[Test] Anarchy Reigns : l'anarchie n'a pas que du bon 
par Aelya

jeudi 17 janvier 2013 18:58 5 commentaires

 anarchy reigns,platinum games,sega,test,bayonetta

Platinum Games nous avait gâté avec Bayonetta (même si l'annonce de l'exclusivité Wii U de sa suite en a chagriné plus d'un). Les voilà de retour dans un genre un peu différent avec Anarchy Reigns, celui-ci voulant faire la part belle au multijoueur.

On reconnait la patte de Platinum Games dans Anarchy Reigns : les divers personnages principaux et secondaires ont le look classe et un peu déjanté du studio, à tel point que certains protagonistes viennent d'anciens jeux et que Bayonetta s'invite même au casting en tant que personnage multijoueur supplémentaire (dans l'édition limitée). Mais si tout ce beau monde a la classe, le reste des graphismes laisse un peu à désirer : on attendait mieux, surtout pour des consoles en fin de génération.

 anarchy reigns,platinum games,sega,test,bayonetta anarchy reigns,platinum games,sega,test,bayonetta anarchy reigns,platinum games,sega,test,bayonetta

Même si Anarchy Reigns se veut principalement multi, il propose également une campagne solo, qu'il faudra obligatoirement faire pour débloquer un certain nombre de personnages. On pourrait penser que c'est une chouette idée : on nous offre du temps de jeu supplémentaire, mais c'est un cadeau un peu empoisonné.

Un solo qui peine à convaincre

 anarchy reigns,platinum games,sega,test,bayonetta anarchy reigns,platinum games,sega,test,bayonetta anarchy reigns,platinum games,sega,test,bayonetta

Le scénario, par exemple, ne brille pas par son originalité et se révèle assez décousu.

Le gameplay, de son côté, bien qu'efficace suit une progression assez déroutante puisque les niveaux consistent à gagner suffisamment de points pour débloquer des missions principales. Pour engranger ces dits-points, il faut tuer en boucle des mobs à l'IA pas très maligne. Des "Free missions" recommençables viennent également nous permettre de booster notre score.
Il y a 3 Free missions et 3 missions principales par niveau, cependant elles sont assez semblables (tuer un max de mobs en un temps donné, combattre un boss, ...).
Des mini events sur les cartes des niveaux viennent pimenter tout ça en introduisant des gaz toxiques, des véhicules fous à éviter, des bombardements, ... 

 anarchy reigns,platinum games,sega,test,bayonetta

Au début, on choisit entre le côté obscur et le côté clair, cependant, après 4 niveaux, on recommence tout automatiquement du côté opposé qui se déroule dans les mêmes niveaux qu'avant. Bon, c'est vrai, les missions sont légèrement différentes mais suivent quand même les mêmes grandes lignes.

Les combats sont sympas mais il n'y a pas assez de combos différents et l'esquive/garde manque de punch. On dispose en effet d'une attaque légère/rapide, d'une autre puissante mais assez lente et d'une prise. En sus, chaque personnage possède une arme ultime que l'on pourra utiliser via une jauge qui se remplit au fur et à mesure des coups que l'on donne. Enfin, un mode frénésie se déclenche lorsqu'une autre jauge est remplie, rendant le personnage quasi invulnérable et surpuissant, à moins que son adversaire ne la déclenche aussi : cela se règlera alors à coup de QTE.

Bref, il y a beaucoup de possibilités mais finalement, le jeu s'avère très vite répétitif.

 anarchy reigns,platinum games,sega,test,bayonetta

Le solo n'est donc pas très stimulant mais est un passage obligé pour pouvoir profiter pleinement du multijoueur avec les différents personnages (et ce sans parler du fait que les trophées ne concernent que le solo !).

Un jeu pensé pour le multi

Dommage car le multi d'Anarchy Reigns reste clairement son point fort. Il propose de nombreux modes de jeu, pas toujours originaux mais qui ont fait leurs preuves.

Ainsi le Battle Royale est un grand champ de bataille où s'affrontent jusqu'à 16 joueurs et où les mini events fleurissent. C'est vraiment sympa, même s'il faut s'accrocher pour survivre, les forts ayant tendance à s'entendre pour s'en prendre aux plus faibles : c'est la loi de la jungle^^

 anarchy reigns,platinum games,sega,test,bayonetta

On retrouve aussi les classiques matches à mort, en équipe (à 2, 4, 8 joueurs), un jeu de balle (genre handball) où tous les coups sont permis, de la co-op où l'on fait face à des vagues d'ennemis et bien d'autres modes de jeu.

16 combattants différents (+Bayonetta) sont jouables. On peut personnaliser leurs couleurs mais aussi une aptitude supplémentaire (celles-ci se débloquant petit à petit). A noter que plusieurs personnages semblables peuvent se trouver dans un même match (dans un Battle Royale, j'ai ainsi eu l'occasion de croiser 3 ou 4 Sacha^^).

 anarchy reigns,platinum games,sega,test,bayonetta

Bref, chacun pourra trouver chaussure à son pied et j'avoue l'avoir bien pris sur le multi même si je ne suis vraiment pas douée ;-)

Malheureusement, ce multi n'est jouable qu'en ligne et aucun split screen n'est disponible, ce qui limite beaucoup le côté défouloir inhérent au genre.

Conclusion

Malgré son prix rikiki (une trentaine d'euros), le dernier né de Platinum Games n'arrive pas à égaler ses prédécesseurs.

En effet, Anarchy Reigns ne prend toute son ampleur qu'en multijoueur, mais oblige à passer par la case d'un solo inintéressant et répétitif avant de livrer tout son potentiel. 

Le multi varié vient donc sauver la mise mais on ne peut que regretter l'absence de split screen qui empêche de pouvoir en profiter à deux/en couple.

Ma note : 6/10

        

dans Gaming, PS3, Test, Xbox360
Tags : anarchy reigns, platinum games, sega, test, bayonetta

[Preview] Dead Space 3, le TPS horrifique est de retour 
par Quantic

jeudi 10 janvier 2013 19:28 0 commentaire

dead space 3,dead space,electronic arts,tps,horreur,preview

Dead Space, c’est le TPS horrifique par excellence...

