[Test] Spec Ops : The Line, le syndrôme post traumatique pour tous 
par Quantic

mercredi 22 août 2012 19:08 0 commentaire

 spec ops the line, jaquette, ps3

Dans les jeux de guerre, comme disent les journalistes d’investigation de la télé, il y a deux écoles, celle du pseudo-réalisme (parfois un peu exagéré) à la ARMA, Ghost Recon, ... Et celle du grand spectacle à la Call of Duty ou Battlefield.

Spec Ops : The Line joue clairement dans la seconde catégorie avec un soupçon de réalisme en plus mais en lui apportant un élément faisant terriblement défaut à ses concurrents : un scénario !

spec ops,spec ops the line,yager,2k games,test,tps  spec ops,spec ops the line,yager,2k games,test,tps

Un scénario grandiose, une mise en scène exceptionnelle.

Dubaï, une cité de rêves, capitale du minuscule état des Emirats Arabes Unis. Une ville où les Ferrari font concurrence aux yachts les plus luxueux, où les buildings les plus hauts du monde font de l’ombre aux puits de pétrole. Mais ça, c’était avant !

Avant que des tempêtes de sable d’une puissance inimaginable isolent la ville du reste du monde. Pour assister les civils pendant l’évacuation, le 33ème régiment d'infanterie sous les ordres du colonel Konrad est envoyé sur place mais ils finissent engloutis par la tempête jusqu'au jour où une communication radio traverse le sable.

Une unité Delta dont vous êtes le capitaine est envoyée en reconnaissance afin d’évaluer la situation. Mais à peine débarqué, vous êtes pris sous le feu d’ennemis non-identifiés mais qui semblent porter un uniforme américain...

Et c’est le début de votre descente en Enfer.

spec ops,spec ops the line,yager,2k games,test,tps

Voilà un scénario bien loin des classiques terroristes nucléaires qui démontre qu’il est possible de réaliser un jeu de shoot tout en ayant quelque chose d’intelligent à raconter. Non seulement ce scénario est original mais il est mis en scène avec brio. Au cours des 15 Chapitres de l’aventure, on découvre un Dubaï en ruines où les civils tentent péniblement de survivre entre la faim, la soif et les militaires qui ont pété les plombs.

Ce jeu justifie d’ailleurs pleinement son PEGI 18 car j’ai l’impression que les développeurs allemands de Yager se sont lâchés. Ils vont même jusqu’à lancer une petite pointe aux autorités allemandes (très pointilleuses sur la violence dans les jeux-vidéo) avec un cinglant monologue : « Pourquoi tant de violence, ce doit être la faute des jeux-vidéo, oui, c’est ça ! » du meilleur effet !

Exécutions sommaires, charniers, massacres de civils, explosions de cervelles, allées garnies de pendus en décompositions, rien ne nous est épargné. Mais si ce genre de scène n’est pas nouveau, c’est la première fois que le joueur se trouve au cœur des évènements et a véritablement un rôle dans les horreurs de la guerre.

spec ops,spec ops the line,yager,2k games,test,tps

Tout au long du jeu, des choix difficiles vont se poser. Par exemple, allez-vous sauver deux civils injustement condamnés à mort ou empêcher l’assassinat d'un espion qui pourrait avoir des informations capitales pour votre mission ? Allez-vous exécuter un civil coupable d’avoir volé de l’eau ou le libérer et exécuter à sa place le soldat qui l’a capturé tuant toute la famille du civil au passage ?

Voici deux choix auxquels vous devrez faire face et qui vont véritablement marquer votre psyché. Les décisions sont difficiles et même si vous pensez faire le bien, vos actes vous retomberont dessus quelques chapitres plus loin ! Et une décision a priori « humaine » pourrait s’avérer dramatique !

Cette prise de conscience du joueur par rapport à ses actes rend le jeu absolument passionnant et le scénario tient magnifiquement la route jusqu’à sa conclusion et ses fins multiples qui m’ont vraiment laissé la bouche ouverte.

Quel plaisir de jouer à un jeu où la guerre est traitée de manière aussi adulte.

spec ops,spec ops the line,yager,2k games,test,tps  spec ops,spec ops the line,yager,2k games,test,tps

Un gameplay à la traîne.

Malheureusement, Spec Ops : The Line est un jeu et pas juste un livre ou un film interactif et si le scénario est grandiose, le gameplay, lui, est passe-partout. Il s’agit d’un TPS tout ce qu’il y a de plus classique, très proche dans sa forme d’un Gears of War ou (moins directement) d’un Uncharted.

On passe donc son temps à courir d’une couverture à l’autre en shootant les têtes qui dépassent. Heureusement, les armes sont variées et donne un étonnant sentiment de réalisme par leur puissance et leurs effets effrayants sur les ennemis (corps démembrés, tête explosées, ...).

Cela marche d’ailleurs dans les deux sens puisqu’une bonne volée de mitrailleuse ou une grenade bien placée auront raison de vous instantanément. Pour un peu varier la séance de tir aux pigeons, vous pouvez donner des ordres à vos coéquipiers, ce qui apporte un petit élément tactique bienvenu.

 spec ops,spec ops the line,yager,2k games,test,tps

Vous aurez aussi à votre disposition 3 types de grenades depuis la bonne vieille grenade à fragmentation jusqu’aux grenades collantes (que l’on peut coller directement sur un ennemi à condition d’avoir un bon teinturier) en passant par les flash bangs qui déclenchent un ralenti du plus bel effet.

Malgré les nombreux scripts et les décors variés, on s’embête pourtant vite à enchainer les vagues d’ennemis et on ne continue le jeu que pour connaître la suite de l’histoire. Ceux qui ne sont donc intéressés que par un jeu de shoot intense sans autre intérêt pour un bon scénario peuvent donc passer leur chemin.

