[Test] Far Cry 4, l’appel de la montagne 
par Quantic

mercredi 04 février 2015 19:04 0 commentaire

 far cry 4,test,avis,monde ouvert

Far Cry 3 est le seul jeu auquel j’ai accordé 9,5/10 en près de 4 ans. Vous pouvez donc imaginer mon excitation lorsque je me suis lancé dans Far Cry 4. Une excitation, mêlée, je l’avoue, à un peu de crainte car en seulement 2 ans de développement, je ne voyais pas ce qu’Ubisoft allait pouvoir nous proposer de foncièrement original. Et si ce quatrième épisode ne crée pas la surprise, il se place facilement dans le peloton de tête des meilleurs FPS de ces derniers mois...


Bon, une chose est certaine, Ubisoft n’a pas repensé la formule magique de Far Cry 3 de fond en comble, ni même en surface. Si vous avez, comme moi, usé votre manette sur le précédent épisode, les similarités sauteront aux yeux dès les premières minutes. Même méchant un peu dingue, même univers à base de rebelles qui ont besoin d’aide, même héros un peu paumé qui se transforme en guerrier de l’extrême, ... mais l’exploit pour Ubisoft est de réussir à m’avoir fait oublier toutes ces similarités pour me happer littéralement dans un monde ouvert qui fera date dans le genre.

far cry 4,test,avis,monde ouvert

Kyrat un jour, Kyrat toujours.

Mais commençons par le commencement, le scénario de Far Cry 4 se déroule en Kyrat, une petite république obscure perdue quelque part dans l’Himalaya. Cette charmante bourgade est dirigée d’une main de fer par Pagan Min, un illuminé charismatique pas forcément très gentil avec ses sujets. Nous incarnons Ajay Ghale, un jeune américain originaire de Kyrat, revenu au pays pour disperser les cendres de sa maman décédée (parce que ce serait bizarre de disperser ses cendres si elle était en vie, sauf si elle fume, enfin bref...).

Le problème, c’est que Maman Ajay n’a pas été tout à fait honnête avec son fils sur son passé et nous voilà propulsé leader spirituel de la rébellion chargée de renverser Pagan Min. Et les choses ne s'arrangent pas puisque Pagan est persuadé d’être votre père. Voilà qui promet une campagne solo au moins aussi dingue que celle de Far Cry 3.

far cry 4,test,avis,monde ouvert

Et sans trop vous spoiler, oui, l’histoire est à la hauteur de ce que j’en espérais avec ce qu’il faut de trahisons, de retournements de situation, d’usages de substances illicites, de choix cornéliens et d'une petite touche de sexe qui finit de donner un ton résolument adulte à l’ensemble. Un peu comme dans Far Cry 3, on se demande quand même comment Ajay fait pour se transformer en bête de guerre mais le scénario a l’intelligence d’éluder la question pour nous occuper avec d’autres éléments bien croustillants.

Pourtant, j’ai trouvé l’histoire un cran inférieure à celle du précédent épisode. Peut-être que l’effet de surprise n’est plus là. Je n’ai pas eu ces rares moments où je me suis dit devant une cinématique : "Ah oui, ça, c’est un bon scénario. le jeu-vidéo est devenu meilleur que le cinéma". Non, ici, on s’attend un peu aux gros retournements de situation et même si le plaisir de suivre une campagne solo de très bonne facture est bien présent, je n’ai pas été pris aux tripes, comme on dit.

far cry 4,test,avis,monde ouvert

Un monde ouvert réussi et bourré d’activités.

Mais Far Cry 4, c’est bien plus qu’une campagne solo, c’est un univers à part entière et là, Ubisoft frise, une fois de plus, la perfection. Les personnages secondaires sont soignés et on se prend vite d’amitié pour notre copine Amita (prête à tout pour libérer Kyrat même vendre de la drogue) ou notre sauveur Sabal (défenseur des traditions).