Mais TPS tendance combat car même si le jeu d’EA me rappelle les sensations d'un certain Resident Evil dans son ambiance, son gameplay reste beaucoup plus orienté combat et action.

Et voilà maintenant que le troisième épisode de cette licence pointe le bout de son nez et après la présentation non-jouable de l’E3, j’ai pu tâter de la bête pendant quelques minutes.

On retrouve au cours de cette démo un environnement plus habituel que dans la présentation que nous avions vu tourner à l’E3.

Exit les planètes glacées et bon retour dans les vaisseaux spatiaux...

 dead space 3,dead space,electronic arts,tps,horreur,preview

Et ça commence mal puisque l’on démarre la démo par une cinématique interactive qui voit notre vaisseau tomber en ruine et en train de se disloquer. Heureusement, on parvient à rejoindre de justesse un sas pressurisé et on enfile notre bonne vieille combinaison mais alors que l’on s’apprête à placer le casque, le sas se déchire, projetant celui-ci dans l’espace.
Ni une, ni deux, on plonge dans le vide intersidéral pour finir par le rattraper et le placer sur sa petite tête sur le point d’imploser… Ouf !

Dans les minutes qui suivent, on doit se frayer un passage à coup de mini réacteurs entre les débris environnants en résolvant des puzzles assez basiques pour finalement rejoindre un vaisseau plus accueillant.
Enfin, c'est ce qu'on pense... avant de croiser les premiers nécromorphes qui débarquent du plafond. Et on retrouve alors un gameplay classique pour la série fait de nécromorphes sortis de nulle part, de coupures de courant, de flash lumineux, de morts qui se relèvent, etc.

 dead space 3,dead space,electronic arts,tps,horreur,preview dead space 3,dead space,electronic arts,tps,horreur,preview

Et c’est déjà la fin de la démo…
Bon, je n’ai pas vu grand-chose de neuf par rapport aux précédents épisodes mais l’ambiance est toujours aussi prenante, angoissante. Le genre de jeu à jouer le soir, toute lumière éteinte, avec un bon casque sur les oreilles... juste pour ne plus fermer l’œil de la nuit et être à l’affut de tous les bruits suspects ;-)

Après la démo en elle-même, j’ai pu tester la grande nouveauté annoncée : le créateur d’armes.

Au cours du jeu, on ramasse différents matériels que l’on va pouvoir utiliser sur un petit établi-maison pour assembler sa propre arme en combinant différents modules. On peut ainsi créer un peu tout et n’importe quoi, depuis le pistolet à fléchettes électriques au lance-roquette triple fonction.

Pour s’assurer que l’arme créée est utilisable, on peut appeler un nécromorphe pour tester son arme. Dans la pratique, c’est assez fun à utiliser même si on doit parfois s’y reprendre plusieurs fois avant de créer une arme équilibrée.

 dead space 3,dead space,electronic arts,tps,horreur,preview

Dead Space 3 ne s’annonce donc pas comme une révolution mais il s’agira sans aucun doute d’un excellent TPS horrifique qui mettra beaucoup l’accent sur la coopération entre les deux héros du jeu.
Et rien que pour ça, on l’aime déjà !

Dead Space 3 sortira sur PS3, Xbox 360 et PC le 7 Février prochain.

        

dans Gaming, PC, Preview, PS3, Xbox360
Tags : dead space 3, dead space, electronic arts, tps, horreur, preview

[Test] F1 Race Stars, Mario pilote une F1 
par Quantic

samedi 05 janvier 2013 19:28 2 commentaires

 f1 race stars,test,codemasters,mario kart like

Vous le savez, je suis un fan de Codemasters et de leurs excellentes simulations.

La série des F1 20xx et des Dirt comptant parmi mes jeux cultes. Mais une licence de F1, ça coûte cher donc Codemasters a dû avoir envie de rentabiliser son investissement au maximum. Il est probable que c’est de là qu’est partie l’idée de F1 Race Stars.

Et oui, encore un Mario Kart like. Après le très bon Sonic All Stars Racing Transformed, il semble que chaque éditeur veut profiter de l’absence (très temporaire) de Nintendo dans ce genre qu’il a quasiment créé pour manger les restes du monstre Mario Kart.

Cette fois, c’est un univers original auquel on a droit puisque c’est l’univers bien réel de la F1 qui va être mis en scène de manière rigolote.

 f1 race stars,test,codemasters,mario kart like

En effet, tous les pilotes du plateau (ainsi que 4 pilotes fictifs dont on ne comprend pas bien l’intérêt) se retrouvent embrigadés dans cette aventure sous la forme d’un petit personnage légèrement caricatural. Les circuits sont également reconnaissables par certains virage mythiques avant de partir rapidement dans le n’importe quoi à grands renforts de loopings, de sauts et de turbo. Et oui, quand même, ce n’est pas une simulation, un peu de fun que diable.

Tous ces éléments rendent le jeu visuellement très réussi avec des pilotes très attachants et n’hésitant pas à se balancer des vannes pourries. Malheureusement, le jeu a du mal à convaincre au niveau de son gameplay.

D’abord, les développeurs ont eu l’abominable idée de déséquilibrer leur jeu dès le choix de l’écurie en donnant à chacune des bonus différents. Résultat : A moins de jouer avec Red Bull ou McLaren, on peut dire adieu à toute chance de victoire. Et malheureusement, cela ne s’arrête pas là car une fois en piste, l’impression de vitesse s’avère peu convaincante.

f1 race stars,test,codemasters,mario kart like  f1 race stars,test,codemasters,mario kart like

Le pilotage s’avère également très mou puisqu’il n’y a pas de possibilité de dérapage. Pour compenser, on a droit à une sorte de turbo (qui est censé simuler le KERS) activable à des endroits bien spécifiques. Le pilotage s’avère donc vite ennuyant au possible.

Comme dans tous les Mario Kart like, les bonus et autres armes offensives auraient pu sauver le titre mais malheureusement, ceux-ci s’avèrent assez peu réussis et surtout, ils vont influencer le résultat des courses de manière bien trop aléatoire. Certains bonus resteront complètement inutiles alors que d’autres vous feront passer de la dernière à la première place en un clin d’œil.
Et là où tout le monde sait qu’un bon Mario Kart se doit de tricher en donnant les bonnes armes aux derniers pour maintenir tout le monde dans la course jusqu’au bout, ici, on ne sait pas trop comment remonter si on a fait une erreur.

Le résultat est donc trop aléatoire. On peut dominer une course et finir dernier de la suivante sans trop comprendre pourquoi... Bref, c’est frustrant.

 f1 race stars,test,codemasters,mario kart like

Pourtant le jeu propose de bonnes idées comme ces passages aux stands pour réparer son bolide. Une idée assez efficace en solo mais qui se heurte malheureusement à la bêtise des joueurs multi puisque tout le monde se rue dedans à chaque passage augmentant encore l’impression de bordel.

Enfin, quel dommage que Codemasters insiste avec son amour des DLC et de l’online pass puisque seules 11 pistes sont disponibles, ce qui fait définitivement trop peu. Le solo, bien qu’assez long et offrant des épreuves variées s’avère donc vite répétitif et tout simplement frustrant.

Terminons sur une note positive puisqu’il est possible d’affronter ses amis en écran splitté jusque 4. Il reste à trouver 3 autres amateurs de F1, peu regardant sur la qualité du titre pour quand même bien s’amuser.

 f1 race stars,test,codemasters,mario kart like

Conclusion

F1 Race Stars est une excellente idée, malheureusement mal exploitée. L’univers de la F1 est retranscrit avec humour et tous les amateurs vont beaucoup s’amuser à essayer de reconnaitre les circuits ou à écouter les pilotes s’insulter gentiment.

Mais la sauce ne prend pas. Le gameplay est trop mou, l’IA trop simpliste et le résultat des courses bien trop aléatoire que pour s’amuser plus que quelques heures sur ce titre.

Pourtant, avec un peu de travail, je pense que F1 Race Stars pourrait gagner ses lettres de noblesse. Peut-être pour l’année prochaine ?
En attendant, ce titre est à réserver aux fans inconditionnels de la F1 qui ont envie d’un jeu moins prise de tête que F1 2012.

F1 Race Stars est disponible sur PS3, Xbox 360 et PC.

Ma Note : 6/10


        

dans Gaming, PC, PS3, Test, Xbox360
Tags : f1 race stars, test, codemasters, mario kart like

[Test] Sonic All Stars Racing Transformed, combats de karts à grande vitesse 
par Quantic

samedi 29 décembre 2012 19:25 2 commentaires

 sonic all stars racing transformed, jaquette, ps3

Sonic, c’est toute mon enfance. Ma Master System, ma Mega Drive... A l’époque, j’étais un vrai Segamaniaque.

Sonic All Stars Racing Transformed est donc la deuxième tentative de Sega de proposer son Mario Kart maison, autrement dit un jeu de kart avec tous ses héros même les plus méconnus. Et cette fois, ils ont réussi leur pari car Sonic se hisse pratiquement au niveau de Mario. Rien que ça.

Au total, ce sont 22 pilotes qui vont se tirer dans le chou au travers de 20 circuits, bref, de quoi faire avant de commencer à sentir une impression de répétition.
D’autant plus que les pilotes vont du grand classique Sega (Sonic, Tails, ...) jusqu’aux invités de marque comme Ralph (du dernier Disney) ou même Danica Patrick, la célèbre pilote d’Indy Car et maintenant de Nascar, immensément populaire aux USA. Et Sega est même d’humeur généreuse puisque le grand absent : Alex Kidd a été offert gratuitement à tout le monde le 25 Décembre dernier.

sonic,mario kart like,test,sega

Côté circuits, c’est également du tout bon avec de nombreux grands classiques de Sega revisités avec, entre autres, Sonic, Panzer Dragoon, After Burner, Shinobi, Golden Axe, ... Et en plus de proposer des environnements et une musique qui rappelleront des souvenirs aux vieux gamers comme moi, ceux-ci proposent en plus une architecture très réussies.

Bien entendu les passages en kart s’avèrent presque parfaits avec tout ce que l’on peut attendre d’un Mario Kart like : Des dérapages, des turbos à tout va et des armes pensées pour humilier ses adversaires. Mais en plus de ces sections en kart, Sega nous propose des passages en bateau et en avion qui s’avèrent bien plus qu’un simple gadget. Si le bateau s’avère vite énervant avec une inertie un peu trop marquée, les passages en avions démontrent qu’un Mario Kart like peut proposer un gameplay à trois dimensions réussis. Sur ce point, on peut même dire que Sonic a battu Mario Kart 7 et ses passages en planeurs totalement soporifiques.

sonic,mario kart like,test,sega sonic,mario kart like,test,sega

Le jeu propose en outre un solo à la fois long et dur, ce qui n’est pas courant sur un jeu de ce genre. Qui plus est, l’ensemble du titre est jouable en écran splitté jusque 4 joueurs (et même 5 sur la version Wii U), ce qui fait qu’Aelya et moi l’avons parcouru une bonne dizaine d’heures ensemble alternant les coups vaches et les phases d’entraide.

Même si avec Aelya, toute trêve reste toujours fragile ! Je me souviens de cette mission où il fallait détruire les autres adversaires pour gagner. Un superbe travail d’équipe pour s’éviter mutuellement et alors que j’allais brillamment remporter la course, j’ai reçu une boule de neige éliminatoire 5 cm avant la ligne d’arrivée. La pire trahison depuis que je joue avec elle et il y en a eu, croyez-moi ! Je réserve ma vengeance !

sonic,mario kart like,test,sega

Car oui, le solo est vraiment long. Le mode Carrière demande certainement une bonne vingtaine d’heures pour se terminer et après cela, il reste encore le mode grand prix, course unique et contre la montre. Voilà un jeu qui ne se finit pas en quelques heures !

