[Test] Need for Speed The Run, de l'arcade classique pour fan conquis 
par Quantic

vendredi 23 décembre 2011 18:59 2 commentaires

Need for Speed est un peu à l'image des licences sportives d'EA Sports… Un nouvel épisode chaque année même si on ne le demandait pas vraiment.

 need for speed the run, jaquette, ps3

Comme c'est le cas avec d'autres grosses licences, Need for Speed est développé en alternance par Criterion et par Black Box (pour l'épisode de cette année) et malheureusement, Black Box s'en sort en moyenne un peu moins bien.

Course arcade ou quick time events, mon coeur balance ?

Ce nouvel épisode était présenté comme révolutionnaire avec des séquences à pied, une première pour la série...

Au final, la tentative de scénariser et d'impliquer le joueur en dehors de la voiture est ratée. Le scénario est digne s'une série Z : Vous êtes poursuivi par la Mafia et la seule manière de vous en sortir est de gagner une course qui traverse les USA d'Ouest en Est avec près de 250 concurrents à doubler...

Bon d'accord, votre sponsor est bien séduisante mais elle ne sert quand même pas à grand-chose. Quant aux fameuses séquences à pied, il y en a au total... 3 ! Toutes bourrées de quick events lourdingues et qui ne font même pas évoluer la trame scénaristique. Décevant !

Heureusement, on ne joue pas à Need for Speed pour ces soi-disants nouveautés mais pour le pilotage et l'intensité de l'action. Et là aussi, le constat n'est pas forcément brillant. Les épreuves proposées s'avèrent très répétitives et les circuits pas toujours très intéressants. Le pilotage, de son côté, est fidèle à lui-même, donc très arcade. Ici seuls la vitesse de pointe et les réflexes pour éviter la circulation font vraiment la différence. Le freinage et les dérapages sont tellement mal simulés qu'on apprend vite à utiliser les murs pour freiner efficacement.

 test,need for speed,need for speed the run,electronic arts,black box,jeux de course,ps3

Répétitif mais intense.

Heureusement, il reste quand même quelques éléments rendant le jeu intéressant. D'abord, l'intensité des courses scénarisées... Même si elles sont peu nombreuses, ces courses sont une petite merveille à piloter, pas forcément pour leur difficulté mais pour l'impression générale de survivre à l'enfer qui se déchaîne autour de vous (avalanche, tempête de sable, …). Les poursuites avec la police et/ou la mafia sont également assez amusantes car il vous faudra éviter les barrages et les coups de feu.

Enfin, reconnaissons à cet épisode un vrai effort dans ses environnements puisque au cours des 10 chapitres, nous aurons l'occasion de traverser tous les environnements typiques des Etats-Unis depuis les arides déserts jusqu'aux grandes plaines en passant par les Rocheuses enneigées... et pour avoir moi-même traversé les USA quasiment d'Ouest en Est, je dois dire que j'ai pris mon pied à (re)découvrir ces environnements très réussis.

Malheureusement, cela ne suffira pas à faire de cet épisode une réussite... Le plus gros point négatif étant sans aucun doute la durée de vie minuscule de ce titre. Pour ma part, il m'aura fallu un peu moins de 5 heures de jeu pour terminer le scénario principal et encore, en recommençant volontairement certains circuits pour améliorer mon temps... Voilà qui fait quand même un peu court et même si chaque étape permet de débloquer un mode défi... Celui-ci s'avère assez peu intéressant.

test,need for speed,need for speed the run,electronic arts,black box,jeux de course,ps3

test,need for speed,need for speed the run,electronic arts,black box,jeux de course,ps3  test,need for speed,need for speed the run,electronic arts,black box,jeux de course,ps3

Conclusion

Need for Speed est une licence un peu en perte de vitesse et cet épisode le confirme.

Même s'il propose des environnements très réussis et des courses parfois débordantes d'intensité, il ne parvient pas à maintenir notre intérêt avec un pilotage ultra-arcade et une majorité de courses molles, peu intéressantes et trop répétitives.

Avec un solo bâclé en moins de 5 heures de jeu, seul l'amateur de la série y trouvera réellement son compte.

Pourtant, l'action est au rendez-vous et le plaisir de déborder le dernier concurrent sur la ligne est intact.

Espérons qu'EA réussira à redresser la barre pour le prochain épisode !

Note : 6/10

        

dans Gaming, PC, PS3, Test, Xbox360
Tags : test, need for speed, need for speed the run, electronic arts, black box, jeux de course, ps3

[Test] Kinect Sports Saison 2, sport en chambre pour tous 
par Quantic

lundi 19 décembre 2011 19:39 2 commentaires

Beaucoup de sorties Kinect ces dernières semaines. Après avoir vendu sa Kinect par palettes entières, Microsoft a bien l'intention de l'alimenter en jeu sous le sapin.

test,kinect,kinect sports,kinect sports saison 2,xbox360,microsoft

Kinect Sports Saison 2 est la suite du grand succès Kinect Sports lancé en même temps que la caméra révolutionnaire de la firme de Redmond. L'objectif est clair, montrer, à l'instar de Sony et de son Move,  que la Wii n'est plus indispensable pour du jeu casual de qualité.

Le jeu se présente sous la forme de 6 sports praticables en chambre seul ou à deux accompagnés de quelques défis spécifiques qui donnent à ce titre une durée de vie tout à fait honorable. Mais analysons les différents "sports" disponibles...

Tennis

Sans doute le meilleur jeu proposé, le tennis avait déjà été présenté lors de la Gamescom à grand renfort de marketing (j'avais même pu échanger quelques balles virtuelles avec Martina Hingis). Le tennis propose une expérience bien sympathique avec reconnaissance des coups liftés et slicés. Pour frapper fort, il suffit d'avancer d'un pas. Bref, un jeu sympa, facile à prendre en main et très fun à deux. Et ce même si le comportement du joueur quand on ne fait rien est parfois déroutant. Il m'est ainsi arrivé de frapper la balle alors que je ne bougeais pas d'un pouce.

