[Test] Injustice Gods Among Us : Le Kombat des Super-Héros DC 
par Aelya

vendredi 10 mai 2013 18:54 1 commentaire

 test,injustice,injustice gods among us,nether realm,warner, dc comics

Injustice Gods among Us (Les dieux sont parmi nous en français) développé par NetherRealm, le studio responsable de Mortal Kombat, me faisait les yeux doux depuis que j'avais vu les artworks à l'E3 l'année dernière, ce qui a d'ailleurs mené à diverses craquages : le collector (vous pouvez dailleurs encore tenter d'en gagner un via notre concours^^) et le guide qui comprend une trentaine de pages d'artwork...

Mais cet enthousiasme était-il justifié ? La réponse dans ce test...

Injustice est donc un jeu de combat reprenant les héros emblématiques de l'univers DC Comics. Il y en a ainsi une vingtaine, chacun ayant au moins deux costumes bien distincts. NetherRealm a choisi de mélanger des héros très connus (Superman, Batman, Wonder Woman) à d'autres un peu plus obscurs (Shazam, Black Adam, Killer Frost), permettant ainsi de découvrir un peu mieux certains personnages.

test,injustice,injustice gods among us,nether realm,warner, dc comics test,injustice,injustice gods among us,nether realm,warner, dc comics test,injustice,injustice gods among us,nether realm,warner, dc comics

Je regrette cependant la disproportion entre le nombre de personnages masculins et féminins (plus de 15 contre 5)... Enfin, il y a de très fortes chances de voir leur nombre augmenter via de multiples DLC pour ajouter des personnages ou des costumes... 

Le jeu dispose d'un mode histoire très sympathique. En effet, on va incarner successivement plusieurs personnages au cours de 12 chapitres relatant une histoire qui est entrecoupée de cinématiques et de mini jeux. L'histoire en elle-même ne vole pas bien haut. Cependant, on se laisse prendre au jeu malgré tout^^

Dans une dimension parallèle, le Joker a réussi à manipuler Superman et à lui faire tuer Lois Lane, enceinte, et à détruire Métropolis. Rendu fou, Superman décide que les humains doivent être "guidés" et il met donc en place une dictature, forçant les autres héros à se joindre à lui. Les rebelles sont menés par Batman qui parvient à transporter dans cette dimension les héros DC de notre univers pour lui venir en aide.

test,injustice,injustice gods among us,nether realm,warner, dc comics

C'est donc une histoire assez tarabiscotée, voire très clichée, mais elle se laisse découvrir grâce à ses cinématiques qui viennent l'agrémenter de façon positive avec quelques répliques bien senties et grâce à des mini-jeux entre différents combats qui vont influencer la barre de vie des protagonistes. Par exemple, il faut esquiver les flèches de Green Arrow via un Quick time Event. 

En plus de ce mode histoire qui va nous occuper durant 6 heures de jeu, Injustice propose d'autres modes solo.

Ainsi, il y a le classique mode battle où l'on enchaîne une dizaine de combat avec un même personnage. Diverses options (à débloquer au fur et à mesure) sont possibles : commencer le combat avec de la vie en moins, en étant empoisonné...

Le mode entrainement reste classique mais assez fourni en proposant diverses options.

test,injustice,injustice gods among us,nether realm,warner, dc comics

Le mode S.T.A.R. Lab quant à lui nous entraine dans différentes séries de missions qui vont nous permettre de suivre une mini-histoire (très anecdotique) et de mieux connaitre les personnages. Ainsi, chaque héros/vilain a une série de dix missions à accomplir, ce qui fait un total d'environ 240 mini-missions, de quoi bien nous occuper ! Cependant, on ne peut pas vraiment choisir l'ordre : il faut les enchainer comme elle se présente, ainsi si on n'aime pas jouer avec tel personnage, on peut se sentir un peu frustrée^^

En plus du solo, Injustice réserve une bonne place au multi-joueurs, donc en plus du traditionnel mode versus où l'on peut jouer ensemble sur une même console, NetherRealm a développé un certain nombre de modes en ligne.

test,injustice,injustice gods among us,nether realm,warner, dc comics

Il y a deux grosses possibilités : le Matchmaking où l'on suit une série de règles prédéterminées ou le match privé où l'on édicte nos propres règles. Ensuite, ces deux modes se répartissent en trois sous-modes identiques : 
- Versus, où l'on affronte un adversaire
- King of the Hill (Roi de la colline) où plusieurs joueurs sont rassemblés. Les matchs se font en un contre un, les autres étant de simples spectateurs. Le gagnant reçoit le titre de Roi de la colline mais est susceptible de le perdre dès qu'il est battu par un autre joueur qui devient alors le roi à sa place.
- Survivant, c'est un peu la même chose que le Roi de la Colline, sauf que lorsqu'on perd, on est éjecté du groupe : il ne peut en rester qu'un !

Bref, il y a beaucoup de possibilités de jeu, mais est-ce que le gameplay réussit à nous donner envie de jouer ?