La bande son fait la part belle au rock des sixties et s’autorise même à recaser la musique d’Apocalypse Now pendant qu’un hélicoptère vous canarde (un pur moment de bonheur) tandis que  les armes claquent bien mais c’est tout ce qu’il y a à sauver du côté technique du jeu.

spec ops,spec ops the line,yager,2k games,test,tps

Les soldats des deux camps sont de véritables pipelettes qui n’arrêtent pas de bavasser en plein combats et si les personnages sont assez réussis, quel dommage que de nombreux ralentissements émaillent l’aventure. Et c’est sans compter sur ces textures baveuses qui s’affichent avec un gros retard. Bien évidemment, il y a fort à parier que ces soucis ne se produisent pas sur la version PC mais sur ma version PS3, l’addition a un peu du mal à passer.

Pour terminer, parlons du point qui fâche peut-être le plus, la durée de vie de 6-7 heures de jeu! C’est vrai que c’est, aujourd’hui, la moyenne du solo des FPS à grand spectacle mais je continue à trouver cela très court pour un jeu vendu 70 euros chez certains revendeurs.
De plus, si les Call of Duty et Battlefield bénéficient d’un multi conséquent, le multi de Spec Ops reste très light et vraiment pas très inspiré, même si on nous annonce des DLC gratuits avec du coop au programme.

Spec Ops brille donc surtout par son solo et un peu comme une super nova, il brille très fort mais pas très longtemps.

spec ops,spec ops the line,yager,2k games,test,tps  spec ops,spec ops the line,yager,2k games,test,tps

Conclusion

Spec Ops : The Line aurait pu, avec son scénario grandiose, être le jeu de l’année mais malheureusement Yager gâche un titre qui aurait pu être exceptionnel avec une technique à la traine, un gameplay vu et revu et une durée de vie qui fait mal au portefeuille.
Néanmoins, si vous aimez les scénarios originaux, complexes, résolument adultes et que vous en avez assez de ces FPS pour lobotomisés, je ne peux que vous conseiller de vous jeter sur Spec Ops : The Line.

Pour ma part, même si j’ai terminé le solo en à peine quelques heures, je pense qu’il s’agit des meilleures heures que j’ai passé sur un jeu-vidéo depuis le début de cette année.

Et même si ma note finale doit bien prendre en compte les nombreux défauts de ce titre, je me réserve le droit de placer ce jeu dans mon top de fin d’année, il y aurait largement sa place, encore plus si son prix baissait un tout petit peu.

Ma note : 8/10


        

dans Gaming, PC, PS3, Test, Xbox360
Tags : spec ops, spec ops the line, yager, 2k games, test, tps

Gamescom 2012 : Compte-rendu de la Conférence Sony Playstation 
par Quantic

mercredi 15 août 2012 01:27 3 commentaires

 gamescom 2012,conférences,sony,playstation,last of us,tear away

Après une conférence EA un peu morne et remplie de suites, Sony avait la lourde tâche de nous remonter le moral en cette fin de première journée à Cologne.

Alors, mission accomplie ?

Je ne sais pas si les journalistes présents ont été subjugués par la présentation de Jim Ryan, président de SCE Europe mais en tout cas, ceux d'entre-vous qui suivent notre Instagram ou par extension notre Facebook/Twitter savent que le buffet a eu son succès... Et un gamer mort de faim après une journée de conférence, autant vous dire que ça peut manger beaucoup ;-)

gamescom 2012,conférences,sony,playstation,last of us,tear away

Mais revenons-en à la conférence, je m'égare déjà.

Notre copain Jim commence par un mea culpa bien de rigueur par rapport au peu d'annonces concernant la PS Vita lors de l'E3 mais que cette fois, c'est promis, Sony va se rattraper !

Et en effet, une bonne moitié de la conférence a été consacrée à la portable de Sony.

Little Big Planet Vita

Rien de bien neuf à se mettre sous la dent puisque tout ou presque a déjà été dit sur ce titre qui va transposer l'univers de Sackboy sur la Vita en tirant parti de toutes les possibilités de gameplays alternatifs (gyroscope, écran tactile, ...) mais on pourra vous en dire plus bientôt puisque nous avons reçu une version preview.

Little Big Planet Vita est prévu pour le 19 Septembre et sera également disponible en pack avec la console pour 249 euros.

 gamescom 2012,conférences,sony,playstation,last of us,tear away

PlayStation All Stars : Battle Royale

Là aussi rien de bien neuf à se mettre sous la dent si ce n'est une annonce qui fait plaisir : Il ne sera pas nécessaire d'acheter le jeu sur plusieurs plateformes pour en profiter. Donc, si vous achetez le titre sur PS3, vous pourrez demander gratuitement un téléchargement de la version PS Vita. Un système qui sera également d'application pour Sly Cooper : Thieves in Time et pour Ratchet & Clank G-Force.

Playstation All Stars : Battle Royale sera disponible le 21 Novembre prochain.

 gamescom 2012,conférences,sony,playstation,last of us,tear away

Assassin's Creed 3 Liberation

Là, pas de petit speech mais juste un nouveau trailer mettant en scène la charmante Aveline en pleine action. Le jeu est toujours prévu pour une sortie le 31 Octobre prochain.


Call of Duty : Black Ops Declassified

Après l'annonce faite lors de l'E3, Sony confirme bien qu'un Call of sortira sur sa portable d'ici à Novembre. Il sera entre autre jouable en 4 contre 4 via WiFi. L'histoire se déroulera entre les deux Black Ops. Un pack spécial PS Vita Black Ops sera également de la partie.

Sony compte bien sur la popularité de la licence pour enfin vendre sa console par palette et a ensuite attendu la fin de sa conférence pour balancer un trailer mais comme je ne suis pas sadique, je vous le propose directement ;-)


Tear Away

Voilà maintenant la grande annonce de la conférence puisque Media Molecule, les créateurs de Little Big Planet ont annoncé une nouvelle franchise avec Tear Away dont le premier épisode sera uniquement destiné à la PS Vita. Il reprend les ingrédients qui ont fait le succès de LBP tout en l'adaptant à la console.

Ainsi, le héros s'appelle Iota et est fortement inspiré des origami, ces célèbres pliages en papier. Tout son univers sera d'ailleurs en 3D et "en papier" nous permettant d'interagir directement avec lui. On a, par exemple, vu une démo où l'on voit nos pouces détruire les décors du jeu.


Le concept a l'air incroyablement novateur mais il faudra voir ce que les créateurs de Little Big Planet pourront en faire. La salle était en tout cas très enthousiaste.

Killzone Mercenary

Un simple trailer pour annoncer un épisode exclusif de la série des Killzone sur PS Vita. Sony mise vraiment beaucoup sur les FPS pour sa console. Le titre sera sans aucun doute aussi bon que ses grands frères de la PS3 mais pas plus d'infos pour l'instant.


Et voilà pour la partie consacrée à la PS Vita... Pas mal d'annonces avec de biens beaux titres. De quoi donner un second souffle (et même le premier) à une console au hardware fabuleux mais qui manque cruellement de contenu.

Ensuite, un court intermède sur Playstation Mobile qui proposera des jeux certifiés Playstation mais à caractère casual sur tablettes et Smartphone. Rien de transcendant non plus...

On attaque ensuite la partie PS3 avec un court rappel de la sortie prochaine d'Assassin's Creed 3 et son DLC exclusif Playstation avant l'annonce d'une nouvelle game de jeux budget pour PS3, les PS3 Essentials au tarif de 20 euros avec des titres assez anciens annoncés comme Little Big Planet ou Infamous. Une bonne idée néanmoins pour les petits budgets.

Sony a poursuivi ensuite avec une présentation du concept de Cross Controller Vita qui constitue sa réponse à la WiiU et qui pourrait bien faire peur à la firme de Kyoto. Comme Aelya vous l'avait déjà expliqué, un DLC pour Little Big Planet 2 permettra d'utiliser la PS Vita comme seconde manette pour proposer soit un gameplay asymétrique, soit un second écran indépendant de votre télévision.

 gamescom 2012,conférences,sony,playstation,last of us,tear away

Après avoir illustré la première possibilité à l'E3, c'est la seconde qui a été démontrée ici avec un Sackboy qui utilise la Vita comme Scanner ou passe de l'écran de la télévision à celui de la Vita.

Le concept à l'air génial et je suis très curieux de voir ce que les développeurs pourront en faire !

Ensuite, petit intermède Playstation Plus, le fameux service en ligne payant qui commence à devenir de plus en plus intéressant. Sony a confirmé poursuivre sa politique de "Instant Game Collection" consistant à proposer un jeu majeur par mois aux abonnés. Après Infamous, Little Big Planet ou Darksiders, ce n'est rien moins que Red Dead Redemption qui débarquera en Septembre sur le Playstation Plus.

A noter également que le Cloud passera prochainement à un espace de 1 GB afin de ne plus avoir à choisir quelle sauvegarde stocker en ligne. Voilà qui va sérieusement simplifier notre vie alors que nous sommes en pleine installation de notre gaming room et ses trois PS3 prévues.

On quitte ensuite le monde du gaming pour un très long intermède sur le Wonderbook, le fameux livre magique présenté à l'E3 et auquel Sony semble vraiment beaucoup croire... Et cette fois, ils ont presque réussi à me convaincre.

gamescom 2012,conférences,sony,playstation,last of us,tear away

En plus du Spell of Books, réalisé en partenariat avec J.K. Rowling et qui essayera de recycler l'univers Harry Potter, plusieurs autres "livres" ont été annoncé :

- Diggs NightCrawler qui se présente comme un roman noir pour les enfants (tout un programme).

- Walking with Dinosaurs, en partenariat avec l'émission de la BBC du même nom et qui excite Aelya au plus haut point puisque l'on pourra jouer à l'apprenti paléontologue et même voir les dinosaures s'animer sous nos yeux. A noter que d'autres livres éducatifs sur l'espace entre autres sont également au programme.

- Enfin, pas d'annonce précise mais un partenariat avec Disney a été signé, ce qui promet de belles adaptations.

Pour terminer la conférence, on en revient aux jeux-vidéo avec une démo assez brouillonne de FIFA 13 et de son mode Move. Difficile de dire si le jeu sera réellement jouable via la boule lumineuse de Sony mais la démo n'avait pas l'air vraiment convaincante.

 gamescom 2012,conférences,sony,playstation,last of us,tear away

Finalement, trois nouveaux titres pour PS3 sont annoncés :

Until Dawn

Un jeu d'aventure-horreur mettant en scène 7 personnages qu'il faudra aider à survivre. Le jeu m'a fait penser à un Heavy Rain en mode horrifique mais jugez par vous-même avec le trailer ci-dessous.


Rain

Un jeu très poétique qui raconte l'histoire d'un jeune garçon invisible que seule la pluie permet de distinguer. Un beau concept qu'il est encore difficile de comprendre actuellement mais visuellement, le jeu a un style unique.


Puppeteer

Un jeu de plate-forme qui m'a fait un peu penser à Little Big Planet et dont l'univers se réclame comme une ode à l'imaginaire des enfants. On y contrôle une marionnette et chacune de nos actions est mise en scène comme dans un théâtre, applaudissement compris.


Enfin, pour terminer, impossible de ne pas citer Beyond : Two Souls, le nouveau jeu de David Cage annoncé à l'E3 mais sans aucune info supplémentaire ainsi qu'un nouveau trailer de The Last of Us qui confirme définitivement son statut très mature avec sa violence omniprésente.


Deux des grands jeux Sony de 2013 à n'en pas douter.

Conclusion

Pas de grosses annonces matériels comme la PS3 Super Slim, pas d'annonce de réduction de prix de la PS Vita, mais quelques annonces de nouveaux titres et pas des moindres. On ne peut pas dire que Sony signe une très grande conférence mais j'en garde une bonne impression avec enfin des annonces de gros titres pour la PS Vita et une confirmation que la PS3 vit ces derniers mois.

La prochaine génération approche, c'est sûr!

        

dans Event, Gaming, PS VITA, PS3, Salons
Tags : gamescom 2012, conférences, sony, playstation, last of us, tear away

[E3 2012] Preview Star Trek, quand le capitaine Kirk rencontre le commandant Shepard 
par Quantic

lundi 13 août 2012 18:59 0 commentaire

Et voilà, dernière preview de l'E3... Juste à temps avant notre départ pour la GamesCom ce mardi où nous espérons pouvoir vous ramener plein d'infos, d'anecdotes et de Babes ;-)

Et on commencera dès ce mardi soir avec les traditionnels comptes-rendus des conférences Electronic Arts et Sony.

Mais place maintenant à Star Trek !

 e3 2012,preview,start trek,namco

Fort d’une licence au potentiel infini, les développeurs de Digital Extremes (auteurs du récent Darkness 2) ont dû faire de nombreux choix afin de satisfaire les inconditionnels de Star Trek. Il a donc fallu, en un seul jeu, satisfaire les fans de la série originale et des nombreux films, y compris l’excellent reboot de J.J. Abrams, et ce tout en satisfaisant les gamers...

Tout un programme et de l’aveu même des développeurs, une mission impossible tellement les fans de Star Trek peuvent avoir des avis tranchés.

Ainsi, le jeu Star Trek sera basé sur la licence du film de J.J. Abrams sorti il y a quelques années et dont la suite atteindra les salles obscures sous peu. Les acteurs du film ont d’ailleurs prêté leur image et leurs voix. Le scénario se déroulera entre les deux films et racontera l’insidieuse attaque des Gorns.

e3 2012,preview,start trek,namco e3 2012,preview,start trek,namco

Star Trek sera un jeu d’action à la troisième personne où l’on incarnera Kirk ou Spock selon ses affinités avec l’un ou l’autre personnage. Le jeu a d’ailleurs été profondément pensé pour être joué en coopératif avec un Kirk impulsif et fonceur continuellement sauvé par un Spock malin et réfléchi...

Ce qui veut également dire qu'en solo, notre compagnon sera contrôlé par l'IA, ce qui n'est jamais idéal en termes d'immersion.

Mais ce qui frappe le plus au cours de la présentation, c'est la ressemblance avec Mass Effect...

Même style visuel, même gameplay fait de couvertures et d'utilisations de compétences spéciales... On verrait débarquer le commandant Shepard en sauveur de l'Enterprise qu'on ne serait pas surpris... Mais bon, pas beaucoup d'infos sur le côté RPG du jeu donc la ressemblance n'est pas encore totale.

e3 2012,preview,start trek,namco

Malheureusement, Namco a choisi de présenter sa démo sur un double écran géant (un pour Kirk, un pour Spock) et en 3D. Et disons, pour être gentil, que ce format ne transcende pas le jeu, loin de là. Collés à l’écran comme nous l’étions, c’était difficile de suivre l’évolution des deux héros tandis que les décors ressemblaient plus à des gros pâtés.

Présenter de la sorte un jeu encore en plein développement n’était sans doute pas des plus malins.

Même si je suis certain que Namco prendra soin d’une telle licence, je dois avouer que pour l’instant, je ne sais pas vraiment quoi penser de Star Trek qui ressemble à un énième jeu d’action à la troisième personne.

J’attendrai donc une version plus aboutie pour juger de la qualité finale du titre.

Star Trek est annoncé pour début 2013 sur PS3, Xbox 360 et PC.

        

dans Gaming, PC, Preview, PS3, Salons, Xbox360
Tags : e3 2012, preview, start trek, namco

[E3 2012] Preview Splinter Cell BlackList, le retour de Fisher à ses sources ? 
par Quantic

vendredi 10 août 2012 19:53 4 commentaires

e3 2012,splinter cell blacklist,splinter cell,ubisoft,sam fisher,preview

Splinter Cell est une des licences historiques d’UbiSoft, une licence qui avait marqué son époque avec une direction artistique de qualité, un scénario bien dans son temps et un gameplay assez original mettant l’accent sur l’infiltration mais ne crachant pas sur un peu d’action. Malheureusement, comme souvent, l’action a pris le dessus sur l’infiltration au fur et à mesure des épisodes.

Mais cette fois, c’est fini, Ubi nous l’a promis, Sam Fisher revient comme à sa grande époque et l’infiltration redevient le cœur du gameplay...
Pour ma part, j’ai trouvé la démo de ce Splinter Cell très impressionnante et franchement, le jeu a l’air très fun mais je ne suis pas persuadé que l’infiltration sera vraiment au cœur du gameplay.

e3 2012,splinter cell blacklist,splinter cell,ubisoft,sam fisher,preview e3 2012,splinter cell blacklist,splinter cell,ubisoft,sam fisher,preview

Sam est donc de retour pour sauver une fois de plus les USA d’un complot terroriste terrifiant et bla, bla, bla… Bref, il a une mission : liquider du terroriste du moyen orient et rentrer à la maison pour l'apéro. Niveau scénario, je pense que c’est tout vu, revu et re-revu.

Heureusement, la démo de gameplay à laquelle j’ai assistée m’est apparue bien plus intéressante que son scénario. Ainsi, Sam progresse dans une base remplie de terroristes et peut soit les affronter brutalement (ce qui ne sera pas forcément toujours une bonne idée), soit essayer de se la jouer plus discret en s’infiltrant dans les tentes et en égorgeant les gardes sans bruit. Le couteau est donc, à nouveau une arme de prédilection de Sam et aura de très nombreuses fonctions comme couper les tentes pour prendre un garde à revers, ...

e3 2012,splinter cell blacklist,splinter cell,ubisoft,sam fisher,preview

Bien entendu, Splinter Cell oblige, la technologie aura beaucoup d’importance et Sam débordera de gadgets (scanner, vision X, vision nocturne, ...) pour faciliter sa progression en toute discrétion. Parmi les nouveautés bien sympathiques, un chain kill qui vous permettra de sélectionner vos cibles pour un multi kill efficace et sans bavures. Même si je trouve que c’est un peu une solution de facilité, il faut reconnaitre que Sam l’exécute avec classe et que son utilisation risque d’être très plaisante.

