Difficile de passer à côté tant l’info fait le tour de tous les réseaux sociaux. Fortnite, le jeu d’une génération entière a été banni de l’app store d’Apple et du Play Store de Google. Une histoire de gros sous que l’on essaye de décrypter avec vous.

Le jeu vidéo est notre loisir favori mais c’est aussi (et surtout) un business florissant qui brasse des milliards de dollars. C’est encore plus le cas quand on parle de Fortnite, un jeu free to play financé avec des micro-transactions qui est devenu un véritable phénomène du jeu vidéo. Un énorme succès qui a permis à Epic Games de sortir du rang et de se présenter comme un des gros noms du milieu.

Après avoir défié Steam sur son propre terrain, c’est aux magasins d’applications (les fameux « stores ») qu’il s’attaque. Epic Games a toujours rechigné à respecter les conditions drastiques mises en place par Apple et Google pour être repris dans leur stores.

Le principal point de désagrément, : les fameux 30% de commission ponctionné par les stores sur chaque achat réalisé.

Ce montant qui parait assez clairement abusif a été longtemps dénoncé sans qu’aucun acteur ne se décide réellement à agir. De leur côté, les stores avancent l’argument que cette commission permet de financer la sécurité des utilisateurs. Ce qui est sans doute vrai mais on peut aussi se dire qu’ils n’ont aucune envie de rogner leur marges.

Epic Games secoue le cocotier…

Pendant longtemps, Epic Games a été accusé de ne pas mettre à disposition son jeu fétiche sur les stores officiels et jouait donc le rôle du méchant auprès des joueurs. Pour finalement, rentrer dans le rang il y a un bon moment maintenant.

Très malin, ils ont lancé ce 13 août une mise à jour discrète permettant de réaliser des paiements dans le jeu en lui-même sans passer par la fameuse case des 30% de commission. La réaction des stores n’a pas tardé puisque quelques heures plus tard, Apple bannissait Fortnite de son App store suivi par le Play Store de Google.

Les rôles s’inversent puisque Epic Games prend le rôle du défenseur des utilisateurs face aux « méchants » stores tandis qu’Apple (et dans une moindre mesure Google) deviennent les méchants de l’affaire.

Une communication particulièrement intelligente d’Epic Games qui s’attendait au banissement et a publié dans la foulée une parodie de la célèbre publicité Apple de 1984. A l’époque, Apple condamnait la toute puissance d’IBM et ses manœuvres monopolistiques. Aujourd’hui, les rôles semblent bien inversés puisque c’est Apple qui est accusé de manœuvres peu reluisantes de la part d’Epic Games.

N’oublions pas que le timing de cette action est également bien choisi puisque aussi bien le Sénat américain que la Commission européenne s’intéressent de près aux pratiques des grands stores d’application et que des répercussions financières mais aussi structurelles sont attendues.

Notons d’ailleurs qu’Epic Games a depuis été rejoint par Spotify et Tinder dans leur action. Une fronde contre les store qui risquent de changer pas mal de choses.

Néanmoins, ce serait très réducteur que de considérer Epic Games comme le grand défenseur de l’utilisateur opprimé. N’oublions pas qu’Epic Games brasse beaucoup d’argent et appartient à 40% au géant chinois Tencent.

Apple est également plus attaqué que Google dans cette affaire pour une raison très simple : à condition de s’y connaitre un peu, on peut tout à fait se passer du Play Store dans un environnement Android. Rien ne l’interdit si ce n’est la nécessité de bidouiller un peu.

Chez Apple, tout passe obligatoirement par l’App Store, ce qui en fait un environnement totalement cadenassé par Apple.

Mais peut-on encore jouer dans ces conditions ?

Aussi bien chez Google que chez Apple, l’app Fortnite a disparu du catalogue. Impossible de la télécharger sauf si vous l’aviez déjà téléchargé auparavant. Elle se trouvera alors toujours dans votre liste de téléchargement et vous pourrez la récupérer et l’utiliser sans problèmes.

Mais cela changera lors de la prochaine mise à jour majeure puisque vous ne pourrez pas la télécharger et ne pourrez donc plus jouer au jeu.

Si vous jouez sur plateforme Apple et que rien en change d’ici la mise à jour, les carottes seront cuites et le jeu inaccessible à moins de procéder à des manœuvres « compliquées ». N’oublions pas qu’Apple reste un environnement le plus fermé possible.

Si vous jouez sur Android, il sera toujours possible de télécharger le jeu via un .apk et de l’installer manuellement. Rien de bien compliqué pour un utilisateur habitué d’Android mais n’oubliez pas que vous perdrez au passage la facilité des mises à jours automatiques ou la sécurité offerte par le play store en matière d’applications tierces. A réserver donc aux utilisateurs qui savent ce qu’ils font.

Et maintenant ?

Peu de choses de plus à dire aujourd’hui si ce n’est que bien plus que Fortnite, c’est l’ensemble du fonctionnement et du pricing des stores qui est en jeu. Autant dire qu’Apple et Google ne vont pas se laisser faire.

Epic Games a intoduit une plainte contre Apple (et dans une mesure plus limitée contre Google). On peut s’attendre à des années de bataille juridiques, comme c’est souvent le cas dans des dossiers de ce type. Attention quand même au fait qu’Epic Games a également introduit une demande de levée du bannissement en attente de la décision finale. Si celle-ci est acceptée, une jurisprudence décisive pourrait déjà débloquer la situation et transformer tout le business model qui règle les stores d’applications.

Bien plus que Fortnite, c’est toute une industrie et des milliers de développeurs qui seront impactés !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *