[Test] Splatoon, quand les calamars prennent le pouvoir 
par Quantic

jeudi 11 juin 2015 19:46 0 commentaire

 splatoon,test,avis,nintendo

Splatoon est une nouvelle licence Nintendo, oui, oui, vous avez bien lu, une nouvelle licence. Voilà un bon moment que l’on attendait une vraie prise de risque de la part de Nintendo. Partons donc à la découverte de nos nouveaux amis calamars un brin bagarreurs...


Splatoon avait tout du jeu prototype : une idée grandiose, un gameplay original mais aussi une vraie interrogation des gamers quant au contenu que Nintendo allait pouvoir proposer. Il est vrai qu'un bon concept de gameplay suffit rarement à lui tout seul pour justifier le prix plein d'un jeu sur console de salon. Si c'était le cas, les jeux mobiles couteraient un bras...

 splatoon,test,avis,nintendo

Un gameplay simple mais diablement addictif

L’idée derrière Splatoon a tout du trip sous acide : Des calamars s’affrontent dans des arènes fermées à grands coups de pistolets à peinture pour décider de quelle équipe réussira à mieux repeindre le niveau.

A force de venir avec de telles idées, on va finir par imaginer que les réunions créatives chez Nintendo se font sous influence de substances pas très légales. Mais le pire, c’est que cette idée a priori saugrenue, donne naissance à des innovations de gameplay incroyablement inventives et à des parties endiablées addictives à souhait.

Le mode multijoueur de base : la Guerre de Territoires se voit donc s'affronter 2 équipes de 4 calamars. Chaque bestiole est équipée d’une arme qui sert à repeindre littéralement le niveau et à éliminer au passage nos adversaires. A la fin, l’équipe qui a le mieux repeint le niveau l’emporte. Sauf que ce n’est pas si simple car lorsque l’on se promène sur des zones déjà repeintes à notre couleur, on peut plonger dedans pour remplir notre réserve de peinture mais surtout pour se déplacer plus vite et devenir invisible.

 splatoon,test,avis,nintendo

Rapidement, on apprend à jongler entre la phase "peinture" où l’on repeint toute l'arène tout en étant lent et donc très vulnérable et la phase "Calamar" ou l’on se transforme en une sorte de Predator à tentacules pour se faufiler jusqu’à l’ennemi et le surprendre en pleine action.

A l’idée de génie qui consiste à se bagarrer à coup de peinture (qui fait plus penser aux batailles de pistolets à eau de notre enfance qu’au Paintball) se rajoute un aspect tactique étonnement développé. Idéalement, il faut se partager le niveau avec nos camarades de jeu afin d’optimiser la couverture de peinture sauf que seul face à plus d’un adversaire, c’est la mort quasi assurée. Il faut donc constamment surveiller la carte du niveau (affichée sur le gamepad) afin de déterminer quand un allié a besoin d’aide ou quand une attaque combinée créerait une brèche.

 splatoon,test,avis,nintendo

En plus de simplement repeindre le plancher à coup de couleur bien criarde, le joueur expérimenté utilisera une autre astuce de génie qui consiste à autoriser à son calamar de grimper aux murs ci ceux-ci sont de votre couleur. Les murs ne comptent pas dans le décompte final mais ils autorisent la création de raccourcis qui permettront d’attaquer des zones que l’adversaire pensait être à l’abri et même le contourner pour repeindre sa base dans son dos.

Quel dommage quand même qu’il n’y ait aucun chat vocal qui simplifierait grandement la coordination entre équipiers mais d’un autre côté, on apprend vite à surveiller ce qui se passe dans le niveau afin de réussir à garder une bonne cohésion dans l’équipe.

splatoon,test,avis,nintendo

Un solo plutôt inventif

Splatoon propose donc un mode multijoueur de base particulièrement innovant mais le risque était qu’il ne propose que cela et tombe du coup dans les travers d’un Evolve. Vous savez que j’ai adoré le mode Evacuation de ce titre mais même le fan le plus acharné se doit de reconnaitre que le titre de 2K a échoué à nous proposer plus qu’un bon concept. Splatoon semble s’en sortir un peu mieux.

D’abord en nous proposant un mode solo plutôt original qui alterne séance d’exploration pour trouver les entrées des niveaux et mélange de plateformes et de shoot pour le reste. On y découvre au passage quelques astuces qui seront utiles dans les parties multijoueurs mais surtout on débloque des bonus permanents qui nous donneront un avantage certain dans les arènes. Cette partie solo de Splatoon n’est pas immanquable, loin de là, mais on parcourt les 30 niveaux disponibles avec un plaisir certain.

 splatoon,test,avis,nintendo

L’autre point fort de Splatoon est de réussir à associer le fun et l’addictivité des parties multijoueurs à une vraie progression. Après chaque partie, on gagne de l’expérience pour monter en niveau et débloquer de nouvelles armes et vêtements. On peut ainsi acquérir chapeaux, T-shirts et chaussures qui nous conféreront des bonus non-négligeables si on les choisit intelligemment, en fonction de notre manière de jouer. Ainsi, on peut cumuler des bonus nous permettant de nous déplacer plus vite, d’avoir un plus grand réservoir de peinture, etc. On peut compter jusque 4 bonus cumulables sur chaque pièce d’équipement. De quoi nous booster allègrement.