Bref, un Splinter Cell remis au goût du jour qu’il faut suivre de près pour voir si on retrouvera le plaisir d'antan. Pour ma part, je me souviens avoir retourné le premier épisode de la série dans tous les sens mais avoir été déçu par toutes les suites, l'annonce d'un retour aux sources me donne donc espoir pour ce nouvel épisode.

e3 2012,splinter cell blacklist,splinter cell,ubisoft,sam fisher,preview e3 2012,splinter cell blacklist,splinter cell,ubisoft,sam fisher,preview

Splinter Cell : BlackList est annoncé pour le printemps 2013 sur PS3, Xbox 360 et PC. On aura donc encore sûrement l’occasion d’en reparler d’ici là.

        

dans Gaming, PC, Preview, PS3, Salons, Xbox360
Tags : e3 2012, splinter cell blacklist, splinter cell, ubisoft, sam fisher, preview

[E3 2012] Preview Dead Space 3 et Medal of Honor : Warfighter, EA mise sur le FPS 
par Quantic

mercredi 08 août 2012 19:35 2 commentaires

Deux des jeux phares de cet E3 2012 pour Electronic Arts étaient bien sûr des FPS... D’ailleurs le line up d’EA était globalement assez décevant. On a presque l’impression qu’EA ne produit plus que des jeux de sports et des FPS. Un peu triste quand on connait les licences dans le portefeuille de cet éditeur.

e3 2012,dead space,dead space 3,medal of honor,medal of honor warfighter,fps,ea,preview

Medal of Honor Warfighter a la délicate mission d’affronter Call of Duty dans la traditionnelle bataille de fin d’année des FPS qui pètent entre EA et Activision.

Si Battlefield 3 m’avait laissé une excellente impression l’année dernière, difficile de vous dire si ce énième épisode de la série des Medal of Honor, traditionnellement un peu plus mou, réussira à confirmer EA comme challenger du FPS de l’année (en nombre de ventes en tout cas).

Graphiquement, le jeu semble bien à la hauteur et les quelques scripts solos présentés sont comme d’habitude fait pour vous plonger au cœur de la bataille mais je n’ai rien vu d’autres du solo, c’est donc encore un peu léger pour donner un quelconque avis.

e3 2012,medal of honor,medal of honor warfighter,fps,ea,preview e3 2012,medal of honor,medal of honor warfighter,fps,ea,preview

Une chose est sûre, Medal of Honnor : Warfighter mise beaucoup sur son multi qui met en scène les plus célèbres unités spéciales des armées du monde entier. Libre au joueur de choisir son unité favorite parmi 10 nations et de la faire dominer sur les serveurs mondiaux. On notera quand même qu’il est dommage qu’aucune unité française (je n’ose même pas dire belge sans rigoler) n’ait été choisie pour apparaitre dans le jeu.

J’ai pu tester le jeu en multi pendant une petite dizaine de minutes juste avant la fermeture du salon. L’occasion de découvrir que, à ma grande surprise, j’étais plus doué (ou moins mauvais) que les autres journalistes présents mais surtout que le multi tient bien la route avec beaucoup de facilité pour rejoindre un squad et spawner à côté de ses équipiers.

e3 2012,dead space,dead space 3,medal of honor,medal of honor warfighter,fps,ea,preview

Pour le reste, chaque classe (au nombre de 6) est équipée de gadgets originaux comme un planeur en papier que l’on peut lancer pour identifier les ennemis et les faire apparaitre sur les mini-maps de ses équipiers. On nous promet de nombreux autres gadgets de ce type qui auront plus une influence sur la collecte d’infos et le positionnement des adversaires que sur votre puissance de feu.

Difficile de juger si Medal of Honor : Warfighter sera un très bon FPS ou juste un FPS de plus mais nous n’aurons plus à attendre longtemps avant de mettre la main sur une version finale puisque le jeu est annoncé pour le 25 Octobre prochain sur PS3, Xbox 360 et PC.

e3 2012,dead space,dead space 3,fps,ea,preview

Cet E3 a également été l’occasion pour EA d’annoncer le troisième épisode de Dead Space, le FPS horrifique et franchement très gore de Visceral Games. Bon, je l'avoue, ce n’est pas le FPS que j’aime le plus, même s’il réussit à me faire sursauter 3 fois par minute et est donc à déconseiller pour mon cœur de vieux gamer.

La preview à laquelle j’ai assisté reprend en grande partie le trailer présenté pendant la conférence de Presse d’EA en insistant un peu plus sur l’aspect coop du jeu. La campagne entière est ainsi pensée pour être jouée en coop, ce qui m’a fait beaucoup penser à Killzone 3.

e3 2012,dead space,dead space 3,fps,ea,preview e3 2012,dead space,dead space 3,fps,ea,preview

Au niveau du scénario, peu d’infos si ce n’est que la campagne se déroulera sur une planète glacée où le froid permanent sera aussi dangereux que vos copains de toujours, les nécromorphes. Ce troisième épisode étant l’occasion d’en apprendre plus sur leurs origines. Votre environnement est également beaucoup moins solitaire puisque pour la première fois dans la série, certains de vos ennemis seront de bons vieux humains.

L’ambiance oppressante de Dead Space est toujours bien là puisque la démo nous met aux prises avec une énorme tempête de neige réduisant la visibilité à zéro et se réfugier dans une caverne remplie de nécromorphes ne semble pas la meilleure idée du monde. Je résume, je suis dans un FPS et j’ai un choix : Crever de froid dans une tempête de neige ou dézinguer mes ennemis à coup de pieux pneumatiques dans une caverne sombre et accueillante... Hum, j’hésite !

e3 2012,dead space,dead space 3,fps,ea,preview

Bien entendu, la scène présentée dans le trailer où vous vous faites avaler par un monstre géant pour poursuivre le combat à l’intérieur de son système digestif était également de la partie et il faut reconnaitre que c’est une séquence bien sympathique. On espère que le jeu proposera d’autres scènes d’anthologie de ce genre !

Dead Space 3 est annoncé pour une sortie en février 2013 sur PS3, Xbox 360 et PC.


