Diablo 3, nos impressions sur la beta 
par Quantic

jeudi 20 octobre 2011 19:30 3 commentaires

diablo 3,blizzard,beta,preview,impressions

Quand j'ai reçu ma clé beta pour Diablo 3, je me suis senti comme une gamine de 12 ans devant Justin Bieber... Diablo, c'est un peu mon amour d'adolescent, le jeu qui m'a initié au Hack & Slash gothique, qui m'a fait vivre mes premiers émois en ligne avec un Battle.net tout neuf mais déjà diablement efficace.

Et même si Diablo 2 m'a ensuite un peu déçu, cette licence a toujours conservé mon affection...

Qu'est-ce que vous voulez, on oublie jamais son premier amour...

Bon, j'exagère un peu car bien d'autres jeux m'avaient marqué avant Diablo mais c'est le premier JDR (si on peut l'appeler comme ça) que j'ai pu jouer en ligne. Et à cause de ces prémisses mémorables, j'ai quand même bouffé du MMO pendant les 15 ans qui ont suivi ;-)

Tout cela pour dire qu'avec Diablo, je perds un peu ma neutralité et mon côté fanboy finit toujours par revenir à la surface.

diablo 3,blizzard,beta,preview,impressions  diablo 3,blizzard,beta,preview,impressions

Pourtant, petite déception, alors que je m'apprêtais à ne plus dormir pendant 2 mois, j'ai été un peu déçu de la durée de cette première beta privée. Moi qui suis du genre à nettoyer tous les niveaux jusqu'au dernier mob avant de poursuivre les quêtes, il ne m'a fallu que deux heures trente pour terminer la beta. Un peu court pour vraiment se faire une idée (mon perso n'étant que niveau 9) mais suffisant pour savoir que je replongerai !

Et comme il est possible de rejouer le scénario avec chaque archétype (5 différents) et de tester les fonctionnalités en ligne, il y a finalement de quoi bien s'occuper.

Blizzard est en tout cas bien parti pour réitérer sa recette miracle du : "On recycle à peine un gameplay de 15 ans d'âge, on vous le met en HD et vous nous l'achetez par palette". Cette recette peut apparaitre comme bien peu innovante mais elle marche à tous les coups, alors comment la leur reprocher ?

A peine est-on rentré dans le jeu que l'on reconnait instantanément Diablo et force est de constater après quelques heures de jeu que Diablo 3 est tout simplement le Hack & Slash ultime. Et pourtant, le genre a été assez populaire ces dernières années avec la série des Dungeon Siege ou Torchlight pour ne citer qu'eux.

diablo 3,blizzard,beta,preview,impressions  diablo 3,blizzard,beta,preview,impressions

Blizzard propose ici un hack & slash épuré, propre sur lui, qui va à l'essentiel : la baston !
Les combats sont incessants puisque l'inventaire a été revu à la hausse et qu'il est très rapidement possible de vendre les objets inutiles sans rentrer en ville. On ne s'arrête donc plus de cliquer comme un fou pour taper sur les mobs et pour récupérer le butin et on ne retourne plus en ville que pour valider une quête ou pour se faire forger une arme plus puissante.

Finis également les parchemins de retour en ville puisqu'une pierre de foyer à la WOW vous facilitera les téléportations.
Au rayon gadget, vous pouvez également invoquer un compagnon (cochon, serpent, oiseau, …) qui s'occupera de ramasser l'or pour vous.

Vous l'aurez compris, le rythme des combats a été revu à la hausse mais c'est aussi le cas de leur intensité. C'est bien simple, ça pète de partout !
Le barbare virevolte de gauche à droite en balançant des grands coups de hache, le demon hunter a une arbalète à poudre et transperce ses adversaires avec une nuée de flèches, le mage a pris option feu d'artifice à l'école, bref, un grand spectacle visuel et les combos sont un bonheur à déclencher.

diablo 3,blizzard,beta,preview,impressions  diablo 3,blizzard,beta,preview,impressions

Pour changer du classique hachage de mobs à la chaîne, Blizzard rajoute quelques pauses récréatives puisqu'il est possible de faire s'écrouler le décor sur les adversaires ou de déclencher des bonus d'XP pour une tuerie particulièrement réussie. Vous croiserez également quelques défis comme, par exemple, survivre à un flux ininterrompu de mobs pendant X secondes. Pas des changements fondamentaux mais qui apportent un brin d'originalité et de variété aux combats.

Les puristes auront pourtant parfois un peu de mal à s'y retrouver. Par exemple, les moments de calme où l'on retournait en ville vendre son surplus ont totalement disparu mais vu que le jeu est entièrement tourné vers l'online, l'absence de temps mort est sans aucun doute positive.

diablo 3,blizzard,beta,preview,impressions  diablo 3,blizzard,beta,preview,impressions

Et là, je touche à un autre élément qui peut un peu fâcher...

De par sa conception, Diablo 3 est bien plus un MMO instancié qu'un jeu solo puisque chaque partie est gérée par Battle.net et peut être rejointe par d'autres joueurs. Heureusement, vous pouvez bloquer votre partie aux étrangers mais vous serez quand même en ligne, sans sauvegarde locale.

Cela rend le jeu en ligne très simple puisqu'il suffit de choisir son perso et de se lancer dans l'aventure quasi immédiatement avec le monde entier. Bien sûr, cela veut dire aussi qu'il est impossible de jouer sans connexion Internet, ce qui peut être un peu frustrant si vous vous retrouvez au milieu de nulle part, coincé avec des cousins un peu pénibles.

diablo 3,blizzard,beta,preview,impressions  diablo 3,blizzard,beta,preview,impressions

Du côté de l'univers graphique, même si les personnages ne paraissent pas particulièrement beau, le passage à la HD passe plutôt bien puisque les environnements sont fins et détaillés tandis que les effets graphiques sont spectaculaires à souhait mais surtout on retrouve enfin l'aspect dark gothique du premier épisode avec des bouts de cadavres un peu partout, des zombies-torses qui vous attaquent et au final un univers très adulte qui fait plaisir à voir.

Globalement, Diablo 3 s'annonce comme un succès mérité pour Blizzard (un de plus !) puisque tous les éléments qui ont fait le succès de la licence sont toujours présents tandis que les quelques améliorations proposées rendent le jeu plus agréable, plus intense. Les grincheux pourront toujours se plaindre qu'il ne s'agit que du gameplay basique d'il y a quinze ans en HD mais pour ma part, cela suffit à faire mon bonheur.

Il est d'ailleurs étonnant qu'après une béta aussi aboutie et surtout aussi stable (alors que nos ordinateurs ont 3 ans d'âge), Blizzard n'ait toujours pas annoncé de date de sortie. Il est à parier que nous en saurons plus lors de la Blizzcon du prochain week end.

Faites chauffer votre souris, Diablo 3, le destructeur des souris bon marché arrive !

diablo 3,blizzard,beta,preview,impressions diablo 3,blizzard,beta,preview,impressions

L'avis d'Aelya

Quantic a quasi tout dit, je vais donc tenter de faire court (pour une fois^^) surtout que je suis d'accord avec lui sur cette béta, que ce soit sur le positif ou sur le négatif

Quand on a reçu la clé de la béta, on partait à New York 4 jours plus tard et rien n'était prêt... Pourtant, au lieu de faire nos valises, préparer nos papiers, Quantic et moi avons joué (en fait, heureusement que la béta était courte ;-)).

Le gameplay n'a quasi pas évolué, on a presque l'impression que les développeurs ont simplement passé le jeu en HD mais on s'en fiche : on prend un plaisir fou à jouer et à dégommer du mob. Et c'est ce qui importe au final !

Je n'ai que deux petits regrets mineurs : 1/ on loot une tonne de choses et souvent, les récompenses des quêtes sont moins bonnes que ces loots, et c'est un peu triste. 2/ (Mais celui-ci je le savais bien avant la béta), on ne peut pas personnaliser son perso (sa coupe de cheveux, son visage)... C'est peut-être un détail pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup...

En tous cas, Blizzard a réussi son coup : Diablo 3 est un hit en puissance.

        

dans Coups de Coeur, Gaming, PC, Preview
Tags : diablo 3, blizzard, beta, preview, impressions

Batman Arkham City : Notre compte-rendu d'un event pas trop Bat 
par Aelya

mercredi 19 octobre 2011 20:50 10 commentaires

batman arkham city,batman,warner,warner bros,challenge,riddler

Vendredi 14 Octobre, Quantic et moi étions invités à la finale du Batman Arkham City Challenge, un concours réservé au Benelux.
Les finalistes après avoir résolus les différentes énigmes de l'Homme Mystère/The Riddler sur Internet allaient maintenant devoir se creuser les méninges IRL.

Comme nous attendons le jeu (qui sort ce jeudi) avec grande impatience, nous étions très enthousiastes.

Nous sommes donc allés jusqu' Amsterdam pour découvrir les lieux de la finale et ça en jettait : un grand entrepôt nous ouvrait ses portes avec deux flambeaux Batman à l'entrée.

batman arkham city,batman,warner,warner bros,challenge,riddler batman arkham city,batman,warner,warner bros,challenge,riddler

A l'intérieur, nous trouvons 6 ou 7 Xbox, une scène avec DJ, une statue Batman, un bar à pizzas dont les boites sont à l'effigie de Batman (j'aimerais qu'ils fassent les mêmes ici !), une série d'écrans passant en boucle les différentes vidéos dévoilées jusqu'à ce jour et émettant parfois de la fumée.

batman arkham city,batman,warner,warner bros,challenge,riddler batman arkham city,batman,warner,warner bros,challenge,riddler

Nous avons attendu le début de l'event en nous demandant ce que l'on nous réservait et quelle sorte de challenge allait être proposé aux joueurs sélectionnés. Le public commençait à s'impatienter et tout le monde espérait voir Batman et Riddler s'affronter !

Et l'Event commença fort : Riddler apparut et défia les finalistes.

A l'aide de "gadgets" (Iphones et Ipads) et plus particulièrement de leur fonction GPS, les participants devaient déchiffrer des énigmes afin de trouver différentes locations et s'y rendre. Il y aurait ainsi trois manches qui se termineraient par un combat aérien entre les deux finalistes !

Les joueurs ont donc commencé à chercher, courant un peu partout aux alentours de l'entrepôt (il était comique de les voir passer à toute vitesse d'ailleurs). Mais pour nous, pauvres membres de la presse, a commencé l'attente...

batman arkham city,batman,warner,warner bros,challenge,riddler batman arkham city,batman,warner,warner bros,challenge,riddler

En effet, pendant que les finalistes cherchaient, nous n'avions rien à faire si ce n'est jouer à la démo de Batman (datant de l'E3 et assez courte) ou manger des pizzas (très vite épuisées)... Rajoutons à ça qu'il faisait un froid de canard (j'écris ces lignes une boite de mouchoirs à la main, j'ai attrapé la crève là-bas) et vous obtenez un event relativement long et ennuyeux si vous n'étiez pas impliqué dans le jeu.

Bien sûr, entre chaque manche, Riddler est passé faire une petite apparition mais à chaque fois très courte et moins impressionnante que la première.

batman arkham city,batman,warner,warner bros,challenge,riddler batman arkham city,batman,warner,warner bros,challenge,riddler

Mais nous attendions le final : le combat aérien ! Cela laissait présager quelque chose d'assez spectaculaire, voire un petit passage de Batman... d'autant plus qu'en coulisses, on pouvait voir des AR.Drones décorés Batman.

Enfin, c'est le moment, on voit le personnel de Warner s'agiter, la foule se rassemble devant un grand rideau noir... Celui-ci se soulève peu à peu, des lumières blanches clignotent et au fond apparait le logo de Batman avec Riddler dedans accompagné de deux garçons.

Riddler tombe à terre annonçant sa défaite et les deux garçons s'avancent. Ils sont rejoints par une personne de Warner qui déclare que suite à des ennuis techniques le dogfight ne peut avoir lieu et qu'il y a donc deux vainqueurs au Batman Arkham City Challenge...

Le hasard a bien fait les choses puisque c'est un hollandais et un belge qui l'ont remporté (pas de jaloux)... Ils gagnent de bien beaux lots, entre autres un week end grand luxe à Bruxelles et surtout une statue grandeur nature de Batman.

batman arkham city,batman,warner,warner bros,challenge,riddler batman arkham city,batman,warner,warner bros,challenge,riddler

batman arkham city,batman,warner,warner bros,challenge,riddler

Et cela fut tout.

On eut bien sûr droit à la remise des prix (en néerlandais, enfin plutôt en hollandais) durant laquelle on nous annonça que tout le monde repartirait avec quelques goodies, ce qui nous remonta le moral après cet event en demi-teinte :  un T-shirt et un jeu de carte Batman Arkham City !

batman arkham city,batman,warner,warner bros,challenge,riddler batman arkham city,batman,warner,warner bros,challenge,riddler

Conclusion

Nous attendions beaucoup de cet event mais celui-ci s'avéra finalement assez décevant.

Alors que la finale du tournoi de Mortal Kombat, il y a quelques mois, avait très bien fonctionné comme event de lancement du jeu. Ici, la sauce n'a jamais vraiment pris. C'est d'autant plus dommage que l'idée d'un concours sous la forme d'une résolution d'énigmes était excellente. Mais cette finale fut longue et ennuyeuse pour les non-participants au jeu. Le froid de canard y étant peut-être aussi pour quelque chose.

Pas de trace de Batman... Pour un jeu à son nom, cela manquait vraiment... Toute l'assemblée n'attendait que lui ! Ou une apparition de Catwoman ;-)

Cette déception toute relative sera sans doute largement compensée par le jeu qui arrive ce jeudi et qui lui a l'air de tenir ses promesses et s'annonce vraiment cool !

        

dans Event, Gaming, PC, PS3, Xbox360
Tags : batman arkham city, batman, warner, warner bros, challenge, riddler

Aliens Colonial Marines, enfin l'adaptation que les fans attendent ? 
par Quantic

mardi 18 octobre 2011 19:46 2 commentaires

 aliens colonial marines,gearbox,sega,fps,preview,gamescom 2011

Peut-être la meilleure surprise de la dernière GamesCom !

Je me suis rendu à la présentation d'Aliens Colonial Marines de la Gamescom 2011 avec des pieds de plombs redoutant ce que Gearbox allait nous proposer avec ce nouvel Aliens. Pas que les précédentes adaptations soient mauvaises mais en tout cas pas à la hauteur de ce que j'attends d'une adaptation de cette licence culte... Et j'en suis ressorti totalement conquis.

Cet Aliens Colonial Marines s'inspire de l'Aliens de James Cameron qui est sans doute le film de la licence qui s'adapte le mieux à un FPS.

aliens colonial marines,gearbox,sega,fps,preview,gamescom 2011  aliens colonial marines,gearbox,sega,fps,preview,gamescom 2011

Plutôt que de revivre les évènements du film, vous incarnez un Marine envoyé sur LV-426 après que tout contact ait été perdu avec la première équipe. Vous débarquez donc dans la colonie dévastée par l'explosion des processeurs atmosphériques et comme vous vous en doutez, les Aliens sont toujours bien là.

Aliens fait partie de mes films cultes et aussi bien le film d'intro que la démo live à laquelle j'ai assistée m'ont totalement replongé dans l'ambiance du film. Les Aliens débarquent de partout avec pour la première fois un comportement qui m'a paru "réaliste" et non-scripté.

Bien sûr, je n'ai encore aucune idée du gameplay qui sera proposé mais la qualité de l'ambiance permet d'espérer une adaptation fidèle.

Vivement la sortie courant 2012.

        

dans Gaming, PC, Preview, PS3, Salons, Xbox360
Tags : preview, aliens colonial marines, gearbox, sega, fps, gamescom 2011

[Preview] Wildstar : le MMO pour les fans de bunny girls (et Playboy ?) 
par Aelya

samedi 15 octobre 2011 19:35 4 commentaires

gamescom 2011,mmo,ncsoft,wildstar,pc,preview

J'aime assez les MMOs de NCSoft, c'est donc le premier stand où je me suis rendue à la Gamescom (pour voir Guild Wars 2 j'avoue) et là, je découvre un nouvel MMO : Wildstar. Curieuse, je me suis emparée d'un clavier et d'une souris et me suis lancée dans l'aventure.

Développé par Carbine Studios depuis déjà quatre ans, NCSoft a préféré attendre d'avoir une version jouable de ce MMO mélangeant Fantasy et Science Fiction pour le dévoiler au public.

Pour l'instant, seules quelques classes étaient disponibles mais un des développeurs m'a assuré que d'autres seraient annoncées par la suite. Il en va de même pour les races. En fait, le choix d'une classe et d'une race entrainait le choix automatique d'un personnage du trailer. Cependant, et heureusement, cela ne sera pas le cas dans le jeu final et l'on pourra même jouer un personnage masculin de la race de la fille aux oreilles de lapin (le jeu n'est donc pas réservé au seul amateur de playboy ;-))

gamescom 2011,mmo,ncsoft,wildstar,pc,preview gamescom 2011,mmo,ncsoft,wildstar,pc,preview

Ensuite il fallait choisir une des quatre voies du jeu (Explorer, Scientist, Soldier et Settlers) celle-ci influençant le déroulement de votre partie.

J'ai donc décidé de prendre la profession "explorer" et ainsi incarner une humanoide aux oreilles de lapin.

Je débarque donc sur une planète et, en tant qu'exploratrice, on me confie la tâche de localiser l'endroit idéal pour placer un récepteur radio. Des quêtes secondaires étaient également jouables, tel que porter secours à des survivants du crash.

gamescom 2011,mmo,ncsoft,wildstar,pc,preview gamescom 2011,mmo,ncsoft,wildstar,pc,preview

Le jeu en lui-même est mignon avec des graphismes sympathiques et un look un peu cartoon. La prise en main est aisée et correspond aux classiques du genre MMO depuis WOW. Les combats se déroulaient eux-aussi de façon assez traditionnelle, même si certains ajouts, comme la possibilité d'esquiver certaines attaques, rendant ainsi le monstre plus vulnérable, ajoutaient un peu de piment.

Comme cela existe déjà dans d'autres MMO, mes actions avaient une influence sur l'environnement. Ainsi, en résolvant une quête, j'ai pu arrêter la tempête de neige qui faisait rage. De petits challenges pouvaient aussi apparaître suivant mes actions et agrémenter le levelling : je tue tel monstre, le jeu me propose d'en tuer cinq en moins de cinq minutes pour recevoir une récompense.

gamescom 2011,mmo,ncsoft,wildstar,pc,preview gamescom 2011,mmo,ncsoft,wildstar,pc,preview gamescom 2011,mmo,ncsoft,wildstar,pc,preview

Conclusion

Cette première approche de Wildstar m'a laissé une bonne impression. Le jeu est sympa mais pas révolutionnaire, cependant certains aspects tels que le choix d'une voie pourraient s'avérer intéressants. Il reste à voir ce que Carbine nous réserve d'autres et comment tout ceci sera exploité car en une quinzaine de minutes, il est quasiment impossible de se faire une idée juste d'un tel jeu.

Avant de partir, j'ai demandé aux développeurs s'ils savaient quel style de financement ils comptaient adopter (free to play ou abonnement ?), cependant, ils n'ont pas pu me répondre, me disant simplement que cela dépendra du Marché lorsque la sortie de Wildstar approchera.

gamescom 2011,mmo,ncsoft,wildstar,pc,preview gamescom 2011,mmo,ncsoft,wildstar,pc,preview

        

dans Event, Gaming, MMO, PC, Preview, Salons
Tags : preview, gamescom 2011, mmo, ncsoft, wildstar, pc

Darksiders 2 et Metro Last Light, les prochains hits de THQ 
par Quantic

mardi 11 octobre 2011 19:12 3 commentaires

 preview,gamescom 2011,thq,darksiders 2,metro last light

Encore un petit article Gamescom 2011 puisque THQ m'a invité aux présentations presse de deux futurs hits de leur catalogue : Darksiders 2 et Metro Last Light. Deux suites de jeux qui ne m'avaient pas vraiment accroché à mon pad lors de leurs sorties.

Darksiders 2

Le premier Darksiders s'était malheureusement heurté de plein fouet avec un poids lourd comme Bayonetta et avait donc commercialement un peu souffert. Pourtant les héros démoniaques de Darksiders n'avaient pas à rougir de la comparaison avec la belle sorcière, d'autant plus qu'ils ne jouaient pas vraiment dans la même catégorie.

Même si, personnellement, l'univers démoniaque de Darksiders n'est pas trop mon trip visuel, reconnaissons lui un style à part entière et un gameplay bien viril, à défaut d'être très original.

preview,gamescom 2011,thq,darksiders 2  preview,gamescom 2011,thq,darksiders 2,metro last light

Darksiders 2 s'annonce sur la même voie.

Changement de héros puisque nous incarnons cette fois "Mort" et changement de terrain de jeu puisque c'est directement en Enfer que nous nous rendrons.

Niveau gameplay, on retrouve la brutalité de son prédécesseur mais en gagnant quand même un petit peu en finesse puisque notre héros semble un peu plus souple.

A noter que la partie RPG semble avoir vraiment gagné en profondeur, un bon point qui permettra sans doute à Darksiders 2 de se faire une belle place au soleil dans le genre.

Sortie prévue pour Juin 2012.

preview,gamescom 2011,thq,darksiders 2  preview,gamescom 2011,thq,darksiders 2

Metro Last Light

Alors que le présentateur de Darksiders 2 se battait avec le niveau sonore de sa démo (à la limite de l'inaudible), celui de Metro Last Light croulait sous le matériel avec casque individuel pour tout le monde, le grand luxe et l'occasion de profiter pleinement du travail audio du studio.

Cette suite de Metro 2033 reprend l'univers du premier épisode et pousse l'histoire un peu plus loin, mais nous n'avons pas eu beaucoup d'autres infos sur le scénario.

Côté Technique, le jeu s'annonce vraiment très impressionnant avec des effets de feu à couper le souffle et visuellement, on peut s'attendre à être bluffé.

preview,gamescom 2011,thq,metro last light  preview,gamescom 2011,thq,metro last light

Le gameplay ne devrait pas bouleverser les habitués, même si l'on espère que la maniabilité du héros sera un peu moins lourde que dans le premier épisode. Metro last Light s'annonce toujours comme un FPS d'infiltration où il sera possible de se cacher dans l'ombre, de détruire les lumières pour progresser et il ne faudra pas compter sur le fait de survivre longtemps en défouraillant les ennemis à la mitrailleuse

Ce que nous avons pu voir du titre ne s'annonce pas comme une révolution mais comme une évolution du premier épisode. C'est particulièrement l'ambiance du titre qui m'a intéressé et si les développeurs parviennent à conserver cette ambiance oppressante pendant tout le jeu, elle constituera sans doute le point fort du titre.

Encore un jeu à rajouter à ma "longue" liste de jeux à suivre car je pourrais être bien surpris par sa qualité.

Sortie prévue courant 2012.

preview,gamescom 2011,thq,metro last light  preview,gamescom 2011,thq,metro last light

        

dans Gaming, PC, Preview, PS3, Salons, Xbox360
Tags : preview, gamescom 2011, thq, darksiders 2, metro last light

[Test] Magic : Duels of the Planeswalkers, Magic pour les débutants 
par Quantic

lundi 10 octobre 2011 19:15 3 commentaires

test,magic,cartes,collection,psn,xbox live,steam

Duels of the Planeswalkers est un jeu basé sur le célèbre jeu de cartes à collectionner Magic : The Gathering.

Pour ceux qui ont passé les 15 dernières années sur une île déserte, Magic met aux prises deux sorciers utilisant la magie des éléments pour invoquer des créatures et divers autres pouvoirs afin de détruire leur adversaire.

Nous avons toujours été attiré par ce jeu de cartes et même si nous ne sommes pas des joueurs assidus, nous achetons régulièrement des boosters afin de faire un petit tournoi sealed à deux ou avec des amis.
Autant le dire tout de suite, comme nous ne jouons pas régulièrement, nous ne connaissons pas bien les cartes et nous sommes très mauvais mais les mécanismes du jeu et l'aspect collection ont toujours été des éléments faits pour nous plaire.

Aussi, tester Duels of the Planeswalkers ne nous a pas demandé un énorme investissement puisque nous connaissions déjà les règles de bases.

test,magic,cartes,collection,psn,xbox live,steam  test,magic,cartes,collection,psn,xbox live,steam

Au contraire d'un Magic Online, qui vise un public d'ultra connaisseurs, Duels of the Planeswalkers est un jeu destiné aux débutants. Et il est vrai que le moteur de jeu aide bien à la compréhension des mécanismes de jeu et vous permettra d'être moins ridicule lors de votre prochaine partie live.

Même si le jeu se destine aux débutants, je souhaite bonne chance à quelqu'un qui ne connait pas du tout l'univers Magic pour arriver à s'en sortir car quoi qu'on en dise, Magic reste un jeu complexe quand on y a jamais joué et impose la compréhension de mécanismes de base pas toujours bien expliqués dans le tutorial.

A l'opposé, si vous êtes un habitué, passez votre chemin, ce jeu ne vous apprendra pas grand-chose et Magic Online reste votre meilleur choix pour jouer en ligne. DotP s'adresse donc avant tout aux débutants éclairés qui ont déjà joué quelques parties mais qui aimeraient approfondir leurs connaissances. Exactement notre profil et je dois reconnaitre que je me suis beaucoup amusé sur ce jeu.

test,magic,cartes,collection,psn,xbox live,steam  test,magic,cartes,collection,psn,xbox live,steam

Quel dommage qu'après la période d'apprentissage, il soit impossible de créer son propre deck et de le tester en multi contre des joueurs du monde entier. On sent bien bien que Wizards of the Coast a bien fait attention à ne pas trop concurrencer sa poule aux oeufs d'or : Magic Online en limitant fortement les possibilités de construction de decks.

Mais n'en attendez pas plus que cela, le scénario est inexistant, l'emballage graphique minimaliste et le doublage proche du ridicule. Il faut donc considérer ce jeu comme une excellente manière d'apprendre à jouer à Magic et c'est finalement tout ce qu'on lui demande.

Conclusion

Destiné aux débutants, Duels of the Planeswalkers mélange duels et défis afin de vous apprendre à jouer à Magic. Il s'agit clairement d'un produit d'appel pour vendre plus de cartes papiers mais si vous désirez comprendre le jeu et être moins ridicule lors de votre prochaine partie Live, ce jeu est un bon achat sur lequel nous avons passé plusieurs heures agréables. Ne vous attendez pas à un jeu grandiose mais pour le prix, on en a largement pour son argent.

Note : 7,5/10

test,magic,cartes,collection,psn,xbox live,steam  test,magic,cartes,collection,psn,xbox live,steam

Le jeu est disponible sur Steam, PSN et Xbox Live contre une petite dizaine d'euros. A noter qu'à l'achat du jeu, vous recevez un code pour recevoir gratuitement un premier deck papier ainsi qu'une carte exclusive.

        

dans Gaming, PC, PS3, Test, Xbox360
Tags : test, magic, cartes, collection, psn, xbox live, steam

[Test] Madden NFL 2012 : le foot US comme si vous y étiez (nous on y est ;-) ) 
par Quantic

mercredi 05 octobre 2011 19:30 4 commentaires

test,madden nfl,ea sports,electronic arts,sport,ps3

Le renouvellement des licences sportives EA, c'est comme les saisons, ça revient chaque année, cela ressemble beaucoup à l'année d'avant mais on ne sait jamais s'il y aura plus de soleil ou plus de pluie (traduction : beaucoup de nouveautés ou un simple copier/coller).

Je ne suis pas un grand fan des licences sportives et les débats annuels accompagnant la sortie du dernier FIFA vs PES me laissent de marbre mais pour le foot US et Madden, je fais une exception.

Même si je suis certain que peu d'entre-vous seront passionnés par ce test, le fan de foot US que je suis se réjouit chaque année de la sortie d'un nouveau Madden.

test,madden nfl,ea sports,electronic arts,sport,ps3  test,madden nfl,ea sports,electronic arts,sport,ps3

Que de chemins parcourus depuis mes premiers émois sur Madden NFL 92 sur ma Mega Drive !

Chaque année, cette licence culte aux USA (qui trône régulièrement parmi les meilleures ventes annuelles) améliore légèrement la recette qui fait d'elle la meilleure simulation de foot US... Et de loin.

Le passage à la Next Gen il y a quelques années avait été très bénéfique à la série en proposant des animations 3D des joueurs totalement bluffantes mais en dehors de cet aspect technique, cette licence reprend quasiment tout du monde du foot US professionnel. Du mode franchise ultra complet vous permettant de gérer votre équipe favorite de A à Z au mode star vous permettant de développer votre propre joueur, ce jeu est une véritable encyclopédie ultra-complète de la discipline.

Mais tout cela ne serait rien sans le gameplay tip top des matchs. Avec des choix de stratégies quasiment automatiques pour les débutants aux modes full manuels pour les pros (qui ont même la possibilité de changer les routes des joueurs), le jeu est abordable pour tout amateur qui connait un minimum le foot US.

test,madden nfl,ea sports,electronic arts,sport,ps3  test,madden nfl,ea sports,electronic arts,sport,ps3

Et une fois le ballon en jeu, les différents postes sont quasiment tous contrôlables, en commençant par le quarterback, bien sûr mais on peut même contrôler le bloqueur qui ouvre la voie à son running back. Quel que soit votre poste préféré, vous pourrez l'occuper virtuellement avec une maniabilité améliorée à chaque épisode.

Vous aurez compris que je suis fan de cette licence exceptionnelle mais est-il pour autant utile d'acheter cette mise à jour si l'on possède la version 2011 ?

C'est toujours le même problème avec les mises à jour annuelles de EA Sports. Si vous êtes un fan absolu de foot US, je répondrai très simplement : oui, naturellement, c'est indispensable, ne fut-ce que pour jouer en ligne contre d'autres passionnés.

test,madden nfl,ea sports,electronic arts,sport,ps3  test,madden nfl,ea sports,electronic arts,sport,ps3

Mais pour les moins intégristes, la mise à jour se justifie nettement moins.
Pour ma part, je jouais encore sur la version 2009 et ait donc sauté les éditions 2010 et 2011. Et j'ai été bluffé par le nombre d'améliorations rendant ma version totalement obsolète. Un rythme d'achat d'un exemplaire tous les deux ans me semble donc le meilleur équilibre possible.

Concernant les spécificités de cette édition 2012, il faut surtout insister sur le nouveau système de collision qu'EA applique d'ailleurs également à FIFA et NHL. Dans le cas de Madden NFL, c'est vraiment un plus, particulièrement dans le jeu de courses où l'on a beaucoup plus l'impression de contrôler son joueur et de faire la différence par un cut bien placé.

Au moment des ralentis, j'ai été très impressionné par la qualité des animations. Précédemment, on avait déjà presque l'impression de regarder un match à la télé mais certaines transitions faisaient mal aux yeux, tellement elles étaient hachées, ce problème est maintenant quasiment résolu.

Vu la qualité visuelle de ce jeu, je rêve déjà de ce que cela donnera sur la prochaine génération de consoles !

test,madden nfl,ea sports,electronic arts,sport,ps3  test,madden nfl,ea sports,electronic arts,sport,ps3

Conclusion

Il est toujours difficile de noter un jeu EA Sports et ses mises à jours annuelles. Le millésime 2012 de Madden NFL est une bonne année, sans doute meilleure que les petites années 2010 et 2011 et justifie sans doute la mise à jour si comme moi vous aviez passé votre tour depuis quelques années.

Le système de collision amélioré et les multitudes de petites améliorations font de cette licence, un incontournable pour tout fan de foot US.

S'il s'agissait du premier jeu de la licence ou qu'Electronic Arts ne le mettait à jour que tous les 3-4 ans, il mériterait un 9/10 facile mais vu le rythme de mise à jour annuel et le peu d'améliorations d'année en année, je serai un peu plus sévère tout en me répétant : Si vous aimez le foot US (ou que vous aimeriez mieux le comprendre) et que vous n'avez jamais joué à un Madden ou que votre version date de 2-3 ans, foncez, c'est le meilleur jeu du genre. Si vous avez déjà une version 2011, testez la démo pour sentir si les changements vous semblent indispensables.

Ma Note : 7,5/10

test,madden nfl,ea sports,electronic arts,sport,ps3  test,madden nfl,ea sports,electronic arts,sport,ps3

        

dans Gaming, PC, PS3, Test, Xbox360
Tags : test, madden nfl, ea sports, electronic arts, sport, ps3

[Test] Dead Island, Sea, sex and... Zombies ?! 
par Aelya

samedi 24 septembre 2011 19:32 6 commentaires

dead island, test, techland, deep silver, zombies, zombie slasher

Le sable chaud, les cocotiers, la plage, un hôtel de luxe sur une magnifique île tropicale : voilà le cadre idéal pour des vacances de rêve ! Mais petit problème, une infestation de zombie vient justement de se produire dans ce petit paradis sur terre. Ce refuge isolé du reste du monde se transforme donc subitement en cage où il faudra lutter pour sa survie à chaque instant.

Tel est le pitch de Dead Island, le dernier Zombie slasher de Techland qui avait fait le buzz dès janvier dernier en dévoilant un magnifique trailer (vous pouvez le visionner sur notre article de l'époque) et qui était donc attendu avec impatience.

On incarne au choix l'un des quatre personnages, tous immunisés contre la zombification (malheureusement) : une asiatique spécialisée dans les armes tranchantes, une bodyguard spécialiste des armes à feux, un rappeur aimant les armes contondantes et enfin un ancien joueur de football américain doué pour lancer des trucs. Chacun a un arbre de spécialisation spécifique, divisé en trois branches, qui permet de personnaliser son personnage.

dead island, test, techland, deep silver, zombies, zombie slasher dead island, test, techland, deep silver, zombies, zombie slasher

Perso, j'ai opté pour la jolie asiatique et ma première priorité fut d'augmenter mon inventaire, je l'avoue^^ J'aime les grands sacs, IRL ou IG ;-)

Bref, le jeu commence juste après le début de l'épidémie et on doit se débrouiller pour sortir de l'hôtel et rejoindre d'autres rescapés. Cette partie sert de tutorial et ce n'est qu'une fois les autres rejoints que les choses sérieuses commencent.

Déjà trouver des armes. On débute le jeu en ramassant tout ce qu'on trouve : manche à balais, pagaie, bout de tuyau rouillé... On est tout content quand on tombe sur quelque chose de solide et susceptible de faire bien mal ! Mais en plus, il faut faire attention, toutes les armes s'usent au fur et à mesure de leur utilisation et finissent par casser au pire moment si on n'y prend pas garde ! J'étais donc en stress constant à ce sujet, surtout lorsqu'on trouve une bonne arme telle une machette. Heureusement, des ateliers de réparation/amélioration sont éparpillés par ci par là et permettent de tout remettre à neuf.

dead island, test, techland, deep silver, zombies, zombie slasher dead island, test, techland, deep silver, zombies, zombie slasher

Ensuite, les zombies. Même si on n'est pas vraiment submergé par des vagues de zombies (c'est donc assez différent du trailer qui nous avait séduit en Février), ceux-ci sont quand même assez présents. Il faut donc avancer prudemment, en écoutant bien les alentours pour espérer détecter une possible attaque. Et même comme ça, on se fait surprendre ! Surtout que différents types de zombies existent et j'avoue profondément détester ceux qui poussent des hurlements stridents et courent à toute allure : leur cris m'ont donné des frissons !

En effet, malgré le cadre idyllique, j'ai ressenti des moments de stress ou d'angoisse, pas vraiment lorsque j'étais attaquée mais plutôt juste avant, quand c'est trop calme, dans ces instants où l'on se demande par quel côté cela va nous tomber dessus.

Le monde est vraiment grand (heureusement, on peut conduire des véhicules pour se déplacer et écraser des zombies, une voiture étant en fait une très bonne arme pour gagner de l'xp facile) mais il n'est que semi ouvert : l'île est divisée en différentes zones auxquelles on ne peut accéder qu'en ayant fait certaines quêtes.

Le gameplay est assez facile à appréhender. On peut facilement jongler entre différents types d'attaques comme donner des coups avec une matraque, trancher un bras, donner un coup de pied et finalement lancer son arme sur ce zombie qui refuse de mourir, nom d'un chien !

dead island, test, techland, deep silver, zombies, zombie slasher dead island, test, techland, deep silver, zombies, zombie slasher

Tout cela fait de Dead Island un jeu vraiment bon, malheureusement certains aspects viennent ternir le tableau.

Le plus gros point noir est le système de sauvegarde. On ne sait jamais vraiment quand le jeu sauvegarde : c'est censé être après la résolution d'une quête mais parfois ce n'est pas le cas. Ainsi, j'ai fait toute une quête secondaire, suivie d'une autre quête. Je retourne à la base, valide mes quêtes et je me dis que là, c'est bon, ma progression a dû être enregistrée. Je me déconnecte. La fois suivante, je me suis reconnectée au milieu d'un troupeau de zombies qui m'agressaient, à l'autre bout de la carte, avec une de mes deux quêtes non validées... Énervant !

Donc, en plus de l'ambiance angoissante, on peut aussi compter sur l'angoisse des sauvegardes ! Et si j'apprécie la première, la seconde gâche un peu le plaisir de jouer. Une sauvegarde manuelle aurait été tellement plus simple...

Certaines incohérences se font aussi sentir dans les quêtes. Ainsi, j'aide une jeune femme à retrouver son ours en peluche (oui, j'ai bien dit son ours en peluche). Ensuite, je tombe sur une autre jeune femme qui recherche désespérément sa soeur. Ah, mais c'est cool ça, c'est elle que je venais d'aider avec son ours ! Je vais pouvoir lui dire que je l'ai vue et qu'elle va bien. Que nenni ! Ce serait trop simple... Il me faudra refaire tout le chemin, reparler à la soeur et revenir valider la quête ! Ce genre de quêtes "boite aux lettres" est légion dans le jeu et gâche un peu le plaisir.

L'inventaire n'est pas très logique lui-non plus. On est limité à un certain nombre d'armes/kits de soin/alcool mais par contre on peut ramasser autant d'objets "secondaires" que l'on veut. Je transportais donc constamment 50 clous, 50 batteries, 50 bric-à-bracs électriques, 50 tuyaux flexibles, 50 gros scotch, 50 bandages (que je ne peux pas utiliser pour me soigner), 50 torchons, 50 boites de conserves (qui ne redonnent pas de santé), 50 bouteilles d'eau, etc. C'est clair que IRL je peux porter tout ça sans problème...

dead island, test, techland, deep silver, zombies, zombie slasher dead island, test, techland, deep silver, zombies, zombie slasher

Enfin, il faut reconnaître qu'on peut ressentir une certaine répétitivité. Attention, cela est cependant en grande partie dû à la très longue durée de vie du jeu ! En effet, pour finir la première partie de l'île et accéder à la ville en faisant les quêtes secondaires, il m'aura fallu une quinzaine voire une vingtaine d'heures !  Je vous laisse imaginer la durée de vie totale, surtout que le mode co-op vient en rajouter une bonne couche.

Conclusion

Dead Island est un très bon zombie slasher avec un cadre original et une ambiance bien sympathique, cependant certains défauts et bugs empêchent de pleinement profiter du jeu. Il semble un peu fini à la va-vite sans vraie finalisation satisfaisante. Et si les premières heures de jeu sont agréables et stressantes, une fois le plaisir de la découverte passée, la répétitivité de ce titre se fait vite sentir.

Celui-ci offre malgré tout une expérience agréable si l'on passe outre ces inconvénients.

Ma Note : 7/10

dead island, test, techland, deep silver, zombies, zombie slasher dead island, test, techland, deep silver, zombies, zombie slasher

Le petit mot de Quantic

Autant le dire tout de suite, je n'attendais pas vraiment Dead Island. Sans doute parce que la preview à laquelle on avait assisté il y a quelques mois ne m'avait pas impressionnée.

J'ai été d'autant plus surpris de découvrir un jeu agréable, avec beaucoup de liberté et finalement très fun à jouer. Malheureusement, c'était sans compter la répétitivité et les bugs.

Le système de construction des armes est vraiment sympathique et le monde semi-ouvert confère une vraie impression de liberté qui pousse à une découverte acharnée pendant les premières heures de jeu. On s'amuse à démembrer les zombies et on ne s'occupe même pas trop de sa quête principale, tellement on s'amuse à découvrir l'univers.

Malheureusement, on finit rapidement par comprendre que toutes les quêtes se ressemblent un peu et que démembrer à tour de bras (le jeu de mot, quel talent ;-) ), c'est amusant quelques heures mais cela devient vite du travail à la chaîne.
Les bugs très nombreux (sauvegardes, IA, chronologie des quêtes…) et le repop intempestif des objets/ennemis ont vite eu raison de l'enthousiasme du début.

dead island, test, techland, deep silver, zombies, zombie slasher dead island, test, techland, deep silver, zombies, zombie slasher

Dead Island reste un jeu réussi car mélangeant presque tous les gameplays du genre et parvient à apporter un peu de fraîcheur au genre "Zombies" mais les bugs et la répétitivité n'aident pas à accrocher sur le long terme.

A noter que Dead Island bénéficie d'une belle durée de vie (50 heures facile) et s'avère assez souvent assez difficile.

Deep Silver signe donc un jeu avec un bon potentiel, un peu gâché par un aspect technique un peu limite.

N'empêche que les amateurs devraient y trouver leur compte.

Ma Note : 7/10

        

dans Gaming, PC, PS3, Test, Xbox360
Tags : dead island, test, techland, deep silver, zombies, zombie slasher