Mais bien sûr, le gameplay s'arrête là, on ne contrôle toujours pas les mouvements du joueur.

test,kinect,kinect sports,kinect sports saison 2,xbox360,microsoft  test,kinect,kinect sports,kinect sports saison 2,xbox360,microsoft

Fléchettes

Plus calme, les fléchettes démontrent la précision de l'accessoire puisque on se croirait presque face à une cible. Pour autant, ce "sport" reste assez vite lassant (-Parenthèse d'Aelya -comme le vrai sport : pour s'endormir, il n'y a pas mieux que regarder un tournoi de fléchettes ! Et je parle d'expérience ayant dû me coltiner des soirées TV à regarder ces tournois avec mon colocataire lorsque je vivais en Angleterre : cela m'a traumatisée ;-) - Fin de la parenthèse-) et on en fait très vite le tour... D'autant plus qu'installer une vraie cible chez soi n'est pas très difficile. Si on rajoute à cela les quelques imprécisions suite aux pertes de connexion de la Kinect, on peut en conclure que cette version des fléchettes, bien que sympathique, ne restera pas dans les annales.

 test,kinect,kinect sports,kinect sports saison 2,xbox360,microsoft  test,kinect,kinect sports,kinect sports saison 2,xbox360,microsoft

Golf

Véritable copier/coller du golf de la Wii, cette version Kinect se prend immédiatement en main et a l'intelligence de ne pas complexifier le jeu. Moi qui ne compte plus les crises de nerf sur Wii, ici, tout se fait facilement et avec précision. Parfois un peu trop facilement même puisque dès mes deux premiers trous, j'ai réussi des drops de 50 mètres directement dans le trou... Le challenge s'avère donc un peu limité.

test,kinect,kinect sports,kinect sports saison 2,xbox360,microsoft  test,kinect,kinect sports,kinect sports saison 2,xbox360,microsoft

Ski

L'idée était bonne mais l'épreuve de ski est sans doute la plus décevante. Une simple descente en 1 contre 1 où il s'avère de suffisamment baisser les genoux pour aller vite tout en ne ratant pas les portes et de sauter au bon moment pour valider les quelques sauts du parcours. La latence se fait vraiment sentir et la réactivité de son skieur est digne de celle d'une éponge au fond de l'océan. Dommage, il y avait moyen de faire mieux.

test,kinect,kinect sports,kinect sports saison 2,xbox360,microsoft  test,kinect,kinect sports,kinect sports saison 2,xbox360,microsoft

Base Ball

Grand classique de ce genre de titre, le base ball s'avère ici peu intéressant. Plutôt que de se limiter au duel classique lanceur/batteur, Microsoft propose de "simuler" un match complet puisque vous devrez également courir de bases en bases et rattraper les balles... Problème : la course est très mal implémentée et même en piétinant le sol comme un fou, on ne voit pas trop de différences à part le nombre de calories dépensées qui s'envole... Ce sport s'avère donc bien trop répétitif que pour être vraiment amusant. Et pourtant le duel lanceur/batteur est bien implémenté avec des balles vicieuses à souhait.

test,kinect,kinect sports,kinect sports saison 2,xbox360,microsoft  test,kinect,kinect sports,kinect sports saison 2,xbox360,microsoft

Footbal Américain

Moi qui suis fan de ce sport, j'attendais le test avec impatience pour me croire Quarterback...mais j'ai vite été refroidi. Le lancer se limite à observer patiemment que les trois receveurs possibles passent de jaune à vert : Vert = passe reçue à 100% et jaune = passe ratée à 100%. Bonjour le réalisme !

Quant à la réception, c'est encore pire puisque cela revient comme au base ball à piétiner le parquet pour un résultat "discutable".

En plus, on ne joue même pas la défense et on se retrouve, même face à une IA "Facile", opposé à une équipe qui marque à chaque possession de balle. Bof, bof, donc.

 test,kinect,kinect sports,kinect sports saison 2,xbox360,microsoft  test,kinect,kinect sports,kinect sports saison 2,xbox360,microsoft

Conclusion

Kinect Sports Saison 2 veut démontrer que la Wii n'est pas incontournable et si ce titre y réussit par certains sports réussies (Tennis, golf), l'intérêt en solo est très vite limité et seuls les enfants ou les non-joueurs pourront vraiment s'amuser plus de quelques heures avec ce titre.

Pour autant, ce titre assez "classique" dans le genre fera fureur lors de soirées entre non-gamers... Mais oui, on a tous quelques connaissances qui vous regardent avec des yeux de poissons et la bouche ouverte quand vous parlez de votre Xbox... Faites comme nous et sortez leurs les grands classiques casual. Ce n'est pas ça qui les feront craquer pour Gears of War mais au moins ils pourront se dire "gamer" (expérience vécue).

Trêve d'anecdotes, ce titre ne fait pas honte aux jeux de sports casual mais après quelques heures, et à moins d'être passionné par le sport en chambre, vous en aurez fait le tour.

A noter quand même que la maitrise technique de Kinect est réellement impressionnante. Elle est loin l'époque des désynchronisations toutes les minutes !

Note : 6/10 

        

dans Gaming, Test, Xbox360
Tags : test, kinect, kinect sports, kinect sports saison 2, xbox360, microsoft

[Preview] Dishonored : un jeu à ne pas RATer ! 
par Aelya

vendredi 16 décembre 2011 20:03 3 commentaires

gamescom 2011, preview, dishonored, arkane studios, bethesda, pc, ps3, xbox360

j'ai récemment pu assister à une preview de Dishonored, le nouveau bébé des français d'Arkane Studios.

Ce jeu d'action à la première personne a pour cadre l'Angleterre Victorienne de 1900 mais différente de celle que nous connaissons. En effet, les développeurs sont remontés jusqu'en 1666, à l'époque de la peste, et ont dévié.

Ainsi, la Renaissance n'a pas eu lieu et la révolution industrielle s'est passée différemment, l'huile de baleine étant devenue une des principales sources d'énergie. On se retrouve donc dans un Londres envahi par la peste et les rats avec une technologie différente et surtout avec quelques capacités saupoudrées de magie.

Les graphismes revêtent donc un aspect à la fois rétro et futuriste (certaines technologies n'existant pas dans notre monde), souligné par les textures style peintes à la main.

gamescom 2011, preview, dishonored, arkane studios, bethesda, pc, ps3, xbox360 gamescom 2011, preview, dishonored, arkane studios, bethesda, pc, ps3, xbox360

Notre personnage évolue donc dans cet univers particulier. Garde du corps de la reine, il se voit accusé de son meurtre. Il va lui falloir s'évader pour pouvoir remettre les choses au point en prouvant son innocence et/ou en se vengeant.

En effet, les développeurs ont voulu faire un jeu où le joueur décide de la façon dont il joue. On lui donne un arsenal d'outils/capacités et c'est à lui de choisir la façon de les utiliser ! Mais attention, il faudra ensuite en assumer les conséquences. En effet, ces actions influenceront le développement de la ville ou la façon dont certains personnages susceptibles de vous donner des missions vous percevront.

gamescom 2011, preview, dishonored, arkane studios, bethesda, pc, ps3, xbox360 gamescom 2011, preview, dishonored, arkane studios, bethesda, pc, ps3, xbox360

Le joueur peut donc expérimenter et observer l'influence de ses actes sur son environnement. Il lui faudra aussi faire de même avec ses capacités. Déjà, il faudra les choisir suivant la façon de jouer qu'il désire adopter, mais ensuite il pourra tester les différentes combinaisons possibles.

Ainsi lorsqu'on se fait tirer dessus, on peut décider d'utiliser Freeze Time suivie de Windblast et la balle se retournera contre son lanceur ou alors au lieu de windblast, on utilisera possession pour posséder son ennemi et le mettre sur la trajectoire de la balle. Bref, il y a beaucoup de possibilités.

Les rats jouent un rôle important dans le jeu et leur comportement variera suivant leur nombre. Un rat seul fuira tandis qu'en horde, ils attaqueront. Il sera possible d'invoquer une de ces hordes pour lui faire dévorer vos ennemis ou encore prendre possession d'un rat pour infiltrer un lieu (et redevenir un homme en sortant du passage emprunté mais attention la possession serait limitée dans le temps) ou bien s'en servir comme d'une bombe téléguidée.

gamescom 2011, preview, dishonored, arkane studios, bethesda, pc, ps3, xbox360 gamescom 2011, preview, dishonored, arkane studios, bethesda, pc, ps3, xbox360

Dishonored présente bien des atouts : L'aspect bac à sable n'est pas le moindre et son univers original en est un autre. Reste à voir si le jeu tiendra ses promesses à sa sortie en 2012.

        

dans Event, Gaming, PC, Preview, PS3, Xbox360
Tags : preview, dishonored, arkane studios, bethesda, pc, ps3, xbox360

[Test] Skyrim : le jeu de l'année ? 
par Aelya

jeudi 15 décembre 2011 19:53 5 commentaires

 skyrim, elder scrolls, bethesda, PS3, xbox360, PC, RPG, spike award

The Elder Scrolls 5 : Skyrim de Bethesda vient de remporter le Spike award du Jeu de l'année.

Alors ce RPG mérite-il vraiment ce prix ?

Mais avant tout, je dois être honnête. Je n'ai pas fini Skyrim... Je joue à Skyrim depuis plus de 30 heures et pourtant je n'ai quasiment pas avancé dans la quête principale et n'ai qu'une envie, celle de continuer à jouer ! Laissez-moi vous expliquer la raison derrière cela...

Un univers immense pour une histoire sans fin

Le jeu commence selon la tradition des Elder Scrolls : notre personnage est un inconnu qui s'est fait arrêter en même temps qu'un groupe de rebelles. Nous sommes sur le point d'être executé lorsqu'un dragon surgit et ravage la ville, nous donnant l'occasion de nous enfuir.

Déjà à ce moment-là, on doit faire un choix : va-t-on s'enfuir avec l'un des rebelles ou rester avec les gardes ? Personnellement, n'ayant pas apprécié ma condamnation à mort, j'ai choisi la première option ! Un fois sortie en vie de cette aventure, on nous demande de prévenir les habitants d'un village voisin, puis le Jarl de la ville dont il dépend. Et c'est là que l'histoire de mon personnage a pris un tournant inattendu...

En effet, rien ne nous oblige à suivre cette quête.

 skyrim, elder scrolls, bethesda, PS3, xbox360, PC, RPG, spike award skyrim, elder scrolls, bethesda, PS3, xbox360, PC, RPG, spike award

J'ai préféré me balader dans le village, parler aux habitants, aider à résoudre des querelles de soupirants amoureux, explorer les grottes alentours, partir à la chasse au trésor suite à la découverte d'une carte dans une de ces grottes, passer les épreuves initiatiques pour devenir un Compagnon, devenir un Loup-Garou sans m'en rendre compte, etc.

Skyrim nous plonge dans un univers immense où l'on est libre de faire ce que l'on désire. La quête principale reste là pour vous guider au cas où, mais il n'est pas nécessaire de la suivre pour prendre plaisir à jouer (même si cela peut parfois poser problème au niveau de la cohérence de l'histoire : "vite, allez à la tour tuer ce dragon !" mais on n'y va que 15 jours plus tard :-p ). Attention : il faut néanmoins avoir accompli certaines étapes de cette quête pour débloquer certaines choses telles que les "mots de pouvoir".

D'un autre côté, contrairement à certains jeux, Skyrim ne nous oblige pas à refaire la même chose une deuxième fois : on vide complètement une grotte, on peut looter ce qu'on veut dedans, y compris l'item qui servira à valider une quête que nous n'avons pas encore, il n'y aura pas besoin de tout refaire !

 skyrim, elder scrolls, bethesda, PS3, xbox360, PC, RPG, spike award skyrim, elder scrolls, bethesda, PS3, xbox360, PC, RPG, spike award

En effet, le jeu n'a pas besoin de ce genre d'artifices pour rallonger sa durée de vie. Skyrim fourmille de choses à faire, à voir et à entendre. Chaque personnage a sa propre histoire (même si parfois sommaire) et chaque ville sa propre atmosphère. Les personnages semblent vivre leur vie : ils vont au marché, rentrent chez eux le soir ou passent leur soirée à la taverne. Au détour d'une rue, on surprend une conversation et celle-ci peut aboutir à une nouvelle quête. De même, la lecture d'un livre peut vous aiguiller sur la location d'un trésor et ainsi vous entraîner vers une nouvelle aventure...

On passe donc beaucoup de temps à explorer ce monde dont les graphismes sont vraiment beaux et lui confèrent une impression de vie. On va s'arrêter pour regarder un renard pourchasser un lapin ou encore effrayer des élans pour les utiliser comme diversions auprès des géants et ainsi leur voler deux trois trucs, voire tuer un mammouth.

Un héros/une héroine sur mesure pour un système de combat bien pensé

Je regretterais seulement l'outil de création du personnage. Il est assez complet et offre beaucoup de choix mais donne lieu à des personnages assez moches (selon mes goûts), en particulier pour les hommes et les elfes, les Argonians et Khajiit rendant plutôt bien... Dommage.

 skyrim, elder scrolls, bethesda, PS3, xbox360, PC, RPG, spike award skyrim, elder scrolls, bethesda, PS3, xbox360, PC, RPG, spike award

Heureusement, le jeu se rattrape en permettant une personnalisation assez poussée des caractéristiques. Attention, il n'est pas possible de mettre de points dans des compétences ou autres. Cependant, on développe son personnage en fonction de nos actions : il n'y a pas de classe.

Ainsi, si on utilise une arme une main, cette compétence va augmenter tandis que d'autres vont stagner jusqu'à ce qu'on les utilise à leur tour. Même chose pour les armures, les sorts, la furtivité, etc...

Pour rajouter encore une couche, à chaque montée de niveau, on choisit d'augmenter sa vie, sa magie ou son endurance (qui permet de porter des coups puissants ET de transporter plus de poids) et l'on attribue des points dans des perks permettant d'améliorer certaines facultés et de se spécialiser un tant soit peu.

Le système de combat est bien pensé : une main = une arme et chaque main correspond à un bouton. On peut ainsi décider d'équiper deux armes une main, une arme à une main et un bouclier, une arme une main et un sort, une arme deux mains... Il est possible de bloquer, mais pas d'esquiver ! Il faudra donc faire attention et le dual wielding pourra parfois s'avérer perilleux. Il faudra aussi faire preuve de stratégie, certains combats donnant du fil à retordre !

 skyrim, elder scrolls, bethesda, PS3, xbox360, PC, RPG, spike award skyrim, elder scrolls, bethesda, PS3, xbox360, PC, RPG, spike award

Il sera aussi possible d'emmener un compagnon au cours de nos péripéties, que ce soit un mercenaire, quelqu'un qui vous est redevable ou encore un membre de votre guilde. Cependant, leur IA laisse parfois à désirer et l'on s'interroge "mais pourquoi se jette-t-il dans la pièce suivante alors que je suis en mode furtif ?!"

Autre élément ajoutant une richesse supplémentaire au jeu : le craft. On peut s'amuser à jouer à l'enchanteur, au forgeron ou encore à l'herboriste et ainsi se façonner potion, armes, armures sur mesure, ce qui fait monter nos compétences. Mais on peut aussi pêcher (à la main), cuisiner, couper du bois, miner, fondre les métaux... Bref, de quoi nous occuper des heures entières !

Skyrim offre donc une expérience de jeu sensationnelle en nous plongeant dans un univers qui fait vrai et dans lequel on fait évoluer notre personnage comme bon nous chante. Malgré tout, tout n'est pas rose bonbon au Royaume de Skyrim.

Quelques nuages noirs à Bordeciel

En effet, de nombreux bugs restent à déplorer. Ainsi, certains ennemis peuvent rester bloquer sans raison (j'ai eu cette "chance" lors d'un combat contre le boss d'une grotte) ou des NPJ décider de ne plus bouger et de vous obstruer le chemin, c'est-à-dire la seule porte vous permettant de sortir de la pièce...

 skyrim, elder scrolls, bethesda, PS3, xbox360, PC, RPG, spike award skyrim, elder scrolls, bethesda, PS3, xbox360, PC, RPG, spike award

L'inventaire est une horreur. Il est très difficile de s'y retrouver, de bien comparer les différentes armes et armures. On se demande parfois pourquoi certains objets vont dans telle catégorie...

De plus d'un point de vue strictement personnel (et peut-être féminin^^), je trouve dommage que l'inventaire soit limité... En plus comme je joue sur PS3, je n'ai pas la possibilité de chercher un mod pour remédier à ça comme je l'avais fait pour the Witcher 2 ;-)

De même, voir les maladies dont on souffre n'est pas évident et j'ai passé pas mal de temps à chercher : il faut en fait regarder dans le menu magie... Surtout que la plupart du temps on ne voit pas qu'on est tombé malade car l'affichage de cet effet (comme beaucoup d'autres éléments - genre tutorial) passe en un clin d'oeil, ce sont donc souvent les PNJ qui nous le font remarquer par un "Oh vous avez mauvaise mine, vous devriez faire quelque chose"...

Skyrim ne brille donc pas par son interface.

Mon âme féminine crie aussi au scandale de 1/ ne pas pouvoir prévisualiser les armures sur son personnage lorsqu'on les achète et 2/ d'être obligée d'afficher le casque. Je sais que Skyrim est un RPG qui se veut réaliste mais si je passe 1 heure à créer mon perso au début, ce n'est pas pour le cacher sous un casque souvent laid après !

Enfin, autre élément qui fâche, seule la langue française est disponible dans le jeu, en tous cas pour l'édition collector que j'ai achetée... J'aime jouer en VO et si le jeu ne propose pas toujours dans ses menus de changer la langue, il est souvent possible de jouer en anglais en changeant la langue du système (en tous cas sur PS3). Ici, on n'a même pas cette option et je ne trouve pas ça normal à notre époque.

Cependant, malgré tous ces défauts, la magie opère et l'on joue des heures et des heures sans se lasser et en pardonnant ces légères anicroches.

 skyrim, elder scrolls, bethesda, PS3, xbox360, PC, RPG, spike award skyrim, elder scrolls, bethesda, PS3, xbox360, PC, RPG, spike award

Conclusion

Skyrim est une vraie réussite.

Il n'est pas exempt de défauts mais on passe outre. Bethesda a réussi à créer un univers dans lequel on prend plaisir à évoluer et où les heures défilent sans que l'on s'en rende compte.

On façonne son personnage comme on l'entend, tout en se faisant entrainer par nos choix qui nous amènent parfois à se demander comment on en est arrivé là.

Ainsi, je n'ai pas cherché à devenir un loup-garou mais mes actions m'ont entraîné vers cela. Me voilà donc loup-garou, ne sachant pas ce que cela implique, comment me transformer ou quels seront les impacts sur ma puissance au combat : à moi de trouver les réponses (je ne veux pas tricher en fouillant sur internet ;-))!

Et c'est ce qui rend le jeu excellent. Skyrim est un jeu dont on est le héros, un vrai RPG et cela fait du bien.

Note : 9/10

        

dans Gaming, PC, PS3, Test, Xbox360
Tags : test, skyrim, elder scrolls, bethesda, ps3, xbox360, pc, rpg, spike award

Dark Souls, déballage du kit presse 
par Quantic

lundi 12 décembre 2011 19:54 2 commentaires

Il y a quelques semaines, nous avons eu le plaisir de recevoir de la part de Namco le kit presse de Dark Souls, digne successeur de Demon Souls.

dark souls,déballage,kit presse,namco

Le kit presse se présente sous la forme d'une très belle boite cartonnée ronde

 dark souls,déballage,kit presse,namco

reprenant une version du jeu mais aussi un petit livret assez comique permettant de se créer son personnage en pièces détachées

 dark souls,déballage,kit presse,namco  dark souls,déballage,kit presse,namco

et un briquet assez classe

 dark souls,déballage,kit presse,namco

Et même si, actualité oblige, nous n'avons pas encore eu l'occasion de nous y essayer, la présentation à laquelle nous avions assisté à la GamesCom annonçait la couleur avec un jeu très difficile qui s'adresse avant tout aux amateurs de challenge. Le développeur japonais assurant la démo est même mort plusieurs fois pendant la démo...

Si vous vous êtes déjà arrachés les cheveux dessus, n'hésitez pas à nous raconter vos aventures dans les commentaires histoire de nous préparer psychologiquement ;-)

        

dans Déballage, Gaming, PS3, Xbox360
Tags : dark souls, déballage, kit presse, namco

[Test] Dance Central 2 : le jeu de danse ultime ? 
par Aelya

vendredi 09 décembre 2011 19:33 3 commentaires

 dance central 2, xbox360, microsoft, kinect, Harmonix

Toute séance de jeu Kinect commence de la même façon : par la reconfiguration de notre salon. En effet, le bébé de Microsoft requiert un recul conséquent et malgré une pièce assez grande, nous devons tout pousser au maximum, et là encore, c'est parfois un peu juste.

Mais pour un jeu comme Dance Central 2 d'Harmonix, ce petit inconvénient peut se voir comme une préparation au jeu, un échauffement bien nécessaire avant une séance de danse survitaminée : Microsoft avait en fait tout prévu ;-)

Dance Central 2 est, comme son nom le laisse supposer, un jeu de danse et exploite Kinect. Il faut dire qu'un tel jeu se marie idéalement avec cet accessoire : on n'a pas à se préoccuper d'une manette à tenir, il faut juste réussir à bouger son corps suivant la chorégraphie.

Et là, je dois avouer que la sauce prend vraiment.

 dance central 2, xbox360, microsoft, kinect, Harmonix

Kinect reconnait bien les mouvements du corps et nous indique quel membre (bras, jambe...) n'est pas en adéquation avec la chorégraphie en l'entourant de rouge : on ne peut pas tricher ! Résultat, on se prend très vite au jeu et l'on sent la fierté nous envahir lorsqu'on obtient enfin un "Magnifique" (surtout lorsque c'est par miracle comme moi qui ait la grâce d'une enclume attachée à une ancre^^).