La première chose à comprendre, c'est qu'Injustice se veut accessible : il cherche à toucher le public fan de DC comics en plus des gamers, et cela se ressent. En effet, les commandes sont faciles à aborder : les coups spéciaux propres à chaque personnage se déclenchent d'une simple touche, les attaques ultimes, bien spectaculaires au passage, s'exécutent en pressant les deux gâchettes... Bref, même les pas doués du pad pourront les réaliser facilement. 

test,injustice,injustice gods among us,nether realm,warner,dc comics

Le deuxième élément, qui vient lui aussi renforcer cette accessibilité, est l'interaction avec les décors. En effet, ceux-ci regorgent d'objets à fracasser contre son adversaire, sur lesquels rebondir et cela se fait avec une très grande facilité (une simple pression de la gâchette). De plus, les arènes sont souvent composées de plusieurs niveaux et l'on passe de l'un à l'autre via un gros coup pied à son adversaire qui traverse alors différents décors lors d'une mini-cinématique où l'on voit parfois des caméo d'autres personnages (par exemple le pingouin ou l'épouvantail à Arkham).

C'est assez jouissif : appuyer sur le gros bouton rouge pour déclencher les missiles de la batmobile pour blesser son ennemi, l'envoyer voler à travers les murs ou encore se balancer au lustre pour le prendre par derrière (sic) donnent lieu à des combats encore plus spectaculaires... mais d'un autre côté, cela rend le jeu nettement moins technique et peut entraîner des renversements de situations assez frustrants, surtout que l'équilibrage des personnages n'est pas exceptionnel.

test,injustice,injustice gods among us,nether realm,warner, dc comics

Personnellement, n'étant pas une super douée du pad, ce type de gameplay ne m'a pas spécialement dérangé, cependant il pourra énerver les techniciens du pad^^

Enfin, petit mot sur l'aspect visuel. J'aime beaucoup l'univers DC créé par NetherRealm : je trouve leur vision des personnages et des décors vraiment sympathiques et leurs artworks magnifiques. Cependant, des faiblesses graphiques se font parfois sentir lors des cinématiques ou des gros plans sur les personnages.

De plus, on retrouve le problème récurrent au studio quant à la rigidité des animations et aux personnages féminins, comme par exemple des épaules trop larges et des cheveux peu esthétiques, Wonder Woman étant celle qui en souffre le plus. Autre petit bémol, lors de la sélection du personnage, il n'est pas possible de voir l'aspect du second costume. Malgré ces quelques petits défauts, je reste séduite par l'univers graphique du jeu.

test,injustice,injustice gods among us,nether realm,warner, dc comics test,injustice,injustice gods among us,nether realm,warner, dc comics 

Conclusion

Injustice Gods Among Us reprend l'univers DC comics dans un jeu de combat de façon assez réussie.

Il propose une durée de vie non négligeable avec des nombreux modes différents, tant solo avec son mode histoire bien fourni (même si quelque peu tarabiscoté) que multi. 

Le côté spectaculaire du jeu rentre bien dans l'univers super-héroïque des héros/vilains DC, ce qui est vraiment appréciable, mais cela a un prix : le gameplay peut être ressenti comme trop accessible par les fans de jeux de combat. Et finalement l'Ultra-Violence d'un Mortal Kombat manque cruellement à donner au jeu son style propre.

Injustice est sorti sur PS3, Xbox360 et Wii U.

Ma note : 7,5/10

        

dans Gaming, PS3, Test, Wii U, Xbox360
Tags : test, injustice, injustice gods among us, nether realm, warner, dc comics

[Test] Tiger Woods PGA Tour 14, Un bon drive pour un jeu de golf réussi 
par Quantic

mercredi 08 mai 2013 19:01 0 commentaire

tiger woods pga 14,tiger woods,test,golf,sport,electronic arts

Le golf est un sport que j’ai toujours apprécié en jeu-vidéo. Ce n’est pourtant certainement pas le plus passionnant en termes d’actions mais la réflexion et la dextérité qu’il exige m’a toujours intéressé même si je dois avouer qu’il s’agit aussi de l’un des sports les plus rageants qui existent. Vous savez quand pour la cinquième fois votre petite balle blanche s’arrête à 3 cm du trou.

Mais hormis Everybody’s Golf dans un style très arcade et Manga, cela faisait très longtemps que je n’avais plus touché à une vraie simulation du sport préféré des jardiniers et des anglais (mais n’est-ce pas la même chose ?).

Ainsi, alors que la série des Tiger Woods PGA Tour s’exprime depuis de nombreuses années à cette saison, ce PGA Tour 14 sera le premier à m’accueillir comme joueur et j’en suis plutôt sorti satisfait.

 tiger woods pga 14,tiger woods,test,golf,sport,electronic arts

Un drive en plein sur le Fairway.

Comme tous les jeux de sport, il est possible de se faire un petit 18 trous vite fait bien fait en incarnant un des nombreux joueurs modélisés tout comme de se lancer dans une carrière qui s’étalera sur des centaines d’heures avec un joueur bien à soi (et que l’on peut même créer à son image). Et comble du bonheur, il est même possible de se lancer sur le tournoi féminin de la LPGA. C’est Aelya qui sera contente.