Le multi est aussi à la hauteur puisque jouable à 4 en écran splitté et à 10 joueurs en ligne, il s‘élève au moins au niveau des meilleurs moments de Mario Kart.

Rien que du positif donc ? Pas tout à fait.

Le jeu présente quand même quelques carences. Les héros manquent toujours un peu de charme et Mario Kart garde l’avantage de son ambiance unique mais Sonic a refait une bonne partie de son retard. Dommage également que la fluidité ne soit pas optimale, surtout en solo. A noter qu’en écran splitté, nous n’avons pas constaté le moindre ralentissement puisque le jeu adapte lui-même la qualité de ses graphismes pour suivre la surcharge de travail CPU.

 sonic,mario kart like,test,sega sonic,mario kart like,test,sega

Conclusion

Sonic All Stars Racing Transformed s’élève facilement parmi les meilleurs Mario Kart like du marché. Son gameplay est incroyablement fun et son ambiance ravira les fans de la première heure de Sega.

Sega propose ici bien plus qu’une simple adaptation du hit de Nintendo à son univers en amenant de véritables évolutions de gameplay comme les passages en avions. Bref, Sega signe un travail impeccable qui promet de belles disputes dans les salons du monde entier.

Vous aimez Mario Kart mais vous êtes nostalgiques de la grande époque Sega ou vous désirez simplement jouer en HD sur votre PS3, Xbox 360 ou Wii U alors c’est bien ce jeu que vous attendiez !

Sonic All Stars Racing Transformed est disponible sur PS3, Xbox 360, PS Vita, 3DS et Wii U.

Ma Note : 8/10

        

dans 3DS, Gaming, PS VITA, PS3, Test, Wii U, Xbox360
Tags : sonic, mario kart like, test, sega

[Test] Epic Mickey 2 : le retour de Mickey sur nos consoles 
par Aelya

jeudi 27 décembre 2012 19:21 0 commentaire

 epic mickey 2, test, disney,

Je n'avais pas joué à Epic Mickey premier du nom. C'est donc avec l'esprit ouvert que je me suis attelée à sa suite, d'autant que j'aime beaucoup Disney (même s'il est vrai que Mickey n'est pas mon personnage préféré) et que le jeu est développé par Junction Point, le studio de Warren Spector, l'un des héros de Quantic, créateur de Deus-Ex.

Epic Mickey 2 se déroule dans le Monde de la Désolation où vivent tous les héros Disney oubliés. Lors du précédent opus, Mickey était venu en aide à Oswald, le lapin, pour contrer les plans maléfiques du Savant Fou. Ici, le jeu commence sur l'apparente rédemption de ce même savant qui veut mettre en garde les habitants d'un nouveau danger. A noter d'ailleurs qu'il le fait dans le plus pur style Disney, c'est-à-dire en chantant. Même si Oswald se montre circonspect, il décide de le croire.

epic mickey 2, test, disney,

Mickey est appelé à la rescousse par la fiancé d'Oswald qui ne croit pas à ce revirement soudain pour venir aider Oswald. C'est donc en duo que l'aventure se fait.

En effet, le jeu mise sur la coopération et les pouvoirs complémentaires des deux héros.
Mickey manie un pinceau magique lui permettant de faire apparaitre des éléments de décor ou de les effacer, ainsi que de dompter certains ennemis.
Oswald, lui, va contrôler l'électricité pour remettre en marche certains appareils ou tuer des ennemis.

Le gameplay repose sur l'utilisation des pouvoirs de l'un et de l'autre aux moments opportuns. De même, diverses énigmes parsèment les niveaux et il faudra réfléchir à la manière de combiner les pouvoirs de Mickey et Oswald pour les résoudre.

epic mickey 2, test, disney,

Une vraie collaboration entre nos deux héros est donc requise.

Si à deux en co-op, cela se passe relativement bien, lorsque l'on joue seul c'est une autre paire de manches ! En effet, en solo, on peut seulement incarner Mickey, il n'y a pas moyen de switcher avec Oswald et l'on dépend donc de l'IA pour activer des mécanismes, tuer certains ennemis...

Et malheureusement cette IA s'avère assez mauvaise : on se retrouve souvent à l'attendre désespérément et à croiser les doigts pour qu'elle se décide à faire ce que l'on attend d'elle.
Cela vient vraiment gâcher l'expérience de jeu, d'autant que la gestion de la caméra laisse elle aussi à désirer.

epic mickey 2, test, disney,

C'est dommage car l'ambiance du jeu est assez originale : on retrouve les personnages Disney mais dans une version désenchantée : ce sont des personnages oubliés qui vivent dans ce monde de la Désolation, cela n'est pas aussi gai que le vrai univers Disney (des clins d'oeil y sont d'ailleurs faits), il y a un petit côté mélancolique qui transparait malgré l'aspect cartoon du titre (surtout que le monde est encore en pleine reconstruction à cause des dégâts causés dans le premier opus).

J'avoue avoir également adoré l'ambiance comédie musicale, mais je suis fan de ce genre de choses ;-)

epic mickey 2, test, disney,

Enfin, le jeu propose parfois des choix lors des quêtes mais aussi un certain nombre de missions annexes comme, par exemple, aider le marchand de glace à réparer sa climatisation pour pouvoir ensuite acheter des objets dans sa boutique. De même, différents costumes apportant des bonus aux personnages sont essaimés dans les niveaux et ne sont pas évidents à trouver.

Conclusion

Epic Mickey 2 jouit d'une ambiance originale (je n'ai pas joué au premier) et d'idée sympathiques. Le jeu repose sur la coopération entre les deux personnages, Mickey et Oswald, ce qui permet des collaborations entre joueurs.

