[Test] Mass Effect 3, la conclusion de la trilogie Shepard 
par Quantic

lundi 30 avril 2012 19:11 3 commentaires

 Mass Effect 3, jaquette, PS3

Me revoilà dans les chaussettes du commandant Shepard pour la conclusion de la Trilogie Mass Effect entamée en 2007 sur Xbox 360. De bonnes chaussettes bien confortables et que j'apprécie depuis plusieurs années même si un petit lavage serait peut-être nécessaire.

Un peu de recyclage

Mass Effect 3 nous revient donc de plus belle après un second épisode que j'avais particulièrement bien aimé. Les fans du commandant Shepard attendaient donc de cet épisode son lot de révélations, une conclusion héroïque et une tonne de nouveautés... Mais Bioware a décidé de se la jouer "sécurité".

Ainsi, les nouveautés se comptent sur les doigts d'une main... C'est bien simple, j'ai énormément de mal à distinguer Mass Effect 2 de Mass Effect 3. Le Normandy est presque un copier/coller de ME2 et la Citadelle ne s'avère vraiment pas débordante de rénovations.

mass effect 3,mass effect,test,bioware,rpg  mass effect 3,mass effect,test,bioware,rpg

Heureusement que le scénario vient à la rescousse pour nous conter l'ultime bataille du commandant Shepard.

Ainsi, après avoir vaincu les récolteurs dans ME 2, le commandant Shepard quitte Cerberus (une organisation pro-humaine) pour remettre le Normandy ré-armé par Cerberus à l'Alliance... Et devinez comment on vous récompense quand vous sauvez le monde ? Et oui, on vous suspend pour collusion avec l'ennemi !

Vous reprenez donc l'histoire quelques mois après la conclusion de ME 2, alors que les moissonneurs sont sur le point de détruire toutes les races vivantes, fidèles à leur cycle de 50.000 ans. Vous êtes réintégré en catastrophe comme commandant du Normandy alors que l'humanité et de nombreuses autres races sont menacées d'extinction.

Le scénario de ce Mass Effect est, comme d'habitude chez Bioware, de très bonne qualité, mélangeant habilement intrigues politiques, coups d'éclats héroïques, amourettes avec l'équipage,... Mais Bioware a voulu se la jouer un peu trop hollywoodien, usant et abusant des musiques "pleurnichantes" et de clichés très américains pour faire monter les émotions. A petite dose, cela passe bien mais à force, on finit par comprendre le truc.

 mass effect 3,mass effect,test,bioware,rpg

Une technique parfois à la traine

Au niveau de la technique, celle-ci est bien exploitée même si j'ai quand même été confronté à quelques beaux bugs (blocage du personnage, disparition des commandos alliés, plantage,...) mais ce qui m'a le plus énervé, ce sont les temps de chargement tout simplement inacceptables sur PS3.

Passer d'un étage à l'autre de la citadelle, changer de pont dans le Normandy : 20 bonnes secondes de load... Pire, parfois, il y a même un load (plus court) au beau milieu d'une zone. Pourquoi ne pas proposer une installation sur disque dur pour réduire ces temps de chargement que l'on va se manger à longueur de jeu ?

Là, j'en suis à plus de 50 heures de jeu dont certainement 5 heures de load...

 mass effect 3,mass effect,test,bioware,rpg  mass effect 3,mass effect,test,bioware,rpg

Un RPG Light

Le gameplay reste fidèle aux fondamentaux de la licence et ne perturbera donc pas les habitués.

On peut distinguer 3 phases bien différentes :

- Normandy/Citadelle

où vous vous promenez à poil (sans armes) et tentez de sauver l'univers via des phases de dialogues débordant de choix pas toujours manichéens et qui restent absolument passionnantes tandis que vous récoltez et validez vos quêtes secondaires et faites vos emplettes auprès des marchands.

Le fait que certaines décisions aient réellement un impact moral est également très appréciable... Vais-je mentir à untel pour qu'un autre me fournisse une flotte, sachant que les hommes du premier seront condamnés à une mort certaine ou alors vais-je conserver les quelques hommes du premier et perdre une belle possibilité d'alliance ?

Ce jeu mettra à jour votre vraie personnalité de sadique assoiffé de pouvoir ou au contraire de fleur bleue qui collectionne les marguerites.

 mass effect 3,mass effect,test,bioware,rpg

- Carte galactique

où vous contrôlez le Normandy dans ses pérégrinations au milieu d'un univers envahi par les moissonneurs. Vous pouvez ainsi vous limiter à diriger votre vaisseau dans les zones où une quête est disponible mais vous pouvez aussi simplement vous promener pour découvrir à coup de Scanner les artefacts perdus tout en évitant habilement la horde de moissonneurs qui réagiront bien vite à votre présence.

Cette partie du jeu n'est certainement pas la plus impressionnante mais elle apporte un peu de variété entre deux missions.

- Mission

où cette fois, ce sera le combat qui sera au coeur du gameplay puisque accompagnés de deux de vos acolytes, vous devrez mettre les mains dans le cambouis en remplissant votre mission dans un Third Person Shooter fortement teinté d'éléments RPG.

La grande force du jeu étant de permettre à chacun de résoudre les combats à sa manière. En combat à l'arme lourde pour le gros bourrin ou au contraire en faisant appel à ses pouvoirs biotiques pour un massacre tout en finesse.

Ce Mass Effect 3 est donc assez classique dans sa forme et même dans son fond mais le plaisir d'incarner Shepard et de sauver l'univers est bien toujours intact.

 mass effect 3,mass effect,test,bioware,rpg  mass effect 3,mass effect,test,bioware,rpg

Le multi pour sauver une fin boiteuse

Seule nouveauté majeure du titre, un mode multi limité bien entendu aux missions et où vous pouvez développer un perso original comme dans le jeu solo au travers de séquences spécialement conçue pour le coop multi.

