[Preview] Blade and Soul : NCSoft revient avec un MMO plus sexy que jamais 
par Aelya

mardi 17 novembre 2015 19:33 4 commentaires

blade and soul,preview,ncsoft,mmo,free to play

Sorti il y a de cela 3 ans dans les lointaines contrées asiatiques, Blade and Soul, le nouvel MMO de NCSoft, pointe enfin le bout de son nez en Europe : il était temps ! J'ai eu la chance de tâter la bête lors de deux week-end de béta et voici mes impressions...

Lire la suite

        

dans Free To Play, Gaming, Les vidéos d'un couple de Pixels, MMO, PC, Preview
Tags : blade and soul, preview, ncsoft, mmo, free to play

Le Free to Play prendra-t-il le pouvoir ? 
par Quantic

jeudi 16 juillet 2015 18:26 0 commentaire

Its free.jpg

Je vous propose une petite réflexion au sujet d'un genre qui commence à dominer le marché PC : les fameux "Free to Play". Avec le succès de mastodontes comme League of Legends ou World of Tanks, ce marché du jeu dit "gratuit" est en pleine explosion...

Lire la suite

        

dans Gaming, PC
Tags : free to play

[Preview] The Mighty Quest for Epic Loot, un free to play diabolique 
par Quantic

mardi 30 juillet 2013 19:16 4 commentaires

the mighty quest for epic loot,free to play,ubisoft,preview

The Mighty Quest for Epic Loot est un jeu plutôt surprenant. A première vue, il ne s’agit que d’un énième free to play avec un nom trop long qu’on oubliera très vite. Et puis, on y joue et on se retrouve vite accro, non seulement à son gameplay mais aussi à son univers totalement déjanté.

Ubisoft prépare pas mal de titres dans ce format nouveau pour lui qu’est le free to play comme Anno Online ou encore Silent Hunter Online mais encore aucun jeu 100% neuf n’était vraiment prévu sur ce format. Et pour un coup d’essai, Ubisoft va sans doute signer un joli succès.

The Mighty Quest for Epic Loot se présente comme un savant mix entre Diablo et Dungeon Keeper, le tout recouvert d’un humour que Bullfrog (créateur de Dungeon Keeper pour les plus jeunes) n’aurait certainement pas renié. Ce jeu propose un gameplay asymétrique (c’est à la mode ce mot ;-) ) avec une phase offensive consistant à envoyer notre héros piller les châteaux adverses dans un diablo-like et une phase défensive consistant à préparer son propre château à subir les assauts des adversaires dans un Dungeon Keeper simplifié.

the mighty quest for epic loot,free to play,ubisoft,preview

Bon, c’est vrai que la phase Diablo n’est pas forcément une réussite parfaite car le zoom m’est apparu un peu trop marqué et c’est vite difficile d’anticiper les attaques adverses. De même, lorsque qu’un gros paquet de mobs vous tombent dessus, c’est un grand foutoir qui s’annonce où l’on n’a guère d’autres choix que de prendre ses jambes à son cou.

D’un autre côté, une attaque dure 5 minutes maximum, ce qui assure un rythme soutenu aux assauts et malgré ces quelques défauts, la sauce prend bien et on a vite fait d’enchainer les attaques pour suréquiper son héros mais surtout pour pouvoir acheter des défenses dignes de ce nom pour son propre château.

Car là où j’ai passé le plus de temps, c’est bien dans la création de mon antre. Car même si l’interface de création est clairement à revoir de fond en comble, on se prend au jeu et on commence à transformer son château en une suite de pièces labyrinthique parsemées de pièges et de monstres.

the mighty quest for epic loot,free to play,ubisoft,preview

Et pour éviter que votre château ne soit imprenable, Ubisoft a prévu une sorte de limite de puissance ce qui fait que sur une zone donnée, on peut, par exemple, ajouter 3 géants ou 30 crapauds cracheurs mais pas 300 trolls mangeurs d'elfes au même endroit. Le tout offre d’ailleurs une cohérence qui fait plaisir à voir.