Les chansons proposées sont assez variées et sympas. On trouve les derniers morceaux/artistes du moments tels que Lady Gaga, Rhianna, David Guetta mais il est un peu dommage qu'il n'y ait pas de titres localisés (en français par exemple) alors qu'on trouve des morceaux d'artistes américains peu connus ici en Europe. Il est possible d'acheter des morceaux supplémentaires (environ 250 Microsoft points le morceau) ainsi que la possibilité de transférer la tracklist de Dance Central (400 MS : un peu cher le transfert vu que déjà payé en achetant le premier opus...).

dance central 2, xbox360, microsoft, kinect, Harmonix dance central 2, xbox360, microsoft, kinect, Harmonix

Cependant, l'important étant de danser, on peut pardonner ce petit défaut car les chorégraphies des différentes chansons se révèlent souvent très sympas avec parfois un petit côté décalé bien venu.

Ce aspect se retrouve d'ailleurs dans le design des niveaux et des avatars : ceux-ci ont un look bien défini correspondant à un style de musique qui frôle la caricature tout en leur conférant un charisme de folie ! J'ai vraiment aimé pouvoir ainsi choisir un avatar qui me plaisait^^

 dance central 2, xbox360, microsoft, kinect, Harmonix

La grande nouveauté de cette suite à Dance Central est la possibilité de jouer à deux simultanément et là je dois dire que l'on s'amuse encore plus. Il y a principalement deux façons de jouer : en équipe ou en se mesurant l'un à l'autre. Quantic et moi avons commencé par danser ensemble, en équipe puis, voyant que j'étais meilleure que lui, nous avons décidé de nous affronter ;-) Lors des battles, il y a des passages "solo" où seul notre avatar est pris en compte, ce qui donne lieu à des "mais ce n'est pas juste, ton passage était beaucoup plus facile que le mien"^^

 dance central 2, xbox360, microsoft, kinect, Harmonix dance central 2, xbox360, microsoft, kinect, Harmonix

D'autres passages de Battles proposent plusieurs mouvements remportant un certain nombre de points apparaissent simultanément à l'écran, celui qui parvient à réaliser l'un de ces morceaux de choré avant l'autre remportant les points liés à cette choré : un petit côté stratégie apparaît donc... Vais-je faire plein de choré faciles rapportant peu de points ou plutôt faire la difficile qui en rapporte plein ? Et puis la course avec son adversaire dans ces moments là est exacerbée et donne lieu à pas mal de fous rires^^

Conclusion

Dance Central 2 propose peu de nouveauté par rapport au premier opus mais vient combler une terrible lacune : le jeu à deux simultanément.

Or cet ajout fait de lui une vraie réussite en matière de jeu de danse.

De plus, Dance Central 2 démontre une utilisation exemplaire de Kinect (comme on aimerait en voir plus souvent) qui ajoute un vrai plus au jeu.

Ma note : 8,5/10

        

dans Casual, Gaming, Test, Xbox360
Tags : test, dance central 2, xbox360, microsoft, kinect, harmonix, jeu de rythme

[Test] Assassin's Creed Revelations, l'escapade byzantine 
par Quantic

mercredi 07 décembre 2011 20:11 4 commentaires

 assassin's creed revelations, jaquette, ps3

Après un premier épisode très moyen, Ubisoft avait touché le jackpot avec un Assassin's Creed 2 flamboyant. Un monde beaucoup plus ouvert, un gameplay plus varié, une vraie liberté de mouvement et un héros ultra-charismatique, je n'hésite pas à dire que AC 2 fait partie des jeux qui ont le plus marqué ma vie de gamer, au moins au même titre qu'un GTA 3 ou un Warcraft 2.

Dans Brotherhood, Ubisoft a réussi à encore améliorer le gameplay et même si le solo n'était pas forcément très innovant, l'excellent multi rendait cet épisode au moins aussi indispensable.

Le défi pour Ubisoft avec Revelations était de réussir à maintenir l'intérêt des joueurs que nous sommes et le défi était de taille car avec un rythme d'un épisode par an, le risque de proposer des épisodes sans saveur et sans innovation était grand.

test,assassin's creed,assassin's creed revelations,ezio,ubisoft,action

Est-ce que la Revelation a eu lieu ?

Le scénario des AC est toujours très soigné avec un univers complet et une base de données sur chaque personnage totalement passionnante. Ici, le scénario reste un des points forts du titre même si l'interaction Desmond/Ezio était beaucoup plus réussie dans Brotherhood...mais bon, on en apprend un peu plus sur le fameux sujet 16 et sur Desmond tout en découvrant la fin de l'aventure d'Ezio. Même si le scénario est plus léger que dans les deux derniers épisodes, on n'en demandait pas vraiment plus.

A noter quand même qu'Aelya ne comprend toujours pas pourquoi UbiSoft insiste toujours autant sur Desmond, qui a le charisme d'une moule sur le point dêtre ébouillantée. Nous y allons donc de notre petit conseil aux développeurs : Pour AC 3, oubliez Desmond et trouvez-nous un personnage avec le charisme d'un Ezio et nous porterons votre jeu aux nues !

 test,assassin's creed,assassin's creed revelations,ezio,ubisoft,action

A côté du scénario principal, proposant des missions de qualité parfois inégales, la plupart des missions secondaires "classiques" sont de retour et quelques nouvelles occupations apparaissent comme les défenses de repaires (sous la forme d'un abominable jeu de "tower defense") mais rien de vraiment neuf ou de fondamentalement indispensable sur cet épisode. Au contraire, quelques activités secondaires disparaissent et c'est bien dommage.

Au niveau du gameplay en lui-même, rien de bien neuf à part un crochet attaché à votre lame secrète qui permet de grimper plus rapidement ou d'utiliser des câbles tendus pour réaliser des assassinats spectaculaires tout en glissade. J'aimerais par contre bien qu'Ubisoft nous explique la raison d'être de ces câbles tendus dans toute la ville... Sans doute que les templiers les utilisaient pour sécher leur linge...