Ce mode multi, quoique très classique, s'avère assez réussi même si le solo conserve quand même ma préférence et continuera à occuper les joueurs pendant de nombreuses heures... Comptez 50 bonnes heures de jeu pour le retourner sous toutes les coutures dont une bonne vingtaine d'heures pour la quête principale.

Enfin, qu'en est-t-il de la fin tant décriée ? Pour ma part, je l'ai trouvée un peu molle, un peu impersonnelle quand on pense au nombre d'heures passées dans les bottes du commandant Shepard. Néanmoins, elle ne m'a pas particulièrement déçu. Par contre, je suis curieux de voir les fins alternatives que Bioware nous prépare en DLC suite aux réactions des joueurs déçus.

 mass effect 3,mass effect,test,bioware,rpg

Conclusion

Mass Effect 3 a été une petite déception car je m'attendais à plus de nouveautés et à un scénario plus flamboyant.

Cela ne m'a pourtant pas empêché d'engloutir 50 heures de jeu dans cet excellent RPG SF.

Même si Bioware semble avoir préféré faire des choix conservateurs plutôt que de proposer des nouveautés, incarner le commandant Shepard n'a jamais été aussi prenant.

On peut trouver à ce jeu de très nombreux défauts (technique limite, vague de méchants pas très intelligents, scénario un peu classique, ...) et pourtant quand on fait le décompte, c'est bien le plaisir qu'on a pris et le nombre d'heures englouties à sauver l'univers qui compte et de ce point de vue-là, Mass Effect 3 est une pleine réussite.

Ma note : 8/10

 mass effect 3,mass effect,test,bioware,rpg

L'avis d'Aelya

Je suis plus fantasy que science-fiction (j'attends avec impatience une annonce sur Dragon Age 3... Allez Messieurs Bioware, soyez gentils^^), cependant l'histoire de Mass Effect est tellement prenante que j'ai passé des heures et des heures dessus^^

Mon avis rejoignant celui de Quantic, je vais aborder un sujet dont il ne parle pas mais qui fâche : le Shepard féminin.

Pour cet ultime épisode, Bioware a pour une fois promu la version féminine du commandant Shepard. Cependant, lorsqu'on décide de jouer avec elle, on découvre avec effroi qu'il s'agit vraiment juste d'une adaptation esthétique de son corps.

En effet, tous ses mouvements sont les mêmes (ou extrêmement proches) de ceux de la version masculine, résultat lorsqu'on incarne Shepard en femme, on a l'impression d'incarner une camionneuse : il n'y a qu'à voir sa façon de se déplacer, en particulier en civil, cela fait mal aux yeux ! Elle descend les escaliers les jambes arquées (aurait-elle été championne d'équitation dans sa jeunesse ?) et lorsqu'elle s'assoit, elle écarte bien les jambes pour montrer sa culotte (fan service ?) et je ne parle même pas de sa façon de croiser les jambes...

 mass effect 3,mass effect,test,bioware,rpg

Franchement, un effort aurait dû être fourni de ce côté-là ! J'avoue en plus ne pas aimer la voix anglaise que je trouve trop masculine également... Bref, grosse déception : j'aurais mieux fait de ne pas tester cette version féminine et de jouer Shepard homme beaucoup plus charismatique...

J'aurais bien aimé pouvoir changer de coupe de cheveux également au cours de l'aventure, comme cela était possible dans Dragon Age, mais cela n'est malheureusement pas le cas.

Malgré ces désagréments, comme le dit Quantic, Mass Effect est un très bon RPG devant lequel j'aurais encore passé des tonnes d'heures !

Ma Note : 8/10


        

dans Gaming, PC, PS3, Test, Xbox360
Tags : mass effect 3, mass effect, test, bioware, rpg

[Test] FIFA Football, quand le football envahit la PS Vita 
par Quantic

vendredi 20 avril 2012 20:33 1 commentaire

 fifa football, ps vita, jaquette

EA ne pouvait pas manquer le lancement de la PS VITA et c'est bien entendu sa licence FIFA qui joue le rôle de fer de lance.

Me voilà donc, moi qui ne suis absolument pas un spécialiste du foot virtuel (ni sur portable, ni sur console de salon), avec ce nouveau titre Vita dans les mains... Paradoxal pour un sport qui se joue avec les pieds...

Globalement, mon expérience avec les jeux de foot n'a jamais été très bonne. Bon, déjà, c'est vrai que je n'aime pas le football dans la vie réelle, ce qui confère un a priori négatif d'entrée à toute simulation de ce sport de millionnaires.

 fifa football,fifa,ps vita,test,electronic arts

Pourtant, j'ai pu bien apprécier les progrès accompli depuis les premiers FIFA auxquels j'ai joué (encore sur la Mega Drive) et les dernières versions des consoles de salon. Ce test ne s'adresse donc certainement pas aux fanas du genre qui cherche à connaître les micro-changements entre chaque version. J'en serais tout bonnement incapable mais par contre, je peux certainement vous dire si le passage à la VITA est réussi ou pas.

D'abord, il est bon de signaler que ce FIFA Football est basé sur le FIFA 11 des consoles de salon, donc pas la dernière version FIFA 12. Voilà déjà de quoi décevoir les amateurs qui ne peuvent déjà plus se passer des améliorations subtiles mais bien présentes de la dernière édition de FIFA sur console de salon.

Ensuite, la version de test que j'ai reçu d'EA était malheureusement bloquée en Néerlandais et même si je ne suis pas trop mauvais dans notre deuxième langue nationale, il m'a quand même été un peu pénible de supporter les "merveilleux" commentateurs hollandais.

 fifa football,fifa,ps vita,test,electronic arts  fifa football,fifa,ps vita,test,electronic arts

Mais stoppons là tout suspense inutile, ce FIFA est très réussi et devient sans aucun problème le meilleur jeu de football sur console portable.

Au niveau des modes de jeu et des fonctionnalités, cette version n'a rien à envier à ses grandes soeurs puisque le jeu s'avère extrêmement complet.

Mais une fois que l'on sait qu'on pourra retrouver son équipe phare, ses joueurs et même créer sa propre star, on en arrive au sujet qui peut fâcher, celui de la maniabilité.
Car rien de pire qu'une maniabilité approximative pour gâcher un jeu de foot...

Si vous êtes un habitué de FIFA, le passage à la VITA se fera de manière assez naturelle puisque la prise en main est quasiment identique. Mais EA ne pouvait pas simplement produire un clone de sa version console de salon.

C'est ainsi que l'on retrouve des modes tactiles pour par exemple faire des passes en touchant simplement la zone cible de l'écran ou tirer au but en utilisant la zone tactile arrière. Et pour une fois, ce n'est pas un gadget, cela fonctionne vraiment et une fois le coup de main pris, on peut vraiment jouer de cette manière même si dans mon cas, j'ai toujours eu un peu de mal à tenir la Vita tout en évitant de laisser mes gros doigts boudinés sur le pad tactile arrière, sans risquer de la faire tomber par terre.

Donc, même si cette maniabilité tactile fonctionne vraiment, je dois avouer que je suis quand même revenu aux contrôles classiques.

 fifa football,fifa,ps vita,test,electronic arts

Conclusion

FIFA Football est une magnifique adaptation d'une grande licence à la PS VITA.

Techniquement quasi infaillible (hormis un ou deux ralentissements), très complète et d'une maniabilité exemplaire, ce jeu ravira tous les fans de foot virtuel qui ont toujours voulu amener avec eux leur équipe à la plage ou en voiture.

Pour les moins passionnés (comme moi), le jeu reste une vraie réussite qui mérite le coup d'oeil.

Ma Note : 7,5/10

        

dans Gaming, PS VITA, Test
Tags : fifa football, fifa, ps vita, test, electronic arts

[Test] Kinect Héros : une échappée dans l'univers Disney-Pixar 
par Aelya

mardi 17 avril 2012 18:59 5 commentaires

 Test, Kinect Heros une aventure disney pixar, xbox360, kinect, microsoft, disney, pixar

Kinect Héros : une Aventure Disney-Pixar, sous ce titre anodin se cache en fait un jeu qui m'a donné de sacrées courbatures (ah, la vieillerie ! ou le manque de sport ;-))

On commence le jeu de façon innocente : on crée un personnage à son image grâce à Kinect (la ressemblance n'est pas sensationnelle et on ne peut pas modifier grand-chose, mais cela plaira aux plus jeunes) et nous voilà transporté dans un parc d'attraction dédié à différents univers Pixar.

 Test, Kinect Heros une aventure disney pixar, xbox360, kinect, microsoft, disney, pixar Test, Kinect Heros une aventure disney pixar, xbox360, kinect, microsoft, disney, pixar

On retrouve ainsi Les Indestructibles, Ratatouille, Toy Story, Cars et Là-Haut. Chaque monde va proposer plusieurs épreuves liées à son univers.

Dans celui des Indestructibles, on devient ainsi un super-héros aux côtés des personnages du film, dans celui de Là-Haut, un boy-scout/girl-scout, dans Cars, une voiture, dans Ratatouille, un rat, dans Toy Story, un jouet.

Bref, le jeu offre la possibilité de vivre des aventures aux côtés de ses héros préférés dans des décors relativement fidèles à ceux des films.

 Test, Kinect Heros une aventure disney pixar, xbox360, kinect, microsoft, disney, pixar

Cependant, on a fait le tour de ces mondes assez vite et une certaine répétitivité se fait sentir : on aurait pu espérer un peu plus de diversité.

Mais, d'un autre côté, le jeu demande beaucoup d'efforts physiques, ce qui fait qu'on privilégiera les sessions courtes.

En effet, Kinect Héros : une Aventure Disney-Pixar utilise la technologie Kinect et a fait le choix de la simulation des mouvements.

Par cela j'entends que pour se déplacer dans le jeu, il va falloir bouger !

 test,kinect heros une aventure disney pixar,xbox360,kinect,microsoft,disney,pixar test,kinect heros une aventure disney pixar,xbox360,kinect,microsoft,disney,pixar

Ainsi, pour avancer, il faut bouger les bras d'avant en arrière, pour courir, il faut accélérer ce mouvement (mes pauvres bras à peine remis de Fruit Ninja ont bien souffert ;-)), pour sauter, il faut vraiment sauter et bien haut (je plains mes voisins du dessous^^) !

Bref, on bouge beaucoup. D'ailleurs, qu'un détracteur des jeux vidéo viennent se plaindre que les enfants restent affalés sur le canapé lorsqu'il joue à la console et je vais l'obliger à jouer à jouer à Kinect Héros pendant 2h00 d'affilé : on verra ce qu'il en dit après^^

Par contre, là où le bât blesse, c'est que la reconnaissance de Kinect n'est pas excellente : il est parfois difficile de bien se placer et recommencer cinq fois le même saut est fatiguant moralement et physiquement.

 test,kinect heros une aventure disney pixar,xbox360,kinect,microsoft,disney,pixar

Conclusion

Kinect Héros : une aventure Disney-Pixar est un jeu que je recommande pour les plus jeunes.

Ceux-ci aimeront retrouver leurs héros favoris, vivre des aventures à leurs côtés dans l'univers magique de Disney-Pixar. Les parents seront contents de les regarder dépenser leur énergie (chouette, on va être tranquille après^^).

On ajoutera qu'il est possible de jouer à deux.

Cependant, le jeu reste limité et j'avoue qu'il m'a tué en quelques minutes et que j'ai dû étaler les séances de jeu pour ne pas mourir (il faut vraiment que je fasse du sport :-p).

Note : 5,5/10

        

dans Gaming, Test, Xbox360
Tags : test, kinect heros, xbox360, kinect, microsoft, disney, pixar

[Test] Everybody's Golf, le titre le plus addictif du lancement de la PS Vita ? 
par Quantic

vendredi 06 avril 2012 19:52 1 commentaire

Pour moi, qui ne suit pas du tout un amateur de golf, ce titre fut une surprise totale !

 everybody's golf,ps vita, jaquette

Je me souviens avoir bien aimé des titres old school de golf comme Great Golf sur la Master System (et ses scènes 3D statiques qui mettaient trois plombes à s'afficher entre deux coups) ou Arnold Palmer Tournament Golf sur la Mega Drive (et pourtant, ce n'était pas un chef d'oeuvre, croyez-moi) mais depuis cette préhistoire du jeu vidéo, je n'avais plus trouvé un titre de golf qui ne m'ait pas énervé après 20 minutes... Toujours trop de simulation pointue qui enlevait tout le fun ou au contraire trop d'arcade qui permettait d'aligner les trous en 1 coup comme les terroristes dans Battlefield...

Et avec Everybody's golf, le miracle...

Un jeu kawaii (mignon, quoi), bien équilibré entre arcade et simulation, avec une vraie progression de son golfeur et un mode en ligne tout ce qu'il y a de bien adapté à une portable.
Je pourrais m'arrêter là et vous dire de foncer l'acheter mais comme Aelya me traîte souvent de pipelette, prouvons lui qu'elle a raison !

Au départ, le choix est simple, vous choisissez un golfeur parmi les deux personnages proposés (une fille, un garçon) et c'est parti, vous voilà directement lâché sur le fairway. En fonction de vos performances, vous récolterez des bonus qui amélioreront vos capacités avec une montée en niveau digne d'un RPG, mais vous débloquerez également la possibilité de réaliser des achats dans la boutique pour personnaliser votre golfeur et les possibilités sont nombreuses.

 everybody's golf,ps vita,test,golf  everybody's golf,ps vita,test,golf

Ce qui m'a accroché à la console, c'est bien sur le côté progression constante qui vous pousse à toujours faire un parcours de plus avant d'aller dormir, mais c'est surtout l'excellent équilibrage du gameplay. Si les coups, particulièrement sur le green, restent très techniques, votre caddie vous épargne le sempiternel choix du club et la zone d'atterrissage proposée est souvent assez bonne, autrement dit, on enchaîne les parcours assez vite, ce qui ne fait qu'encourager d'en refaire encore un en vitesse.

Même si le contenu solo (12 personnages et 6 parcours complets) peut paraître un peu radin, les défis proposés montent vite en difficulté et on s'accroche vite à son caddie pour arriver à passer les niveaux les plus difficiles sans manger sa console.

Heureusement, la durée de vie est bien supportée par un mode en ligne de qualité, très complet même si le niveau est plutôt relevé : il faut s'accrocher pour faire face aux champions.

everybody's golf,ps vita,test,golf

Conclusion

Que vous soyez un accroc au golf ou pas, Everybody's Golf pourra vous charmer gràce à son gameplay équilibré et son côté hyper-addictif.

Un jeu de golf fun et technique, c'est tellement rare qu'il faut en profiter !

Note : 7,5/10


        

dans Gaming, PS VITA, Test
Tags : everybody's golf, ps vita, test, golf

[Test] Wipeout 2048, le retour d'une valeur sûre 
par Quantic

mardi 03 avril 2012 19:46 3 commentaires

 wipeout 2048, jaquette

Dans le passé, Wipeout a souvent eu la mission casse-gueule l'illustre privilège d'accompagner le lancement d'une console Playstation afin de proposer un jeu de course futuriste montrant les capacités techniques de la machine au travers d'un jeu bien souvent flamboyant techniquement mais parfois un peu pauvre en terme de gameplay.

Et pour la PS VITA, pas d'exception, nous avons bien droit au Wipeout de lancement avec cette version 2048.
Techniquement, le jeu fait honneur à la console mais ne m'a pas impressionné plus que cela. Oui, cela pète de partout mais pour autant, d'autres jeux de ce lancement font mieux pour démontrer les capacités purement techniques de la console (Uncharted en est un bon exemple).

 wipeout 2048,wipeout,ps vita,test,course

Au contraire, c'est au niveau du gameplay que cette version tire son épingle du jeu en proposant des courses techniques et viriles à souhait. Wipeout a toujours été un peu à part dans le style et encore une fois, on doit un peu s'accrocher au début pour se rappeler comment le pilotage de ces vaisseaux flottants et leurs aéro-freins fonctionne mais une fois l'habitude prise, on découvre un gameplay ultra-précis et qui ne laisse pas beaucoup de marge à l'erreur.

