[Critique Mangas] Re:Zero, premier arc, un petit air de Groundhog Day vidéoludique 
par Aelya

mercredi 24 mai 2017 19:16 0 commentaire

re:zero,re:life in a different world from zero,premier arc,ototo,manga,avis,critique

Re:Zero, Re:Life in a different world from zero, premier arc : une journée à la capitale... Derrière ce titre à rallonge se cache l'une des nouvelles séries des éditions Ototo. Comme c'est un peu long (et que l'on ne travaille pas au nombre de caractères), je me contenterais de l'appeler Re:Zero pour vous faire part de mon avis sur les deux premiers tomes composant le premier arc de ce manga plutôt sympathique...


C'est en sortant d'une supérette après avoir fait ses courses que Subaru Natsuki, élève de terminale, se voit transporter dans un monde de Fantasy. Au lieu de s'en inquiéter, il s'en réjouit, imaginant déjà avoir récupéré des supers pouvoirs et ainsi devenir un héros comme dans un jeu vidéo. Il déchante assez vite lorsqu'il se fait tabasser par trois voyous et qu'une jeune fille passant par-là l’abandonne à son triste sort. Finalement, une jolie demi-elfe un peu hautaine et son esprit finissent par lui venir en aide.

De façon assez classique, Subaru tombe sous son charme et jure de l'aider à retrouver l'insigne qu'on lui a volé. Les choses se compliquent et toute la petite bande se fait tuer.... Bizarrement, Subaru se réveille exactement à l'endroit où il avait été transporté dans ce nouveau monde : en fait, il avait bien acquis un pouvoir, celui de la mort réversible. A chaque fois qu'il meurt, il repart de ce checkpoint, un peu comme une sauvegarde de jeu-vidéo. Il jure alors de tout mettre en oeuvre pour sauver la jolie demi-elfe.

re:zero,re:life in a different world from zero,premier arc,ototo,manga,avis,critique

Adapté d'un light novel écrit par Tappei Nagatsuki et illustré par Shinichirô Ôtsuka, ce manga dessiné par Daichi Matsuse mélange donc Fantasy, référence vidéoludique et a un petit air de Groundhog Day avec Bill Murray (Un jour sans fin en français). Ce mix s'avère payant car l'histoire est plaisante à suivre et s’enchaîne sans temps mort avec pas mal d'action. On pourrait avoir peur de sombrer dans une certaine répétitivité, mais ce n'est pas le cas.

Chaque mort oblige notre héros à recommencer mais cela lui offre la possibilité d'agir de façon différente, de rencontrer d'autres personnages et surtout de reconstruire les relations qu'il a avec eux. En effet, tout comme dans un jeu vidéo, sa mort efface tout ce qu'il a fait auparavant pour les autres personnages : son existence a disparu et avec elle tout ce qu'il a accompli même si lui conserve ses souvenirs. Ainsi, le lien qu'il a eu tant de mal a établir entre lui et la joli demi-elfe se voit réduit à néant lors de sa mort et il doit tout recommencer. 

re:zero,re:life in a different world from zero,premier arc,ototo,manga,avis,critique

Je trouve cet aspect très intéressant, surtout que le héros se lie avec plusieurs personnages mais doit à chaque fois repartir sur de nouvelles bases. Je suis curieuse de voir comment cela va évoluer dans le deuxième arc, surtout au vue de la fin du premier.

Le style graphique clair et précis de Daichi Matsuse est très réussi et agréable à lire avec des personnages au design fidèle au light novel (le manga étant sorti avant l'anime, je ne peux dire fidèle à l'anime^^).

Comme à leur habitude, les éditions Ototo offrent une belle édition du manga avec des pages en couleur, un papier de qualité et de belles jaquettes.

Bref, le premier arc de Re:Zero s'avère très réussi avec des personnages intéressants et un concept de "mort réversible" bien exploité même si relativement classique. La fin du deuxième tome apporte une certaine conclusion à l'histoire mais reste suffisamment ouverte pour donner envie de se plonger dans le deuxième arc... en tous cas, c'est ce que je ferai lors de sa sortie.

Les tomes un et deux de Re:Zero, Re:Life in a different world from zero, premier arc : une journée à la capitale  par les éditions Ototo sont déjà disponibles dans toutes les bonnes librairies et je vous invite à les découvrir.

  

 

Les commentaires sont fermés.