Bon, je vous l’avoue, Amita m’a vite gagné à sa cause. Son jusqu’au boutisme a touché ma fibre romanesque face à un Sabal un peu trop "traditionnel". Demandez seulement à Aelya ce que je pense des traditions et vous comprendrez mon choix... Si je vous parle de ces deux personnages, c’est parce qu’ils seront au cœur de notre aventure. Sans cesse, nous serons amenés à les aider et même à faire des choix lors de missions selon que l’on préfère Amita ou Sabal.

far cry 4,test,avis,monde ouvert

Mais des personnages secondaires réussis, il y en a des tonnes. J’ai particulièrement apprécié le retour de Willis, l’agent de la CIA de Far Cry 3, toujours aussi subtil, ou Longinus, le marchand d’armes qui ne parle qu’en citant la bible. Et si Pagan Min se montre discret pendant les deux premiers tiers de l’aventure, ce sont ses lieutenants qui tiennent le niveau. Mention spéciale pour Paul De Pleur, le spécialiste en torture qui chante aussi des chansons pour sa fille restée au pays.

Vous l’aurez compris, qu’il s’agisse de missions principales ou secondaires, l’univers de Far Cry 4 est encore une fois particulièrement savoureux, débordant de second degré et de violence gratuite qui en font un must have pour tout amateur de bonnes histoires bien adultes. Et je ne vous ai même pas encore parlé du monde ouvert en lui-même qui déborde littéralement d’activités.

far cry 4,test,avis,monde ouvert

La grande majorité de celles-ci sont directement issues de Far Cry 3. On retrouve donc les tours Radio pour dévoiler la carte et les libérations de camps pour débloquer des points d’accès rapide. Mais en progressant dans l’aventure, on débloque rapidement des dizaines de missions annexes allant de la course de quads à la chasse au tigre en passant par la libération d’otages ou les missions d’assassinats.

Une quantité impressionnante d’activités qui, combinée avec une campagne principale plutôt longue et des collections dans tous les sens, assure sans problème une cinquantaine d’heures de jeu au maniaque dans mon genre qui doit absolument tout faire, tout ramasser.

far cry 4,test,avis,monde ouvert

Faire du nouveau avec du vieux.

Très bien, me direz-vous, il a l’air bien ce jeu mais c’est Far Cry 3 finalement ? J’aurais beaucoup de mal à vous donner tort.  Il y a bien des nouveautés mais le cœur du jeu reste extrêmement proche du précédent épisode. Notons quand même quelques éléments qui apportent un peu de fraîcheur. D’abord, la chasse qui revient avec un concept quasiment identique mais qui se montre toujours aussi agréable à pratiquer.

La faune de ce jeu est plus variée qu’auparavant et semble réagir de manière plus naturelle à nos actions. Et puis, il faut avouer qu’après avoir été chargé par un rhinocéros ou un yak, on ne voit plus ces bestioles de la même manière. Bref, faites comme moi, partez dès le début du jeu à la chasse au rhinocéros à la grenade et toutes les sociétés de protection des animaux vous remercieront.

far cry 4,test,avis,monde ouvert

Parmi les meilleures nouveautés de ce titre, il y a bien sûr l’aspect vertical. Après tout, comment imaginer un jeu dans l’Himalaya sans élément d’escalade. Notre grappin deviendra donc vite notre meilleur ami pour nous permettre d’accéder aux zones les plus inaccessibles de Kyrat. Dommage que son utilisation soit limitée à des points précis mais se balancer au bout d’une corde à 6000 mètre d’altitude s’est avéré bien plus fun que ce que j’en attendais.

Et pour la descente, il suffit de se jeter dans le vide et d’activer sa combinaison de vol pour flotter doucement jusqu’au sol. Bon, ok, pensez quand même au parachute pour ne pas vous ramasser à l’arrivée.

far cry 4,test,avis,monde ouvert

Autre nouveauté, la possibilité de tirer tout en conduisant. Pas une révolution en soi mais une bonne initiative quand on est un peu pressé et que l’on n'a pas envie de descendre de voiture pour liquider une patrouille un peu trop envahissante. Enfin, j’ai bien apprécié le fait de pouvoir monter sur un éléphant et de pouvoir l’utiliser pour tout casser. Petit conseil quand même : évitez de foncer sur votre cible et de la balancer avec votre éléphant du haut d’une falaise. J’ai mis un bon quart d’heure pour retrouver le corps que je devais prendre en photo pour terminer ma mission mais le catapultage était très beau.