Le problème, c’est qu’équiper son héros pour piller des châteaux de plus en plus puissants ou défendre son château avec les plus gros monstres ou les pièges les plus destructeurs, cela coûte beaucoup d’argent. Argent que l’on glane dans les pillages ou dans des générateurs placés dans votre château. Mais pour les plus impatients, il sera possible d’acheter avec vos petits sous (de la vie réelle) des gemmes pour accélérer un peu tout ça.

Voilà ou se situe le "free to play" de ce titre. Autrement dit, c’est tout sauf un jeu "Pay to Win" puisque joueur payant ou gratuit disposent exactement des mêmes outils pour vaincre. Bref, tout bénef pour les joueurs puisqu’on gagne un jeu plutôt réussi et si on accroche, on peut toujours verser une petite participation pour accélérer son évolution et ainsi supprimer les nombreux timers qui parsèment le jeu.

the mighty quest for epic loot,free to play,ubisoft,preview

Mais en plus de son gameplay hyper-accrocheur, l’ambiance du titre se veut complètement décalée. On sent vraiment l’humour d’un Dungeon Keeper dans ce titre et parfois, on s’attendrait presque à voir un lapin crétin débarquer. Les différents héros ont tous un caractère bien trempé et sont plus cinglés les uns que les autres, on regrettera seulement l'absence d'un héros féminin (pour l'instant ?). Les monstres offrent également un design souvent hilarant et en tout cas très original pour le genre. Spécial dédicace au hamster dans sa roue de l’enfer. Le fan de Dungeon Keeper que je suis est en tout cas aux anges.

Enfin, la progression du jeu m’est apparue comme particulièrement bien contrôlée surtout pour un jeu gratuit. Quand on débarque dans cet univers coloré, on commence d’abord par se faire la main contre des châteaux maitrisés par l’IA avant de progresser de zones en zones et faire face à des assauts de plus en plus sanglants.

La partie purement solo de ce titre est donc déjà assez bien fournie. Mais une fois que l’on a rassemblé suffisamment de matos pour son héros, on peut se lancer à l’assaut des créations des autres joueurs et les observer tenter une attaque sur son propre château en ricanant gentiment (ou en sanglotant si vous êtes un piètre architecte de donjons)

the mighty quest for epic loot,free to play,ubisoft,preview

Bref, ce titre s’annonce comme un free to play des plus réussis et j’espère qu’Ubisoft maintiendra son système de micro payement assez discret jusqu’à présent. Ceci dit, après avoir passé quelques heures sur ce titre, je crains quand même que sa répétitivité ne finisse par lasser. Ubisoft devra donc trouver un moyen efficace pour garder ses joueurs, surtout que dans un "free to play", c’est le joueur qui reste qui finira par passer à la caisse.

Je vous conseille en tout cas de tester ce jeu pour vous faire une idée par vous-mêmes. Le jeu est actuellement en béta fermée et pour y participer il faudra soit choper une clé (nous en avions distribué il y a peu de temps), soit passer à la caisse en achetant l’un des packs débutants disponible.


Les dates de l’open béta et de la release finale n’ont pas encore été annoncé.

        

dans Free To Play, Gaming, PC, Preview
Tags : the mighty quest for epic loot, free to play, ubisoft, preview

Ubisoft joue la carte du free to play (Might and Magic, Anno Online, Silent Hunter Online) 
par Quantic

jeudi 14 mars 2013 18:55 3 commentaires

 might and magic online,silent hunter online,anno online,free to play,ubisoft,preview

Après les déclarations massues de Yves Guillemot sur le piratage des jeux PC (95% de jeux piratés selon lui), il fallait qu’Ubisoft propose une alternative aux PCistes un peu vexés de s’être fait traiter de voleur ou presque... Car après tout comment expliquer que des studios développant exclusivement sur PC (comme Wargaming.net ou Blizzard pour ne citer qu'eux) affichent des revenus affriolants et qu’à côté une Major comme Ubisoft se la joue Calimero en pleurnichant sur les vilains pirates qui hantent les entrailles des PC.