        

dans Gaming, PC, Preview, PS3, Salons, Xbox360
Tags : e3 2012, dead space, dead space 3, medal of honor, medal of honor warfighter, fps, ea, preview

[Test] Dirt Showdown, il va y avoir de la casse 
par Quantic

mardi 07 août 2012 19:32 2 commentaires

Dirt Showdown, jaquette, ps3

Je l’avoue, je suis fan de Codemasters. Depuis maintenant de longues années, cet éditeur a démontré qu’il peut produire des simulateurs de course de qualité tout en restant accessible au plus grand nombre.

La série des F1 2010-2011-2012-... en est la meilleure preuve. Et même si je regrette l’époque où Codemasters faisait de vrais jeux de rallye, je continue également à apprécier la série des DIRT qui propose une simulation de rallye de grande qualité tout en proposant un jeu accessible et pourtant très pointu.

Bon, évidemment, ils pourraient retirer toutes les épreuves de rallye cross pour garder la quintessence du rallye qui reste une épreuve chronométrée mais bon par les temps qui courent, ce serait peut-être trop leur demander ;-)

dirt,dirt showdown,codemasters,rallye,test

Bref, en attendant un Dirt 4 (sans doute l’année prochaine), nos amis de Codemasters nous proposent un petit apéritif avec Dirt Showdown, que l’on peut imaginer comme le fils bâtard de Sébastien Loeb (pour l’excellence de la réalisation), de Ken Block (pour le spectacle) et de Borat (pour le côté un peu bête).

Comment peut-on réussir à proposer un jeu de rallye à la fois irritant et incroyablement fun ?

J'ai la réponse : En proposant des courses qui ne font absolument pas appel à la moindre qualité de pilotage !

 dirt,dirt showdown,codemasters,rallye,test dirt,dirt showdown,codemasters,rallye,test

Le volant, c'est pour tourner, les pédales pour accélérer...

Dirt Showdown nous propose donc de nous plonger dans la catégorie bien beauf des courses de voitures, le stock car. Attention, je ne parle pas ici du Nascar que l’on confond souvent avec le stock car. Là où le Nascar peut être considéré comme un équivalent un peu viril de la F1, le vrai stock car met aux prises de vieilles carrioles retapées et renforcées de partout sur des circuits lents et remplis de croisements avec une seule règle : le premier qui passe la ligne a gagné.

Vous pourrez ainsi prendre part à trois types d’épreuves :

Courses sur circuit

Au volant de voitures bien boostées, vous prenez le départ aux côtés d’autres acharnés sur des circuits très courts, remplis d’épingles, de croisements en 8, de pneus au milieu de la route et de tremplins... Bref, tout ce qu’il faut pour que votre talent de pilote soit le moins mis à contribution au profit de la chance.

Pour gagner, il faut donc se frayer un chemin au milieu des débris en espérant que l’avance qu’on a patiemment construite ne soit pas réduite à néant par un adversaire sorti de nulle part lors d’un croisement à l’aveugle.

Bien entendu, d’autres modes de jeu sont disponibles comme la course à l’élimination ou la domination des différentes sections de la course mais dans l’ensemble, c’est quand même un peu du pareil au même.

dirt,dirt showdown,codemasters,rallye,test

Courses en arène

Suivre un circuit, c’est trop difficile, on a mieux pour vous : l’arène.

Vous êtes lâchés avec vos petits camarades au volant de voitures renforcées de partout et même si les développeurs ont eu beaucoup d’imagination pour nous proposer des variantes originales, l’objectif final est assez simple : exploser les autres à coups de pare-chocs !

dirt,dirt showdown,codemasters,rallye,test

Gymkhana

Le gymkhana avait fait son apparition dans Dirt 3 et il fait son retour dans Dirt Showdown...

Et malheureusement, c’est la seule manière de pouvoir piloter une vraie voiture de rallye. Vous pouvez ainsi directement affronter Ken Block dans des épreuves en 1 contre 1 où il faudra accumuler les drifts, les donuts et autres figures dans un ordre précis.

L’autre manière de profiter de sa voiture est d’explorer les zones ouvertes spécialement conçues pour le gymkhana en exécutant les figures proposées, exactement comme dans Dirt 3 même si j’ai trouvé les zones proposées un peu moins intéressantes.

dirt,dirt showdown,codemasters,rallye,test dirt,dirt showdown,codemasters,rallye,test

Vous l’aurez compris, le solo se résume à une succession d’épreuves variant entre le "Rentre-dedans" et le "Vas-y que je te pousse", bref, un jeu assez répétitif en solo et qui peine à nous motiver à succéder les courses.

Heureusement le multi vient un peu sauver le jeu avec des épreuves bien pensées pour se détendre quelques minutes en froissant de la tôle.

Là où le Multi de Dirt 3 avait le don d'être énervant puisqu'il était envahi de gros lourds qui vous poussaient hors de la route, ici, il n'y a que des gros lourds, vous y compris, puisque c'est le but du jeu.
Alors, bien sûr, ce multi ne déborde pas d'originalité mais au contraire du solo qui est très répétitif et ne fait pas beaucoup appel à votre talent de pilotage, le multi est fun et distrayant. Je me suis même surpris à relancer une partie comme ça en passant, preuve que le mode multi est vraiment addictif.

dirt,dirt showdown,codemasters,rallye,test

Conclusion

Dirt Showdown est un titre difficile à classer. Affligeant pour le peu de pilotage qu'il réclame et pourtant vraiment fun à jouer avec une bonne bande de potes. C'est une belle tentative de Codemasters pour rameuter les joueurs amateurs de délires et pas toujours friands de pilotage mais le solo reste trop répétitif pour vraiment amuser.

Au final, on ne garde que les épreuves de gymkhana (dont je ne suis pas trop fan en plus) et le multi qui permet de bien s’amuser entre potes décérébrés fou du volant.

Mais quel dommage qu’un jeu dont la réalisation soit proche de la perfection ne serve qu’à une grande orgie métallique.

Vivement Dirt 4 pour rattraper tout ça !