Pour le contenu, Sony ne s'est pas moqué de nous avec 3 saisons solos débordant de courses et de défis répartis en 4 catégories :
- Course, où c'est le premier qui franchit la ligne qui l'emporte (même si les armes ont bien souvent une importance capitale)
- Combat, où l'objectif est de rassembler un maximum de points glanés en attaquant et en réduisant à néant les adversaires.
- Contre la montre, où seul sur la piste et sans armes, vous devez battre un temps donné.
- Zone qui se présente comme une simulation où seule la trajectoire compte tandis que votre vaisseau accélère progressivement transformant bien vite votre aventure en auto-tamponeuse contre les bordures.

wipeout 2048,wipeout,ps vita,test,course  wipeout 2048,wipeout,ps vita,test,course

Du côté des vaisseaux, vous aurez le choix entre une multitude de modèles différents à débloquer au fur et à mesure et répartis en 3 catégories :
- Vitesse : Des vaisseaux classiques mais centrés sur leur vitesse de pointe au détriment de l'armement.
- Combat : Des vaisseaux blindés qui bénéficient de bonus en armement pour faire encore plus mal à vos adversaires
- Maniabilité : Des vaisseaux moins rapides et moins bien armés mais beaucoup plus souples et maniables.

En fonction de votre style de pilotage et de l'épreuve, le bon choix de vaisseau s'avèrera donc fondamental.

 wipeout 2048,wipeout,ps vita,test,course  wipeout 2048,wipeout,ps vita,test,course

A toute cette partie solo déjà bien intéressante se rajoute encore une partie multi bien remplie également puisqu'en plus du bon vieux duel sans fil avec votre voisin, vous pourrez vous affronter sur le PSN avec en plus une première : il est en effet possible d'affronter dans la même course des joueurs VITA et des joueurs PS3. Un gadget, certes, mais diablement agréable.

On peut regretter les temps de chargement lourdingues (jusque 40 secondes !), une fluidité qui a parfois du mal à suivre l'action, un pass en ligne absolument honteux mais pour le reste, ce jeu est peut-être ma meilleure surprise de ce lancement.

 wipeout 2048,wipeout,ps vita,test,course

Conclusion

Wipeout 2048 dépoussière une licence qui avait tendance à ne plus trop se renouveler en proposant un titre diablement addictif, fun et pourtant au gameplay étonnamment profond pour un "simple" jeu d'arcade.

Si les temps de chargement avaient été moins long, il s'agirait même du jeu parfait pour se détendre dans le métro.

Et n'oubliez pas qu'en Belgique, ce titre est proposé gratuitement par Proximus lors de votre première recharge 3G (même si nous sommes un des rares acheteurs de cette version.)

Note : 7,5/10


        

dans Gaming, PS VITA, Test
Tags : wipeout 2048, wipeout, ps vita, test, course

[Test] Reckoning : Les Royaumes d'Amalur, forgez votre destiné 
par Aelya

samedi 24 mars 2012 19:31 3 commentaires

 test,reckoning,kingdom of amalur,jaquette,ea,ps3,xbox360,pc

Lors de la dernière Gamescom, EA avait fait une présentation des Royaumes d'Amalur : Reckoning qui m'avait enthousiasmé. Il faut dire que le présentateur, Ken Rolston, était excellent, limite survolté et qu'il avançait des arguments de poids pour me séduire : Todd McFarlane, R.A. Salvatore, Action-RPG avec système de destin à débloquer soi-même, monde ouvert...

Alors le titre est-il à la hauteur de tout cela ?

Avant de répondre à cette question, je dois cependant vous avouer quelque chose. Comme pour Skyrim à l'époque, je n'ai pas encore fini Reckoning. Cela fait plus de 30 heures que je joue et je n'ai quasi pas avancé dans la quête principale.

En fait, je suis victime d'une vraie malédiction : j'ai tendance à vouloir tout explorer et à cause de cela, je vais d'abord faire les quêtes annexes plutôt que la principale. Le résultat est que si le jeu est un monde ouvert, il se peut que je ne le finisse jamais...

Or comme indiqué un peu auparavant, Reckoning est un monde ouvert... CQFD.

Mais trêves de bavardages.

 test,reckoning,kingdom of amalur,ea,ps3,xbox360,pc

L'histoire se situe dans les royaumes d'Amalur où la guerre fait rage. En effet, une race d'elfes, les Thuata, a décidé que les mortels devaient être exterminés et tente donc de les massacrer, cependant ceux-ci n'entendent pas se laisser faire.

Et c'est comme ça que nous mourrons. Notre corps est récupéré par des gnomes pour l'utiliser lors d'expérience dans leur Puits des Ames pour redonner la vie.

Jusqu'à présent, cela n'avait jamais fonctionné, mais, cette fois-ci, c'est la bonne : on est ramené à la vie ! Bon, petit problème, on a perdu la mémoire et juste lorsqu'on sort tout tremblant d'un tas de cadavres plein de mouches, le puits des Âmes se fait attaquer par les Thuata. Nous voilà donc embarqué vers de nouvelles aventures^^

Et, comme évoqué précédemment, des aventures, il y en a ! La quête principale de Reckoning est déjà bien longue (plus de vingt heures) mais à celle-ci s'ajoute les quêtes de multiples factions qui elles aussi durent une vingtaine d'heures chacune, des quêtes annexes et des tâches répétables...

 test,reckoning,kingdom of amalur,ea,ps3,xbox360,pc test,reckoning,kingdom of amalur,ea,ps3,xbox360,pc

Et c'est sans parler de l'artisanat, des multiples lieux à découvrir ainsi que des lore stones qui permettent d'en apprendre plus sur l'histoire d'Amalur et qui octroient des bonus si on rassemble un set complet.

Bref, il y a de quoi faire ! Vous comprendrez qu'il n'est pas facile de rester concentré sur la quête principale quand on joue.

En effet, le monde est compartimenté, dans le sens où les régions sont divisées en sous-régions aux ambiances assez distinctes. On passe ainsi d'une forêt envahie d'araignée géante à une plaine verdoyante. Or à chaque changement de lieux, on se voit proposer une foule de quêtes auxquelles il est dur de résister.

Il faut dire qu'on a vraiment l'impression que ces quêtes n'attendent que nous, comme celle où pile à notre arrivée, un village se fait attaquer. Ou alors on porte la poisse ;-)

 test,reckoning,kingdom of amalur,ea,ps3,xbox360,pc

Il est vrai que certaines de ces quêtes ont un léger arrière-goût de quête Fed Ex : allez à tel endroit faire ça puis revenez, ou encore tuez tel monstre. Cependant, c'est assez bien emballé pour ne pas sombrer dans la répétitivité. Les cavernes sont ainsi nombreuses mais pas identiques.

Malgré tout ça, il manque un léger souffle de vie au jeu : les NPJ semblent vraiment nous attendre et même à ce moment-là restent très figés. Bien qu'ils se déplacent, on sent le script derrière. C'est un peu dommage quand on voit la richesse du monde et de l'univers de Reckoning.

La touche de R.A Salvatore est en effet là. Il n'y a qu'à prendre les quêtes liées à la faction de la House of Ballad et la vision du monde de cette faction pour s'en rendre compte : l'idée que ces elfes recommencent indéfiniment les mêmes histoires est vraiment intéressante.

Enfin, ça, c'était avant notre arrivée ;-)

 test,reckoning,kingdom of amalur,ea,ps3,xbox360,pc test,reckoning,kingdom of amalur,ea,ps3,xbox360,pc

En effet, dans les Royaumes d'Amalur, tout le monde suit un destin tracé, à tel point que certains (les Fateweavers) peuvent prédire sans se tromper l'avenir (et même connaitre le moment de leur mort).

Mais voilà, la particularité de notre personnage est que contrairement au reste du monde, il n'a pas de destin : il est libre de faire ce que bon lui chante (changeant le destin des autres en passant, ce qui est également un concept sympa^^).

Pour illustrer cet état de fait, cette liberté,  on ne choisit pas de classe de départ : on est libre de choisir d'utiliser armes lourdes, dagues ou magie, de porter une armure lourde, moyenne ou légère... Au fur et à mesure de la montée en niveaux, on attribue des points de compétence dans l'un des trois arbres disponibles (Finesse, Puissance ou Magie).

 test,reckoning,kingdom of amalur,ea,ps3,xbox360,pc test,reckoning,kingdom of amalur,ea,ps3,xbox360,pc

On peut ainsi décider de se spécialiser ou de créer un personnage plus polyvalent. Ce faisant, on débloque des destinées (illustrées par des cartes) qui vont apporter des attributs liés à notre évolution. Par exemple si on investit tous ces points en magie, on pourra se téléporter pour esquiver. De plus, pour ajouter à notre liberté, à tout moment, il est possible d'aller voir un Fateweaver pour réinitialiser tous nos points et de les réinvestir complètement différemment !

De cette manière, on peut tester tous les styles de combats et il faut avouer que combattre dans Reckoning est vraiment sympa.

En effet, le système de combat est assez proche d'un Hack&Slash. Un bouton correspond à une arme principale, un autre à une arme secondaire, un autre à l'esquive, en appuyant sur R1 on utilise la magie et sur L1 on bloque. C'est assez simple et cela fonctionne bien. Surtout que l'on peut aisément passer d'une arme à l'autre et d'un style à un autre : j'approche furtivement, je tue un mob avec mes dagues puis je change d'arme et m'équipe de mon bâton pour ensuite utiliser la magie. Perso, j'aime beaucoup les Chakrams, des lames circulaires permettant des attaques à distance bien sympas^^

test,reckoning,kingdom of amalur,ea,ps3,xbox360,pc

Par contre, petit défaut pour l'utilisation de la magie : on est limité à 4 sorts par le système de raccourci, ce qui fait peu surtout quand on en débloque une dizaine. Si on veut les changer en pleine action, il faudra retourner dans les options et changer le raccourci, brisant le rythme des combats.

C'est assez dommage car ces combats rythmés sont un vrai plus, d'autant qu'il faut connaître la vitesse de son arme et bien savoir rythmer ses coups pour esquiver/bloquer les attaques ennemies à temps.

Aux habituelles jauges de mana et de vie, s'ajoute une jauge de destin : une fois celle-ci remplie, on peut entrer en mode Reckoning, ce qui a pour effet de ralentir le temps, d'augmenter la puissance de nos coups et d'augmenter le gain d'XP. Ce mode peut être très (trop) pratique lors des affrontements contre les boss, rendant ces combats très (trop) faciles.

Malgré cela, le système de combat est vraiment réussi et heureusement car il faut souvent (voire trop) combattre. Même s'il est parfois possible d'éviter les combats en utilisant sa compétence "Persuasion" lors de dialogues ;-)

 test,reckoning,kingdom of amalur,ea,ps3,xbox360,pc test,reckoning,kingdom of amalur,ea,ps3,xbox360,pc

Visuellement, Reckoning est assez réussi mais il faut aimer le style assez cartoon. Je me dois de signaler qu'il est possible de changer de coiffures et de maquillage/tatouage au cours du jeu, ce qui est pour moi un plus indéniable^^

Conclusion

Les Royaumes d'Amalur : Reckoning est un excellent action-RPG.

Le jeu offre une grande liberté, l'histoire est riche, intéressante et surtout promet une centaine d'heures de jeu. On a tendance à se laisser entrainer dans cet univers et il est parfois difficile de s'arrêter.

De plus, les combats vifs et rythmés apportent un intérêt supplémentaire au jeu et l'on prend plaisir à jongler entre les différents styles et armes.

Bref, Reckoning est une bonne surprise pour tout amateur du genre et qui promet de longue heures devant son écran !

Ma note : 8/10

        

dans Gaming, PC, PS3, Test, Xbox360
Tags : reckoning, kingdom of amalur, ea, rpg, electronic arts, test

[Test] SSX, devenez le roi de la Glisse 
par Quantic

mercredi 21 mars 2012 19:35 2 commentaires

SSX, jaquette, PS3

La mode est aux reboots chez EA puisqu'après le très moyen Syndicate, c'est au tour de SSX de se voir rebooter mais avec un résultat bien plus satisfaisant.

Là où certaines déclinaisons du célèbre "simulateur" de snowboard m'avaient un peu laissé sur ma faim, voilà quelques semaines que je ne lâche plus ce SSX deuxième génération.

La recette n'a pas vraiment changé, vous pouvez toujours choisir votre snowboarder préféré (parmi 9 personnages à débloquer) et à vous les pistes de folie aux quatre coins du monde. SSX ne s'est jamais voulu "réaliste" et le côté fun et le sens du spectacle prennent le dessus très vite. Ainsi, on ne compte pas les super über tricks de la mort avec quintuple vrille renversée suivie de l'octuple 360, le tout en tenant la planche en équilibre sur la tête et en sautant du haut d'un barrage pour atterrir sur une corniche dévalant une centrale nucléaire désaffectée.

 ssx,ea,electronic arts,glisse,test  ssx,ea,electronic arts,glisse,test

Oui, c'est complètement irréel et très arcade mais qu'est-ce que c'est bon !

Le gameplay est identique quel que soit la course. Vous contrôlez votre rider du stick gauche, tandis que le stick droit contrôle les sauts et les figures (un peu d'adaptation à prévoir pour les fans de la licence, qui peuvent également retrouver les bons vieux contrôles aux boutons). La gâchette gauche permet de ralentir (si, si, c'est possible) et la gâchette droit sert de boost.

Le boost est d'ailleurs au coeur du jeu puisque c'est lui qui vous permet de réaliser les figures les plus folles. Ainsi, chaque figure réussie remplit votre jauge de boost que vous pouvez utliser pour accélérer sur la piste ou pour réaliser des figures plus complexes afin d'encore augmenter la jauge. Une fois celle-ci remplie, vous rentrez en mode Tricky où le boost est temporairement illimité. Si vous réalisez avec succès des figures encore plus folles en étant dans ce mode, vous pourrez déclencher le bonus Super Tricky pendant lequel votre vitesse sera démultipliée et les figures réalisées seront tout simplement irréelles.

Toutes les pistes fonctionnent sur base de ce gameplay, bien plus subtil qu'il en a l'air même s'il devra être utilisé différemment en fonction de l'objectif.

 ssx,ea,electronic arts,glisse,test

Il y a 3 modes de jeu différents :

- Course où l'objectif est bien sûr de finir premier en bas de la piste. Il faudra donc choisir entre rester sur la neige et jouer de la glisse pour ne pas perdre de temps ou faire des figures pour avoir du boost. Un choix plus Cornélien qu'il n'y parait.

- Trick où cette fois c'est le nombre de points glanés grâce aux figures qui compte. Il faudra également prendre en compte le multiplicateur de bonus qui prend en compte votre flow, c'est à dire votre capacité à enchainer les figures sans erreur pour obtenir des bonus.

- Survie où comme son nom l'indique, il faut simplement réussir à arriver en bas de la piste en un seul morceau. Et les pistes sont à la hauteur avec à chaque fois un petit élément de stress supplémentaire. Ainsi, vous aurez besoin d'une armure pour affronter les arbres et les rochers, d'une combinaison de vol pour flotter lors des sauts les plus longs, d'oxygène pour affronter les hautes altitudes ou encore d'une espèce de sonar pour affronter les tempêtes de neige. Bref, des gadgets complètement fous.

 ssx,ea,electronic arts,glisse,test

Après chaque piste, vous gagnerez de l'XP avec votre personnage, ce qui lui permettra d'accéder à du matériel de meilleure qualité tandis que vous gagnerez des crédits à dépenser en vêtements, matos et nouvelles pistes.

La durée de vie de ce titre pour le fan est gigantesque puisque le solo est séparé en deux modes bien distincts :

En World Tour, vous vous essayerez successivement aux 9 montagnes du jeu avec vos 9 personnages dans une sorte de grand tutorial. L'avantage, c'est qu'après quelques échecs, vous pourrez simplement passer l'épreuve récalcitrante tout en gagnant l'XP et tout ce que vous auriez gagné en la réussissant. Seuls les badges associés (sorte de mini trophées interne au jeu) resteront bloqués.

En mode Exploration, il y aura plus de 150 pistes à découvrir avec à chaque fois des médailles (bronze, argent, or) à décrocher. Bref, il y a de quoi faire.

ssx,ea,electronic arts,glisse,test

Et c'est sans compter le mode multi qui est très addictif.

Très fortement imbriqué avec le mode solo, vous avez la possibilité de participer à des défis rassemblant des milliers de joueurs. Vous êtes donc seul sur la piste face au chronomètre ou aux points afin de vous classer au milieu de cette horde de concurrents. En fonction de votre performance, vous pourrez gagner plus ou moins de crédits.

De plus, vous ne serez pas vraiment seuls puisque les fantômes d'autres joueurs vous accompagneront. Les modes de jeu multi plus classiques ne seront, eux, accessibles qu'à vos amis ou aux amis de vos amis mais il est vraiment dommage de ne pas pouvoir se tirer la bourre avec le monde entier en direct.

De même dommage que le split screen ait disparu, vous obligeant à jouer avec vos amis à distance ou sur une deuxième console... Autant en moins pour la convivialité !

 ssx,ea,electronic arts,glisse,test  ssx,ea,electronic arts,glisse,test

Conclusion

Ce reboot de SSX est une grande réussite. On retrouve à la fois l'esprit de la licence et une technicité très aboutie qui font de ce titre, un jeu à posséder pour les fans de la licence mais aussi pour tout amateur de bon jeu d'arcade.

Les tricks s'enchaînent avec bonheur et on essaye toujours de passer une rotation de plus ou un boost supplémentaire.

Hormis le fait que certaines pistes sont parfois décourageantes à cause de leurs ravins omin-présents et placés pour que vous ayez le nez dedans au dernier moment, difficile de trouver le moindre défaut à ce jeu.

Un gameplay fun, une technique à la pointe, une durée de vie énorme, un solo varié et un multi addictif, je pense que nous avons là le meilleur jeu de snowboard pour plusieurs années !

Note : 8/10


        

dans Gaming, PS3, Test, Xbox360
Tags : ssx, ea, electronic arts, glisse, test

[Test] Little Deviants et Reality Fighters sur PS VITA 
par Quantic

vendredi 16 mars 2012 20:28 2 commentaires

Pour inaugurer nos tests PS Vita, nous avons choisi les deux titres du lancement qui avaient comme mission de montrer les capacités originales de gameplay de la console. Chaque console a un ou deux titres de ce genre à son lancement, que l'on oublie en général bien vite... Et malheureusement, ce sera sans doute également le cas de Little Deviants et de Reality Fighters, deux titres bien sympathiques par certains côtés et qui auraient fait un carton s'ils avaient été livrés avec la console mais qui montrent bien vite leurs limites.

Little Deviants

little deviants, jaquette, ps vita

Curieuse histoire que ce Little Deviants puisqu'à l'origine ce jeu était plutôt présenté par Sony à la presse comme une démo technologique mettant en avant les multiples façons de jouer avec la Vita. Finalement, ils ont du se dire que les mini-jeux proposés étaient meilleurs que prévus et, en tout cas, assez bons que pour sortir en magasin.

Nous voilà donc avec les Little Deviants, créatures bizarres par excellence, sorte de mix entre Alien et les lapins Crétins pour un jeu pas inintéressant mais qui ne mérite pas non plus beaucoup d'éloges...
Le scénario est réduit à son minimum et est prétexte à une suite de mini-jeux où le meilleur côtoie le pire et au cours desquels vous pourrez tester tous les nouveaux gameplays de la vita (gyroscope, accéléromètre, écran tactile avant, pad tactile arrière, micro et même quelques jeux de Réalité Augmentée). Alors, bien sur la carotte des trophées pousse à essayer d'améliorer son score mais on en a fait le tour en 2 heures et même si 30 mini-jeux sont annoncés, ils se répètent malheureusement bien souvent, ce qui limite le nombre de jeux vraiment sympa à 5 ou 6, ce qui fait peu même vendu à petit prix.

little deviants,reality fighters,test,ps vita  little deviants,reality fighters,test,ps vita

Conclusion

Si vous cherchez un jeu "casual" pour accompagner votre Vita, ne cherchez plus, Little Deviants est parfait même si ce jeu a une tendance un peu forte à singer des titres disponibles sur smartphone. A 10 euros, je vous aurais conseillé de foncer, à 30 euros, mon avis est moins positif.

Néanmoins, la chasse aux trophées m'aura quand même accroché à ce titre qui mérite donc le coup d'oeil.

Note : 6/10


Reality Fighters

 reality fighters, jaquette, ps vita

Véritable ovni du lancement de la Vita, Reality Fighters est un jeu que je qualifierai de "bizarre". C'est un jeu de combat qui ne se prend pas au sérieux et qui vous permet de personnaliser au maximum votre combattant depuis sa tête (l'appareil photo de la Vita vous permettant de mettre la vôtre) jusqu'à son style de combat (danseuse étoile, ça vous dit), en passant par ses vêtements...

Un jeu complètement décalé qui aurait pu trouver son public si le gameplay des combats n'avait pas été aussi abominable.

Ce jeu essaye de mettre en avant les possibilités de personnalisation que la Vita offre (capteur photo, réalité augmentée) mais après 1 heure de combat, le constat est malheureusement qu'on en a déjà fait largement le tour et qu'il est temps de passer à un jeu, un vrai.

Un peu comme Little Deviants (mais en pire), Reality Fighter aurait été un très bon jeu accompagnant la console mais, vendu à part pour 30 euros, il rate sa cible.

little deviants,reality fighters,test,ps vita  little deviants,reality fighters,test,ps vita

Conclusion

Si vous cherchez un jeu de combat décalé, Reality Fighters pourra vous satisfaire quelques heures en mettant en avant un univers complètement idiot et une personnalisation sympathique. Malheureusement, le système de combat est catastrophique et le jeu peine à amuser plus de quelques heures... Vous le mettrez donc bien vite de côté pour un titre un peu plus abouti et ce n'est pas le line-up de lancement de la Vita qui en manque.

Note : 4/10


        

dans Gaming, PS VITA, Test
Tags : little deviants, reality fighters, test, ps vita