Après la très mauvaise idée du DRM hyper intrusif qui a accompagné entre autres Assassin’s Creed 2 ou Silent Hunter et qui finalement était plus un encouragement à pirater le jeu (et donc à éviter ce DRM lourdingue) qu’à l’acheter, il semble bien qu’Ubisoft ait enfin trouvé la bonne recette : le free to play.

Et franchement, ce que j’en ai vu donne l’eau à la bouche puisqu’il n’y a pas moins de trois licences majeures qui vont recevoir leur déclinaison « Free to Play ».

Tous les titres dont je vais vous parler ci-dessous ont quelques points communs : Ils sont gratuits, ils tournent dans un browser internet, ils sont magnifiques, ils ne sont pas casual et surtout, les joueurs payants n’auront pas d’avantage de gameplay mais plutôt des choix esthétiques pour affirmer leur amour du jeu au monde entier.
Autrement dit, ici, pas de super unités pour ceux qui payent afin de défoncer les joueurs gratuits.

Might & Magic

Deux titres Might & Magic sont annoncés en free to play.

 might and magic online,silent hunter online,anno online,free to play,ubisoft,preview

Le premier : Might & Magic Heroes Online est un classique Might & Magic avec sa map en temps réel et ses combats stratégiques au tour par tour dans un univers de fantaisie toujours aussi passionnant.

Pourtant, ce free to play apporte son lot de nouveautés, ainsi c’est un monde persistant qui est mis en scène et les autres joueurs auront donc une influence sur notre propre monde mais on ne sait pas encore exactement la forme que celle-ci prendra. En plus d’un Might & Magic, cet épisode contiendra donc tous les éléments typiques d’un jeu multi, donc de la socialisation, des donjons en coopératif, des villes,...

 might and magic online,silent hunter online,anno online,free to play,ubisoft,preview

La beta fermée du titre devrait débuter très bientôt.

 might and magic online,silent hunter online,anno online,free to play,ubisoft,preview

Le second : Might & Magic, Duels of Champions est un simple jeu de cartes à collectionner type Magic the Gathering dans l'univers Might & Magic avec ses propres règles. Le système de jeu est très similaire à ce que les passionnés de jeux de cartes connaissent déjà. Ainsi, il faut en quelque sorte créer une ligne de vue sur le héros adverse afin de lui provoquer des dégâts.

Bonne nouvelle pour les fans, le jeu est déjà jouable en ligne depuis quelques mois mais j'avouerai ne pas avoir beaucoup le temps pour m'y plonger. S'il y a des joueurs parmi nos lecteurs, n'hésitez pas à donner votre avis.

 might and magic online,silent hunter online,anno online,free to play,ubisoft,preview

Pour les autres, vous pouvez vous essayer au jeu ici.

Anno Online

might and magic online,silent hunter online,anno online,free to play,ubisoft,preview

Anno, c’est un peu le Sim City du moyen-âge, un city-builder extrêmement complexe qui permet de créer des villes incroyablement étendue, bla, bla, bla... Et le présentateur nous assomme de ses arguments marketings en nous montrant une démo d’un Anno quelconque... Et en fait, pas du tout. Ce que l’on voit tourner à l’écran, c’est une ville construite au bout d’une dizaine d’heure de jeu d’Anno Online, dans un browser ! Le présentateur quitte le mode plein écran pour montrer le browser et un Ooooohhhhhh ébahit s’élève de l’assemblée.

Anno online dans un browser est presque plus beau qu’un Anno en stand alone qui fait suer votre carte graphique. La qualité graphique de ce titre est tout bonnement hallucinante. C’est vrai que l’on constate un peu de lag quand on zoome sur les citoyens mais au vu du résultat présenté, j’ai confiance que ce problème sera assez facilement résolu d’ici à la sortie du jeu.

might and magic online,silent hunter online,anno online,free to play,ubisoft,preview

Pour le reste, rien de bien neuf par rapport à ce que l’on connait déjà. C’est Anno dans tout ce qu’il peut nous donner de meilleur mais en version gratuite et avec une importante composante online dont on sait encore assez peu de choses pour l’instant. Seul exemple d’interaction présenté : La collaboration de plusieurs joueurs pour débloquer certains bâtiments comme les cathédrales.