Malheureusement, en solo, le gameplay devient pénible à cause de l'impossibilité de passer d'un personnage à l'autre et surtout d'une IA plus qu'hasardeuse qui ne réagit pas aux bons moments. Rester bloqué à cause de cela devient vite énervant.

Epic Mickey pourra donc séduire certains, mais le gameplay solo et les problèmes de caméras risquent de vite faire fuir les autres.

Ma note : 6/10

        

dans Gaming, PS3, Test, Wii, Xbox360
Tags : epic mickey 2, test, disney

[Preview] Crysis 3, le soldat du futur sera furtif...ou pas 
par Quantic

samedi 22 décembre 2012 18:47 0 commentaire

crysis 3,preview,crytec,electronic arts

La semaine dernière, j’ai pu tester pendant une petite heure le fer de lance technologique d’Electronic Arts avec Crysis 3. Réputé pour faire chauffer les cartes graphiques les plus puissantes, le Cry Engine nous revient une fois de plus pour démontrer l’étalage de ses possibilités visuelles. Et pour l’avoir testé sur un PC dernier cri, je peux le confirmer : Les effets visuels sont incroyables.

Bien entendu, j’ai testé une version non optimisée et encore sujette à quelques glitchs graphiques mais la beauté du jeu m’a laissé la bouche ouverte un bon moment. Evidemment, il faudra voir à quoi ressemblera le jeu sur nos consoles vieillissantes mais vu la qualité des portages consoles de cette fin d’année et le savoir-faire technique de Crytec, je suis confiant que même les consoleux pourront se rincer l’œil.

crysis 3,preview,crytec,electronic arts crysis 3,preview,crytec,electronic arts

Le scénario de Crysis 3 se déroule 20 ans après la fin de Crysis 2 mais on retrouve toujours Prophet (un peu plus vieux quand même) encore aux prises avec le CELL . Du classique du côté du scénario mais aussi au niveau du gameplay. On sent que Crytec n’ a pas voulu revoir sa copie de fond en comble mais plutôt rajouter des éléments neufs tout en conservant ce qui fait l’âme de la série. L’habitué ne sera donc pas en terrain inconnu.

Au cours de la première mission, j’ai infiltré un New York futuriste dans lequel j’ai pu faire mes premières armes avec l’arc. Décidément, l’arc est très à la mode dans les jeux vidéo actuels (Assassin's Creed 3, Far Cry 3, Tomb Raider, ...). Mais Futur oblige, notre arc est un peu plus technologique que celui de Robin des Bois mais toujours aussi efficace que ce soit avec les flèches de base ou celles à têtes explosives ou électriques.

A noter aussi que l’arc a la très bonne idée de ne pas casser notre camouflage comme c’est le cas des autres armes. Car bien entendu, Crysis peut toujours se jouer de manière classique, donc en mode « Je fonce dedans et je fais tout pèter » ou en mode semi-infiltration en contournant les ennemis pour les surprendre par derrière.

 crysis 3,preview,crytec,electronic arts

J’ai également été très agréablement surpris par la qualité de l’IA car celle-ci réagit de manière assez subtile et n’hésite pas à essayer de nous faire sortir de notre cachette, voire de nous encercler et même si la démo n’était pas d’une difficulté infernale, la version finale de Crysis 3 risque bien de proposer un challenge intéressant.

Mais revenons-en à New York. Après avoir crapahuté un peu dans les marais, je me retrouve à infiltrer un bâtiment sacrément bien défendu par des tourelles (que l’on peut d’ailleurs hacker) pour finir par poser des explosifs à la base d’un barrage. A peine le temps de m’enfuir que celui-ci explose en mille morceaux pour une séquence finale tout bonnement splendide.

 crysis 3,preview,crytec,electronic arts crysis 3,preview,crytec,electronic arts

La deuxième mission m’emmène dans un bâtiment en ruine où je dois parvenir à me frayer un passage au milieu des soldats du CELL qui me bloquent la sortie. Chose pas vraiment aisée car ils sont vraiment nombreux. L’approche directe n’est donc pas conseillée. Par contre, un coup de camouflage associé à l’utilisation de la végétation me permettront de facilement passer à côté des gardes pour me débarrasser d’eux en silence. Crysis 3 pourra donc presque se jouer en mode fantôme.

Mais la séquence suivante propose encore mieux puisque je me retrouve perdu dans des hautes herbes (mais vraiment hautes, genre plus grandes que moi) alors que celles-ci sont envahies de bestioles mélanges d’alien et de vélociraptor. Le gameplay de cette séquence est exemplaire car on a vraiment l’impression d’être de retour dans Jurassic Park. On progresse lentement, à l’affut du moindre bruit annonciateur d’une bestiole ou, au contraire, on tente la course, en étant certain d’attirer tout ce qui grouille dans les buissons. Les deux solutions fonctionnent mais l’approche furtive propose quand même des sensations plus intéressantes. J’avoue avoir sursauté quelques fois.

Une fois sorti des hautes herbes, on retrouve notre copain Psycho pour une petite session de shoot d’aliens sans grande originalité et la mission se termine sur une longue séquence semi-interactive qui nous fait fuir au sommet d’un train lancé à pleine vitesse. Cette séquence finale est très spectaculaire mais reste très classique.

 crysis 3,preview,crytec,electronic arts

Crysis 3 s’annonce donc comme l’un des plus beaux jeux de 2013 et proposera un FPS futuriste au gameplay classique mais inspiré. Les fans de FPS y trouveront en tout cas leur compte. D’autant plus que le mode solo sera épaulé par un mode multi qui s’annonce à la fois original et efficace, mais c’est une autre histoire.

Crysis 3 sortira le 21 Février 2013 sur PS3, Xbox 360 et PC.

        

dans Gaming, PC, Preview, PS3, Xbox360
Tags : crysis 3, preview, crytec, electronic arts

[Test] Gardiens de la Terre du Milieu : le premier MOBA sur console 
par Aelya

mercredi 19 décembre 2012 18:59 1 commentaire

 gardiens de la terre du milieu,test,monolith,seigneur des anneaux,moba

Lorsqu'on entend parler d'un jeu adapté d'une licence, on a tendance à se méfier : une grande partie du budget partant dans la licence, les jeux ne sont pas toujours bons. 

Aussi, quand Gardiens de la Terre du Milieu a fait son apparition, je me suis montrée circonspecte vu que cela fait appel à l'univers du Seigneur des Anneaux. Et quand l'on m'a dit qu'il s'agissait d'un MOBA sur console, la première adaptation du genre sur ce support, je me suis demandée ce que ça allait donner.

Cependant, déjà lors de la preview, le jeu développé par Monolith Studio m'avait fait une bonne impression : j'attendais donc de pouvoir le tester pour voir si cela allait se confirmer.

Gardiens de la Terre du Milieu est donc un MOBA (Multiplayer Online Battle Arena). Ce genre a trouvé naissance dans un Mod de Warcraft III appelé Defense of The Ancients (DoTA pour les intimes).

Le concept est simple. Le champ de bataille oppose deux équipes qui débutent à deux coins opposés d'une carte symétrique. Ces camps sont reliés par plusieurs voies (en général 3). Des sbires contrôlés par l'IA apparaissent régulièrement pour remonter ces voies et attaquer le camp ennemi. Les joueurs incarnent des héros/champions possédant des pouvoirs spéciaux : il va falloir épauler nos sbires pour détruire le camp adverse et gagner la partie.

gardiens de la terre du milieu,test,monolith,seigneur des anneaux,moba  gardiens de la terre du milieu,test,monolith,seigneur des anneaux,moba

Gardiens de la Terre du Milieu reprend tout cela en le transposant dans l'univers de Tolkien et sur console.

Ainsi, on va pouvoir incarner Sauron, Galadriel, Gollum, Legolas... Cependant, je préfère mettre en garde les fans du Seigneurs des Anneaux : ne cherchez pas la fidélité aux écrits, ici Galadriel et Sauron peuvent être dans la même équipe. Je regrette juste que seuls deux personnages féminins soient jouables (Tolkien oblige).
On commence le jeu avec une dizaine de héros sur une vingtaine de disponibles déblocables avec l'or gagné au fur et à mesure des parties et/ou via DLC. 

Ces héros sont variés avec des styles de jeu différents. Il y a en effet cinq classes différentes (Guerrier, Enchanteur, Tacticien, Attaquant, Défenseur), ce qui permet de varier les plaisirs. En plus de son attaque de base, chaque héros dispose de 4 pouvoirs à améliorer lors d'une partie au fur et à mesure qu'il gagne de l'expérience sur le champ de bataille. En outre, on peut personnaliser son personnage en lui choisissant des potions, commandes (en gros des pouvoirs supplémentaires) et surtout reliques serties de gemmes conférant certains bonus. Ainsi, deux héros ne seront jamais tout à fait identiques, ce qui ajoute de l'intérêt au jeu. Tout cela s'achète via l'or gagné lors des parties.

gardiens de la terre du milieu,test,monolith,seigneur des anneaux,moba

En combat, on peut voir la zone d'effet des attaques de notre héros. Ainsi, par exemple, l'attaque de base de Galadriel (Défenseur) est un sort à distance : un cercle autour d'elle va montrer jusqu'où cette attaque va porter, tandis qu'une zone étroite en surbrillance indique que seuls les ennemis dans cette zone seront touchés. C'est une idée intéressante, mais malheureusement, dans la cohue des combats et des facultés pyrotechniques, cela n'est pas très visible et l'on s'y perd un peu.

Les affrontements se déroulent sur deux types de cartes : l'une à une seule voie et l'autre à trois voies. Pour l'instant, le nombre de cartes pour chacune est très (trop) limité, mais l'on peut penser que des nouvelles feront leur apparition dans de futurs DLC.

gardiens de la terre du milieu,test,monolith,seigneur des anneaux,moba

Sur ces maps, des tours défensives et des sanctuaires offrant des buffs à l'équipe les capturant sont disséminés. A partir du niveau 6 de notre personnage, on peut upgrader les tours pour les rendre plus efficaces contre l'ennemi. De même, au début de chaque voie, il est possible d'améliorer une caserne pour upgrader les sbires de cette voie. Différentes améliorations se débloquent au fur et à mesure de notre gain de niveau. Ces deux possibilités ajoutent un petit côté stratégique au titre qui, même si anecdotiques (les héros restent la force qui fera basculer le sens de la bataille), est assez sympathique^^

Gardiens de la Terre du Milieu propose donc un MOBA accessible mais avec suffisamment de profondeur pour plaire à tous. Malheureusement, à l'heure actuelle, les serveurs multi-joueurs sont relativement vides, ce qui oblige soit à affronter l'IA soit à attendre patiemment qu'un vrai joueur pointe le bout de son nez, l'autre solution étant de jouer avec ses amis (les joueurs d'une liste d'amis sont automatiquement groupés ensemble dans une partie). C'est là le grand défaut du jeu : son manque de joueurs.

gardiens de la terre du milieu,test,monolith,seigneur des anneaux,moba

Conclusion

Monolith Studio a réussi le pari de transposer un genre PC, le MOBA, sur console. 

Gardiens de la Terre du Milieu devient vite prenant en proposant un gameplay varié, à la fois accessible et profond grâce notamment à la personnalisation de la vingtaine de héros disponibles.

Son vrai défaut vient du manque actuel de joueurs, le genre s'appréciant nettement plus en multijoueur qu'en Solo.

Cependant, le jeu ne coutant qu'une quinzaine d'euros sur le PSN et Xboxlive, il serait vraiment dommage de s'en priver.

Note : 7,5/10

        

dans Gaming, PS3, Test, Xbox360
Tags : gardiens de la terre du milieu, test, monolith, seigneur des anneaux, moba

[Test] Far Cry 3 : Plage, Cocotiers et Cinglés pour le jeu de l'année ? 
par Quantic

lundi 17 décembre 2012 19:20 1 commentaire

far cry 3, jaquette, ps3

Après un Far Cry 2 en demi-teinte, Ubisoft Montréal propose de goûter encore une fois aux plaisirs insulaires et tropicaux avec un troisième épisode de la licence Far Cry au gout de jeu de l'année...

Aura-t-il donc fallu attendre la dernière grosse sortie de l’année pour tenir le FPS (et même le jeu) de l’année ?

Un scénario de folie.

Dans Far Cry 3, nous incarnons Jason, jeune américain propre sur lui, fêtard et un peu idiot sur les bords, bref, l’archétype même du post ado qui hante les campus américains. Jason part quelques jours en vacances avec ses frères et copines respectives pour une sorte de Spring Break. Malheureusement, nous faisons la bêtise de tenter un saut en parachute qui nous fait atterrir sur les Iles Rook où tout notre petit groupe se fait prendre en otage par Vaas et ses pirates sanguinaires. Leur objectif : Obtenir une belle rançon de notre famille avant de nous vendre comme esclaves au plus offrant.

Après un court tutorial au cours duquel on s’échappe miraculeusement du camp de Vaas, nous sommes sauvés par Dennis qui nous accueille dans un village de résistants. Il voit en nous un guerrier en devenir, peut-être même celui qui les débarrassera de Vaas et ses pirates. A nous de faire nos preuves si l’on veut sauver nos amis d’une mort certaine !

far cry 3,far cry,fps,monde ouvert,ubisoft,test

A première vue, le scénario n’a pas l’air bien folichon et pourtant celui-ci, s’étalant sur une petite quarantaine de missions, recèle son lot de surprises en n’hésitant pas à aborder des sujets sérieux et en multipliant les scènes crues et violentes.

Bien plus que la transformation de Jason en super soldat, c’est sa manière d’aborder l’amitié et surtout le mince fil qui sépare l’héroïsme de la folie qui est au centre de cette histoire franchement passionnante.

far cry 3,far cry,fps,monde ouvert,ubisoft,test far cry 3,far cry,fps,monde ouvert,ubisoft,test

Au fil du jeu, nous croisons des personnages hauts en couleur depuis le médecin adepte des champignons hallucinogènes jusqu'à Citra, la belle guerrière aux courbes généreuses. Et même, notre groupe d'amis, a priori un peu superficiels, vont démontrer au cours du scénario qu'ils sont bien plus qu'une bande de jeunes américains sans cervelle. Mais le personnage qui sort du lot, c'est bien sûr Vaas qui constitue peut-être le personnage le plus charismatique d'Ubisoft depuis Ezio.

Rarement un scénario de FPS (de surcroit en monde ouvert) m’aura autant scotché à mon canapé et même s'il met un peu de temps à démarrer, je vous conseille d'insister car les dernières missions m'ont carrément fait monter au plafond avec deux fins cohérentes et intelligentes. Bref, le solo de Far Cry 3, c'est tout simplement le bonheur pour tout amateur de scénario adulte et intelligent.

 far cry 3,far cry,fps,monde ouvert,ubisoft,test

Un gameplay nerveux dans un monde libertaire.

La licence Far Cry s’est toujours voulue comme  le chancre du réalisme même si dans la pratique, le résultat était parfois un peu loin de l’objectif. Ici, Ubisoft a clairement fait table rase du passé en proposant un FPS qui ne cache pas son côté arcade et c’est tant mieux.

Le style du jeu permet ainsi de mélanger allègrement les grandes scènes de canardages spectaculaires aux moments d'exploration (et même d'infiltration) plus posés. Bien entendu, on peut rusher le solo vite fait, bien fait et prendre un plaisir immense mais ce serait passer à côté de tout ce que les îles Rook ont à nous offrir comme activités.

Far Cry 3 est bien un FPS mais les amateurs de Call of Duty ou de Battlefield auront du mal à s’y retrouver. Bien loin de la linéarité des autres FPS à grand spectacle, Far Cry3 nous permet de créer notre propre gameplay en autorisant d'utiliser la force bourrine tout comme l'infiltration fine. Les missions du scénario sont un peu plus linéaires mais une fois lâché dans les îles, l'impression de pouvoir y faire ce que l'on veut, comme on le veut prédomine.

 far cry 3,far cry,fps,monde ouvert,ubisoft,test

La découverte de notre terrain de jeu se fait de manière assez naturelle. Tout au long de la map sont disséminés des tours de contrôles. Un peu à l’image d’Assassin’s Creed, il faut grimper au sommet de ces tours pour les activer, ce qui éclaire la portion de map associée et fait apparaitre une série de quêtes secondaires.

Ensuite, le joueur organisé (qui a dit maniaque ?) s’attèlera au nettoyage des camps avancés. Ces camps se présentent comme de petits villages gardés par les pirates de Vaas. Il faut nettoyer les camps de pirates soit en tuant tout le monde comme un bourrin, soit en s’infiltrant en silence et en évitant qu’une alarme soit déclenchée. L’alarme en question rameutant tout ce que le coin compte d’ennemis. En capturant le camp, on gagne un magasin mobile pour s’équiper, un point de transport rapide mais surtout, on éclaire définitivement la carte et on évite de croiser des pirates ennemis toutes les 30 secondes.
Tout joueur désireux de se balader un peu librement dans les îles n’y coupera donc pas.

far cry 3,far cry,fps,monde ouvert,ubisoft,test far cry 3,far cry,fps,monde ouvert,ubisoft,test

Ces éléments de gameplay peuvent apparaitre un peu répétitifs et ce n’est pas forcément qu’une impression. Si les tours de contrôles ne brillent pas par leur originalité et font un peu office de mini-jeu du pauvre, la conquête des camps s’avère par contre assez variée à condition que le joueur s'invente ses propres défis. Mon petit plaisir étant de toujours essayer de liberer l'animal sauvage en cage dans le camp pour que celui-ci dévore tout le monde sans que j'aie à lever le petit doigt...

A côté de ces missions récurrentes, une tripotée de missions secondaires apparaissent au fur et à mesure de la découverte de la carte. Depuis la chasse d’animaux bien précis jusqu’à l’exécution à la lame d’une cible donnée en passant par des missions d’aide à la population locale, il y a de quoi faire et chaque mission s’avère suffisamment variée ou bien scénarisée pour conserver notre attention.

 far cry 3,far cry,fps,monde ouvert,ubisoft,test

Parallèlement, on croisera des missions de course au volant de divers engins, depuis la vieille voiture cabossée au buggy flambant neuf et même des courses de jet ski ou encore des missions de précisions au tir pendant lesquels on réalisera un véritable génocide sur les oiseaux de l’île. Et monde ouvert oblige, on aura même droit à des mini jeux comme le poker ou le lancer de couteaux.

Et bien entendu, chacune de ces missions rapportera de l’argent qui nous permettra de mieux nous équiper mais aussi de l’XP.

Qui dit XP, dit petite touche RPG puisque chacune de nos actions rapporte bien de l'expérience. A chaque niveau, on aura la possibilité de développer une compétence disponible dans trois branches orientée Discrétion, Survie et Combat à distance. Et chaque nouvelle compétence nous ornera d’un tatouage supplémentaire du plus bel effet. De quoi vite se transformer en tapisserie vivante.

 far cry 3,far cry,fps,monde ouvert,ubisoft,test far cry 3,far cry,fps,monde ouvert,ubisoft,test

Et là, on pourrait déjà dire que le jeu est ultra complet en termes d’activités et pourtant ce n’est pas fini !

En effet, Far Cry 3 introduit également un système de confection basé sur la récolte des plantes afin de créer des seringues aux usages divers : soin, aptitude à la chasse, répulsif d’animaux et d’autres recettes moins avouables. La chasse aux animaux permettra, elle, de fabriquer du nouveau matos comme un portefeuille permettant de transporter plus d’argent ou une plus grande réserve de munitions.

La chasse en elle-même est assez classique et m’a beaucoup fait penser à Red Dead Redemption. Mais quand on ne dispose encore que d'un lance-pierre au tout début de l'aventure... Croyez-moi, partir à la chasse au léopard peut s’avérer dangereux !

Petite anecdote : La chasse au requin peut s’avérer assez comique quand vous réussissez à mettre le feu à votre proie avec un lance-flamme ;-)

 far cry 3,far cry,fps,monde ouvert,ubisoft,test

Finalement, comme tous les jeux à monde ouvert, Far Cry 3 propose son lot d’objets à collectionner qui prennent ici la forme de carte mémoires, d’artefacts d’anciennes civilisations ou encore de lettres de soldats japonais morts depuis la seconde guerre mondiale. Rien de bien original ici mais c’est toujours un plaisir que de fouiller la carte à leur recherche.

Vous l’aurez compris, Far Cry 3 déborde d’activités et il est impossible de s’ennuyer sur cette île. Le joueur pressé pourra rusher le mode solo et découvrir un scénario exceptionnel tandis que le joueur maniaque (dont je fais partie) pourra décortiquer chaque centimètre carré à la recherche de quelques chose à y faire.

Un monde ouvert aussi complet est déjà rare en soi mais quand il est supporté par un gameplay de FPS de cette qualité, cela force à l’admiration.

Attention, ce n’est pas du FPS réaliste ici, au contraire. On saute dans tous les sens, on court, on tire par petites rafales et on straffe dans tous les sens. Evidemment, Far Cry 3 ne propose pas une action intense comme les FPS scénarisés et linéaires sont capables de le faire mais chaque joueur est libre d'imprégner son rythme à l’aventure.

Ce qui est magique dans Far Cry 3, c’est la liberté de faire quasiment tout ce qui nous passe par la tête.

far cry 3,far cry,fps,monde ouvert,ubisoft,test far cry 3,far cry,fps,monde ouvert,ubisoft,test

Un multi coop et compétitif en demi-teinte

On en arrive enfin au seul point qui peut un peu fâcher.

Et oui, soyons exigeants. Le solo est tellement au-dessus du lot qu’on pouvait attendre des merveilles d’un mode coop qui permettrait de découvrir les îles Rook avec des amis. Les petits gars d'Ubisoft Montréal ont dû craindre le bordel sans nom qui aurait été provoqué par plusieurs joueurs se baladant librement dans la carte solo et ils ont donc limité le mode coop à quelques scénarios indépendants du jeu solo mettant en scène de nouveaux personnages. La sauce prend bien et on peut s’amuser un moment mais il faut reconnaitre qu’on en fait vite le tour pour revenir au solo aussi vite fait.

Même constatation pour le mode multi compétitif sur lequel je n'ai pas passé beaucoup de temps... Voilà ce qui arrive quand on signe un solo exceptionnel, le mode multi parait un peu fade.

 far cry 3,far cry,fps,monde ouvert,ubisoft,test far cry 3,far cry,fps,monde ouvert,ubisoft,test

Conclusion

Far Cry 3 finit de démontrer qu’Ubisoft Montréal (déjà créateur d'Assassin's Creed) est l’un des studios les plus en vue dans le monde. Ce FPS en monde ouvert constitue sans doute l’avenir du FPS moderne.

Entre un mode scénarisé très réussi à l'ambiance résolument adulte et un monde ouvert où on ne compte plus les activités, chaque joueur pourra orienter son expérience pour profiter au mieux de son jeu.

Far Cry 3 est une ode à la liberté et à la créativité de chacun. L’exact opposé des jeux linéaires et dirigistes qui dominent le marché du FPS actuel. Au vu des dizaines d’heures que j’ai passées sur ce titre, voilà sans aucun doute le meilleur jeu de l’année !

Que vous soyez fans de FPS ou pas, je ne peux que vous conseiller de rejoindre Jason Brody pour vivre une aventure unique.

Ma Note : 9,5/10


        

dans Gaming, PC, PS3, Test, Xbox360
Tags : far cry 3, far cry, fps, monde ouvert, ubisoft, test