[Preview] The Mighty Quest for Epic Loot, un free to play diabolique 
par Quantic

mardi 30 juillet 2013 19:16 4 commentaires

the mighty quest for epic loot,free to play,ubisoft,preview

The Mighty Quest for Epic Loot est un jeu plutôt surprenant. A première vue, il ne s’agit que d’un énième free to play avec un nom trop long qu’on oubliera très vite. Et puis, on y joue et on se retrouve vite accro, non seulement à son gameplay mais aussi à son univers totalement déjanté.

Ubisoft prépare pas mal de titres dans ce format nouveau pour lui qu’est le free to play comme Anno Online ou encore Silent Hunter Online mais encore aucun jeu 100% neuf n’était vraiment prévu sur ce format. Et pour un coup d’essai, Ubisoft va sans doute signer un joli succès.

The Mighty Quest for Epic Loot se présente comme un savant mix entre Diablo et Dungeon Keeper, le tout recouvert d’un humour que Bullfrog (créateur de Dungeon Keeper pour les plus jeunes) n’aurait certainement pas renié. Ce jeu propose un gameplay asymétrique (c’est à la mode ce mot ;-) ) avec une phase offensive consistant à envoyer notre héros piller les châteaux adverses dans un diablo-like et une phase défensive consistant à préparer son propre château à subir les assauts des adversaires dans un Dungeon Keeper simplifié.

the mighty quest for epic loot,free to play,ubisoft,preview

Bon, c’est vrai que la phase Diablo n’est pas forcément une réussite parfaite car le zoom m’est apparu un peu trop marqué et c’est vite difficile d’anticiper les attaques adverses. De même, lorsque qu’un gros paquet de mobs vous tombent dessus, c’est un grand foutoir qui s’annonce où l’on n’a guère d’autres choix que de prendre ses jambes à son cou.

D’un autre côté, une attaque dure 5 minutes maximum, ce qui assure un rythme soutenu aux assauts et malgré ces quelques défauts, la sauce prend bien et on a vite fait d’enchainer les attaques pour suréquiper son héros mais surtout pour pouvoir acheter des défenses dignes de ce nom pour son propre château.

Car là où j’ai passé le plus de temps, c’est bien dans la création de mon antre. Car même si l’interface de création est clairement à revoir de fond en comble, on se prend au jeu et on commence à transformer son château en une suite de pièces labyrinthique parsemées de pièges et de monstres.

the mighty quest for epic loot,free to play,ubisoft,preview

Et pour éviter que votre château ne soit imprenable, Ubisoft a prévu une sorte de limite de puissance ce qui fait que sur une zone donnée, on peut, par exemple, ajouter 3 géants ou 30 crapauds cracheurs mais pas 300 trolls mangeurs d'elfes au même endroit. Le tout offre d’ailleurs une cohérence qui fait plaisir à voir.

Le problème, c’est qu’équiper son héros pour piller des châteaux de plus en plus puissants ou défendre son château avec les plus gros monstres ou les pièges les plus destructeurs, cela coûte beaucoup d’argent. Argent que l’on glane dans les pillages ou dans des générateurs placés dans votre château. Mais pour les plus impatients, il sera possible d’acheter avec vos petits sous (de la vie réelle) des gemmes pour accélérer un peu tout ça.

Voilà ou se situe le "free to play" de ce titre. Autrement dit, c’est tout sauf un jeu "Pay to Win" puisque joueur payant ou gratuit disposent exactement des mêmes outils pour vaincre. Bref, tout bénef pour les joueurs puisqu’on gagne un jeu plutôt réussi et si on accroche, on peut toujours verser une petite participation pour accélérer son évolution et ainsi supprimer les nombreux timers qui parsèment le jeu.

the mighty quest for epic loot,free to play,ubisoft,preview

Mais en plus de son gameplay hyper-accrocheur, l’ambiance du titre se veut complètement décalée. On sent vraiment l’humour d’un Dungeon Keeper dans ce titre et parfois, on s’attendrait presque à voir un lapin crétin débarquer. Les différents héros ont tous un caractère bien trempé et sont plus cinglés les uns que les autres, on regrettera seulement l'absence d'un héros féminin (pour l'instant ?). Les monstres offrent également un design souvent hilarant et en tout cas très original pour le genre. Spécial dédicace au hamster dans sa roue de l’enfer. Le fan de Dungeon Keeper que je suis est en tout cas aux anges.

Enfin, la progression du jeu m’est apparue comme particulièrement bien contrôlée surtout pour un jeu gratuit. Quand on débarque dans cet univers coloré, on commence d’abord par se faire la main contre des châteaux maitrisés par l’IA avant de progresser de zones en zones et faire face à des assauts de plus en plus sanglants.

La partie purement solo de ce titre est donc déjà assez bien fournie. Mais une fois que l’on a rassemblé suffisamment de matos pour son héros, on peut se lancer à l’assaut des créations des autres joueurs et les observer tenter une attaque sur son propre château en ricanant gentiment (ou en sanglotant si vous êtes un piètre architecte de donjons)

the mighty quest for epic loot,free to play,ubisoft,preview

Bref, ce titre s’annonce comme un free to play des plus réussis et j’espère qu’Ubisoft maintiendra son système de micro payement assez discret jusqu’à présent. Ceci dit, après avoir passé quelques heures sur ce titre, je crains quand même que sa répétitivité ne finisse par lasser. Ubisoft devra donc trouver un moyen efficace pour garder ses joueurs, surtout que dans un "free to play", c’est le joueur qui reste qui finira par passer à la caisse.

Je vous conseille en tout cas de tester ce jeu pour vous faire une idée par vous-mêmes. Le jeu est actuellement en béta fermée et pour y participer il faudra soit choper une clé (nous en avions distribué il y a peu de temps), soit passer à la caisse en achetant l’un des packs débutants disponible.


Les dates de l’open béta et de la release finale n’ont pas encore été annoncé.

        

dans Free To Play, Gaming, PC, Preview
Tags : the mighty quest for epic loot, free to play, ubisoft, preview

[Preview] Beyond : Two Souls, l'avenir du jeu vidéo ? 
par Quantic

vendredi 19 juillet 2013 18:58 6 commentaires

 e3 2013,beyond,beyond : 2 souls,preview,quantic dream,sony

On vous a déjà parlé plusieurs fois de Beyond et de tout ce que l’on espérait de ce jeu depuis son annonce à l’E3 l’année dernière mais cette fois, j’ai pu jouer un « niveau » du jeu et me faire donc une véritable idée de ce qu’on pouvait en attendre. Et je n’ai pas été déçu.

D’abord visuellement, Beyond s’avère très impressionnant. Au point de faire de l’ombre aux premiers titres PS4 présentés car rappelons-le, Beyond sortira bien sur PS3. Et Quantic Dream va signer un jeu qui, techniquement parlant, sera du niveau d’un Last of Us, autrement dit au sommet de ce qu’une console de 8 ans peut nous offrir.

 e3 2013,beyond,beyond : 2 souls,preview,quantic dream,sony

Pour ceux qui débarquent, dans Beyond, on incarne Jodie, une jeune fille (incarnée par Ellen Page) aux pouvoirs surnaturels accompagnée en permanence par une entité spirituelle qu’elle a nommé Aiden. Ensemble, ils vivent une vie pour le moins perturbée puisque l’on sait déjà que Jodie passera dans les mains du gouvernement qui essayera d’en faire une machine à tuer.

e3 2013,beyond,beyond : 2 souls,preview,quantic dream,sony

L’intérêt du gameplay est de permettre de jouer deux personnages bien différents : Jodie et ses limitations bien humaines et Aiden, capable de traverser les murs, d’interagir de manière limitée avec l’environnement ou encore de posséder d’autres personnes.

Ainsi, le cœur du gameplay est de progresser avec Jodie jusqu’à se retrouver bloquée et d’appeler Aiden au secours. Ce dernier n’est pas omnipotent pour autant puisqu’il ne peut pas trop s’éloigner de Jodie sous peine de disparaitre.

 e3 2013,beyond,beyond : 2 souls,preview,quantic dream,sony

Dans la pratique, le niveau que j’ai pu tester se déroule en Afrique, en pleine guerre civile. On retrouve Jodie en mission d’infiltration aux côtés d’un enfant soldat qu’elle a sauvé et qui l’aide à remplir sa mission. Je ne raconterai pas ici la conclusion de la séquence pour éviter les spoils que de nombreux médias ont déjà laissé filtrer mais sachez que le scénario est très adulte et même si ce que j’ai vu était finalement assez prévisible, j’ai pris un réel plaisir à parcourir le niveau pendant une quinzaine de minutes. Bon, c'est vrai, l’émotion reste parfois un peu artificielle mais la présence d’une actrice du talent d’Ellen Page pousse tout le jeu vers le haut.

Le gameplay est également surprenant pour celui qui s’attendait à du Heavy Rain. D’abord, les QTE ont radicalement changé puisque quand une interaction est possible ou qu’un combat se déclenche, seul un point blanc apparait. A nous de savoir quelle action effectuer pour s’en sortir : pousser un stick pour ouvrir une porte, se baisser pour éviter un coup de poing, etc.

e3 2013,beyond,beyond : 2 souls,preview,quantic dream,sony

L’impression de devoir appuyer au bon moment sur une touche donnée disparait donc au profit d’une action plus libre. Bon, le concept du QTE est toujours bien là mais il perd ce côté frustrant forçant à appuyer sur le bon bouton au bon moment sous peine de game over. Le défaut est que bien sûr, on ne sait pas toujours ce qu’il faut faire et Jodie va donc se prendre pas mal de coups lors des premiers combats.

A côté de ce gameplay QTE-like, l’utilisation d’Aiden est beaucoup plus originale. Une fois Jodie bloquée, on prend possession d’Aiden et on peut se balader où l’on veut (dans les limites du lien l’unissant à Jodie) et à nous de trouver une solution à son problème. Par exemple, on peut posséder un ennemi pour retourner son arme vers ses camarades et ainsi laisser le champ libre à une Jodie coincée par une armada de soldats. Dans ces phases de jeu, on retrouve un concept plus proche du jeu d’aventure classique où il faut trouver quoi faire pour s’en sortir. De temps en temps, il y aura plusieurs méthodes mais dans la plupart des cas, il faudra trouver LA solution pour avancer.

e3 2013,beyond,beyond : 2 souls,preview,quantic dream,sony

C’est d’ailleurs le seul vrai défaut du jeu que j’ai pu constater pendant ma preview : ce côté ultra linéaire. Les niveaux sont grands mais on ne peut pas vraiment se balader librement. L’action reste très encadrée mais c’est finalement l’aspect narratif du jeu qui l’impose.

Dans un autre registre, j’ai également eu beaucoup de difficultés à me faire à la gestion de la caméra, très lente à suivre l’action et je me suis donc souvent heurté aux murs avec Jodie (puisque Aiden les traversent tout simplement). Les développeurs m’ont confirmé que cet effet était voulu puisqu’il ne fallait pas transformer les scènes d’action en TPS et faire comprendre au joueur qu’un affrontement est voué à l’échec... Mais encore une fois, rien n’est figé donc cet effet évoluera sans doute encore d’ici à la sortie du jeu.

e3 2013,beyond,beyond : 2 souls,preview,quantic dream,sony

Pour conclure, je reste extrêmement enthousiaste face à Beyond : Two Souls. J’ai découvert un jeu beaucoup plus ouvert qu’Heavy Rain tout en proposant un aspect technique encore plus abouti et une narration/mise en scène toujours plus réussie.

Moi qui aime par-dessus-tout l’ambiance et le scénario d’un jeu, je vais être certainement gâté. Voilà peut-être un jeu qui pose une pierre de plus à l’édifice qui permettra un jour de réunir les joueurs sensibles à une histoire profonde et intelligente et les joueurs pour lesquels le gameplay doit rester le cœur d’un jeu-vidéo.

Beyond n’est plus vraiment une nouveauté, difficile donc de le classer dans mon Top E3 2013 mais ce que j’en ai vu m’a tellement séduit que je lui accorde mon premier coup de cœur de cet E3 2013. Rendez-vous dans quelques jours pour découvrir le second.

Beyond Two Souls sortira le 9 Octobre 2013 en exclusivité sur PS3.

        

dans Gaming, Preview, PS3, Salons
Tags : e3 2013, beyond, beyond : 2 souls, preview, quantic dream, sony

[Preview] Battlefield 4, un FPS qui va tout exploser 
par Quantic

mercredi 17 juillet 2013 19:18 4 commentaires

 battlefield 4,dice,electronic arts,fps,preview

Avec Battlefield 3 il y a deux ans, Electronic Arts avait décidé d’attaquer Activision de front sur le marché des FPS militaristes. Un pari loin d’être gagné car malgré les qualités indéniables de la série des Battlefields, Call of Duty tenait le marché des deux mains (et même des deux pieds). Difficile donc d’imposer une nouvelle licence dans un genre aussi largement dominé par un seul acteur.

Et pourtant, Battlefield 3 a récolté un joli succès critique et populaire. Peut-être pas encore assez pour mettre "Call of" au tapis car on ne change pas les habitudes de millions de joueurs du jour au lendemain mais suffisamment que pour remettre en question l’hégémonie d’Activision.

battlefield 4,dice,electronic arts,fps,preview

Avec Battlefield 4, les talentueux développeurs de Dice ont clairement décidé de ne pas bouleverser leur recette et la version que j’ai pu essayer à l’E3 a confirmé cette impression. Electronic Arts avait mis les petits plats dans les grands avec un immense plateau de jeu pouvant accueillir 64 joueurs en face à face sur la map de Shangai.

 e3 2013,battlefield 4,dice,electronic arts,fps,preview

Celle-ci a une architecture typique de map de Battlefield, à savoir un énorme terrain de jeu attaquable à pied, en tank, en avion, en hélicoptère et même en bateau. Le fait que les deux camps soient séparés par une rivière encourageait d'ailleurs un réel support des troupes d’assaut par les planqués de l’arrière : snipers, mitrailleurs,...

 battlefield 4,dice,electronic arts,fps,preview

Le mode conquête que j’ai pu tester conserve donc ses objectifs bien connus : la prise de points de contrôle. Mais là où les choses se corsent, c’est que les niveaux sont modulables. Si précédemment, on faisait tout pèter juste pour le spectacle, cette fois, on détruit un mur pour créer un accès, on piège le métro pour empêcher le passage des blindés en surface, etc.

Le summum de cette nouvelle approche est la présence d’un point de contrôle au sommet d’un gratte-ciel. Ce dernier pouvant être accédé en ascenseur pour une bataille rangée au sommet de la ville. Et vous pouvez imaginer que les hélicoptères ne se priveront pas pour vous arroser copieusement.

battlefield 4,dice,electronic arts,fps,preview

Mais imaginez alors ce qui se passe si vous piégez les fondations ? Eh oui, le gratte-ciel va s’écrouler avec tous les joueurs qui sont dedans.

Ainsi, après avoir survécu à un impressionnant tir de barrage à l’entrée du bâtiment, j’accède avec mon escouade aux ascenseurs pour reprendre le point de contrôle en question. La routine puisque nous avions déjà gagné le point à plusieurs reprises. Jusqu’à ce qu’un bruit assourdissant ne se fasse entendre suivi d’un écran noir après quelques secondes. Le gratte-ciel s’était écroulé avec moi dedans ;-)

 battlefield 4,dice,electronic arts,fps,preview

Autre grand retour pour la licence : le commandant. Un joueur qui ne dispose pas d’avatar mais qui se démène avec une interface spécifique pour coordonner les troupes. Ce rôle sera bien entendu très important dans les grosses parties pour tenter de pousser sur le point faible de l’adversaire.

Dans la pratique, le commandant propose des objectifs et les escouades qui les exécuteront gagneront de l’XP bonus tandis que le commandant gagnera entre autres des points de commandements qu’il pourra utiliser pour appeler des tirs d’artilleries, des lancements de missiles,... Bref, des bonus qui peuvent réellement renverser une partie. Et petit bonus, on pourra même jouer au commandant depuis sa tablette sans même avoir allumé son PC ou sa console. De quoi pouvoir poursuivre l’expérience Battlefield 4 même en visite chez Tata Zezette.

battlefield 4,dice,electronic arts,fps,preview

Enfin, visuellement, Battlefield 4 se montre très convaincant. Le Frostbite Engine 3 m’est apparu comme le moteur graphique le plus impressionnant des moteurs Next Gen présentés et cela promet beaucoup de plaisir dans les années à venir puisque la grande majorité des jeux EA feront appel à lui (Aelya me crie d'ailleurs à l'instant : Dragon Age 3, je le veux !)

Non seulement, les décors paraissent beaucoup plus fins, plus détaillés mais les effets de lumières contribuent à une impression de photoréalisme jamais vue jusqu’à présent. Par exemple, quand, on détruit un mur, on est aveuglé par la fumée qui met quelques secondes à se dissiper tandis que c’est un raz de marée de gravats qui nous submerge lors de la chute du fameux gratte-ciel. Très impressionnant !

battlefield 4,dice,electronic arts,fps,preview

Pour conclure, je dirais que Batllefield 4 est plus une évolution de Battlefield 3 qu’une réelle révolution mais avec un moteur graphique qui décolle la rétine, un gameplay encore optimisé avec ses niveaux complètement destructibles, le multi-joueurs atteint un niveau de profondeur unique dans les FPS militaristes actuels. Pas sûr que les allergiques à la recette de Dice adhéreront plus que dans le passé mais les autres vont certainement se régaler.

Pourtant, même si la réussite du multi est la clé pour un FPS de ce genre, j’attends quand même de voir ce que le solo aura à nous proposer, et avouons que les infos n'ont pas encore beaucoup filtré jusqu'à présent.

Mais rien que ce multi ultra-prometteur suffit à lui conférer la troisième place de mon Top 3 des meilleurs jeux de cet E3 2013.

Battlefield 4 sortira le 31 Octobre sur PC, Xbox360 et PS3 et à leurs sorties sur Xbox One et PS4.

        

dans Gaming, PC, Preview, PS3, PS4, Salons, Xbox One, Xbox360
Tags : e3 2013, battlefield 4, dice, electronic arts, fps, preview

[Preview] Bayonetta 2 : le retour tant attendu ! 
par Aelya

vendredi 12 juillet 2013 19:15 1 commentaire

 preview,bayonetta 2,nintendo,wii u,platinum games

Après 1 mois et demi de pouponnage (c'est long^^), j’ai pu aller à l’Event post E3 de Nintendo et ainsi tester Bayonetta 2 de Platinum Games.

A l’occasion de l’E3, nous avons pu découvrir les premières images de Bayonetta 2 et là, le choc : elle a les cheveux courts ! Et sa copine Jeanne les a longs ! A croire qu’après la fin du premier, elles se sont retrouvées dans un café et que la scène suivante s’est passée :

Bayonetta : Oh Jeanne, c’est trop géniale qu’on se soit retrouvée !
Jeanne : Clair, tu m’as trop manqué ! Et puis, je dois t’avouer que je trouve ta coupe trop classe, j’ai trop envie de me faire la même !
Bayonetta : Merci ! A vrai dire, j’ai en assez de mes cheveux longs, j’ai bien envie de me les couper, surtout quand je vois tes cheveux courts trop canons ! J’ai une idée, et si on échangeait nos coupes de cheveux ?! Ce serait trop fort !!
Jeanne : Clair ! C’est une trop bonne idée !

preview,bayonetta 2,nintendo,wii u,platinum games

Et voilà la véritable raison de la nouvelle coupe de Bayonetta mais aussi de la durée entre le premier épisode et celui-ci : il fallait laisser le temps aux cheveux de Jeanne de pousser ;-)

Bon plaisanteries douteuses mises à part et une fois le choc passé, il faut reconnaître que cette coupe courte va plutôt bien à Bayonetta (et c’est une fervente défenseuse des cheveux longs qui le dit ;-)). En fait, elle l’a rajeunit un peu^^

Mais venons-en au jeu en lui-même. 

preview,bayonetta 2,nintendo,wii u,platinum games

Deux gameplays sont possibles : l’un utilisant les commandes classiques et l’autre le fameux écran tactile du Gamepad de la Wii U. Même si le présentateur, voyant arriver une femme, a voulu me faire utiliser ces derniers où il faut tracer des formes pour attaquer, j’avoue ne pas les avoir testées : j’ai préféré les commandes classiques !

A noter qu’il est possible de ne regarder que le gamepad pour jouer, même en utilisant les commandes classiques, ce qui peut être pratique si quelqu’un d’autre veut regarder la télé alors qu’on est en plein combat^^

preview,bayonetta 2,nintendo,wii u,platinum games

Dès que l’on commence, on retrouve le feeling de Bayonetta 1er du nom : les combos s’enchaînent face à des ennemis assez semblables à ceux du précédent, même si on affronte également des démons en plus des anges. 

On retrouve le système d’esquive qui ralentit le temps à condition de l’effectuer au tout dernier instant : toujours aussi stressant ;-)

On découvre le Climax Mode : une jauge se remplit au fur et à mesure pour ensuite permettre à Bayonetta d’effectuer des attaques plus puissantes (les fameux coups de poings et de pieds géants par exemple^^)

preview,bayonetta 2,nintendo,wii u,platinum games preview,bayonetta 2,nintendo,wii u,platinum games

Les combats sont toujours aussi surdimensionnés et spectaculaires : rien que dans cette courte preview, on débute sur une sorte de jet, pour continuer sur un train filant à toute vitesse en affrontant un gros boss et pour finir par combattre un énorme démon qui escalade un gratte-ciel, or, pour ce faire, on utilise une nouvelle capacité de Bayonetta : le vol. 

En effet, celle-ci a maintenant des ailes qui lui permettent de voler, reste à voir dans quelles conditions on pourra les utiliser. Personnellement, j’ai bien aimé mais j’ai trouvé cette partie du gameplay assez fouillis^^

preview,bayonetta 2,nintendo,wii u,platinum games

J’avoue qu’à la fin de cette preview, je n’avais qu’une envie : continuer à jouer

Nintendo tient là une très belle exclusivité pour sa Wii U et a eu l’intelligence de ne pas tenter de l’édulcorer : les fans (dont je fais partie) seront heureux de retrouver vraiment les sensations que l’on aimait dans Bayonetta avec quelques nouveautés fort sympathiques, cependant, ils l’ont aussi rendu plus accessible via le gameplay à l’écran tactile, ce qui pourra attirer de nouveaux joueurs.

Vivement sa sortie en 2014 !


        

dans Gaming, Preview, Salons, Wii U
Tags : preview, bayonetta 2, nintendo, wii u, platinum games

[Preview] The Witcher 3 : Wild Hunt, Geralt prépare son retour en grande pompe 
par Quantic

mercredi 03 juillet 2013 19:28 2 commentaires

 e3 2013,the witcher 3,wild hunt,cd projekt

Lors de l’E3, CD Projekt m’a convié à une démo de leur futur titre Next Gen : The Witcher 3. Si vous connaissez la série des Witcher, vous savez déjà tout le bien que l’on pense de ces excellents RPG’s (voir notre test de Witcher 2 dans sa version PC ou son adaptation en version Xbox 360). Et croyez-moi, si vous avez aimé les précédents épisodes, je pense que vous allez adorer ce troisième opus car ce que j’en ai vu m’a laissé sans voix.

e3 2013,the witcher 3,wild hunt,cd projekt

La présentation commence avec une cinématique introduisant Geralt et son statut de Sorceleur. Cette dernière était tout bonnement incroyable de réalisme et a laissé la salle avec une impression de Wouahhhh au fond de la gorge. Elle n'a pas encore été rendue publique mais attendez-vous à un coup de massue !

Au niveau du scénario, dans Witcher 3, Geralt va se retrouver aux prises avec la Wild Hunt, une force légendaire qui surgit de nulle part pour mettre le monde sans dessus dessous. Et grand changement pour la série, ce troisième épisode sera réellement un monde ouvert 35 fois plus grand que le monde de Witcher 2 et il débordera littéralement de quêtes secondaires pour assurer près de 35 heures de jeu. Voilà qui promet.

e3 2013,the witcher 3,wild hunt,cd projekt

Visuellement, le jeu fait vraiment honneur à la Next Gen et les différences entre la version PC et PS4/Xbox One sont infimes... En tout cas, je n’en ai pas vu.

Evidemment, CD Projekt en a aussi profité pour améliorer les quelques défauts de son titre phare, à savoir un système de combat plus dynamique mais toujours aussi hardcore, un système de dialogue plus facile à utiliser, un nouveau système d’animation faciale réellement bluffant et un système de météo dynamique qui pourra vous faire passer d’un beau ciel bleu à une tempête apocalyptique en quelques minutes à peine et de manière très naturelle.

e3 2013,the witcher 3,wild hunt,cd projekt

Au cours de la démo, j’ai pu observer la qualité du monde ouvert puisque le développeur qui tenait égoïstement la manette s’est tout simplement promené dans le monde à la recherche de quelque chose à faire. Et même sans déclencher de quêtes secondaires, il s’est retrouvé à se balader en bateau pour voyager d’un continent à l’autre, à traquer et tuer une créature légendaire (après tout, un sorceleur est un tueur de monstres) ou encore à sauver un villageois de l’attaque de brigands.

Pour conclure la démo, j’ai pu observer une quête annexe typique du jeu. On se rend dans un village où l’on propose ses services. Les villageois sont confrontés à une créature qui les terrorise. Après l’avoir traquée, on l’identifie et en consultant sa fiche de renseignement, on constate que la créature a marqué un villageois à son insu et qu'elle utilise la force vitale de cet innocent pour se régénérer. Avant même d’imaginer la tuer, il faut donc neutraliser la personne marquée. S’en suit un long débat entre les jeunes du village (qui veulent tuer la créature) et les anciens qui veulent continuer à la vénérer.

e3 2013,the witcher 3,wild hunt,cd projekt

Les choses se compliquent encore quand la personne marquée s’avère être la fiancée du leader des jeunes. Mais celui-ci n’hésite pas à l’assassiner pour permettre à Geralt de tuer le monstre et ainsi asseoir son pouvoir sur le clan. Après l'avoir tué, on retourne au village pour toucher sa récompense et constater que les jeunes ont massacré tous les anciens pour prendre le pouvoir.

Mais le meilleur pour la fin... Si l’on continue sa quête principale et que l’on repasse par le village "quelques mois" plus tard, on découvrira au travers d’une courte cinématique ce qui leur est arrivé depuis notre action. Et les choses ne seront pas toujours roses.

e3 2013,the witcher 3,wild hunt,cd projekt

En tant que grand amateur de RPG’s bien complexes et bien adultes, je ne peux pas vous cacher que The Witcher 3 : Wild Hunt m’a particulièrement excité.

Techniquement, c’est peut-être le plus beau jeu que j’ai vu au cours de cet E3. Et le passage à un monde ouvert transforme le gameplay déjà excellent des Witcher en un vrai RPG à caractère libre mais aussi très adulte dans son approche. Il ne sera certainement pas à mettre entre toutes les mains.

Je place donc énormément d’espoir dans CD Projekt pour nous signer là le futur hit de 2014 ! Et à ce titre, j’ai classé Witcher 3 à la deuxième place de mon Top de cet E3 2013 !


The Witcher 3 : Wild Hunt est annoncé pour courant 2014 sur PC, PS4 et Xbox One.

        

dans Gaming, PC, Preview, PS4, Salons, Xbox One
Tags : e3 2013, the witcher 3, wild hunt, cd projekt

[Preview] Watch Dogs, le hacking en vedette 
par Quantic

mercredi 26 juin 2013 19:37 7 commentaires

watch dogs,preview,e3 2013,ubisoft

Lors de l’E3, j’ai pu assister à une démo de gameplay exclusive de Watch Dogs. Il faut dire qu’avant le salon de Los Angeles, Watch Dogs était un jeu qui m’excitait énormément mais qui m’intriguait surtout beaucoup. Sur le papier, Ubisoft tenait une perle mais comment toutes ces promesses allaient pouvoir être tenues en jeu ? Comment le gameplay fonctionnerait-il ? S’agirait-il simplement d’une variante d’un Assassin’s Creed ?

L’E3 a répondu à de nombreuses questions. D’abord via la magnifique cinématique présentée lors de la conférence Ubisoft qui nous montre l’ambiance assez sombre du jeu tout en dévoilant un peu plus le mode de fonctionnement d’Aiden. De quoi faire un peu monter les attentes.

Ensuite, c’est au tour de Sony dans sa conférence de nous proposer une vraie session de gameplay au cours de laquelle on a pu mieux comprendre les principales mécaniques de jeu : le piratage des caméras de surveillance pour se la jouer infiltration, l’interrogation des archives de la police pour repérer les possibles crimes, etc.


Mais Ubisoft avait bien plus à proposer avec une démo privée bien plus longue permettant de mieux « sentir » le jeu. Ainsi, au cours de cette démo, on arpente toujours la ville de Chicago mais un quartier plus pauvre que ceux présentés jusqu’ici. Contrairement à ce que l’on connaissait, nous n’avons pas d’infos sur les passants donc pas de missions secondaires car nous n’avons pas encore piraté le serveur de données du quartier.

watch dogs,preview,e3 2013,ubisoft

Un peu comme les tours dans Assassin’s Creed ou les camps dans Far Cry 3, Ubisoft recycle donc encore une fois son système de déblocage de la map et ici, c’est donc un serveur de données qu’il faut pirater pour avoir accès aux missions secondaires. Pour commencer, Aiden s’infiltre dans le réseau de caméra de surveillance afin de planifier son attaque, ensuite, on détourne l’attention d’un garde en ouvrant une porte à distance afin de pouvoir l’assommer et voili-voilou, on peut rentrer dans le bâtiment et placer son cheval de Troie bien tranquillement. Et pour la sortie, on peut bien sûr se la jouer infiltration ou alors créer une diversion en faisant tout pèter. Moins discret mais tellement jouissif !

watch dogs,preview,e3 2013,ubisoft

Bon, évidemment, tout cela a attiré la police dans le coin et là, on retrouve un système encore une fois assez classique pour leur échapper. La grande différence, c’est qu’on peut tendre des pièges à nos poursuivants. Hé oui, contrairement à un GTA, il est assez compliqué d’échapper à la police de manière traditionnelle et il faut faire appel à nos talents de hacker pour s’en sortir.

On peut donc ouvrir/fermer des grilles, déclencher la sortie de plots de sécurité après notre passage, couper l’électricité, pirater les feux de circulation, ... Et tout ceci en pilotant notre bolide au milieu du trafic. Je n’ai encore aucune idée du sentiment de puissance qui devrait se dégager lors de ces piratages mais le déclenchement de ces évènements m’est apparu vraiment très naturel. Cela ne peut augurer que le meilleur.

A noter également que nos actions auront une influence sur notre réputation au sein de la ville et auprès de ses habitants. Ainsi, si l’on réalise de bonnes actions, on apparaitra comme un Vigilante poursuivi par la police mais acclamé par la foule. Dans le cas contraire, on se rapprochera plus du super-méchant de base.

watch dogs,preview,e3 2013,ubisoft

Entre la trame principale et les missions secondaires, on aura pas mal d’occupations dans le jeu. Ainsi, on pourra par exemple pirater les accès WiFi situés à l’extérieur des bâtiments pour se connecter par exemple aux webcams et/ou voler l’argent des habitants. Pas une très bonne action mais de quoi permettre de se financer à bon compte. Cet argent pourra servir à s’acheter du matériel : armes et munitions pour ceux qui aiment les affrontements directs mais aussi logiciels de piratage pour ceux qui préfèrent la discrétion.

Enfin, on repère une tentative de piratage de notre réseau, un hacker tenterait de s’infiltrer et il faut l’en empêcher. Pour cela, on doit se rendre dans la zone indiquée et scanner tous les passants jusqu’à la découverte du hacker responsable. Encore une fois, pour l’identifier on peut se connecter aux caméras de surveillance et autres gadgets disponibles.

Si on repère le hacker à temps, il faut le prendre en chasse et l’éliminer. Mais coup de théâtre pendant la présentation puisque le hacker en question n’est personne d’autre qu’un vrai joueur qui a tenté d’envahir notre partie. Le multi sera donc directement intégré à la partie solo et je peux vous dire que la révélation a fait son petit effet au cours de cette présentation.

watch dogs,preview,e3 2013,ubisoft

Bien entendu, une fois le hacking terminé, on peut se venger en infiltrant nous aussi le jeu de notre adversaire. Ce multi aux airs de jeu du chat et de la souris parait réellement original.

Pour conclure, je dirais que Watch Dogs m’a totalement séduit. Un monde ouvert où l’on incarne un pirate qui peut ne pas tirer un seul coup de feu de la partie et user de ses talents de hacker pour sauver la veuve et l'orphelin, c’est sacrément cool et ça change du héros musculeux dont on a l’habitude.

Alors, bien sûr, Watch Dogs pourra se jouer de manière plus classique mais le gameplay à base de hacking m’a particulièrement plu et c’est pour cela que j’ai donné à Watch_Dogs la première place de mon Top 3 des meilleurs jeux de cet E3.

Watch Dogs sortira le 21 Novembre prochain sur PS3, Xbox 360, Wii U et PC (ainsi que sur Xbox One et PS4 à leur sortie)

watch dogs,preview,e3 2013,ubisoft

        

dans Gaming, PC, Preview, PS3, PS4, Wii U, Xbox One, Xbox360
Tags : watch dogs, preview, e3 2013, ubisoft

[E3 2013] PS4, premiers essais, premiers jeux 
par Quantic

jeudi 13 juin 2013 11:57 6 commentaires

 PS4, design

Eh oui, ça y est, cette fois, c'est fait. J'ai pu tester la Next Gen. Non seulement la PS4 mais aussi la XBox One dont je parlerai prochainement.

Mais venons-en au vif du sujet, à savoir la PS4.

Design et nouveau pad

Alors que j'étais resté un peu déçu de la présentation du design de la PS4 lors de la conférence, je dois avouer que maintenant que je l'ai vu de près, je sens qu'elle s'intègrera très bien dans notre salon de gamers. Un peu comme la Xbox One, elle reste assez massive mais à ce titre, on peut se souvenir que la première génération de PS3 avait été presque traitée de machine à Panini, donc on s'habitue à tout.

Mais surtout son design en parallélogramme, bien que bizarre au premier coup d'oeil, lui donne un petit côté moderne que je ne renierai pas. Bref, ce n'est pas une réussite totale mais finalement, ce qui nous intéresse, ce sont ses performances...

 e3 2013,ps4,impressions,jeux  e3 2013,ps4,impressions,jeux

Pour le pad, je serai beaucoup plus positif, sans doute parce que l'on adore le pad de la PS3 et que celui de la PS4 s'en inspire beaucoup tout en améliorant certains points. Il reste donc globalement assez mince même si j'ai l'impression que les deux "poignées" se sont un peu arrondies et ont gagné en volume ce qui fait qu'elles tiennent encore mieux en main tout en restant parfaitement adaptées à des mains plutôt petites.

 e3 2013,ps4,impressions,jeux

Les deux gâchettes ont légèrement changé de forme mais surtout elles sont devenues beaucoup plus "dures" et on a donc de bien meilleures sensations. Les deux sticks n'ont pas changé de place mais leur forme en "assiette" change beaucoup le feeling que l'on ressent et plutôt en positif.

Alors bien sûr, oui, il y a le fameux bouton share et la surface tactile mais c'est sans doute un peu tôt pour juger de leur utilité. Tout ce que je peux dire, c'est que le pavé tactile est vraiment grand et permettra sans doute de bonnes innovations de gameplay.

Pour moi, ce redesign du pad de la PS3 est donc une vraie réussite.

 e3 2013,ps4,impressions,jeux

Les jeux

Avant de parler des jeux en eux-mêmes, parlons un peu hardware. Celui de la PS4 peut être considéré comme légèrement supérieur à celui de la Xbox One (meilleur processeur, DDR5, ...) mais cela reste extrêmement proche et n'oublions pas que la Xbox One mise beaucoup sur le Cloud Computing, ce que ne fait pas la PS4. J'en parlerai plus en détail dans mon article consacré à la Xbox One mais ce dernier élément pourrait donner un net avantage à la console de Microsoft dans quelques années. Néanmoins, actuellement, les deux consoles sont très proches.

Là où Sony a un net avantage, c'est au niveau de sa politique anti-piratage, de son traitement de l'occasion et de son prix. En bref, chez Sony, rien ne change. Donc, pas de besoin de connecter sa console ou d'authentifier son jeu acheté. De même, chaque acheteur est libre de disposer comme il l'entend de son Blu-Ray et de le revendre ou le donner. Ce qui n'est clairement pas le cas chez Microsoft. Enfin, son prix de lancement de 399 euros contre 499 euros pour la Xbox One est un argument que nombre d'acheteurs prendront également en considération.

 e3 2013,ps4,impressions,jeux

Tout irait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes pour Sony à condition que les jeux suivent. Et c'est peut-être là le problème. Je vais vous avouer que tester des jeux PS4 à l'E3 même en ayant tous les accès Presse, ce n'est pas une sinécure. En effet, à part DriveClub qui était facilement jouable et sur lequel j'ai dû passer une bonne demi-heure, tous les autres titres exclusifs étaient pour la plupart en démo non-jouable. Il faudra donc sûrement attendre la Gamescom avant de se faire un avis définitif mais voilà déjà mes premières impressions.

Ce qui m'a le plus frappé, c'est que le gap technologique entre PS3 et PS4 est beaucoup moins visible qu'entre PS2 et PS3 où le passage à la HD avait fait des miracles.

 e3 2013,ps4,impressions,jeux

DriveClub par exemple a du mal à rivaliser avec un Gran Turismo 6 (sur lequel je reviendrai prochainement) qui est splendide alors qu'il tourne sur PS3. Attention, le jeu n'est pas moche et propose des décors qu'on ne verrait pas sur une PS3 mais la différence est très peu visible. Par contre, le jeu est incroyablement fun, totalement arcade tout en proposant une interaction sociale comme on en a jamais vu sur un jeu de voitures. J'ai adoré le fait que la photo du joueur apparaisse sur le pare-chocs.

De même les petits défis en course (qui fera le plus long dérapage, qui passera cet enchainement de virage le plus vite, etc) donnent un aspect de compétition constant que j'ai adoré. Il s'agira donc sûrement d'un excellent jeu de voitures mais peut-être pas d'une démo technologique de la PS4. A confirmer sur une version plus aboutie.

 e3 2013,ps4,impressions,jeux

Le second jeu que j'ai pu tester est Killzone Shadow Fall. Je vais vous avouer que je ne suis pas le plus grand fan de la licence mais au cours de la très courte séquence que j'ai pu essayer, il y a une chose qui m'a frappée, c'est la qualité visuelle du titre. Je ne juge pas du côté artistique car Killzone reste assez loin de mes goûts en la matière mais du côté technique qui est largement à la hauteur de ce que n'importe quel PC haut de gamme pourrait délivrer.

Les textures sont magnifiques, les effets de lumière très impressionnants et pour ne rien gâcher l'aliasing et la profondeur de vue n'ont plus rien à voir avec ce que l'on connaissait sur PS3. Bref, visuellement, le jeu est très abouti même si je pense bien qu'il tourne encore en 30 FPS. Là aussi à confirmer dans le futur.

Au niveau du gameplay, je suis moins convaincu comme pour quasiment tous les FPS sur consoles car je retrouve encore et toujours cette lourdeur dans le mouvement et la visée, commune à presque tous les FPS en exclu consoles mais là, c'est un feeling très personnel.

C'est également le premier jeu à utiliser le pavé tactile pour des actions secondaires comme descendre une tyrolienne, déclencher un bouclier, etc. On choisit l'action en slidant dans une direction et ça marche. Ce ne sera sans doute pas une révolution mais cela permettra peut-être d'alléger certains menus dans de futurs jeux, ce qui n'est pas plus mal.

 e3 2013,ps4,impressions,jeux

Mais si les exclus PS4 de Sony ont eu un peu de mal à me convaincre, c'est très différent pour les titres des éditeurs tiers. J'en parlerai plus en détails lors de leurs previews respectives mais Assassin's Creed 4 et Watch_dogs chez Ubisoft, Battlefield 4 et toute la nouvelle génération sportive d'Electronic Arts ainsi que Witcher 3 de CD Project sont des titres absolument splendides dans leur version PS4. Les éditeurs tiers semblent donc mieux se débrouiller avec la PS4 que les équipes de Sony du moins pour l'instant.

Car en parallèle, j'ai également pu tester The Last of us et Beyond : Two Souls (j'y reviendrai plus tard) et le niveau de qualité de ces deux titres PS3 est incroyable. Ils font presque de l'ombre aux titres PS4. Vivement donc que Naughty Dogs et Quantic Dream nous montrent ce qu'ils savent faire sur le nouveau joujou de Sony !

        

dans Gaming, Preview, PS4, Salons
Tags : e3 2013, ps4, impressions, jeux

[Preview] The Last of Us, survivre à l'apocalypse 
par Quantic

mardi 28 mai 2013 19:03 1 commentaire

 last of us,the last of us,preview,naughty dog,ps3

Je vous ai déjà parlé quelques fois de The Last of Us, le prochain jeu des studios Naughty Dog, déjà responsable de l'excellente série des Uncharted. Mais cette fois, les choses sérieuses commencent puisqu'à quelques semaines de la sortie, j'ai pu jouer à une preview rassemblant deux niveaux du jeu.

Pour ceux qui n'ont pas tout suivi, The Last of Us prend place dans un monde post apocalyptique où une mystérieuse épidémie transforme les hommes en zombies fongiques (à tête de champignons). Nous incarnons Joël, un survivant au passé pas très clair, accompagné de la jeune Ellie qui se retrouvent à crapahuter ensemble dans ce monde hostile.

 last of us,the last of us,preview,naughty dog,ps3  last of us,the last of us,preview,naughty dog,ps3

Les deux niveaux de cette preview assez courte (une bonne demi-heure à tout casser) ont comme objectif de nous montrer les différents gameplays proposés qui s'avèrent assez différents de ceux d'un Uncharted, même si la vue à la troisième personne est conservée. Ainsi, dans le premier niveau, on parcourt une ville abandonnée à la recherche de Bill, un ancien "ami" de Joël.

Et la première chose qui saute aux yeux, c'est la qualité graphique du jeu. On est tout simplement ébahi par ce qui est affiché à l'écran. A se demander comment les petits gars de Naughty Dog réussissent à exploiter une PS3 quasi à la retraite pour afficher une telle qualité visuelle.

last of us,the last of us,preview,naughty dog,ps3

Au cours de la découverte de la ville, on croise quelques zombies, pas toujours faciles à abattre dans l'excitation de la rencontre mais surtout on découvre les nombreuses phases d'exploration que ce jeu proposera. On ramasse du matos qui pourra par la suite être crafté et on progresse à travers les pièges que Bill a tendus aux zombies.

Point très positif : Ellie qui est un perso non contrôlable n'est pas le boulet que l'on pouvait craindre et son IA est plutôt soignée. Bon, elle n'est pas d'une aide énorme en jeu mais très rapidement, une sorte d'instinct paternel se met en place et on cherche à la protéger de toutes les horreurs de cet univers. Ce qui promet de bien jolies scènes dans la version finale.

 last of us,the last of us,preview,naughty dog,ps3

Dans le second niveau, beaucoup plus court, Joël et Ellie tombe dans un piège tendu par des bandits. Et là, on se retrouve avec à peine quelques balles et une dizaine de méchants qui nous ont coincés dans une arrière-boutique. L'IA des ennemis humains montre toute sa qualité puisque ceux-ci n'attendent pas sagement derrière leurs caisses, ils vous contournent, vous encerclent et ne vous font aucun cadeau. Joël peut bien entendu les abattre mais rapidement on se retrouvera sans munitions, ne laissant comme seule alternative que de jouer au chat et à la souris pour les tuer à bout portant ou même de les utiliser comme bouclier humain.

Et c'est là que Joël montre toute sa violence, il ne fait aucun cadeau et c'est tuer ou être tué. Incarner un héros aussi trouble promet de belles émotions pour la version finale.

last of us,the last of us,preview,naughty dog,ps3

Un dernier mot enfin sur le système de craft que l'on a un peu l'occasion d'expérimenter à la fin de ce niveau. Il est très complet car tout ce que l'on ramasse peut être utilisé et j'ai particulièrement apprécié la possibilité de créer ses propres armes contondantes à base de battes de baseball ou de pelles combinées avec des ciseaux...

Quand je vous dis que ce jeu sera plutôt du genre bien violent.

last of us,the last of us,preview,naughty dog,ps3

Difficile donc de dire si The Last of Us tiendra toutes ses promesses. Le gameplay apparait assez classique pour le genre mais la qualité visuelle du titre et les IA's très prometteuses me laissent espérer que ce jeu sortira vraiment de l'ordinaire.

Finalement, ce titre mise beaucoup sur son univers ultra violent, sur son ambiance post-apocalyptique et sur la relation père-fille qui ne manquera certainement pas de naître entre Joël et Ellie. Mais pour juger de ces éléments, il faudra jouer à une version finale car cette preview était un peu trop courte pour se plonger dans l'ambiance.

The Last of Us est prévu le 14 Juin prochain en exclu sur PS3.

last of us,the last of us,preview,naughty dog,ps3  last of us,the last of us,preview,naughty dog,ps3

        

dans Gaming, Preview, PS3
Tags : last of us, the last of us, preview, naughty dog, ps3