Ma note : 6,5/10


        

dans Gaming, PC, PS3, Test, Xbox360
Tags : dirt, dirt showdown, codemasters, rallye, test

[E3 2012] Preview - Hitman Absolution et Sleeping Dogs, le duo de choc de Square Enix 
par Quantic

vendredi 03 août 2012 18:44 3 commentaires

 e3 2012,preview,hitman,hitman absolution,sleeping dogs,square enix

Hitman était avec Tomb Raider une des licences phares d'Eidos. Et juste avant de tenter de redonner à la belle brune une seconde vie, Square Enix tente de faire sortir notre chauve préféré, l’agent 47, de sa pré-retraite. 

Hitman a toujours été un jeu d’infiltration, un vrai, car même s’il était possible de survivre à une alerte en se recroquevillant dans un coin et en faisant un grand tas avec les cadavres des gardes suffisamment bête pour se succéder à l'entrée de votre antre, cela était très ennuyeux à faire et enlevait quand même une grande partie du plaisir du jeu ;-)

e3 2012,preview,hitman,hitman absolution,square enix e3 2012,preview,hitman,hitman absolution,square enix

Bref, Hitman, c’est un jeu où l’on réfléchit avant d’agir, où l’on planifie son opération dans sa petite tête avant de l’exécuter mais bien sûr, nous n’aurions pas à faire à un Hitman si nous n’avions pas 35 façons originales de liquider nos cibles... Et à ce niveau-là Hitman Absolution se pose comme un bon candidat à la relève.

Alors que les premiers trailers qui ont circulé ont un peu fait peur aux fans car très orientés sur l’action, ce que j’ai pu voir et tâter  lors de l’E3 m’a rassuré. L’action est intense et le nombre de cibles à occire a connu une grosse inflation mais l’infiltration est toujours bien au cœur du jeu.

e3 2012,preview,hitman,hitman absolution,square enix

Quand je vous disais que l’action est intense...

En moins de 20 minutes l’agent 47 va liquider 5 cibles et réaliser un kidnapping... Il ne chôme pas.
Bien entendu, cette intensité est aussi due au fait que le démonstrateur veut nous montrer un maximum de choses. Dans la réalité, pour avoir pu tester le jeu, les choses sont quand même nettement moins rapides quand on ne sait pas ce qu’on doit faire ;-)

Une des grandes nouveautés est l’apparition d’un mode instinct qui vous permet  de mettre en évidence les points d’intérêts et les cibles potentielles.

Mais le plus impressionnant est la variété des méthodes à votre disposition pour vous infiltrer au milieu des ennemis, distraire les gardes et liquider votre cible en faisant par exemple croire à un accident. Il est ainsi possible de saboter une pompe à essence pour créer une grande explosion afin de couvrir votre fuite ou encore attirer votre cible sous une voiture soulevée par un bras mécanique avant de la faire s’effondrer sur elle.

 e3 2012,preview,hitman,hitman absolution,sleeping dogs,square enix

Il y a donc de nombreuses méthodes pour liquider ses cibles de manière originale et en n'attirant pas l’attention sur vous mais il est également possible d’être moins subtil en faisant appel à un chain kill (décidément à la mode dans les jeux actuels). J’ai ainsi pu tuer 7 cibles en une seule opération en faisant appel au talent inné de l’agent 47 pour l’élimination des gêneurs.

Les déguisements sont également de retour et sont toujours aussi pratiques pour rentrer dans une zone un peu trop surveillée mais attention, ceux-ci ne vous garantissent pas l’impunité puisque vous ne pourrez pas trop vous approcher des autres gardes et que les chiens, eux, ne s’y tromperont pas !

e3 2012,preview,hitman,hitman absolution,square enix e3 2012,preview,hitman,hitman absolution,square enix

Ma dernière cible étant chez son barbier pour une petite coupe, je me suis donc infiltré chez le brave coupeur de cheveux et après l’avoir assommé, j’ai tout simplement pris sa place pour m’occuper de ma cible comme il se doit.

Vous l’aurez compris, Hitman a beau s’être un peu simplifié avec quelques éléments le rendant plus accessibles, l’esprit de l’agent 47 semble bien intact et c’est, à mes yeux, le principal.

Hitman Absolution sort le 20 Novembre prochain sur PS3, Xbox 360 et PC et vous pouvez déjà vous essayer au mini jeu Hitman Sniper Challenge (dispo en bonus de précommande) pour vous mettre dans l’ambiance du tueur au code-barres.



Sleeping Dogs

e3 2012,preview,sleeping dogs,square enix

J’ai également pu revoir Sleeping Dogs duquel j’avais déjà fait une preview assez détaillée mais cette fois j’ai pu y jouer et confirmer tout le bien que je pensais de ce titre.
Le système de combat et son interaction permanente avec les décors est toujours aussi jouissif tandis que les séquences de tir et  les poursuites en voiture semblent beaucoup plus classiques.

Et même si le gameplay ne sera sans doute pas le plus original du monde, c’est aussi et surtout pour son ambiance que j’y jouerai. Si l’histoire du flic infiltré a déjà été vue et revue, son traitement au sein des triades de Hong Kong lui donne beaucoup de caractère et font de ce GTA-like un jeu unique à défaut d’être très original.

e3 2012,preview,hitman,hitman absolution,sleeping dogs,square enix

L’ambiance est clairement une des priorités des développeurs puisque l’annonce du cast des doubleurs est à tomber par terre avec une tonne d’acteurs connus pour un jeu qu’il sera indispensable de jouer en VO. Ainsi, Emma Stone, Lucy Liu ou encore Edison Chen sont à l’affiche de ce titre qui risque bien d’être le GTA-like de l’année.

Heureusement, mon impatience sera bientôt récompensée puisque Sleeping Dogs est annoncé pour le 17 Août sur PS3, Xbox 360 et PC.


        

dans Gaming, PC, Preview, PS3, Salons, Xbox360
Tags : e3 2012, preview, hitman, hitman absolution, sleeping dogs, square enix

[Test] Lollipop Chainsaw : les zombies vous en feront voir de toutes les couleurs ! 
par Aelya

mercredi 01 août 2012 19:09 2 commentaires

lollipop chainsaw,warner, test, suda51,

Quand j'étais ado (voir pré-ado), j'enviais les américains avec leur bal de promo et leur club de pompom girls : ça avait l'air tellement cool !
Cependant, quand j'y repense maintenant, je me rends compte que, vu mon caractère et mes hobbys (geekette/gameuse/otaku), je n'aurais certainement pas eu de cavalier pour ce fichu bal et que jamais je n'aurais pu faire partie d'une troupe de pompom girls !  Au contraire, j'aurais plutôt été le souffre-douleur (genre Glee, sauf que je ne sais même pas chanter^^).

Malgré tout, je continue à trouver le concept de cheerleader sympa et lorsqu'on me propose d'en incarner une dans un jeu, je vais regarder ça de plus près. Si en plus, on doit dézinguer du zombie à la tronçonneuse, cela ne peut que m'intéresser^^

lollipop chainsaw,warner, test, suda51,

Or Lollipop Chainsaw nous raconte l'histoire de Juliet Starling, Cheerleader de son état, mais aussi membre à part entière d'une famille chasseur de zombies. Son petit ami Nick l'ignore et ça la stresse un peu de lui avouer. (Mal)heureusement, elle n'aura pas vraiment le choix : le jour de ses 18 ans, son lycée se fait attaquer par une horde de zombies.

Alors qu'elle arrive, Nick se fait mordre et la seule solution pour le sauver est de le décapiter, le transformant en tête sans corps, sorte de porte-clefs accroché à la ceinture de Juliet. Ce "duo" va donc devoir combattre les zombies mais aussi trouver qui est derrière tout ça.

lollipop chainsaw,warner, test, suda51,

Comme vous pouvez le constater, l'histoire est un gros délire. Et le jeu tire parti de ça : il pousse à fond les situations délirantes, se montrant ironique envers lui-même. Ainsi Juliet est très court vêtue, dévoilant sa culotte dès qu'elle bouge mais si on essaie de regarder dessous de nous-même, elle va la cacher, pudique.

Les dialogues sont également vraiment croustillants, irrévérencieux, et la V.O excellente. On peut par contre regretter le sous-titrage français un peu faiblard et parfois à côté de la plaque : une référence à Stephen Hawking (assez longue) est ainsi complètement effacée, à se demander si les traducteurs ont pensé que les francophones n'avaient pas la culture nécessaire pour comprendre...

lollipop chainsaw,warner, test, suda51, lollipop chainsaw,warner, test, suda51,

Et l'ambiance délirante ne s'arrête pas là : les gerbes de sang sont remplacées par des coeurs, des arc-en-ciel et des étoiles, on affronte des poulets géants, des zombies qui semblent sortis du film Grease, un boss nous attaque à coup de lettres géantes matérialisées, les deux soeurs de Juliet, Cordélia et Rosalind, sont elles aussi frappa-dingue et leur père n'est pas mal non-plus, et c'est sans parler du sensei pervers très Ryo Saeba...

Bref, l'ambiance est là du début à la fin !

Mais le gameplay est-il à la hauteur ?

lollipop chainsaw,warner, test, suda51, lollipop chainsaw,warner, test, suda51,

On dirige donc Juliet qui trucide des zombies à tours de bras tronçonneuses. Celle-ci a principalement deux types d'attaques : une où elle utilise ses pompons pour étourdir ses ennemis (des coups donc plutôt faibles) et une où elle joue de la tronçonneuse (des coups assez forts).

Au fur et à mesure de notre progression, on peut (en plus d'améliorer certaines capacités) débloquer diverses attaques et combos, dont certains impliquant la tête de Nick^^

Pour ne pas sombrer dans la routine, de nombreux mini-jeux et Quick-Time Events viennent égayer le gameplay. On pourra donc utiliser Nick pour contrôler un cadavre de Zombie, jouer au Zombie-basket et au Zombie-baseball, rentrer dans des jeux vidéo rétro (vraiment sympa), conduire un tracteur, etc. Il est par contre dommage que bien souvent, lorsqu'on meurt on ne recommence pas seulement le QTE/mini-jeu, non, il faut se refarcir une grande partie du niveau et re-tuer une horde de zombie.

lollipop chainsaw,warner, test, suda51, lollipop chainsaw,warner, test, suda51,

Une caméra parfois capricieuse dessert un peu le jeu, rendant certains combats quelque peu énervants. La sauvegarde est aussi stressante car on ne sait jamais où l'on va reprendre lorsqu'on meurt et si l'on bloque à un endroit, il n'est pas rare de devoir recommencer très loin en arrière : cela donne envie d'envoyer valser sa manette !

Cependant, on pardonne tout ça, ce qui l'est nettement moins est la durée de vie du jeu : on le finit en mode normal en 5-6 heures environ... Bien sûr, on peut le recommencer en mode difficile, ou pour obtenir les différents trophées, mais cela fait peu (en plus, tous les costumes sympa pour Juliet se débloquent une fois le jeu fini une première fois). Surtout sans vrai mode multi-joueur, celui-ci ne proposant qu'un mode défi pour battre le scores d'autres joueurs.

Cela n'a pas empêché Quantic de refaire le jeu plusieurs fois pour débloquer les tenues sexy et améliorer son score mais pour ma part, j'ai moins accroché à cette rejouabilité un peu old school.

lollipop chainsaw,warner, test, suda51,

Conclusion

Lollipop Chainsaw a de très beaux atouts : ses personnages charismatiques (et complètement fous), son ambiance déjantée tout bonnement excellente, ses combats sympas même si pas révolutionnaires et ses mini-jeux et QTE pour éviter la monotonie.

Son seul gros défaut est sa trop courte durée de vie : 5-6 heures.

A chacun de voir si la compagnie de Juliet pendant ces courts instants est suffisante pour craquer pour Lollipop Chainsaw.

Ma note : 7,5

lollipop chainsaw,warner, test, suda51,

Et juste pour les fans de Juliet, pensez à jeter un oeil à notre preview et sa Juliet "hollandaise" en live tandis que les inconditionnels de Jessica Nigri, la Juliet officielle, pourront la retrouver dans notre reportage E3 aux côtés de son papa virtuel Suda 51 et aussi de Quantic.

        

dans Gaming, PS3, Test, Xbox360
Tags : lollipop chainsaw, warner, test, suda51, jessica nigri