[Test] Deus Ex : Mankind Divided, le retour d’un bijou de la science-fiction 
par Quantic

lundi 05 septembre 2016 18:58 2 commentaires

 deus ex mankind divided,deus ex,test,avis,eidos montreal,eidos,adam jensen

Deus Ex est une licence chère à mon cœur. Le tout premier Deus Ex, celui de Warren Spector en 2000 est même à la première place de ma liste des meilleurs jeux-vidéo de tous les temps. C’est vous dire comme j’aime cette licence.

Après un brillant reboot en 2011 qui nous a vite fait oublier l’abominable suite Invisible Wars de 2004, Eidos Montreal nous revient avec la suite directe de Human Revolution. On retrouve donc avec plaisir Adam Jensen, notre augmenté préféré, pour une suite en véritable feu d’artifice : Mankind Divided. Un titre prémonitoire qui annonce son lot de décisions difficiles et de choix irréversibles. Voici notre avis sur Deus Ex : Mankind Divided...


Faire la liste des qualités d’un jeu comme Deus Ex : Mankind Divided est difficile car par quoi commencer ?

Le scénario, le gameplay, la technique impeccable, l’interprétation sans faille, l’ambiance unique, la direction artistique, ... J’ose quand même placer en tête de ma liste le scénario, grande force de Human Revolution qui est encore une fois proche de la perfection. Les amateurs de bonne science-fiction d’anticipation vont se régaler, non seulement par le contexte mais aussi par les nombreux rebondissements auxquels on prend activement part.

Mankind Divided est une suite directe de Human Revolution, difficile donc de ne pas vous spoiler le premier épisode si vous n’y avez pas encore joué (pauvre de vous si c’est le cas) mais j’essaierai de ne pas trop en dire. Deux ans après "l’incident", les augmentés sont devenus de véritables parias de la société. Fichés, surveillés, c’est à une véritable ségrégation à laquelle on assiste : brutalité policière, transport en commun séparé, etc.

 deus ex mankind divided,deus ex,test,avis,eidos montreal,eidos,adam jensen

Le début de l’aventure d’Adam s’apparente à une plongée en pleine apartheid.

Adam en fait également les frais en tant que seul augmenté d’une équipe d’intervention spéciale. Mais rapidement, il se pose des questions et se lance dans sa propre enquête...

Ça, c’est pour le scénario principal mais Deus Ex oblige, les activités secondaires sont nombreuses et même si Deus Ex n’est pas un RPG dans le sens "classique" du terme, toutes les "quêtes" s'avèrent intelligemment construites, moralement toujours difficiles et même la plus petite des missions annexes risque bien de mettre en doute votre moralité.

L’ensemble transcende le scénario de Mankind Divided en un petit bijou du genre. Très progressif, on perçoit une vraie montée en puissance des enjeux tout en nous questionnant sans cesse sur ce que le transhumanisme apportera à notre société. Un scénario où l’on se sent véritablement impliqué tout en nous faisant réfléchir, que demander de plus ?

deus ex mankind divided,deus ex,test,avis,eidos montreal,eidos,adam jensen

Un level design qui frise la perfection

Si le scénario est la pierre angulaire de la réussite de Mankind Divided, le Level Design est sa poutre porteuse. On retrouve bien entendu le principe de base de la licence Deus Ex : le choix de s’infiltrer en fantôme (on peut terminer le jeu sans tuer personne... même les boss) sans faire de vagues ou au contraire faire tout péter sur son passage.

La solution bourrine s’avère bien plus convaincante que dans Human Revolution avec des armes à l'impact plus marqué et un vrai sentiment de dominer le champ de bataille. Les armes à dispositions sont nombreuses et toutes customizables très facilement. Quant aux nouvelles augmentations disponibles, elles sont totalement létales transformant Adam en machine à tuer. Je vous l’avoue, j’ai encore du mal à concevoir que l’on puisse parcourir l’univers de Deus Ex de cette manière mais si l’infiltration n’est pas votre truc, vous pourrez quand même profiter de Mankind Divided tout en découvrant un gameplay d’action dynamique à souhait.

 deus ex mankind divided,deus ex,test,avis,eidos montreal,eidos,adam jensen

Mon truc, je vous l’avoue, c’est plutôt de parcourir le jeu sans tuer personne et sans déclencher d’alarme.

Et croyez-moi, c’est plus facile à dire qu’à faire même si la difficulté m’est apparue un peu plus abordable que dans Human Revolution. Il faut dire qu’en 5 ans, les québécois d’Eidos nous ont pondu un level design du feu de Dieu. Si vous êtes du genre fouineur, les raccourcis sont partout, y compris en hauteur puisque Adam devra beaucoup plus grimper dans tous les sens pour s’infiltrer un peu partout.