Pour terminer la liste des nouveautés, impossible de ne pas vous parler de l’apparition de l’hélicoptère de poche. Il est vite devenu mon meilleur ami, permettant de se déplacer facilement et de repérer les lieux discrètement.

Vous l’aurez compris, Far Cry 4 se montre très classique dans son gameplay mais ces quelques nouveautés sont bien intégrées au jeu et sont finalement assez agréables à pratiquer même si le cœur du jeu reste son monde ouvert tellement riche qu’on peut s’y perdre et ne pas avancer d’un poil dans la campagne solo pendant des dizaines d’heures de jeu.

far cry 4,test,avis,monde ouvert

Un multi à la hauteur.

Si le solo est déjà un vrai bonheur, le multijoueur se montre enfin à la hauteur de la série. Pour platiner Far Cry 3, j’avais embrigadé Aelya pour m’assister dans les quelques missions multi du jeu et elle en a gardé un certain traumatisme. Il faut dire que ces missions n’étaient pas très inspirées.

Ubisoft a donc revu sa copie de fond en comble pour proposer un multijoueur en deux volets. D’abord, il est possible de parcourir l’univers de Kyrat à deux, en mode coopératif. On peut même inviter des joueurs qui n’ont pas acheté le jeu à nous rejoindre. L’ensemble du monde ouvert est accessible et à condition d’avoir un peu d'imagination, on peut vite se lancer dans de folles aventures en duo (course d’éléphants, massacre de tout ce qui bouge au lance-flamme, ...). Attention quand même, les missions du mode solo ne peuvent pas être réalisées en coopératif.

far cry 4,test,avis,monde ouvert

Et pour ceux qui recherchent une expérience plus classique, Ubisoft a mis en place un multijoueur compétitif sous la forme d’une arène avec quand même sa petite touche d’originalité puisqu’une équipe de joueurs "classiques" affronte une équipe de guerriers mystiques avec leurs arcs et leurs bêtes imaginaires. Voilà un multijoueur à la hauteur de la qualité globale du jeu et qui ne semble plus ajouté à la va-vite comme c'était le cas dans Far Cry 3.

Enfin, un petit mot sur l’aspect technique de Far Cry 4. Le passage à la Next Gen a du bon car le jeu se montre plutôt beau avec bien plus de végétations que par le passé et quelques effets de lumière qui font plaisir à voir. On reste quand même dans un jeu multiplateformes et de surcroit, un monde ouvert, Il ne faut donc pas non plus s’attendre au plus beau jeu de l’année mais il ne fera certainement pas honte à la réputation de la licence.

far cry 4,test,avis,monde ouvert

Conclusion

Far Cry 4 était très attendu après l’énorme succès de Far Cry 3 et, à condition d’avoir apprécié le précédent épisode, on ne sort pas déçu de cette nouvelle aventure. Très proche dans sa structure scénaristique ou de son gameplay de son prédécesseur insulaire, Far Cry 4 et ses montagnes se dévoilent comme l’un des mondes ouverts les plus réussis de l’année.

Les fans de la licence, dont je fais partie, seront immédiatement happés par des dizaines d’heures d’exploration et de découvertes tandis que les plus "chagrinous" d’entre nous lui reprocheront sans doute de n’être qu’un copier-coller Népalais de Far Cry 3. Un argument difficile à contrer même si, dans la pratique, je n’ai pas ressenti un seul instant une impression de déjà-vu : j’étais bien trop occupé à découvrir Kyrat dans les baskets d’Ajay, mon nouvel alter ego.

Voilà en tout cas la confirmation que Far Cry se profile comme une nouvelle licence en or pour Ubisoft. Espérons juste qu’ils l’exploiteront de manière un peu moins agressive que celle d’un certain assassin.

Ma Note : 9/10

Far Cry 4 est disponible sur PS3, PS4, Xbox 360, Xbox One et PC.

 

         0 commentaire

dans Gaming, PC, PS3, PS4, Test, Xbox One, Xbox360
Tags : far cry 4, test, avis, monde ouvert

Écrire un commentaire