La beta fermée est actuellement en cours et on peut donc espérer replonger dans l'univers d'Anno d'ici quelques mois.

Silent Hunter Online

might and magic online,silent hunter online,anno online,free to play,ubisoft,preview

Petite cerise sur le gâteau. Même le free to play le plus improbable du moment semble une réussite. Et il s’agit de la plus réussie des licences de simulation sous-marine : Silent Hunter.

Et là aussi, free to play, n’a pas été synonyme de casualisation du gameplay très exigeant d’un Silent Hunter. Ainsi, il est toujours possible de réaliser une séquence de tir de torpilles entièrement à la main, ce qui n’est pas à la portée du premier commandant d’U-boat venu. Mais bien sûr, toutes les aides que l’on connaissait dans les précédents épisodes sont toujours disponibles.

 might and magic online,silent hunter online,anno online,free to play,ubisoft,preview

Le passage au Browser nous a fait perdre les vues 3D des différents postes et donc un petit sentiment d’immersion puisqu’on ne peut plus se balader dans son sous-marin et se rendre compte de la taille ridicule de la boite de conserve dans laquelle on navigue mais soyons honnêtes, les vrais sous-mariniers, ceux qui ne quittent jamais leur compas s’en passeront très vite.

Mieux encore, le passage au free to play s’accompagne de vraies nouveautés puisqu’en plus de commander son propre sous-marin, on pourra jouer à l’amiral en gérant un wolf pack, ces fameux groupes d’U-Boats qui chassaient les convois alliés de manière coordonnée afin d’optimiser la puissance destructrice des attaques.

Ainsi, la campagne « solo » devient véritablement dynamique puisque les actions des autres joueurs auront une influence sur la suite des évènements. Le premier univers persistant pour un Silent Hunter !

 might and magic online,silent hunter online,anno online,free to play,ubisoft,preview

Là aussi, la beta fermée vient de commencer et il ne faudra donc plus attendre trop longtemps avant de gouter à nouveau au plaisir de noyer des marins anglais.

Conclusion

Vous l’aurez compris, Ubisoft se lance à fond dans le free to play avec quelques-unes de ses plus célèbres licences. Ce mode économique a le vent en poupe depuis le succès de quelques concurrents et, pour ma part, je suis très enthousiaste à l’idée de pouvoir rejouer prochainement à Might & Magic, Anno ou encore Silent Hunter, ne fut-ce que parce que l’on aurait sans doute dû encore patienter longtemps avant de les retrouver sous une forme plus classique. Et oui, ces licences sont célèbres mais pas forcément très rentables si elles sont développées de manière classique.

Je reste néanmoins curieux de voir comment Ubisoft va rentabiliser son modèle free to play. Il ne faut pas oublier que le concept d’un free to play est de permettre à une grande majorité de joueurs de jouer gratuitement, tandis qu’une minorité de passionnés dépenseront bien plus que le prix d’un jeu en micro-payement... Mais comment motiver ces fameux passionnés à mettre la main au porte-monnaie ?

Il serait étonnant que seuls des aspects esthétiques sans influence sur le gameplay suffisent à rentabiliser le jeu et même si Ubisoft se défend de proposer des super-unités qui déséquilibreront le jeu, je parie sur des unités spéciales qui gagneront plus d’XP ou plus d’argent et qui permettront ainsi d’atteindre l’end game plus rapidement.

Est-ce que la recette prendra ? Difficile à dire mais si vous avez apprécié un de ses titres dans sa version boîte, surveillez de près la sortie de ces différents Free to Play, vous ne risquez pas d'être déçu.

        

dans Gaming, PC, Preview
Tags : preview, ubisoft, free to play, anno, might and magic, silent hunter