Même chose du côté des armes, puisqu’au fur et à mesure de notre progression en niveaux (niveau max de 20 actuellement), on débloque de nouvelles armes qui changent réellement le gameplay. Les armes ont toutes des noms très folkloriques mais au final, on retrouve toutes les variantes des shooters classiques (pistolet, sniper, arme de contact, roquette, ...). La composante commune étant quand même que la portée des armes est souvent réduite nous forçant à aller au contact ou à ruser pour se rapprocher des adversaires.

 splatoon,test,avis,nintendo

En plus des armes de base, on compte aussi une arme secondaire, souvent très gourmande en peinture, pour tenter de retourner une situation mal engagée. Là aussi, on retrouve les classiques du shooter avec parfois des idées plus innovantes comme cette fontaine de peinture qui bloque véritablement vos adversaires sur des arènes un peu serrées. Enfin, si votre talent de peintre est suffisamment au point, vous débloquerez une arme spéciale, souvent une variante surpuissante de l’arme secondaire. Bien utilisée, voilà une action qui peut renverser une partie.

splatoon,test,avis,nintendo

Du contenu à petites doses

Le gameplay de Splatoon est très original et Nintendo a clairement eu peur qu’il soit incompris par les joueurs. Résultat : le contenu va être libéré par petites doses. Voilà peut-être le principal défaut de ce jeu. Pour l’instant, le contenu est très limité alors que l’on sait que Nintendo en garde sous le coude. Ainsi, actuellement, seules 5 arènes multijoueurs sont disponibles dont 2 seulement jouables à un moment donné (elles changent toutes les 4 heures). Seulement deux modes de jeux multijoueurs sont disponibles dont un réservé aux joueurs ayant atteint le niveau 10 (ce qui demande quand même quelques heures de jeu). Et on murmure que deux autres modes seront débloqués dans les mois à venir.

Si cela permet aux joueurs d’apprendre les subtilités du gameplay, les joueurs les plus accros seront déçus de devoir attendre le bon vouloir de Nintendo pour varier un peu leurs activités.

 splatoon,test,avis,nintendo

Enfin, les amiibos proposent également des petits jeux exclusifs, comme d’habitude, loin d’être indispensables. Ils permettent juste de réaliser des défis dans des conditions bien précises pour débloquer des bonus exclusifs. A moins d’être un collectionneur compulsif d'amiibos (on ne pense pas du tout à nous), rien de véritablement indispensable.

Un petit mot pour terminer sur le multi local qui aurait pu constituer une raison supplémentaire de sortir la Wii U dans les soirées entre amis mais sur ce coup, c’est raté. Probablement que le fait que Nintendo oriente Splatoon sur la voie du multi compétitif y est pour quelque chose. Le multi local sera donc limité à 2 joueurs (un sur le gamepad et un avec une manette classique et la télévision) mais plus de compétition de peinture ici puisqu’il s’agit de crever des ballons pour marquer des points. Cette variation du gameplay n’est pas inintéressante mais est loin d’apporter autant de plaisir que la version multijoueur classique.

splatoon,test,avis,nintendo

Conclusion

Splatoon est une vraie réussite et une preuve supplémentaire que Nintendo peut prendre des risques payants et créer une nouvelle licence d’emblée gagnante. Le fun et l’addictivité des batailles de calamars sont difficilement comparables à un autre titre et ce jeu crée véritablement son genre à lui dans la catégorie des shooters multijoueurs. Mignon, très bien réalisé techniquement, Nintendo prouve au passage qu’il est capable de gérer correctement un jeu quasiment entièrement tourné vers le multijoueur.

Certains choix pourront quand même surprendre comme l’absence de chat vocal dans un jeu qui en bénéficierait tellement ou l’idée de distribuer du contenu au fur et à mesure, ce qui donne l’impression que Nintendo considère ses joueurs comme trop idiots que pour avaler tout en une fois. Néanmoins, avec un solo original et une vraie progressivité dans la montée en niveau, Splatoon évite pour l’instant l’écueil qu’Evolve (dans un genre proche et pourtant si différent) avait pris en pleine face. Espérons maintenant que le contenu supplémentaire ne tardera pas trop et sera à la hauteur de ce qui est disponible actuellement.

Ma Note : 8,5/10

Splatoon est disponible en exclusivité sur Wii U.

         0 commentaire

dans Gaming, Test, Wii U
Tags : splatoon, test, avis, nintendo

Écrire un commentaire