Cela ouvre véritablement le champ des possibilités en démultipliant encore les approches possibles face à une mission donnée. De plus, les nouvelles augmentations d’infiltration sont de petits bijoux d’ingéniosité desquels on aurait aimé pouvoir abuser. Nos amis d'Eidos s’en doutait et ils ont donc mis un garde-fou sévère : l’utilisation des augmentations coûte cher en énergie et on se retrouve bien vite à court de courant pour les utiliser. De quoi nous sauver la partie en cas de problème soudain mais sans trop nous faciliter la tâche non plus.

 deus ex mankind divided,deus ex,test,avis,eidos montreal,eidos,adam jensen

Une direction artistique au-dessus de tout soupçon.

On continue la liste des réussites avec la direction artistique, plus réussie encore que celle de Human Revolution. L’univers n’est pas réellement original car proche de celui que l’on connait déjà mais sa cohérence est quasiment parfaite. Difficile de déceler dans ce jeu un élément qui ne colle pas à son environnement.

Visuellement, le travail sur l’architecture est particulièrement réussi mélangeant avec brio structures modernes et bâtiments anciens pour un mélange diablement réaliste. Le travail sur les personnages est également impressionnant de par leur caractère et leur absence de comportement binaire. Dans ce jeu, personne n’est gentil ou méchant, tout le monde est gris, Adam compris. C’est tellement rare de retrouver ce genre de héros dans les productions populaires que c’est un vrai plaisir de passer une bonne quarantaine d’heures de jeu (à condition de bien fouiner partout) à leurs côtés.

Techniquement parlant, Mankind Divided n’est pas le plus beau jeu du monde. Les animations faciales semblent dater un peu, certaines textures font mal aux yeux et même la fluidité n’est pas toujours au rendez-vous mais ce monde est tellement riche, visuellement parlant, que ces défauts sont vite oubliés.

 deus ex mankind divided,deus ex,test,avis,eidos montreal,eidos,adam jensen

Si on doit trouver un défaut à Mankind Divided, c’est finalement celui d’être très proche de Human Revolution.

Ce dernier m’avait tellement étonné par sa qualité à son époque que l’on en attendait presque autant de Mankind Divided. L’étonnement n’est plus là mais Eidos Montreal a quand même réussi à repartir des bases de Human Revolution pour nous proposer une seconde lecture de l’univers d’Adam Jensen de très bonne qualité.

Enfin, un dernier mot sur le multi-joueur désynchronisé : Breach. Sous ses apparences d’ajout un peu artificiel, ce mode de jeu s’avère franchement réussi. Encore une fois le level design est intelligent et on peut pousser le gameplay d’Adam à ses limites. Avec son côté "jeu à best score", c’est le genre de mode de jeu idéal pour prolonger un peu l’expérience Mankind Divided et même beaucoup si on a l’ambition de bien figurer dans le classement.

deus ex mankind divided,deus ex,test,avis,eidos montreal,eidos,adam jensen

Conclusion

Deus Ex : Mankind Divided est une fantastique réussite pour Eidos Montreal. Sur les excellentes bases de Human Revolution, les québécois réussissent à nous proposer une véritable évolution aussi bien en matière de gameplay que d’histoire. Le joueur sera constamment tiraillé par sa moralité et le sentiment de liberté parait encore plus important que dans le précédent épisode.

Visuellement, ce titre n’est pas dénué de défauts et les esprits les plus chagrins pourront lui reprocher d’être finalement assez proche de son prédécesseur mais réussir à conserver l’excellent niveau de qualité du reboot de 2011 était déjà un exploit en soi. Des suites de cette qualité, j’aimerais en découvrir à longueur d’année. Que vous soyez déjà conquis par la série ou que vous la découvriez seulement, il n’y a pas à tergiverser, il vous faut revêtir la condition d’augmenté de notre ami Adam Jensen et découvrir le fantastique univers de Mankind Divided.

Ma Note : 9/10

Deus Ex : Mankind Divided est disponible sur PS4, Xbox One et PC.

    

Commentaires

Bien d'accord avec ce test. Deus Ex Mankind Divided est un vrai petit bijou et je me suis régalé dessus. Le seule reproche que j'aurais à lui faire c'est la réalisation sur PS4. ça manque d'effet ouahou et puis ça rame pour rien du tout

Écrit par : blog jeu vidéo | 20/09/2016

Répondre à ce commentaire

Oui, j'ai trouvé aussi que, visuellement, c'était joli mais pas inoubliable.
Ceci dit, c'était déjà le cas sur leur précédent jeu.
Par contre, la direction artistique est excellente, on sent tout le travail créatif sur ce jeu.

Écrit par : Quantic | 24/09/2016

Écrire un commentaire