Il est également possible de faire s'écrouler des échafaudages sur vos poursuivants, nouveauté sympathique mais qui ne changera pas réellement vos habitudes. La manipulation d'Ezio reste donc assez classique et conserve les avantages et les défauts des précédents épisodes. Autrement dit, Ezio virevolte de toit en toit et tue avec style tout cela avec en appuyant sur un seul bouton ou presque...

test,assassin's creed,assassin's creed revelations,ezio,ubisoft,action  test,assassin's creed,assassin's creed revelations,ezio,ubisoft,action

Constantinople, entre l'Orient et l'Occident

Cette fois l'aventure d'Ezio l'amène à Constantinople, autre ville mythique de la renaissance. C'est un choix intéressant et qui change de l'Italie mais qui malheureusement ne fonctionne pas aussi bien qu'une Venise ou une Florence.

Peut-être suis-je moins sensible à la culture byzantine mais l'impression d'immersion est moindre dans cette épisode. Et malgrè mes 20 bonnes heures de jeu sur le solo, la ville reste assez confuse, trop dense et pas assez variée pour vraiment reconnaitre les quartiers. Après Brotherhood et une Rome grandiose, on ressent vraiment une petite déception au niveau du design de la map.

Tous ces éléments mis ensemble confèrent à cet épisode un petit sentiment de retour en arrière. Et même si le jeu reste excellent et que le solo vous occupera de très nombreuses heures, on ressort de l'aventure avec un petit sentiment de trop peu, une impression qu'il faudrait laisser à la série du repos pour que les designers se ressourcent un peu pour moderniser et redonner de l'éclat à la licence.

Hors Ubisoft a déjà annoncé un nouvel épisode en 2012, sans doute avec un nouvel héros. Espérons que cela redonnera du souffle à la série car ici, bien que le solo ne soit certainement pas mauvais, il est quand même un cran en-dessous de nos espoirs.

 test,assassin's creed,assassin's creed revelations,ezio,ubisoft,action

Côté Multi, les craintes dont nous vous avions fait part lors de la Gamescom ne sont heureusement pas justifiées... En effet, le mode "Traque" est toujours bien présent et la stratégie est toujours aussi excellente. De nombreux modes de jeux solo et en équipes ont fait leur apparition mais peu valent vraiment la peine en dehors du bon vieux mode  "Traque", qui reprend les bases de l'excellent multi de Brotherhood.

Furtivité, malice et coup-bas sont toujours bien au programme et les quelques améliorations au gameplay le rendent encore plus subtils.

Les autres modes s'adressent à des joueurs un peu plus "bourrins" et les connaisseurs ne s'y sont pas trompés puisque ces modes sont beaucoup moins joués.

 test,assassin's creed,assassin's creed revelations,ezio,ubisoft,action  test,assassin's creed,assassin's creed revelations,ezio,ubisoft,action

Conclusion

Malheureusement et même si AC garde tout mon intérêt de joueur, cet épisode est un cran en-dessous d'un Brotherhood. Les quelques innovations de gameplay ne suffisent pas à compenser la disparition de certains autres éléments (entre autre le cheval dont on avait tant fait la pub pour Brotherhood et la possibilité de le monter en ville) et l'impression générale de retrouver un solo plus répétitif qu'avant. Heureusement le scénario et les rebondissements nous gardent éveillés et le fan que je suis a quand même pris beaucoup de plaisir à tourner le mode solo dans tous les sens.

Le multi a essayé d'élargir son public cible en différenciant les modes de jeu subtils de ceux plus bourrins mais les quelques améliorations ne vont pas transformer l'expérience Brotherhood en profondeur.

Bref, Ezio vieillit et AC également. Peu de nouveautés et même quelques régressions par rapport à Brotherhood font que ce Revelations n'est finalement qu'un énorme patch. Le fan y trouvera toujours son compte mais on espère qu'Ubisoft redressera la barre lors du prochain épisode afin d'éviter que la série ne sombre dans le conformisme.

Assassins' Creed est une licence avec un potentiel énorme et une durée de vie quasi illimitée. Reste à Ubisoft à nous montrer sa capacité à se renouveler suffisamment.
 
Note : 8/10

        

dans Gaming, PC, PS3, Test, Xbox360
Tags : test, assassin's creed, assassin's creed revelations, ezio, ubisoft, action

[Test] Call of Duty : Modern Warfare 3, du sang et des frags 
par Quantic

vendredi 25 novembre 2011 20:11 2 commentaires

 test,call of duty,modern warfare 3,sledgehammer games,activision,fps

Après mon test de Battlefield 3, il était temps de parler du favori dans le combat des FPS militaristes militaires de fin d'année.

Et même si Modern Warfare 3 ne démérite pas en qualité et que ses ventes sont déjà affolantes, il faut reconnaitre que le bébé d'Electonic Arts aura réussi son pari, celui de coller à Modern Warfare une image de pré-retraité.

Mais ce n'est certainement pas une raison pour l'éviter si vous êtes fan de la licence. Il faut d'ailleurs reconnaitre que les deux titres partagent nombre de leurs défauts : linéarité extrême, solo ultra court, simplicité du combat mais aussi nombre de leurs qualités : ambiance héroïque, réalisme, grand spectacle.

Difficile donc de les départager mais nous ne sommes pas ici pour faire une comparaison mais pour parler de Modern Warfare 3, donc qu'en est-il ?

test,call of duty,modern warfare 3,sledgehammer games,activision,fps  test,call of duty,modern warfare 3,sledgehammer games,activision,fps

Un scénario en héritage.

Modern Warfare 3 démarre là où le deuxième épisode se termine et au cours du jeu, vous aurez l'occasion de retrouver des personnages que vous connaissez déjà bien ainsi que des lieux déjà visités lors des précédents épisodes.

