoles, tout autant que dans votre salon.

Ma Note : 8/10

11-11 Memories Retold est disponible sur PS4, XBox One et PC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *