[Test] Dead or Alive 5, des filles sexy et de la baston, faut-il vraiment vous en dire plus ? 
par Quantic

vendredi 02 novembre 2012 19:24 3 commentaires

 dead or alive,dead or alive 5,test,baston,tecmo,team ninja

Dead or Alive 5, c’est le dernier épisode d’une série de jeu de baston devenue mythique.

Alors, c’est vrai que le jeu de baston s’est un peu perdu en cours de route entre les jeux de Beach Volley et les simili jeux de paparazzi en manque de petite culotte mais cette fois, c’est un vrai Dead or Alive qui nous revient.

Eh bon, je ne vous le cache pas, un développeur qui avoue avoir un module physique  « maison » consacré à l’animation des généreuses poitrines de ses héroïnes ne peut qu’avoir toute ma confiance... Et parfois j’imagine secrètement les séances de motion capture et me réveille en sueur ;-)

 dead or alive,dead or alive 5,test,baston,tecmo,team ninja  dead or alive,dead or alive 5,test,baston,tecmo,team ninja  dead or alive,dead or alive 5,test,baston,tecmo,team ninja

Bon, trêve de rêves grivois, que vaut donc ce cinquième épisode de Dead or Alive ?

Avant toute chose, il faut bien reconnaitre que l’offre en matière de jeux de baston a été plutôt bien fournie cette année et que Dead or Alive 5 ne part pas à priori avec le meilleur modèle de combat. Là où un Tekken Tag Tournament 2 montre tout son intérêt entre pro du stick arcade avec une technique pointue et des combos millimétrées, le gameplay de Dead or Alive apparait comme beaucoup plus « libre ».

Un bouton pour les coups de poing, un bouton pour les coups de pied, un bouton pour les projections et un bouton pour la garde/prise et on a fait le tour. Pourtant, cette apparente simplicité permet de réaliser des combinaisons qui vont vite donner au joueur occasionnel l’impression d’assurer. Il suffit de bien basher tous les boutons pour réaliser pas mal de choses impressionnantes et dès la première partie, on prend du plaisir  à virevolter dans tous les sens.

Moi qui suis plutôt mauvais en jeux de baston, c’est un vrai point positif. Au contraire d’un Tekken et sa difficulté rébarbative au commun des mortels, Dead or Alive 5 se montre immédiatement accessible.

 dead or alive,dead or alive 5,test,baston,tecmo,team ninja

Cette impression est renforcée par les très nombreux niveaux de difficulté solo. Au niveau débutant, l’IA réplique à peine et fait plus penser à une poupée de chiffon balancée dans tous les sens alors qu’au niveau Légende, attendez-vous à un beau challenge. Mais globalement Dead or Alive 5 m’est apparu comme un peu plus facile que la moyenne des jeux de baston de ces derniers mois.

Dead or Alive reprend également son bon vieux système de combat pierre-papier-ciseau, pardon coups-projections-prises  à savoir que chaque coup peut être contré par un autre. Il convient donc de bien apprendre les combinaisons courantes des différents personnages et les habitudes des joueurs pour pouvoir sortir le bon contre au moment opportun et faire mordre la poussière à son adversaire.

Quand on connait bien son adversaire, c’est un vrai plaisir mais quand on le découvre, l’issue d’un combat est donc bien plus hasardeuse que sur d’autres titres similaires.

 dead or alive,dead or alive 5,test,baston,tecmo,team ninja  dead or alive,dead or alive 5,test,baston,tecmo,team ninja

Enfin, Dead or Alive 5 propose de renverser le cours d’un match à l’aide du coup spécial, sorte de super coup qui déclenche une petite séquence spéciale qui pourrait bien vous sauver la vie.

Notons également que les niveaux sont bourrés de zones dangereuses parfois très exotiques comme le fait de balancer son adversaire dans les griffes d’un lion ou de changements de niveaux déclenchés en balançant son adversaire dans un mur ou en bas d’un bâtiment. Voilà qui n’est pas bien original mais néanmoins plutôt réussi.

Des modes de jeu variés au programme

Dead or Alive 5 propose également de multiples modes de jeux pour s’occuper de longues heures durant et même un mode histoire. Le scénario de ce mode histoire est au niveau de la réputation de Dead or Alive, un grand n’importe quoi qui nous fait sauter d’un perso à l’autre sans véritable lien et passe allègrement de la famille de catcheur au clan Ninja... Si vous trouviez les modes histoires de Soul Calibur ou Mortal Kombat grandguignolesque, préparez-vous à être ébahi par le niveau de n’importe quoi présenté ici.

Et pourtant, ce mode histoire m’a finalement bien plu. Il se termine en quelques heures et permet de faire le tour de tous les persos au travers d’un énorme tutorial qui permet en plus de débloquer 3 persos jouables supplémentaires.

 dead or alive,dead or alive 5,test,baston,tecmo,team ninja  dead or alive,dead or alive 5,test,baston,tecmo,team ninja  dead or alive,dead or alive 5,test,baston,tecmo,team ninja

Ensuite, on a les modes solos classiques : Arcade, contre la montre, survie qui peuvent à chaque fois se jouer avec un seul combattant ou deux. Dans le deuxième cas, on bénéficie de projections et de combos spéciales impliquant les deux combattants, un peu comme Tekken Tag Tournament 2 mais en moins poussé.

Et une fois que l’on a tourné le solo dans tous les sens, débloqué tous les costumes (et il y a du travail), il reste bien sûr le multi bien à la hauteur même si comme d’habitude, le niveau y est très relevé. J’ai quand même moins souffert que sur un Tekken mais il faut quand même bien s’accrocher.

Petite déception au niveau technique quand même car si les personnages et les décors sont grandioses, la fluidité est un peu à la traine et j'ai eu mon lot de ralentissement.

 dead or alive,dead or alive 5,test,baston,tecmo,team ninja

dead or alive,dead or alive 5,test,baston,tecmo,team ninja

Des personnages mythiques de retour et quelques petits nouveaux

Et pour terminer, je garde le meilleur pour la fin : les personnages. Au premier abord, on peut être déçu. Une vingtaine de combattants, cela fait peu par rapport aux autres jeux de baston qui en proposent bien souvent le double mais c’est sans compter sur leur charisme et leur plastique sans failles. Bien sûr, Dead or Alive fait la part belle aux plantureuses jeunes filles mais les mâles ne sont pas en reste !

Pour ma part, entre Kasumi, Sarah, Helena, Hitomi,... mon cœur balance et non, il n’y a pas que la taille qui compte... Quoique...

J’ai également beaucoup ri à la lecture du boitier et de son avertissement très explicite : "Sexe". Soyons sérieux !
Oui, Dead or Alive met en scène des héroïnes aux formes démesurées. Oui, ces coquines aiment les gros plans sur leurs décolletés emplis de sueurs lors des défaites. Oui, on voit les petites culottes pendant les combats et 100 fois oui, on se rince l’œil mais non, vous ne serez pas choqués à condition d’avoir ouvert un manga dans votre vie ;-)

Et cerise sur le gâteau, Tecmo a déjà annoncé, un peu à l’image de Tekken Tag Tournament 2, une série de DLC gratuits (mais malheureusement aussi payants) proposant des costumes supplémentaires.

 dead or alive,dead or alive 5,test,baston,tecmo,team ninja  dead or alive,dead or alive 5,test,baston,tecmo,team ninja

Conclusion

A ma grande surprise, Dead or Alive 5 m’a directement accroché. Son gameplay très accessible le rend immédiatement fun. Alors, bien sûr, les pros du stick en auront vite fait le tour et lui préfèreront des jeux plus techniques mais voilà bien longtemps qu’un jeu de baston ne m’avait pas autant amusé.

Des personnages pleins de charisme, des modes de jeu variés et une difficulté bien échelonnée compensent largement un gameplay parfois un peu hésitant et qui pourra laisser les plus doués d’entre vous sur leur faim.

Et puis franchement, comme voulez-vous que je donne une mauvaise note à un jeu mettant en scène une dizaine de donzelles à la poitrine opulente et à moitié nues...

Ma note : 8/10

Dead or Alive 5 est disponible sur PS3 et Xbox 360

dead or alive,dead or alive 5,test,baston,tecmo,team ninja

        

dans Gaming, PS3, Test, Xbox360
Tags : dead or alive, dead or alive 5, test, baston, tecmo, team ninja

[Preview] Deadpool : le jeu où le personnage vous dit quoi faire ! 
par Aelya

jeudi 01 novembre 2012 19:17 2 commentaires

Lorsqu’on dit Marvel, on pense X-Men, Wolverine, Spider-man, the Avengers… Cependant, d’autres personnages hauts en couleur font partie de cet univers.

Deadpool est l’un d’entre eux. Sauf que si les autres sont des héros, Deadpool est plutôt un anti-héros. Déjà, il est Canadien ce qui pour les américains peut représenter un frein à sa popularité.
C’est un mercenaire qui n’hésitera pas à tuer mais surtout il est devenu complétement fou suite à des expériences qui lui ont conféré le même pouvoir de guérison que Wolverine (il peut ainsi se recoller un bras coupé).

 deadpool, preview, gamescom 2012,

Autre caractéristique intéressante de Deadpool : il est le seul personnage Marvel à être conscient qu’il se trouve dans un comics, n’hésitant pas à briser le quatrième mur pour s’adresser aux lecteurs.

Bref, Deadpool est un personnage atypique et complètement décalé qui remet en question la définition du héros de bande-dessinée.

Or High Moon Studios a décidé de l'adapter en jeu vidéo et les développeurs que j'ai pu voir à la Gamescom ont bien l’intention de lui rendre justice dans cette adaptation vidéo ludique du comics.

Ainsi, Deadpool sait qu’il est dans un jeu vidéo : il n’hésitera pas à commenter vos actions ou vous donner des conseils sur la façon de jouer un passage, mais il ne sera pas toujours avisé de les écouter, drôle oui mais efficace pas forcément... 

 deadpool, preview, gamescom 2012, jeu-vidéo

On entendra les voix de ses multiples personnalités et l’on verra le monde à sa façon. On sera amené à croiser d’autres super-héros de l’univers Marvel mais à travers la vision de Deadpool : leur image sera donc différente de celle que l’on connait ! Ainis si l'on croise Psylocke, certaines parties de son anatomie seront plus regardées que d'autres ;-)

Enfin, Deadpool n’arrêtera pas de parler, lancer des blagues, des vannes...  Bref, rien que le personnage fait envie ! D’ailleurs, j’ai maintenant envie de retrouver mes comics cachés au fond d’un carton !

Mais qu’en est-il du jeu ?

Celui-ci est un jeu d’action mélangeant combat, plateforme et puzzles. Nous avons pu assister à sa démo. Sa mission de mercenaire consiste à faire sortir de sa résidence très fortement surveillée un milliardaire responsable de la mort d’une personne.

 deadpool, preview, gamescom 2012, jeu-vidéo

La mission commence dans les égouts et la première tâche de Deadpool est... de gonfler un château gonflable ! On le voit ensuite se frayer un chemin pour accéder à cette résidence. En même temps, il nous guide pour les commandes « Press A to jump » ou fredonne son propre thème musical...

Arrivé à un ascenseur, un nouvel objectif apparaît : « Apprécier la chanson ». Et là, Deadpool nous dit combien il aime la musique d’ambiance de cet ascenseur et se met à la chanter ! Excellent !

Une fois en haut de l’immeuble, les choses sérieuses commencent avec des combats. Ceux-ci se veulent accessibles mais il sera possible d’améliorer nos armes et capacités pour débloquer de nouveaux mouvements. Divers gadgets seront disponibles dont certains avec la touche Deadpool.

 deadpool, preview, gamescom 2012, jeu-vidéo deadpool, preview, gamescom 2012, jeu-vidéo

On pourra se servir de l’environnement durant les combats ou encore ramasser des armes tombées des ennemis (genre mitrailleuse lourde). J’ai retenu une autre remarque de Deadpool vraiment excellente au sujet des armes « Guns don’t kill people, we do » (les armes à feu ne tue personne, c’est nous qui tuons).

Après un combat assez long où l’on peut voir Deadpool utiliser toutes sortes d’armes et prendre en otage un hélicoptère, il arrive à la pièce où le milliardaire est enfermé. Petite cut-scene très drôle pour savoir combien d’explosifs utiliser avant de faire exploser la porte en en mettant une tonne. Deadpool se retrouve alors nez à nez avec sa cible.

Après l’avoir un peu tabassé, il se jette avec lui par la fenêtre pour atterrir sur... le château gonflable du début de la mission ! Deadpool est fou mais il y a une méthode à sa folie !

 deadpool, preview, gamescom 2012, jeu-vidéo

Conclusion

Le jeu bénéficie donc d’une ambiance désopilante (pour peu que l’on aime cet humour décalé) et mérite qu’on s’y intéresse juste pour ça : un anti-héros complétement fou comme personnage principal ne peut que me faire envie même si le gameplay semble très classique.

Cependant, vu que l’élément primordial de ce jeu est son ambiance et son humour, j’ai posé la question aux développeurs quant à la localisation du titre.
En effet, ici, la voix de Deadpool était vraiment excellente mais qu’en sera-t-il de la version française ? A l’heure actuelle, les développeurs ne savaient pas me répondre...

Je les ai suppliés de laisser le jeu en VO et de rajouter des sous-titres de peur que le jeu perde de son attrait ou que s’ils veulent absolument le doubler, qu’ils laissent le choix entre la VF et la VOSTF. J’espère qu’ils écouteront ma supplique !

Deadpool est prévu sur Xbox 360 et PS3 courant 2013. Il aura un rating -18 mais proposera une option pour bipper les injures ;-)

        

dans Gaming, Preview, PS3, Salons, Xbox360
Tags : deadpool, preview, gamescom 2012, jeu-vidéo

Déballage de l'edition Collector Freedom d'Assassin's Creed 3 
par Quantic

mercredi 31 octobre 2012 20:36 9 commentaires

Aujourd'hui, nous avons reçu notre édition Freedom d'Assassin's Creed 3.

assassin's creed 3,collector,freedom edition,déballage,goodies,figurine

L'occasion de vous concocter un petit déballage pour voir ce qu'elle a dans le ventre.

D'abord, l'emballage est assez classique mais très solide. Et il faut reconnaitre que la boîte est plutôt jolie.

 assassin's creed 3,collector,freedom edition,déballage,goodies,figurine assassin's creed 3,collector,freedom edition,déballage,goodies,figurine

En plus du jeu dans sa version PS3 (encore heureux ;-) )

assassin's creed 3,collector,freedom edition,déballage,goodies,figurine

On y découvre quelques goodies bien sympathiques comme ce très beau steelbook dessiné par Alex Ross, célèbre auteur de comics

 assassin's creed 3,collector,freedom edition,déballage,goodies,figurine  assassin's creed 3,collector,freedom edition,déballage,goodies,figurine

Le journal de George Washington et son marque-page, un petit artbook bourré de notes sur l'univers de ce troisième épisode et d'artworks plutôt réussis. Malheureusement, il fait un peu cheap et de nombreuses pages de notre édition ont été mal coupées.

assassin's creed 3,collector,freedom edition,déballage,goodies,figurineassassin's creed 3,collector,freedom edition,déballage,goodies,figurine  assassin's creed 3,collector,freedom edition,déballage,goodies,figurine

Deux superbes lithographies exclusives à cette édition

 assassin's creed 3,collector,freedom edition,déballage,goodies,figurine

Les maintenant traditionnels contenus supplémentaires en jeu :

- deux missions solos bonus : Les Ruines Oubliées et Fantôme de Guerre

- un perso multi bonus : le Tireur d'Elite

- la mission exclusive PS3 : Benedict Arnold

 assassin's creed 3,collector,freedom edition,déballage,goodies,figurine

Mais surtout, cette édition est la seule à proposer une figurine de Connor de 24 cm de hauteur dans une pose assez classique mais vraiment chouette de Connor devant un drapeau américain.

La figurine n'est pas d'une facture exceptionnelle et on est loin de la finition d'une figurine en résine. Vu de près, on voit qu'elle est simplement en plastique mais pas un plastique tout pourri comme on en a déjà vu souvent dans des collectors de cette gamme de prix. Il est plutôt soigné et rend finalement assez bien. Au vu du prix de cette édition (moins de 100 euros), je ne vais pas faire mon difficile. Et puis le fan que je suis est de toute façon content d'avoir une belle figurine de mon nouveau héros à un moindre coût.

assassin's creed 3,collector,freedom edition,déballage,goodies,figurine  assassin's creed 3,collector,freedom edition,déballage,goodies,figurine

assassin's creed 3,collector,freedom edition,déballage,goodies,figurine  assassin's creed 3,collector,freedom edition,déballage,goodies,figurine

assassin's creed 3,collector,freedom edition,déballage,goodies,figurine

Au final, je suis très content de notre achat qui est, à mon humble avis, indispensable à tout fan de la licence qui se respecte. Si vous vous dépêchez, vous pouvez encore la commander.

Pour les autres, n'hésitez pas à vous rabattre sur l'édition collector Join or Die qui contient sensiblement le même contenu (à l'exception du steelbook et des deux lithographies) en remplaçant la figurine par un médaillon des assassins. Le tout vendu à un prix légèrement inférieur de +/- 75 euros, soit à peine une vingtaine d'euros de plus que l'édition standard.

Notre test de ce futur hit suivra d'ici quelques jours, le temps que l'on retourne Connor dans tous les sens.

        

dans Déballage, Figurines, Gaming, PC, PS3, Xbox360
Tags : assassin's creed 3, collector, freedom edition, déballage, goodies, figurine

GTA V, sortie prévue pour le printemps 2013 
par Quantic

mardi 30 octobre 2012 20:22 0 commentaire

gta v,gta 5,rockstar,sortie,date

Ce n'est pas dans notre habitude de relayer une annonce de date de sortie mais il y a des licences qui sont plus fortes que moi.

Et GTA en fait partie !

Donc, en quelques mots, cette fois, c'est officiel, GTA V est annoncé pour quelque part pendant le Printemps 2013 en tout cas sur PS3 et Xbox 360. Les PCistes devront encore patienter !

Pour autant, on n'en sait pas beaucoup plus si ce n'est que cet épisode se déroulera à Los Santos (donc à Los Angeles) et que l'annonce est accompagnée d'un joli artwork mettant en scène une charmante demoiselle.

L'ouverture des précommandes est calée pour le 5 Novembre.

Ca tombe bien, GTA San Andreas était justement mon épisode préféré de la série, on sera donc bien de retour à l'ouest des USA.

Je vous laisse avec quelques images et le trailer du jeu. Moi, je dois encore frotter ma bave du clavier...

 gta v,gta 5,rockstar,sortie,date  gta v,gta 5,rockstar,sortie,date

gta v,gta 5,rockstar,sortie,date  gta v,gta 5,rockstar,sortie,date

        

dans Coups de Coeur, Gaming, News, PS3, Xbox360
Tags : gta v, gta 5, rockstar, sortie, date

[Test] Dishonored, et si les baleines sauvaient l’humanité 
par Quantic

mardi 30 octobre 2012 19:15 0 commentaire

 dishonored, jaquette, PS3

Dishonored est un des titres les plus attendu de cette fin d’année. Il faut dire que le menu est alléchant : un jeu d’infiltration dans un univers totalement original de la part d’Arkane Studios, les géniaux créateurs d’Arx Fatalis.
Voilà de quoi faire baver !

Peste, assassinat et baleine, cherchez l’intrus...

Et ne cherchez pas trop, c’est un piège. Il n’y a pas d’intrus et c’est bien là, la force de l’univers incroyable qu’Arkane Studios a créé.
Imaginez que la renaissance n’a jamais eu lieu mais que l’humanité a suivi une voie parallèle, rajoutez une épidémie de peste et saupoudrez légèrement le tout de bonnes intrigues politique et vous obtiendrez l’univers unique de Dishonored.

dishonored,test,bethesda,arkane studios,infiltration  dishonored,test,bethesda,arkane studios,infiltration

Dans cet univers, pas de pétrole mais de l’huile de baleine pour alimenter les moteurs. La baleine est donc devenue un bien de valeur et les chasseurs de baleines, les vrais héros des temps modernes.
Nous incarnons Corvo, garde du corps de l’impératrice, envoyé en mission dans les îles pour trouver un remède à la peste qui sévit dans la ville et qui menace l’empire. Tandis que vous débarquez, Emily, fille de l’impératrice vous saute au cou mais les nouvelles que vous ramenez sont mauvaises.
Quelques instants plus tard, de mystérieux assassins sortent de nulle part, tuent l’impératrice sous vos yeux et kidnappent Emily. Vous voilà accusé du meurtre de l’impératrice et sur le point d’être exécuté.

Mais c’est sans compter sur de mystérieux « rebelles » qui parviennent à vous libérer. Maintenant, à vous de choisir, allez-vous faire triompher la justice ou ne penser qu’à vous venger ?

dishonored,test,bethesda,arkane studios,infiltration

Un gameplay complet... peut-être trop complet

Dishonored se présente comme un jeu d’infiltration en vue FPS, teinté de quelques éléments RPG. Sa filiation avec les références du genre que sont Deus Ex, Thief, System Shock ou encore Bioshock est donc évidente mais Dishonored parvient à amener sa petite touche personnelle, d’abord par son univers mais aussi par un gameplay adaptatif à l’extrême. Je m’explique.

Vous voulez vous la jouer fantôme en ne tuant personne et en ne déclenchant aucune alerte, c’est possible. Vous préférez vous la jouer bourrin en rentrant dans le tas façon FPS, c’est possible. A la réflexion, vous préférez tendre des pièges à vos ennemis et les regarder mourir dans vos champs électriques, c’est possible aussi. Vous voulez faire un mix des trois... Pas de problèmes.

dishonored,test,bethesda,arkane studios,infiltration dishonored,test,bethesda,arkane studios,infiltration

C’est bien là que se situe la grande force du gameplay de Dishonored, chaque joueur peut créer son propre gameplay, depuis la pure infiltration jusqu’au bourrinage total. Et chaque gameplay a ses forces et ses faiblesses mais est globalement assez réussi. Ainsi, c’est à chacun de mener son histoire à son terme et si les développeurs mettent une tonne d’outils à la disposition du joueur, c’est pour mieux lui laisser le choix de ses armes.

Cette liberté permet à tout le monde de profiter du titre mais malheureusement, les joueurs les plus bourrins resteront pénalisés car ils rateront une grande partie de l’aventure. En bourrinage complet, je pense qu’on peut exécuter le titre en moins de 8 heures, alors qu’il faudra largement plus du triple pour ceux qui visent l’infiltration totale. Cette durée de vie en mode infiltration est bien sûr liée au rythme plus lent de l’aventure mais aussi au fait que près de 80% des à cotés ne se découvrent que dans ce mode infiltration.

Le jeu déborde en effet de missions secondaires, de livres cachés, de notes, de dialogues impromptus, de choix cornéliens,... à côté desquels on passe complètement si on ne fait que déclencher des alarmes et tuer des gardes.

 dishonored,test,bethesda,arkane studios,infiltration

Mais parlons un peu matos.

Corvo, en bon assassin, dispose d’une arme de base, son épée rétractible ainsi que d’une deuxième arme au choix parmi une bonne tripotée de matériels reprenant des grands classiques (fléchettes tranquillisantes, pistolet, grenade, ...) mais aussi quelques petites originalités (une mine qui découpe vos ennemis comme un saucisson).

A côté de ces armes « physiques », Corvo reçoit l’aide de l’Outsider, une entité magique mystérieuse, divinisée par une partie de la population et qui confère à Corvo des pouvoirs magiques déblocables moyennant la découverte de runes. Parmi ces pouvoirs, le clignement, une sorte de téléportation instantanée à quelques mètres sera certainement la plus utile. D’autres pouvoirs viendront agrémenter le gameplay comme la possession (de rat mais aussi d’humain), l’invocation d’une nuée de rats, ...

Corvo a donc à sa disposition une sacrée réserve de ressources pour mener à bien ses missions mais le joueur qui voudra jouer au fantôme n’en utilisera qu’une très petite partie, alors que le bourrin devra en permanence fouiller les poubelles à la recherche de rares munitions.

Vous l’aurez compris, libre à nous de décider comment mener notre mission à bien ainsi que le niveau de violence que l’on s’autorise. Après chaque mission (une petite dizaine au total), un résumé nous indique notre niveau de chaos, autrement dit le niveau de bordel que l’on aura créé dans la mission en prenant en compte les assassinats, les alertes déclenchées, etc.

En fonction du chaos généré, la suite du jeu change, le scénario s’adapte pour aboutir à une fin en accord avec nos actes pendant les missions. La rejouabilité est donc exemplaire et le bourrin qui aura exécuté une mission en 10 minutes pourra prendre tout autant de plaisir à la réussir sans déclencher d’alertes après 3 heures d’efforts.

dishonored,test,bethesda,arkane studios,infiltration

Parlons donc encore un peu de ce gameplay d’inflitration.

C’est tout simplement l’un des meilleurs jeux d'infiltration auxquels j’ai pu jouer. Les gardes sont très réactifs au bruit et à tout ce qui passe dans leur champ de vision mais quasiment aveugle dans l’axe vertical, il faudra donc en permanence chercher à prendre de la hauteur. Le joueur qui veut terminer une mission en mode fantôme (sans mort et sans alerte) aura un sacré challenge car en plus des gardes actifs, il faudra également prendre soin des gardes neutralisés. Il ne faudra pas seulement les cacher, il faudra aussi les protéger des nuées de rats en les plaçant en hauteur, sinon ils risquent de se faire manger tout cru par nos amis poilus. Une brillante idée qui rajoute encore au challenge.

Pourtant, Dishonored, aussi réussi soit-il, n’a pas réussi à me convaincre totalement, en tout cas pas autant qu’un Deus Ex l’avait fait à son époque. Ainsi son univers très steampunk n’aura pas réussi à me faire rêver. Sans doute parce que je ne suis pas un grand amateur du genre ou alors est-ce la faute à un scénario très convenu et sans vraies surprises, un peu comme si les scénaristes s’étaient contentés de pondre un univers hyper complet sans lui donner une histoire à sa hauteur.

dishonored,test,bethesda,arkane studios,infiltration

Au niveau du gameplay, je regrette beaucoup l’angle de vue très étriqué qui rend l’infiltration parfois hasardeuse, tout comme je regrette l’orientation tout public. Il faut être honnête, le titre ne se déguste que en y jouant en infiltration. Et même si déclencher une alerte n’est pas dramatique, je déconseille fortement l’approche bourrine qui fait passer à côté de 80% du jeu.

Enfin, reconnaissons que la technique de ce jeu est digne d’un autre âge. C’est particulièrement vrai sur console où Corvo fait peine à voir. Mais il est vrai qu’on ne joue pas à un jeu d’infiltration pour la beauté de ses graphismes.

Et pour terminer, la durée de vie, même quand on essaye de la jouer infiltration, m’a un peu déçue. Les premières missions sont incroyablement touffues avec de nombreuses missions annexes et une tonne de choses à faire ou à voir avant de mener sa mission à bien mais vers la moitié du jeu, on est confronté à des niveaux de moins en moins complexes et de plus en plus « linéaires ». Un peu comme si la date de sortie approchant, il avait fallu accélérer le rythme pour tenir les délais.

 dishonored,test,bethesda,arkane studios,infiltration dishonored,test,bethesda,arkane studios,infiltration

Conclusion

Dishonored est un très bon jeu d’infiltration dans un univers original et réussi, offrant au joueur une liberté d’action presque totale. Les développeurs d’Arkane Studios nous ont donné de beaux jouets et un objectif, à nous de choisir comment remplir notre mission en choisissant notre style et notre niveau de violence.

Dishonored est donc l’archétype même du jeu intelligent qui ne prend pas les joueurs par la main et qui vous laisse façe à vos responsabilités. Cette sensation est assez étrange au début, tellement nous sommes noyés par des jeux hyper-directifs mais c’est un vrai plaisir de ne pas être pris pour un décérébré et de pouvoir s’inventer soi-même son propre jeu.

Pour autant, Dishonored n’atteint pas le niveau de finition et de jouissance d’un Deus Ex, par exemple. Son univers très original, manque d’atome crochu et nombreux seront ceux qui ne s’attacheront pas à Corvo, l’assassin impérial.

Enfin, malgré son message libertaire de « jouez comme vous le souhaitez », il faut quand même avouer que ce n’est qu’en mode infiltration que le titre s’avère vraiment excellent aussi bien par son gameplay que par la profondeur de son histoire. En mode bourrin, vous en ferez le tour trop vite et en passant à côté de trop d’éléments essentiels.

Ma note : 8,5/10


        

dans Gaming, PC, PS3, Test, Xbox360
Tags : dishonored, test, bethesda, arkane studios, infiltration

[Test] NBA 2K13, le meilleur du basket US entre vos mains 
par Quantic

lundi 29 octobre 2012 19:19 1 commentaire

 nba 2k13,2k games,basket,sport,test

Le basket, sport qui me rappelle de douloureux souvenirs d’école... Vous savez cette espèce de balle magique géante couleur orange crasse qui va toujours choisir votre tête pour rebondir...
Bref, je n’ai jamais été fan de ce sport.

Et pourtant, je voue une vraie passion aux sports nord-américains. Je suis un grand fan de football américain (Go Chargers ! ) et j’apprécie de temps en temps un match de hockey sur glace et même de baseball... Et j’aime même le Nascar, c’est tout dire. Mais la NBA, non, l’étincelle n’a jamais eu lieu.

Du coup, je n’ai jamais beaucoup suivi l’actualité des jeux de baskets et ma dernière expérience dans le domaine date de la Master System où, il faut le reconnaitre, le gameplay était simpliste... Et c'est gentil. Ce test sera donc celui d’un novice complet en la matière et pourra peut-être aider ceux d’entre-vous dans la même situation qui hésitent à plonger dans le monde du Basket.

 nba 2k13,2k games,basket,sport,test

L’hégémonie 2K Sports

Alors qu’EA Sports domine de la tête et des épaules de nombreuses simulations sportives, 2K Sports conserve son leadership sur le Tennis avec l’excellent Top Spin et sur le Basket avec la série des NBA 2K. Il y a bien des tentatives de concurrence mais globalement 2K reste très seul sur ce marché. Et on comprend vite pourquoi.

NBA 2K13 est l’un des titres sportifs les plus complets qu’il m’ait été donné à jouer. En tant que novice, il y a tellement de choses à faire que l’on ne sait pas par où commencer. Je dois d’ailleurs reconnaitre qu’un petit tutorial n’aurait pas été de trop car le seul élément d’aide consiste à nous expliquer les nouveaux mouvements par rapport à la version 2012... Un peu léger quand on découvre la licence.

J’ai donc mis quelques matchs à comprendre les finesses du gameplay qui fait beaucoup appel au stick droit. En effet, si l’on dirige son joueur au stick gauche, le stick droit contrôle le dribble et permet donc de très vite réaliser des mouvements de folie. De même, s’il est possible de réaliser un tir classique avec un simple bouton, tous les tirs spectaculaires se réalisent à l’aide du stick droit accompagné d’une gâchette. Pas forcément évident au début, le coup de main vient pourtant rapidement et comme l’ambiance des matchs est excellente, on ne se décourage pas et on insiste.

nba 2k13,2k games,basket,sport,test nba 2k13,2k games,basket,sport,test

Si la maniabilité du jeu m’est apparue comme excellente, il semble que les habitués de la série soient un peu moins enthousiastes par rapport aux changements. Heureusement pour eux, il est toujours possible de réactiver les anciens contrôles pour garder son feeling.

Bien entendu, tous les joueurs de la NBA sont modélisés de manière assez réussie et le titre ne souffre d’aucun ralentissement. Jay-z a été, de son côté, bombardé producteur et s’occupe de l’emballage musical du titre. L’ambiance est donc excellente à condition d’aimer le monsieur et son label. Heureusement pour moi qui ne supporte pas la R&B, Jay-z ne s’est pas limité à son style musical en invitant dans le titre bien d’autres styles musicaux. Voilà qui fait plaisir à entendre.

 nba 2k13,2k games,basket,sport,test

Mais là où NBA 2K13 reste le plus impressionnant, c’est sur la qualité de ses modes de jeux. Je passerai rapidement sur le ridicule créateur de chaussures pour me concentrer sur les excellents modes solo : Mon Equipe et Mon Joueur.

Mon Equipe vous met aux commandes de votre propre équipe  en vous faisant démarrer avec les bouseux du coin et en vous forçant à les entrainer pour, petit à petit, acheter de meilleurs joueurs et évoluer jusqu’au sommet de la NBA.
Mon Joueur vous permet de créer votre propre joueur et de participer au fameux Draft pour intégrer une équipe NBA. Ce mode n’est pas le plus passionnant car lors des matchs, vous ne contrôlez que votre joueur mais j’ai apprécié les efforts d’immersion puisque l’on a souvent des entretiens avec le manager du club et ceux-ci ont une réelle influence sur la suite de la carrière de notre joueur.

Enfin, ce serait un crime que d’oublier le mode en-ligne. Il est très classique mais hyper addictif à condition d’être prêt à affronter un lag parfois un peu énervant mais surtout une vraie concurrence en ligne. Le jeu solo a déjà une durée de vie énorme mais le multi en rajoute encore une couche. Les amateurs apprécieront.

 nba 2k13,2k games,basket,sport,test nba 2k13,2k games,basket,sport,test

Petit bémol pour terminer concernant certains choix de 2K que je qualifierai d’opportuniste (en étant gentil). D’abord, le coup de l’inscription au service 2K obligatoire pour accéder au jeu. C’est devenu la norme dans les jeux de sports mais cela continue à m’horripiler de devoir créer des comptes pour chaque jeu ou presque.

Ensuite, chaque action dans le jeu rapporte des VC, une sorte de monnaie virtuelle avec laquelle on peut acheter du matériel, des améliorations, ... Une bonne idée pour récompenser les joueurs assidus et faire évoluer ses joueurs sauf qu’il est possible d’acheter des VC en ligne contre monnaie sonnante et trébuchante. Alors, bien sûr, on peut s’en passer mais je préfère encore payer quelques euros pour un DLC de bonne facture que de voir qu'il est possible de payer pour progresser plus vite dans un jeu : C’est dire comme je déteste ce genre de manœuvres bassement commerciales dans un titre payant. Et oui, ce n’est pas du free to play.

 nba 2k13,2k games,basket,sport,test

Conclusion

NBA 2K13 est une excellente simulation du championnat US de Basket Ball. Si vous êtes un novice complet, comme moi, vous y trouverez vite votre bonheur et si vous êtes un fana de basket, ce jeu est tout simplement immanquable.

La maniabilité et la technique sont irréprochables tandis que les modes de jeu solo pourront facilement vous occuper des centaines d’heures. Et même après, le mode multi sera encore là pour vous donner votre dose de basket quotidien.

Bien entendu, comme pour tout jeu de sport, l’achat de cette version 2013, si vous possédez déjà la version 2012 est discutable mais c’est une question que le fan absolu ne se posera même pas et comment lui donner tort quand on voit à quel point NBA 2K13 se la joue encyclopédie de la NBA.

Dommage quand même que 2K succombe aux appels du marketing en implémentant des micro-transactions qui n’ont pas leur place dans un jeu de cet acabit.

Ma note : 8/10


        

dans Gaming, PC, PS3, Test, Xbox360
Tags : nba 2k13, 2k games, basket, sport, test

Déballage du kit presse de Medal of Honor : Warfighter 
par Quantic

mercredi 24 octobre 2012 19:14 6 commentaires

 medal of honor warfighter,kit presse,déballage, boite à munitions

Il y a quelques semaines, Electronic Arts m'avait demandé mon groupe sanguin... Et après l'excellent event consacré à Battlefield 3 l'année dernière, je m'attendais à tout de la part de nos amis d'EA ;-)

Au final, il s'agit "juste" d'un kit presse personnalisé. Au moins, mon intégrité physique est sauve et ce kit presse occupera une très belle place dans notre collection !

Le livreur a du se demander quels profonds malades il avait en face de lui car il s'agit tout simplement d'une authentique boîte à munitions cinglée du fameux Medal of Honor : Warfighter.

 medal of honor warfighter,kit presse,déballage,goodies, boite à munitions

Alors, déjà, on a mis 5 bonnes minutes à comprendre comment cela s'ouvrait ;-)

Mais une fois le casse-tête résolu, nous avons découvert un contenu assez classique mais de très bonne facture.

On y a donc découvert un T-shirt (taille M, ce sera pour Aelya ;-) )

 medal of honor warfighter,kit presse,déballage,goodies,electronic arts,ea  medal of honor warfighter,kit presse,déballage,goodies,electronic arts,ea

Un bonnet qui fera très bonne impression cet hiver

 medal of honor warfighter,kit presse,déballage,goodies,electronic arts,ea

Le jeu (que l'on puisse vous rédiger un beau test) accompagné de son steel case... Et on adore les steel cases ;-)

medal of honor warfighter,kit presse,déballage,goodies,electronic arts,ea

Et enfin, deux plaques d'identification personnalisées avec mon nom et mon groupe sanguin... Sauf qu'EA a peut-être voulu nous faire plaisir à tous les deux en mettant le groupe sanguin d'Aelya et le Rhésus de Quantic ;-)

 medal of honor warfighter,kit presse,déballage,goodies,electronic arts,ea

En tout cas, un très joli kit presse dont l'emballage est particulièrement impressionnant et sacrément lourd, croyez-moi.

Il ne reste plus qu'à tester Medal of Honor : Warfighter qui sera disponible dès ce jeudi sur PS3, Xbox 360 et PC.

        

dans Déballage, Gaming, PC, PS3, Xbox360
Tags : medal of honor warfighter, kit presse, déballage, goodies, electronic arts, ea

[Preview] Dead Island Riptide : voguez à travers une jungle idyllique et ses zombies ! 
par Aelya

jeudi 18 octobre 2012 19:42 0 commentaire

 dead island riptide,dead island 2,preview,gamescom 2012

Lors de la Gamescom, on a eu droit à une très - trop - courte preview de la suite du fameux Dead Island, j'ai nommé Dead Island Riptide.

Cette suite reprend directement à la fin du précédent volet où (attention spoiler de la mort qui tue) l'on voit les quatre personnages principaux parvenir à s'échapper de cette île infernale.

Bon, pas de chance pour eux, leur hélico se crashe sur une autre île ! A mon humble avis, le scénariste a du se suicider après avoir trouvé ça...

Et je ne pense pas vous apprendre quelque chose en vous annonçant que, attention, il y a des zombies sur celle-ci aussi ! Comme c'est étonnant ;-)

Enfin, les développeurs nous promettent que des indices sur les raisons de cette épidémie seront dévoilés au cours du jeu. De même, un nouveau personnage jouable fera son apparition, cependant, le secret était bien gardé et je n'ai rien pu savoir à son sujet...

 dead island riptide,dead island 2,preview,gamescom 2012

Cette île, à la différence de la précédente, permettra de rentrer en contact avec des militaires, mais la "grosse" nouveauté qui nous a été montrée fut un nouveau type de transport : le bateau à moteur... En effet, la jungle est en partie inondée et pour se déplacer, les bateaux seront bien utiles.

En co-op, l'un conduira tandis que l'autre devra repousser les zombies prenant d'assaut votre embarcation. Tout seul... bah il faudra se débrouiller pour envoyer voler les zombies dans le décor^^

Le bateau nous mène alors à une église abandonnée où l'on va devoir se barricader et faire face à une invasion de zombies le temps de drainer les catacombes pour accéder à une autre partie de l'île.

 dead island riptide,dead island 2,preview,gamescom 2012

Ainsi, notre personnage va pouvoir poser des mines tout autour de l'église, mais aussi utiliser du grillage pour fermer les différents accès.

Bien sûr, pendant l'assaut, les grillages sont détruits et il faut tenter de les réparer, de même que poser de nouvelles mines parce qu'un zombie, ça explose bien^^ Les développeurs ont d'ailleurs profité de cette démo pour confirmer que les mines pourraient être utilisées contre les humains également et d'une voix sadique de nous dire : "Imaginez, tenter d'échapper à des zombies en plein milieu d'un champ de mines... Niark Niark "(bon j'ai rajouté le Niark Niark^^).

La défense de l'église ne fut pas de tout repos : il a vraiment fallu utiliser tout l'arsenal disponible : bombes, grenades, potions, citernes... C'est l'une des volontés des créateurs : ils ne veulent pas que l'on finisse le jeu avec son stock de potions, munitions... De même, si une arme devient grise dans votre inventaire, c'est le signe qu'il faut en changer de toute urgence.

 dead island riptide,dead island 2,preview,gamescom 2012

Enfin, il sera possible d'utiliser son personnage de Dead Island premier du nom, ce qui a pour conséquence qu'il y aura plus d'armes à feu. On nous assure que le jeu reste centré sur le combat rapproché mais les armes à feu seront quand même beaucoup plus présentes. Mouais, je ne sais pas si j'aime vraiment ça... J'avoue que le principe du combat avec les armes trouvées par-ci par-là était un des éléments sympas du premier. Si l'accès aux armes à feu est trop important, le jeu perdra un peu de son charme.

Dernier détail pour les amateurs de co-op, car le jeu reste toujours bien pensé pour jouer jusqu'à quatre en coopératif : Si un personnage est niveau 50, ce personnage verra les zombies comme étant niveau 50, son co-équipier niveau 3 les verra lui comme des niveaux 3. Ainsi, la difficulté est la même pour les deux et permet à des joueurs avec des grands écarts de niveaux de jouer ensemble.

 dead island riptide,dead island 2,preview,gamescom 2012

Conclusion

Je n'ai pas vu énormément de nouveautés dans cette présentation (encore très courte il faut dire) de Dead Island Riptide.

Je pense que ceux qui ont aimé le premier aimeront cette suite, après, il faut voir ce que Techland va encore proposer pour motiver les autres (ce nouveau personnage inédit ? J'imagine bien une belle blonde pour motiver les troupes ;-))^^

Je vous laisse en compagnie du premier trailer... qui comme d'habitude joue beaucoup sur l'émotion.


        

dans Gaming, PC, Preview, PS3, Salons, Xbox360
Tags : dead island riptide, dead island 2, preview, gamescom 2012