Bien sûr le scénario de 3ème guerre mondiale voyant s'opposer le bloc occidental à une Russie extrémiste n'est pas très réaliste mais cela nous change du Moyen-Orient et comme le jeu est un pur récit d'anticipation, cela permet de sortir tous les gadgets possibles et imaginables. Ainsi, nous serons aux commandes de drones (au sol et en l'air), de jeeps, de tanks et nous pourrons assister les troupes au sol en pilotant des bombardiers et inversement, marquer les cibles pour recevoir de l'aide du ciel...

Malheureusement, comme prévu, le solo est très court. Il m'a fallu moins de 5 heures pour le terminer et la difficulté pas très élevée combinée à un auto-ciblage parfois un peu trop efficace rend la tâche vraiment trop facile.

 test,call of duty,modern warfare 3,sledgehammer games,activision,fps  test,call of duty,modern warfare 3,sledgehammer games,activision,fps

L'univers du jeu reste fidèle à lui-même et s'avère assez cohérent même si l'on sent que le moteur graphique commence à prendre de l'âge surtout comparé à la concurrence. La modélisation des grandes villes comme New York, Londres ou Paris est assez réussie, surtout pour cette dernière car je dois avouer avoir moins accroché à l'ambiance New Yorkaise ou Londonienne.

A noter d'ailleurs qu'il est amusant que dans Battlefield 3, on sauve la Bourse Parisienne Euronext alors que dans Modern Warfare 3, on part à l'assaut de Wall Street. A croire que la crise financière a inspiré les développeurs !

Je ne suis pas un hééérooos...

Mais si ! Je suis un héros !... En tous cas, le solo fait tout pour vous en persuader. Heureusement, l'ambiance bien soutenue par la musique qui souligne les moments clés et quelques scènes magiques sauvent le jeu à elles seules...

test,call of duty,modern warfare 3,sledgehammer games,activision,fps  test,call of duty,modern warfare 3,sledgehammer games,activision,fps

C'est plus fort que moi, même si MW3 s'avère une fois de plus, plus proche du film interactif que du FPS, il est tellement bien présenté et bien emballé que l'on ne peut s'empêcher de ressentir quelques frissons. Par exemple (et en évitant de spoiler trop), je suis resté bouche ouverte devant l'assaut du sous-marin, la prise d'assaut d'un avion de ligne en vol avec ses changements de gravité incessants ou encore la scène finale du combat à Paris.

Et si MW3 se veut spectaculaire à souhait, c'est aussi un peu au détriment du réalisme... Parfois, c'est tout simplement un peu trop gros pour être vrai et le fait que vos équipiers tirent un peu beaucoup dans le vide contribue à donner cette impression d'être le sauveur du monde, au détriment du réalisme.

Un multi toujours au rendez-vous.

Avec un solo torché en une après-midi, c'est toujours pour le multi que l'on choisit d'acheter Modern Warfare 3. Celui-ci est toujours bien au rendez-vous avec tous les modes classiques ainsi que quelques missions coopératives bien sympathiques mais qui ne révolutionneront pas le genre.
Du côté du compétitif, on reprend les valeurs sures en essayant de mieux les équilibrer, voilà le credo de MW3.

Assez peu de nouveautés donc, mais de subtils changements qui permettent de mieux équilibrer un gameplay nerveux, la marque de fabrique de Modern Warfare depuis ses débuts. L'avantage, c'est qu'un joueur débutant et esseulé se sentira un peu moins perdu que chez son concurrent BF 3, plus tactique mais aussi plus difficile à appréhender !

 test,call of duty,modern warfare 3,sledgehammer games,activision,fps  test,call of duty,modern warfare 3,sledgehammer games,activision,fps

Conclusion

Call of Duty : Modern Warfare 3 s'avère être une suite bien en ligne avec ses prédécesseurs.

Du grand spectacle pour un solo héroïque à souhait tandis que le Multi reste une valeur sure du FPS console.

Pourtant, il reste un petit goût de trop peu, un peu comme si Infinity Ward(bien aidé sur cet épisode par SledgeHammer Games) s'était contenté d'améliorer subtilement la recette sans en faire trop. Ainsi, le moteur du jeu commence à faire un peu pauvre et même si quelques scènes vont vous scotcher à votre fauteuil, globalement le sentiment qui prédomine est que le gameplay Modern Warfare meriterait d'être un peu modernisé.

Note : 7,5 /10


Mais alors, que choisir entre Modern Warfare 3 et Battlefield 3, me direz-vous ?

Voilà une question difficile et je vous conseille de (re)lire mon test de Battlefield 3 pour mieux comprendre ce qui va suire...

Même si les deux jeux se disputent le même terrain, les différences aussi bien en solo qu'en multi sont assez nombreuses que pour rendre leur gameplay finalement assez différent.

Battelfield 3 insiste plus sur l'aspect réaliste des combats (mais pas trop non plus) tandis que Modern Warfare 3 veut faire de vous le héros invincible de la 3ème guerre mondiale.

Pour ma part, j'ai pris beaucoup de plaisir à jouer aux deux jeux et votre choix devra se faire entre une valeur sûre sympathique mais peu originale (MW3) et un challenger venu secouer un peu le cocotier (BF3).

La différence de note entre les deux jeux est en grande partie due à l'âge du moteur graphique de MW3 et à ma sensibilité plus forte au gameplay de BF3, sans oublier que j'ai une tendance naturelle à préférer les challengers aux favoris mais que vous choisissiez l'un ou l'autre, vous ne serez pas déçu !

        

dans Gaming, PC, PS3, Test, Xbox360
Tags : test, call of duty, modern warfare 3, sledgehammer games, activision, fps