Ashley Johnson et Troy Baker, entretien avec les voix de The Last of Us 
par Quantic

vendredi 07 septembre 2012 18:53 1 commentaire

 the last of us,ashley johnson,troy baker,motion capture,naughty dog,interview

Au cours de la Gamescom, j’ai eu la chance de participer à une session de discussion avec Ashley Johnson et Troy Baker, les acteurs qui se cachent derrière les personnages de Ellie et Joel, les héros de The Last of Us, la nouvelle production de Naughty Dog, créateurs entre autres de la très populaire licence Uncharted.

L’occasion de découvrir que les acteurs font bien plus que juste une voix et que la Motion Capture est devenue bien plus complexe que par le passé.

Ashley Johnson est plus connue au cinéma puisqu’on a pu la voir dans un petit rôle dans The Avengers mais aussi dans la série The Killing. C’est sa première participation à un jeu vidéo. Elle interprète le rôle de Ellie.

 the last of us,ashley johnson

Troy Baker est, par contre, un habitué du jeu-vidéo puisqu’il compte des centaines de participations dans des titres récents dont les plus connus sont certainement Two-Face dans Batman Arkham City et Vincent Brooks dans Catherine... Mais il incarne des personnages dans presque tous les jeux-vidéos majeurs de Diablo 3 à Darksiders 2 en passant par Guild Wars 2 !

the last of us,troy baker

Deux acteurs qui n’ont pas du tout le même profil de carrière, ni la même expérience... Ashley restant assez timide tandis que Troy jouait au clown de service. Voici quelques-uns des meilleurs moments de cette discussion.

Sur le processus de Motion Capture.

Ashley : Pour moi tout était nouveau, mais toute l’équipe était là pour m’expliquer les trucs pour bien m'en sortir. Je connais les jeux-vidéo, donc ce n’était pas un univers totalement inconnu pour moi, mais la motion capture était quand même une expérience nouvelle et très intéressante.

Troy : La plupart des jeux auxquels j’ai participé consistait à lire sa réplique dans son studio avec parfois son ou sa partenaire.
Quand il y avait de la motion capture, c’était la plupart du temps chaque acteur à son tour, seul.
Aujourd’hui, la technologie a évolué et nous permet de vraiment jouer à plusieurs sur une scène comme on le ferait pour le cinéma. Même la bande son est maintenant prise en direct et contribue à un réalisme maximal. Ensuite, ce sont les animateurs qui rentrent en jeu mais notre travail aura été de leur montrer comment un acteur aurait joué la scène.

the last of us,ashley johnson,troy baker,motion capture,naughty dog,interview

Sur leurs personnages.

Ashley : Ellie a 14 ans, mais elle est née après la pandémie. C’est une survivante qui découvre le monde mais qui n’a pas le passé de Joel.
Là, je dois essayer de ne pas trop spoiler... Disons qu’elle a peur de ce qui l’entoure mais elle est aussi émerveillée de découvrir le monde hors de la zone de quarantaine.

Troy : Joel est ce que l’on appelle un "Brutal Survivor".  Il n’hésite pas à commettre les pires atrocités pour survivre  et il n’y a pas grand-chose qu’il n’ait pas déjà fait. Quand on y pense, les héros de jeux-vidéo ont énormément évolué en quelques années. Ils sont beaucoup plus noirs qu’avant. Joel n’est pas un soldat ou un héros, c’est juste un homme qui essaie de survivre dans un univers dangereux et qui s’adapte. On peut facilement s’identifier à lui.

the last of us,ashley johnson,troy baker,motion capture,naughty dog,interview the last of us,ashley johnson,troy baker,motion capture,naughty dog,interview

Sur le travail d’acteur.

Troy : Notre travail est très proche de celui que l’on ferait pour la télévision ou le cinéma. On commence par une lecture avec tous les acteurs, on répète et on joue, c’est une approche très classique.

Ashley : Bien entendu, on modifie certaines scènes lors de la préparation car on découvre des choses qui ne vont pas ou que l’on peut améliorer mais l’écriture des scénaristes de Naughty Dog est déjà tellement précise que très peu de choses ressortent lors de ces lectures.

Sur la préparation pour le rôle.

Troy : Il faut garder sa spontanéité et ne surtout pas trop répéter le rôle. Il vaut mieux ne pas trop bien connaître les répliques mais connaître à fond son personnage et comment il réagirait. De toutes façons, une pandémie, ça ne se rencontre pas tous les jours, il est donc impossible de vraiment se préparer à ce que Joel et Ellie vivent. Ce n’est pas comme si on allait sortir de la pièce et que la ville serait soudainement décimée…

the last of us,ashley johnson,troy baker,motion capture,naughty dog,interview  the last of us,ashley johnson,troy baker,motion capture,naughty dog,interview

Sur leurs relations sur le plateau.

Ashley : J’ai été castée en premier, donc, j’ai fait beaucoup de lectures avec des Joel potentiels, mais avec Troy, on a tout de suite senti que le courant passait. C’est le processus de casting qui fonctionne comme cela. On croise des acteurs très bons mais avec l’un d’eux, le courant passe mieux. Ce n’est pas vraiment explicable mais cela contribue à rendre le jeu de chacun meilleur.

Sur la différence d’âge importante entre Joel et Ellie et le fait que dans la vraie vie, ils ont un âge beaucoup plus proche.

Troy : Franchement, on n’y pense pas. C’est notre job. On rentre dans le personnage et nos âges « réels » ne comptent plus.

Ashley : Le fait que Troy ait tellement d’expérience dans le jeu-vidéo a fait de lui mon ainé naturel. Il a pris naturellement le lead comme le scénario le lui demandait.

the last of us,ashley johnson,troy baker,motion capture,naughty dog,interview

Sur le travail des animateurs et les expressions faciales.

Troy : Contrairement à d’autres productions, il n’y avait pas de "Facial Capture" sur le tournage. Les développeurs voulaient avant tout que les acteurs soient naturels afin de reproduire à la perfection les mouvements et la voix. Il faut bien savoir que la "Facial Capture" est très lourde pour un acteur et constitue un obstacle à la spontanéité de la performance.
Maintenant, cela ne veut pas dire que les animateurs ne se sont pas inspirés de notre performance pour les animations des visages. Il est facile de reproduire le clignement des yeux ou les crispations du visage sans tout cet arsenal technique.

the last of us,ashley johnson,troy baker,motion capture,naughty dog,interview  the last of us,ashley johnson,troy baker,motion capture,naughty dog,interview

Voilà l’essentiel de cette session très intéressante qui m’a fait beaucoup penser à une conférence de presse de cinéma. On y apprend à quel points les acteurs et leurs performances sont au centre des productions Naughty Dog et cela explique, au moins en partie, la qualité des titres qu’ils produisent depuis maintenant plusieurs années. Je vois donc Ellie et Joel sous un nouveau jour et j’espère que ce petit compte-rendu vous aura aidé à comprendre les trucs de production des jeux modernes.

Je tiens encore à remercier Ashley Johnson, Troy Baker ainsi que les responsables de Naughty Dog et de Sony Computer Entertainement pour leur accueil et leur sympathie.

The Last of Us est annoncé courant 2013 et sortira en exclusivité sur PS3.

        

dans Gaming, Preview, PS3, Salons
Tags : the last of us, ashley johnson, troy baker, motion capture, naughty dog, interview

[Preview] Assassin's Creed 3, Connor se dévoile 
par Quantic

jeudi 06 septembre 2012 19:03 0 commentaire

 assassin's creed 3,assassin's creed,connor,preview,gamescom 2012,ubisoft

Après avoir vu une première fois Connor à l’œuvre à l’E3, Ubisoft a encore une fois mis le paquet à la Gamescom pour mettre sa plus célèbre licence bien en avant.

Et le public a répondu présent puisque le vendredi, on comptait près de 6 heures de queue pour pouvoir voire une présentation (très proche de celle de l’E3) et toucher au niveau de combat naval pendant quelques minutes.
Un tel succès peut s’interpréter de deux manières en fonction de son bord : Chez Ubi, c’était la version enthousiaste : « 6 heures de queue, quel succès, notre jeu est vraiment trop attendu ! » tandis que chez les visiteurs, c’était la version râleuse : « 6 heures de queue, mais ce n'est pas possible d’être aussi mal organisé ! »
Et la réalité dans tout ça ? Eh bien, elle doit être un peu entre ces deux extrêmes.

C’est qu’Ubisoft joue gros sur ce nouvel épisode de l’assassin tout de blanc vêtu. Après un Revelations assez décevant et avec lequel toute la presse vidéo-ludique (nous y compris) a été assez indulgente, il y a intérêt à ce que ce troisième épisode apporte son lot de nouveautés et un scénario en béton.

assassin's creed 3,assassin's creed,connor,preview,gamescom 2012,ubisoft

Une chose est certaine, Connor est un héros au moins aussi charismatique que ce que Ezio pouvait l’être et l’époque choisie (la révolution américaine) garantit un carton aux USA.

Et même chez nous, je dois avouer que cette période est fascinante. Dommage que nous allons sans doute rater quelques références historiques et perdre une bonne partie du réalisme comme ces célèbres bâtiments de Boston reproduits dans le jeu qui ne représenteront pas grand-chose pour nous, pauvres européens.

Au niveau du gameplay, il y a de la nouveauté car changement d’époque oblige, Connor a un style de combat différent de celui d’Ezio. Toutes les animations ont été ainsi complètement refaites et  se comptent par milliers.

Les armes à feu sont également beaucoup plus présentes que dans les autres épisodes de la licence, ce qui implique que pour conserver un minimum de combat au corps à corps et ne pas transformer Assassin’s Creed en Uncharted, il fallait accélérer les mouvements de Connor. Il n’a ainsi plus besoin de s’arrêter pour faire son affaire aux gardes et peut donc enfin réaliser des assassinats en courant, ce qui permet de se débarrasser de 3-4 gardes avec une vitesse jamais vue dans la série en combinant corps à corps, tomahawk et pistolet.

assassin's creed 3,assassin's creed,connor,preview,gamescom 2012,ubisoft

A côté de ces séquences finalement assez classiques pour un Assassin’s Creed, Ubisoft a également décidé de bouleverser nos habitudes avec une bonne partie du gameplay qui se déroulera dans la forêt où nous pourrons gambader d’une branche à l’autre tout en chassant pour survivre.

Enfin, révolution américaine oblige, on nous promet des grandes séquences épiques au milieu d’un champ de bataille gigantesque. Le nouveau moteur graphique pouvant afficher jusque 2500 personnages !

Cela promet de grands moments d’émotion !

Et si Ezio avait ses courses de charrettes (un peu molle il faut reconnaître), Connor, lui, aura ses batailles navales. Présentées pour la première fois lors de l’E3, Ubisoft en a remis une couche lors de la Gamescom en présentant une autre bataille navale et en permettant aux joueurs de les tester pour la première fois.

Avant toute chose, il faut savoir que ces batailles resteront anecdotiques pour ceux d’entre vous qui tracent dans l’histoire principale puisqu’il n’y aura que 3 ou 4 sessions navales dans la trame principale. Par contre, pour ceux qui ont le pied marin, elles constitueront tout un arbre de missions secondaires.

 assassin's creed 3,assassin's creed,connor,preview,gamescom 2012,ubisoft

Après une courte session de jeu, je peux déjà vous dire que ces batailles sont assez simples à jouer... Pas de courant, pas de vent, on tourne simplement à gauche ou à droite pour essayer de bien se positionner par rapport aux bateaux ennemis et choisir le bon type d’obus. On a d’ailleurs appris l’existence d’obus assez originaux comme le "grape shot", constitué de déchets récoltés sur le pont et qui s’utilise uniquement à courte distance pour tuer l’équipage adverse ou encore le boulet chauffé à blanc, le plus destructeur de tous.

Le jeu consiste donc à tourner autour de son adversaire pour bien se positionner afin de tirer ses obus sur lui tout en esquivant les siens en utilisant entre autres la houle et les vagues pour couper les salves de tir... Et au pire, on a toujours la possibilité d’utiliser son bateau comme bélier pour briser la coque adverse.

Voilà un gameplay assez simple, pas toujours très malin mais qui m’a bien plu pendant mes quelques minutes de jeu. A voir si les missions navales seront suffisamment variées que pour nous accrocher au bastingage aux côtés de Connor.

assassin's creed 3,assassin's creed,connor,preview,gamescom 2012,ubisoft

Cette preview d’AC III ne m’a pas encore rassuré face à la relative déception de Revelations mais on sent bien qu’Ubisoft en garde sous le coude pour ne pas tout dévoiler avant la sortie. Le nombre de nouveautés présentées laisse espérer du meilleur pour ce nouvel épisode qui semble bien parti pour introduire brillamment un assassin charismatique au possible et de nouveaux modes de gameplay vraiment attirants, bref on espère le meilleur pour cette licence dont nous sommes tous les deux fans !

Et on vous reparlera encore d'Assassin's Creed 3 très bientôt puisque nous aurons prochainement l'occasion de tester le solo de manière un peu plus approfondie.

Assassin's Creed 3 est prévu sur PS3, Xbox 360 et PC le 31 Octobre prochain.

        

dans Gaming, PC, Preview, PS3, Salons, Xbox360
Tags : assassin's creed 3, assassin's creed, connor, preview, gamescom 2012, ubisoft

[Test] Darksiders 2, quand la mort s'invite dans notre salon 
par Quantic

vendredi 31 août 2012 19:30 3 commentaires

 darksiders 2, jaquette, PS3

Avant toute chose, sachez que je n’ai pas joué à Darksiders, premier du nom. C’est donc avec un esprit neutre et libéré de tout a priori (vous me connaissez ;-) ) que je me suis lancé dans l’aventure de Death, cavalier de l’apocalypse de son état.

Un scénario... mortel, un style visuel qui ne laisse pas indifférent.

Vous allez voir que Darksiders 2 brille par de nombreux points mais pas par son scénario qui est vraiment trop léger. On y incarne Death (la Mort) soucieux de mieux comprendre ce que son frère War (la Guerre) a fabriqué pendant le premier épisode de la série. Pour faire simple, il a  exterminé la race humaine sans le feu vert du patron d’en-bas. Et comme Death a la fibre familiale, il est déterminé à faire ce qu’il faut pour réhabiliter son frère.

L’avantage pour moi, c’est qu’il ne s’agit pas du tout d’une suite directe, donc j'ai pu me plonger dans l’aventure sans savoir ce que War a fait comme atrocités aux humains.
Pour autant, la narration reste très brouillonne avec des personnages dans tous les sens et parfois, on ne sait plus vraiment pourquoi on fait ce que l’on est en train de faire mais on sait juste qu’on doit le faire.

darksiders 2,darksiders,test,thq,death

Le style visuel du jeu est unique avec ses environnements tantôt verdoyants, tantôt gothiques. Le Royaume des Morts avec son bateau volant, siège du royaume éternel est mon petit chouchou... Et si les ennemis sont pour la plupart assez classiques, les combats contre les gigantesques boss restent de grands moments visuels où on reste la mâchoire ouverte, en ayant une pensée pour le modélisateur qui a du assembler tout ça.

Bref, aussi bien visuellement que techniquement, Darkisders 2 est pleinement maitrisé et chose rare, à l’heure actuelle, il ne fait pas honte à la puissance dépassée de cette génération de consoles qui réussissent à afficher un jeu beau, soigné et fluide en tout cas pendant la majorité du temps. Pour une raison inconnue, les derniers donjons subissent de nombreuses saccades qui me laissent penser que l'optimisation du end game laisse un peu à désirer.

Néanmoins, je dois bien vous avouer que malgré la maestria créative de ce titre, j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l’univers du jeu. Pourtant, je suis fan de l’univers de Diablo, donc le trip cavalier de l’apocalypse aurait du bien prendre avec moi. Mais un peu comme la saga Gears of War me laisse froid, j’ai eu un peu de mal à me passionner pour Death.

 darksiders 2,darksiders,test,thq,death darksiders 2,darksiders,test,thq,death

Sans doute pour deux raisons : la première, c’est que, malgré un univers original et plutôt bien pensé, il y a quelques incohérences qui m’empêche de rentrer dans le rôle. La seconde, c’est que je ne suis pas un grand fan du style graphique choisi par Vigil Games : les héros musculeux, massifs,... ce n’est pas mon truc et le charisme de Death ne prend pas. Pourtant, Joe Madureira, le célèbre auteur de comics qui a travaillé sur le design de Darksiders est plutôt un auteur dont j'apprécie le style...

Autre problème à mes yeux, on incarne un cavalier de l’apocalypse mais au lieu de nous mettre en scène surpuissant au milieu d’humains apeurés (oui, ça m’excite, je suis comme ça), on se balade dans des environnements pas très accueillants et où on doit se démener pour s’en sortir... Hormis les combats contre les boss, je n'ai donc pas ressenti un quelconque sentiment de puissance. Dommage quand on incarne la mort, non ?

Heureusement, ce sentiment est totalement contrebalancé par un gameplay de génie.

darksiders 2,darksiders,test,thq,death

Un gameplay diaboliquement réussi.

Même si son univers ne fera pas l’unanimité, Darksiders 2 réussit là où beaucoup de jeux actuels échouent, il propose un gameplay aux petits oignons. Un mix improbable entre Zelda, Tomb Raider et Portal qui donne tout le temps envie d’en voir plus, repoussant sans cesse l’heure d’aller dans son lit.

Plus qu’un simple beat them all, Darksiders 2 propose un gameplay varié mélangeant monde ouvert pour ses quêtes annexes et donjons bourrés de mini casse-tête et d’exploration à tout va.
Ainsi, plutôt que de passer son temps à marteler la tête des ennemis, on crapahute de salles en salle en essayant de deviner par où passer pour débloquer une grille derrière laquelle se cache un coffre et son « phat loot » ou tout simplement la suite du donjon.

A la simple exploration s’ajoute une série d’énigme à l’ancienne consistant à déplacer une énorme boule, à exploser des parties de tunnels ou encore à jouer avec une tonne de leviers et boutons poussoirs en tout genre. Tout cela pour trouver la clé rouge pour ouvrir la porte rouge et ainsi de suite...

darksiders 2,darksiders,test,thq,death

Cela aurait pu être répétitif mais les énigmes sont sans cesse renouvelées. A chaque nouveau donjon ou presque, un petit élément se rajoute pour changer du tout au tout la résolution des énigmes. Et pourtant, la solution reste toujours accessible avec un minimum d’exploration et de jugeote. On est loin du casse-tête complexe et en général, 5 minutes d’exploration et d’essais-erreurs suffisent à résoudre le problème... avec en bonus un bon sentiment d’autosatisfaction.

Mon seul regret est le dirigisme extrême à l’intérieur des donjons : Il faut suivre le chemin prévu par les développeurs, faire les choses dans l’ordre, sauter au bon endroit et ne pas essayer de suivre un autre chemin, cela ne marchera pas. J’aurais apprécié de pouvoir découvrir le donjon à ma façon de temps en temps...

Côté combat, c’est du grand classique entre votre arme principale (une faux, logique pour la mort) et les multiples armes secondaires, mais du "classique" très bien exploité. Si les combos au début du jeu sont très simplistes, on peut facilement en débloquer quelques dizaines pour transformer Death en machine à tuer et véritablement le modeler pour qu’il corresponde à notre style de jeu.

 darksiders 2,darksiders,test,thq,death

C’est là qu’on se rend compte que le côté RPG a été poussé assez loin. Plus que seulement esthétiques, les armures et armes donnent des bonus variés (dégâts, vie, magie, ...). Quant au levelling, il vous rend non seulement plus puissant mais permet aussi de débloquer des pouvoirs spéciaux dans deux arbres de talents. On peut ainsi transformer Death en spécialiste du corps à corps ou au contraire le modeler en mini-nécromancien capable d’invoquer des créatures pour se battre à ses côtés. Dommage que lors de certains combats, la caméra a un peu du mal à suivre l’action mais cela reste assez rare.

Mais le point le plus impressionnant de ce titre est sa durée de vie qui fait figure d’éternité face à certaines campagnes solo de FPS modernes...
La campagne solo principale est incroyablement fournie avec des donjons à ne plus savoir quoi en faire et des boss de plus en plus impressionnants. Et les développeurs ont dû se dire qu’il fallait en faire encore plus car ils ont rajouté quelques quêtes secondaires un peu moins réussies, certes, mais qui ont le mérite d’encore prolonger l’expérience.
Tout compris et pour celui qui veut retourner le jeu dans tous les sens, on approche facilement des 40 heures de jeu.

 darksiders 2,darksiders,test,thq,death

C’est devenu tellement rare qu’un jeu « dirigiste » propose une telle durée de vie qu’on peut même se demander combien d’acheteurs en verront la fin. On a perdu l’habitude qu’un jeu soit si vaste tout en restant « facile ».

Enfin, un petit bémol concernant l’online pass que THQ a rajouté au titre. Pour un jeu misant tout sur l’online, on peut encore comprendre son existence mais ici, la partie en ligne ne reprend que la possibilité d’envoyer/recevoir des bouts d’armure entre amis et un pauvre mode multi consistant à repousser des vagues successives d’ennemis. Un peu light pour justifier l’achat de l’online pass si vous trouvez le jeu en occasion.

darksiders 2,darksiders,test,thq,death

Conclusion

Darksiders 2 est largement à la hauteur des attentes. Même si son univers ne fera pas forcément l’unanimité, son gameplay fait d’un savant mix d’exploration, de mini casse-tête et de combats remplira de bonheur les nombreux fans de Zelda, Tomb Raider ou même Portal.

Bien entendu, l’expérience n’est pas parfaite mais le gameplay de Darksiders 2 est complet, varié et réussit à nous tenir en haleine pendant de très longues heures grâce à sa durée de vie exemplaire.

Il ne manque plus qu’à mettre en scène une succube sexy comme héroïne de Darksiders III pour faire de moi le cavalier de l’apocalypse le plus heureux du monde.

Ma note : 8/10

        

dans Gaming, PC, PS3, Test, Xbox360
Tags : darksiders 2, darksiders, test, thq, death

[Preview] Star Wars 1313 : plongez dans les profondeurs de l'univers de Star Wars ! 
par Aelya

jeudi 30 août 2012 18:44 1 commentaire

Lors de la Gamescom, Activision nous a invité à la présentation d’un jeu LucasArts dont je ne savais absolument rien.

Je suis donc arrivée et première découverte : il s’agit d’un jeu Star Wars intitulé Star Wars 1313, deuxième découverte le titre se prononce Star Wars Thirteen Thirteen (treize treize) et fait référence au 1313ème étage se trouvant sous la surface de la planète Coruscant.

 gamescom 2012,star wars 1313,preview,lucasarts

Une vraie ville souterraine que la lumière du jour n’atteint jamais s’y est développée et est devenue la métropole du crime. Les développeurs se sont d’ailleurs un peu inspirés du Strip de Las Vegas pour imaginer cette ville qui se répand sur tout le niveau 1313, du sol au plafond, ce qui donne lieu à des décors assez impressionnants. Les habitants (et le joueur) sont écrasés par cette entité sans âme qui se moque du sort de sa population.

Le niveau 1313 est une zone dangereuse. La force n’y a pas sa place : Star Wars 1313 est une expression mature de l’univers Star Wars.  Il ne sera pas manichéen, mais plutôt composé de nuances de gris.

 gamescom 2012,star wars 1313,preview,lucasarts

Bref, l’univers a l’air vraiment sympa, mais que fait-on dedans ?

Le joueur va incarner un Bounty Hunter et, de ce fait, faire partie de cette ambivalence, ce genre de personnage étant classe mais souvent pourri à l’intérieur...

Les développeurs se sont focalisés sur trois points :
- Faire ressentir ce que cela fait d’être un chasseur de prime
- La survie
- Créer une expérience cinématographique

 gamescom 2012,star wars 1313,preview,lucasarts gamescom 2012,star wars 1313,preview,lucasarts

Pour ce faire, il s’appuie sur deux mécaniques de base, le combat et le jeu de plateforme, ainsi que sur un mantra qui veut qu’on ne doit jamais voir quelque chose (une action, un combat...) dans une cinématique que l’on voudrait pouvoir jouer.

Pour illustrer tout ceci, une démo commence. Elle débute par une cinématique nous montrant un vaisseau transportant quelque chose, ou plutôt quelque un, qui commence sa descente vers le niveau 1313. Le présentateur en profite pour souligner que cette descente s’apparente à celle de Dante aux Enfers.

 gamescom 2012,star wars 1313,preview,lucasarts gamescom 2012,star wars 1313,preview,lucasarts

C’est alors que le vaisseau se fait attaquer et aborder par des droides. Une fois que ceux-ci pénètrent dans l’appareil, on commence à jouer. Il s’agit d’un TPS où l’on doit se mettre à couvert pour attaquer avec diverses armes ou tenter de se rapprocher pour une approche un peu plus corps à corps.

Quand on finit par venir à bout des ennemis, l’action se poursuit de plus belle avec notre co-équipier balançant le vaisseau de survie chargé d’explosif sur le vaisseau adverse, le faisant en partie exploser.

 gamescom 2012,star wars 1313,preview,lucasarts

Le problème est que notre propre embarcation n’est pas au mieux de sa forme non plus et l’on se voit obliger de sauter sur l’autre vaisseau qui part un peu en morceaux. S’en suit une séquence plus plateforme où notre personnage doit se frayer un chemin en escaladant différentes parties du vaisseau.

Le tout parsemé de quelques cinématiques fort sympathiques.

Conclusion

Le gameplay a l’air d’être au rendez-vous : cela m’a fait penser à un Uncharted dans l’univers Star Wars avec des graphismes de bonne qualité.

La date de sortie n’est pas encore annoncée mais je compte bien tenir Star Wars 1313 à l’œil !

        

dans Gaming, Preview, PS3, Salons, Xbox360
Tags : gamescom 2012, star wars 1313, preview, lucasarts

[Preview] RockSmith, un Guitar Hero qui fera de vous un vrai rocker 
par Quantic

mercredi 29 août 2012 19:13 4 commentaires

 rocksmith,ubisoft,guitare, jaquette, PS3

Pendant la Gamescom, j’ai pu assister à une présentation du titre musical que j’attends le plus : Rocksmith.

Il faut savoir que je suis un grand fan de la série des Guitar Hero et des Rock Band, deux licences qui m’ont fait tomber amoureux de leur « instrument » phare : la guitare.
Mais bon, le machin en plastique coloré, ça va un moment et j’ai rapidement eu envie d’en faire plus. Aelya m’a donc acheté il y a 3 ans une guitare électrique et un ampli et cela fait 2 ans et 10 mois qu’elle prend la poussière...

Et oui, malgré mon enthousiasme et ma motivation, il faut reconnaitre qu’apprendre la guitare, c’est du travail ! Malgré les multiples guides, la difficulté de l’apprentissage a eu raison de ma volonté.

rocksmith,ubisoft,guitare,preview,gamescom 2012

Sans doute parce qu’au début, on a tellement à apprendre qu’il faut beaucoup travailler la technique sans jamais vraiment avoir l’impression de progresser. Ma conclusion à l’époque était que la seule manière d’apprendre efficacement était de suivre des cours et donc une méthode adaptée à soi.

Je me suis donc convaincu de reprendre la guitare quand j'aurai du temps à lui consacrer... Donc pas avant ma retraite ;-)

rocksmith,ubisoft,guitare,preview,gamescom 2012

Un jeu, oui mais surtout un cours de guitare.

Rocksmith se présente comme le renouveau du jeu musical en utilisant une vraie guitare électrique connectée à l’ordinateur ou à la console qui jouera le rôle d’ampli. Autrement dit, toutes les guitares électriques sont compatibles avec le jeu et si vous n’en possédez pas, Ubisoft vous la proposera en bundle pour un prix qui n’a rien de scandaleux.
Fini les grosses touches colorées et le faux médiator qui fait clic-clic, ici, l’objectif des développeurs, c’est tout simplement de faire de vous de vrais guitaristes.
J’ai eu l’occasion de l’essayer pendant quelques minutes avec la guitare du bundle et même si je suis toujours aussi nul, j'ai adoré !

Pour les mous du manche (comme moi), le jeu propose un vrai cours interactif qui permet d’apprendre les bases de la guitare et de s’entrainer via des mini-jeux. Par exemple, on apprend à se déplacer sur le manche en tirant sur des canards...

 rocksmith,ubisoft,guitare,preview,gamescom 2012

A côté de ce cours interactif, une soundtrack de 50 titres très rock (Rolling Stones, Nirvana, Muse, ...) est disponible reprenant le gameplay classique de ce genre de titre en l'adaptant à une vraie guitare. Le jeu s'adapte automatiquement au niveau de chacun. Ainsi, si on est bon, il y a de plus en plus de notes à jouer, de plus en plus d’accords jusqu’à avoir le morceau dans toute sa complexité. Mais le plus beau, c’est que l’on apprend réellement à jouer le morceau avec un feedback immédiat sur notre prestation !
Et après s'être bien entraîné, on connecte la guitare dans son ampli et on peut jouer le morceau pour de vrai.

Enfin, la console ou le PC jouent le rôle d’ampli mais aussi de pédale d'effets. Ainsi, on peut simuler une foule de distorsions et autres réverbs pour tweaker le son de son instrument.

 rocksmith,ubisoft,guitare,preview,gamescom 2012  rocksmith,ubisoft,guitare,preview,gamescom 2012

Mais est-ce que ça marche ?

Sur le papier, c’est génial. Dans la pratique, mon très court essai est assez positif même si j’attendrai de disposer d’une version complète pour me prononcer définitivement sur les qualités pédagogiques du jeu. Car, avouons-le, Rocksmith sera sûrement à réserver à ceux qui comme moi veulent en faire un peu plus que Guitar Hero, à savoir apprendre à jouer de la guitare.

Pour ceux qui veulent du fun immédiat, je pense que ce titre les énervera rapidement de par sa difficulté et aussi parce qu’avec une vraie guitare, il y a une foule d'inconvénients inexistants avec un bout de plastique (poids, mal aux doigts, ...).

A noter également qu’à sa sortie, le titre (déjà disponible aux USA depuis de très longs mois) sera également compatible avec les basses et proposera une foule de chansons en DLC.

Rocksmith sera disponible avec son câble sur PS3 et Xbox 360 le 27 Septembre et sur PC le 18 Octobre.

Un pack comprenant le jeu et une vraie guitare électrique sera également disponible pour un prix d'environ 200 euros.


        

dans Gaming, PC, Preview, PS3, Salons, Xbox360
Tags : rocksmith, ubisoft, guitare, preview, gamescom 2012

[Test] Joypad Thrustmaster T-Wireless (v4) pour PS3 et PC, la qualité à petit prix 
par Quantic

mardi 28 août 2012 18:42 1 commentaire

 thrustmaster,t-wireless,version 4,test,joypad,manette,ps3,pc

La série des T-Wireless est un succès renouvelé au fil de ses versions faisant de Thrustmaster un acteur en vue dans le monde du joypad à petit prix. Et ce nouveau modèle (version 4) de leur best-seller va sans doute suivre la voie de ses ainés.

Comme les précédentes versions, ce T-Wireless revu et corrigé est toujours compatible PS3 et PC.

La première chose qui frappe, c’est sa taille comparée à un pad officiel de Sony. Déjà que beaucoup encensent le pad de la Xbox en insistant lourdement sur le fait que le pad PS3 est beaucoup trop petit pour eux, que vont-ils dire de ce T-Wireless qui m’est apparu vraiment minuscule ?

Cette taille a des avantages puisqu’on passe encore plus vite d’un bouton à l’autre mais aussi des désavantages puisqu’il m’est arrivé d’appuyer sur deux boutons en même temps, la faute à mes gros doigts boudinés sans doute...

thrustmaster,t-wireless,version 4,test,joypad,manette,ps3,pc


Pour le reste, reconnaissons-le, la taille des pads, c’est surtout une histoire de goût et d’habitude puisqu'après quelques heures d’adaptation, je ne ressentais plus la moindre gène.

Côté finition, on est par contre un bon cran en-dessous des pads officiels made in Sony. La manette parait fragile et j’ai un peu plus de mal à la tenir fermement en main que le sixaxis officiel.

N’oublions pas non plus que cette manette est livrée sans vibreur, elle s'avère donc très légère et son poids final vient donc surtout des 3 piles qu’on lui colle dans le ventre mais heureusement, j’ai trouvé qu’elle était néanmoins bien équilibrée.

thrustmaster,t-wireless,version 4,test,joypad,manette,ps3,pc  thrustmaster,t-wireless,version 4,test,joypad,manette,ps3,pc

Son autonomie est également très satisfaisante puisque je pense que l’on peut quasiment confirmer les 50 heures d’autonomie annoncée, plutôt sympa pour les gros joueurs (à ne pas confondre avec les joueurs gros ;-) ).

Autre différence majeure avec le pad PS3, l’absence de vraies gâchettes... En effet, les gâchettes L2/R2 sont de simples boutons. Ce n’est pas très grave pour les jeux d’arcades ou pour les FPS mais par contre, j’y vois un vrai inconvénient dans les jeux qui utilisent ces gâchettes pour doser l’effet comme les simulations du type Gran Turismo mais bon les vrais amateurs de simulation auto auront souvent investi dans un volant-pédalier... donc c'est un moindre mal.
Néanmoins, cela reste un défaut à mes yeux.

thrustmaster,t-wireless,version 4,test,joypad,manette,ps3,pc

Le pad propose également un bouton Map qui permet de reconfigurer les boutons directement sur le pad, sans passer par le jeu. Pratique quand il n’y a pas d’option de réallocation des boutons mais dommage qu’il arrive que l’on appuie sur ce bouton par accident en pleine partie.

thrustmaster,t-wireless,version 4,test,joypad,manette,ps3,pc

Conclusion

Que ce soit pour un usage sur PS3 ou PC, j’ai été agréablement surpris par ce pad qui propose une bonne expérience de jeu.

Quand on voit qu’un pad PS3 officiel tourne autour de 60 euros, on comprend vite que le prix tout riquiqui du T-Wireless (moins de 30 euros) est son principal atout. Pour ce prix, on accepte donc de supporter ses quelques défauts qui en font un pad d'entrée de gamme.

Je ne le conseillerai donc qu’aux joueurs occasionnels désireux d’avoir un second pad bon marché qui plus est compatible PC.

Pour ma part, je suis quand même revenu au pad Sixaxis officiel qui offre de meilleures sensations mais je continue à l’utiliser sur mon PC aux quelques jeux plus agréables à jouer au pad qu’au combo clavier/souris comme les jeux de sports, par exemple.

Ma note : 3/5

        

dans Gaming, PC, Périphériques, PS3, Test
Tags : thrustmaster, t-wireless, version 4, test, joypad, manette, ps3, pc

[Test] Sleeping Dogs, Infiltrez les triades de Hong Kong 
par Quantic

vendredi 24 août 2012 18:54 4 commentaires

 sleeping dogs, jaquette, PS3

Après une preview très positive et un dernier contact avec ce titre lors de l’E3, j’attendais Sleeping Dogs avec la même impatience que tous les fans de monde ouvert et je n’ai pas été déçu.

Une gestation perturbée pour un monde ouvert original

Pourtant, Sleeping Dogs est un titre qui a connu un accouchement difficile. En effet, celui-ci devait faire partie de la licence True Crime d’Activision avant de tomber dans le giron de Square Enix suite à une restructuration des licences du partenaire de Blizzard.

Après quelques mois de silence radio qui auraient pu laisser croire à la fin du projet, Square l’a ressorti de son chapeau en le renommant en Sleeping Dogs et en participant très activement à sa finalisation. De plus, le développeur n’a pas changé en cours de route et ce sont bien les petits gars de United Front Games qui ont veillé à la destinée de leur dernier bébé tout au long de sa vie chahutée.

Sortir un  jeu à monde ouvert quand on ne s’appelle pas Rockstar, c’est toujours une sérieuse prise de risque et si on reconnait dans Sleeping Dogs l’inspiration du grand frère GTA, il apporte également ses propres idées pour se distinguer de la concurrence.

sleeping dogs,square enix,gta-like,test

D’abord avec son scénario (très cinéma asiatique) qui met en scène Wei, jeune agent chargé d’infiltrer les triades en faisant croire à ses anciens amis d’enfance que son retour à Hong Kong en provenance des USA n’avait qu’un seul but : Devenir le caïd de son quartier. En réalité, Wei n’a qu’une idée : se venger de la mort de sa sœur, morte d’une overdose avec de la drogue fournie par la triade. Mais, Wei réussit trop bien dans son nouvel emploi et il risque bien d’oublier pour qui il travaille vraiment...

Ce scénario, pourtant  assez classique et sans grandes surprises, permet un traitement plus approfondi des personnages et nous réserve quelques scènes d’anthologie. On notera d’ailleurs la présence de personnages totalement décalés comme Mme Chu, la mère du chef local de Wei qui tient un restaurant et n’hésite pas à désosser elle-même les ennemis de son fils.

sleeping dogs,square enix,gta-like,test  sleeping dogs,square enix,gta-like,test

Le jeu impressionne aussi par sa direction artistique.

Hong Kong est tout simplement splendide. On y ressent à la fois le gigantisme de la ville d’affaires avec ses boutiques de luxe et ses gratte-ciels mais aussi la crasse des petites ruelles sordides. Le design de la map est parfaitement pensé avec ses 4 quartiers immédiatement reconnaissables, ses grandes autoroutes mais aussi ses minuscules rues étroites où règnent les triades.

Dommage que le passage d’un quartier à l’autre demande de faire pas mal de route mais en échange, il n’y a pas le moindre temps de chargement et on peut parcourir d’une traite toute la carte. Seuls certains intérieurs ou le lancement des missions demandent un écran de load d’à peine quelques secondes.

Techniquement, le jeu semble quand même un peu souffrir de l’âge de nos consoles même si on a vu récemment bien pire. Petit bémol également pour l’ambiance sonore car si les musiques sont bien pêchues et le doublage exclusivement assuré par des stars, il n’en va pas de même des bruitages puisque les moteurs font un bruit de vieilles casseroles.

sleeping dogs,square enix,gta-like,test

Si le scénario principal, fort de ses 30 missions, est passionnant mais un peu court pour le genre, cela ne nuit pourtant pas à la durée de vie du jeu puisqu’il faut compter une bonne trentaine d’heures de jeu pour faire le tour de toutes les activités de Hong Kong. Entre missions policières, courses sauvages, capture de trafiquant de drogue ou encore extorsion de fonds, il est possible de profiler Wei plus ou moins du côté obscur en fonction de sa sensibilité.

Ainsi, en plus d’une barre de réputation augmentant en fonction de vos actes et débloquant des améliorations passives, il y a également une barre de police et une autre de triade, donnant chacun accès à des améliorations différentes. Si vous n’écrasez pas trop de piétons, votre barre de police augmentera plus vite et inversement, apportant un petit côté RPG à ce titre.

sleeping dogs,square enix,gta-like,test

Un GTA-like à prendre au corps.

Mais la plus grande différence avec les autres GTA-like, c’est le gameplay au corps à corps. En effet, Wei peut s’entrainer aux arts martiaux et apprendre au cours de l’histoire de nouveaux mouvements. Même si le gameplay de combat est très simpliste : un bouton pour attaquer, un bouton pour contrer, un bouton pour empoigner les adversaires et fait beaucoup penser à Batman Arkham City, les possibilités sont énormes.

Entre les nombreux mouvements simples, les attaques avec des armes contondantes ou tranchantes (matraque, couteau, machette,...) et le nombre incroyable d’interaction avec le décor (broyage de la tête dans l’air conditionné, électrocution dans le tableau électrique,...), on ne se lasse jamais d’une bagarre et il m’a bien fallu 20 heures de jeu avant de sentir une certaine lassitude face à ces combats au corps à corps. Le nombre de phases de shoot est ainsi fortement réduit par rapport à d’autres GTA-like et sont d’ailleurs beaucoup moins innovantes si ce n’est un petit ralenti pour faciliter la visée.

Les voitures de leur côté m’ont beaucoup fait penser à un GTA old-school. Leur pilotage n’a absolument rien de réaliste et c’est tant mieux. Là où le pilotage de GTA 4 pouvait vite énerver, ici, on s’amuse comme un petit fou à faire des drifts au démarrage et des dépassements plus fous les uns que les autres.

 sleeping dogs,square enix,gta-like,test

Les développeurs de United Front Games ont même réussi à rendre fun les séances de shoot en voiture. Ces séquences ont toujours été le point faible de la série des GTA mais ici, elle sont totalement réussies. Lorsque vous visez, l’IA prend partiellement le contrôle de la voiture tandis que le temps se ralentit pour vous permettre d’ajuster vos tirs sans rentrer dans le premier poteau venu. Quand on sait que viser les pneus fait valser les voitures en l’air tandis que viser le réservoir les fait exploser, c’est vraiment du grand spectacle qui nous est offert.

Vous aurez compris que je suis tombé sous le charme de ce GTA asiatique, pourtant tout n’est pas parfait dans cet univers de tatoués.
Par exempe, certaines missions secondaires comme la prise de contrôle des caméras sont vite répétitives.

De plus, si le titre est rempli de mini-jeux souvent sympathiques comme le crochetage d’une serrure, l’ouverture d’un coffre, le placement d’un micro,... D’autres s’avèrent moins inspirés ou parfois un peu surexploités : Trouver un code de 4 chiffres par essai-erreur, c‘est chouette une fois mais la cinquantième fois, on a un peu envie de laisser tomber.

A noter également qu'une version PC optimisée pour nos machines de bourgeois est disponible. Je ne l'ai pas testée mais pour l'avoir vu tourner, les PCistes d'entre vous peuvent se rassurer : Le jeu est tout simplement splendide et compatible avec le tri-écran... Ca fait rêver.

sleeping dogs,square enix,gta-like,test

Conclusion

N’y allons pas par quatre chemins, Sleepings Dogs est un excellent GTA-like et qui plus est, le seul GTA-like disponible cette année.

Rockstar et son GTA 5 ont d’ailleurs un peu de soucis à se faire car après THQ qui nous a signé l’année dernière un Saints Row The Third de toute beauté, Square signe ici un Sleeping Dogs largement au niveau de la concurrence.

Nous restons pourtant juste en-dessous de ma référence en matière de gameplay d’open World : GTA 3 mais si vous êtes amateur de monde ouvert et de grand banditisme, tout cela dans une ambiance très polar asiatique, c’est un titre à ne manquer sous aucun prétexte.

Pour ma part, j'ai noyé trente heures de jeu en à peine quelque jours sur ce titre et j'en redemande encore.

Ma note : 8,5/10


        

dans Gaming, PC, PS3, Test, Xbox360
Tags : sleeping dogs, square enix, gta-like, test

[Preview] Borderlands 2 : faites parler vos skills ! 
par Aelya

jeudi 23 août 2012 19:03 4 commentaires

 preview,gamescom 2012,borderlands 2,2k games

La sortie de Borderlands 2 approche à grands pas et 2K nous a donc invité à une nouvelle preview de leur titre à l’occasion de la Gamescom.

Cette fois-ci, les développeurs ont choisi de nous parler des différentes skills disponibles pour les personnages.
En effet, chaque personnage appartient à une classe spécifique et possède un arbre de talents divisés en trois branches distinctes. A nous de voir si l’on veut se spécialiser dans l’une d'elles pour obtenir la skill ultime qui déchire tout ou rester plus polyvalent...

Les personnages sont donc les suivants.

Salvador, le Gunzerker.
L’une des particularités de Bordeland étant son nombre incroyable de flingues, les développeurs ont décidé de créer une classe en tirant parti. Il pourra ainsi manier deux armes à feu à la fois.

 preview,gamescom 2012,borderlands 2,2k games preview,gamescom 2012,borderlands 2,2k games

Maya, la Siren.
Elle utilise la magie. Son pouvoir Phaselock lui permet de capturer des ennemis dans une sorte de bulle. Elle possède une branche de talents de support, lui conférant la capacité de soigner ses alliés ou de les ressusciter. Cependant, d’autres branches sont disponibles et l’ultime skill de l’une d’entre elles, le Thoughtlock, va lui permettre de prendre le contrôle de ses ennemis.

 preview,gamescom 2012,borderlands 2,2k games preview,gamescom 2012,borderlands 2,2k games

Zero, l’Assassin.
C’est une sorte de Ninja maniant l’épée et capable de tuer ses ennemis en un coup, que ce soit à distance (sniper) ou en melée. Ainsi l’un de ses pouvoirs ultimes va lui donner un boost de dégats pendant 5 secondes et chaque kill rallongera ce boost de 5 autres secondes.

 preview,gamescom 2012,borderlands 2,2k games preview,gamescom 2012,borderlands 2,2k games

Axton, le Commando.
Il peut déployer des tourelles de combats. La branche survie lui permettra de les customizer tandis que la compétence ultime de la branche Gunpowder lui fournira des Nukes pour détruire tous les ennemis dans un rayon donné, tout en laissant une tourelle à cet endroit.

 preview,gamescom 2012,borderlands 2,2k games preview,gamescom 2012,borderlands 2,2k games

Enfin, il y a la Mechromancer.
Cette classe sera gratuite si on précommande le jeu, autrement il faudra l’acheter via un DLC… Pas cool de la part de 2K surtout que cette classe a l’air sympa...
La Mechromancer (car c’est une fille à couettes) pourra invoquer une sorte de démon mécanique, le Deathtrap, pour l’aider à combattre. Elle possèdera aussi la compétence « close enough » qui fait ricocher les balles : on perd en puissance, mais on peut viser à côté ! Ainsi des armes peu précises mais puissantes deviendront utiles pour cette classe.

 preview,gamescom 2012,borderlands 2,2k games

La présentation s’est terminée sur une explication sur les Raid Boss : des monstres gigantesques nécessitant quatre personnages haut niveau et équipés des meilleurs armes pour espérer les vaincre. On a ainsi vu Terramorphus, Boss Raid niveau 50 : une espèce de gros vers monstrueux qui donnait beaucoup de fil à retordre aux développeurs qui l’affrontaient ! En fait, on n’a même pas vu la fin du combat car celui-ci allait être trop long... Bref, ces combats s’annoncent épiques !

 preview,gamescom 2012,borderlands 2,2k games

Après tout ceci, on a pu jouer dans une arène multi où en co-op à deux on affrontait des vagues de robots. J’ai décidé d’incarner Maya et mon binôme a pris Salvador. J’ai investi tous mes points de talents pour débloquer le « Thoughtlock » et prendre le contrôle de mes ennemis.

La co-op nécessite de la communication entre les joueurs, donc tout naturellement les casques fournis ne comportaient pas de micro !

Résultat, notre équipe était totalement désorganisée et si au début j’essayais de suivre mon partenaire et de le ressusciter, l’inverse n’était pas vrai, celui-ci me laissant même mourir... Résultat, au bout d’un moment, j’ai abandonné tout espoir de jouer en co-op et me suis concentrée sur le fait de tuer les vagues d’ennemis sans me préoccuper de mon collègue.

 preview,gamescom 2012,borderlands 2,2k games preview,gamescom 2012,borderlands 2,2k games

A partir de là, j’ai commencé à apprécier le jeu^^

Le thoughtlock est vraiment sympa et peut bien aider lorsque cela commence à chauffer. A noter que lorsque l’ennemi contrôlé meurt avant la fin du pouvoir, un autre ennemi à proximité est affecté.

Les affrontements sont rythmés et vifs, les ennemis viennent vous débusquer (ou essayent^^). Bref, on s’amuse bien^^

Bon, comme notre équipe ne marchait pas, on est mort souvent et n’avons réussi qu’à faire une vague d’ennemis... Le plus drôle fut lorsqu’à la fin mon co-équipier m’a dit que je me débrouillais bien… Je me suis retenue de lui dire ce que je pensais ;-)

J’attends donc la sortie avec impatience pour tester le multi dans de meilleures conditions et j'ai hâte de voir la partie solo du jeu. Heureusement, il ne me reste plus longtemps à attendre, Borderlands 2 étant prévu pour le 21 Septembre sur PC, Xbox 360 et PS3.

 preview,gamescom 2012,borderlands 2,2k games

        

dans Gaming, PC, Preview, PS3, Salons, Xbox360
Tags : preview, gamescom 2012, borderlands 2, 2k games