Les bandes dessinées sont riches en contenu protégé par le droit d’auteur : textes créatifs, graphiques uniques et œuvres d’art détaillées. C’est pourquoi publier sa propre BD exige quelques connaissances juridiques, qu’il faut maîtriser en amont afin de protéger légalement son œuvre.

Les étapes pour publier une bande dessinée sont en réalité assez simples, et il existe différentes possibilités de publication ainsi que différents types de contrats. Comment s’y retrouver ? Lisez cet article pour tout savoir sur la publication de sa propre BD.

Comment publier sa propre bande dessinée ?

Les auteurs de BD publient leurs bandes dessinées de quatre manières différentes. Chaque possibilité présente ses propres avantages et inconvénients, et le choix de la bonne méthode de publication dépendra donc de vos besoins.

La publication traditionnelle avec une maison d’édition

La voie d’édition la plus connue : les maisons d’édition. Vous pouvez soumettre votre œuvre à une maison d’édition et travailler avec eux pour la publication de votre BD. De nombreux petits éditeurs indépendants de bandes dessinées acceptent les soumissions directement des auteurs.

Le plus grand avantage est que vous bénéficiez du soutien de votre éditeur, et ne devez pas passer par le processus de création de la bande dessinée seul. Les coûts de production seront couverts, et c’est ensuite à vous de négocier le contrat.

La publication d’une BD numérique

Avec l’essor des smartphones et des lecteurs électroniques tels que Kindle, les bandes dessinées numériques sont plus populaires que jamais. Il existe d’excellentes plateformes pour mettre vos BD numériques entre les mains des lecteurs, telles que comiXology dont Amazon est propriétaire.

De plus, Amazon propose un logiciel gratuit pour vous aider à mettre une bande dessinée sur Kindle. L’avantage principal de cette option est qu’elle est la moins chère à produire.

La publication d’un webcomic

C’est l’un des moyens les plus faciles de publier sa BD, car c’est un format plus court qui demande moins de travail. La plupart des webcomics se rapprochent davantage des BD des journaux que d’une véritable bande dessinée.

Ainsi, vous pouvez d’abord vous constituer un public et, lorsque vous en avez créé suffisamment, vous pouvez les combiner et les autopublier dans une anthologie.

La publication d’une BD en autoédition

L’autopublication d’une bande dessinée peut être une excellente option si vous voulez des redevances plus élevées et un meilleur contrôle créatif. Vous pouvez également publier vous-même des exemplaires imprimés d’une bande dessinée.

C’est une bonne chose pour toucher les collectionneurs de BD, qui veulent des exemplaires imprimés et pas numériques. L’autoédition vous permet d’avoir une copie physique de votre bande dessinée, mais c’est une option plus coûteuse.

Les contrats d’édition de BD : comment ça marche ?

Les contrats relatifs aux bandes dessinées sont souvent difficiles à interpréter et comportent des termes déroutants. Aujourd’hui, beaucoup de contrats sont réalisés de manière numérique, et signés en ligne également. Mais rassurez-vous, il est très facile d’ajouter une signature à votre PDF.

Notez qu’il existe trois types de contrats d’édition de bande dessinée : le contrat de travail standard, le contrat de participation des créateurs et le contrat de propriété du créateur.

Le contrat de travail standard en tant que créateur de BD

Ce type de contrat est un contrat standard entre une société et un employé. Il implique que la maison d’édition vous engage pour dessiner, écrire, mettre en page, encrer ou colorier pour elle, mais vous n’êtes pas propriétaire de l’œuvre que vous créez. Vous travaillez pour la société d’édition.

Si vous êtes l’artiste, vous pouvez évidemment conserver vos pages originales si vous ne dessinez pas numériquement. Ce type de contrat est relativement nouveau, car à l’âge d’or de la bande dessinée, les éditeurs conservaient généralement les pages.

Le contrat de participation des créateurs

Ce que l’on appelle des contrats de participation des créateurs, c’est lorsque l’éditeur prend une participation dans une partie des droits de vos personnages et de vos créations.

Souvent confondu avec le contrat de propriété des créateurs, qui est expliqué un peu plus bas, ce type de contrat permet à l’éditeur d’avoir son mot à dire sur ce que vous pouvez ou ne pouvez pas faire avec la propriété, et de gagner de l’argent grâce à d’éventuels accords de licence ou d’option.

Le contrat de propriété du créateur

Ce type de contrat implique que vous êtes propriétaire de l’ensemble de votre travail, de vos personnages et de vos créations. La maison d’édition ne recevra probablement qu’une licence pour les droits d’édition de la bande dessinée, et cela peut ne durer qu’un certain temps.

Toutefois, il est possible qu’avec ce contrat, vous ne soyez payé qu’en redevances et sans avance. Mais vous conservez tous vos droits et pouvez utiliser votre BD comme bon vous semble.

Enfin, avant de signer tout contrat d’édition, veillez toujours à bien lire chaque section du contrat et à faire appel à un juriste si besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.