Rajoutez à cela un petit mode bonus sous la forme du tournoi des légendes où l’on vous propose de revivre de grands moments de l’histoire du golf et vous obtenez une simulation ultra complète qui occupera les fans pendant un bon moment.

Bon, je l’avoue, techniquement, j’ai été un peu déçu par l’animation très robotique des joueurs qui montrent autant de charisme qu’une mouette embourbée dans le pétrole et globalement les graphismes commencent à dater. Un passage à la Next Gen permettra sûrement d’un peu moderniser tout cela.

 tiger woods pga 14,tiger woods,test,golf,sport,electronic arts

Pour le gameplay, rien de particulièrement surprenant mais plein de possibilités de réglages de la maniabilité pour que le joueur débutant ne rate pas chaque coup tout en ne complexifiant pas outre mesure  la prise en main. Ainsi, le swing se contrôle entièrement avec le stick gauche et c’est uniquement la dextérité et la rapidité du mouvement qui permettront à notre joueur de réaliser un swing parfait. Petit bémol pour le putting ou le même système s’avère nettement moins réussi à mes yeux tout en n’étant pas impossible à maitriser.

Et si dans les premiers trous, on essaie de maitriser ce gameplay simple mais pas si évident à contrôler, on va rapidement utiliser des réglages évolués (position des pieds, impact sur la balle, ...) pour donner un maximum d'effets à la balle. Les premières tentatives sont souvent catastrophiques mais une fois qu’on a compris le truc, on pourra rapidement s’étonner du résultat. Bref, le gameplay, quoique très classique, est efficace et c’est tout ce qu’on lui demande. A noter qu’il est également possible d’y jouer via PS Move mais je n’ai pas testé cette fonctionnalité qui ressemble plus à un gadget.

 tiger woods pga 14,tiger woods,test,golf,sport,electronic arts

Les parcours (une vingtaine au total) s’avèrent assez bien modélisés et peuvent être joués dans les conditions météo réelles du moment où l'on joue ou à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Jouer au golf par une nuit sans lune, le rêve absolu ;-)

A tous ces modes solos déjà très réussis se rajoute encore le traditionnel mode multi qui se voit enrichi d’un mode Country Club plus complet. Ainsi, chaque joueur est immédiatement associé à un country club afin de pouvoir tout de suite se lancer dans le multi sans prise de tête tandis que le joueur solo pourra comparer ses statistiques à tous ses petits copains du Country Club. Je ne suis pas fan du multi mais le fait de pouvoir jouer aussi simplement avec d’autres golfeurs du monde entier rajoute un sacré paquet d’heures à la durée de vie du jeu et s’avère assez agréable à pratiquer.

 tiger woods pga 14,tiger woods,test,golf,sport,electronic arts

Un bunker par-çi par-là.

Après cette lecture, vous pourriez vous dire que PGA Tour 14 n’a aucun défaut et pourtant même si je le considère comme un excellent jeu de golf, il présente quand même quelques défauts à prendre en compte. D’abord, il est difficile de le conseiller au golfeur débutant. Même si le jeu s’adapte assez bien au niveau de son joueur et permet de progresser rapidement, le manuel s’avère incroyablement incomplet et le tutorial ne couvre qu’une infime partie des possibilités du jeu. PGA Tour 14 se destine donc avant tout aux golfeurs confirmés qui ont déjà usé leurs chaussures sur de précédentes éditions. Ensuite, il est important de noter que le jeu est intégralement en Anglais (unités comprises).

tiger woods pga 14,tiger woods,test,golf,sport,electronic arts

Mais le plus décevant est la volonté très claire d’EA de le transformer en simili pay to win. En effet, avant chaque parcours, on peut associer à son joueur des pins qui lui octroieront des petits bonus comme un meilleur contrôle du spin ou des clubs plus performants. Rien de particulièrement déséquilibrant mais suffisant pour faire pencher la balance en cas de confrontation serrée. En soi, l’idée est bonne et apporte un peu de variété mais ces pins peuvent s'acheter via un système de monnaie virtuelle glanée en fonction de ses performances sur le terrain mais aussi contre de la vraie monnaie cette fois dans le magasin en ligne d’EA. Voilà qui est limite, limite comme procédé.

tiger woods pga 14,tiger woods,test,golf,sport,electronic arts

Conclusion

Tiger Woods PGA Tour 14 est sans aucun doute un excellent jeu de golf que je n’hésite pas à conseiller à tout joueur passionné par ce sport. Même l’amateur pas vraiment passionné que je suis a eu vite fait de se prendre au jeu.

A côté de ses qualités intrinsèques évidentes, PGA Tour 14 présentera quand même de sacrées difficultés aux novices par son manque de documentation et risque même de s’attirer les foudres des joueurs plus aguerris par son système honteux de monnaie virtuelle. Et cet élément seul lui coûte un bon point sur sa note finale.

Ma Note : 7,5/10


        

dans Gaming, PS3, Test, Xbox360
Tags : tiger woods pga 14, tiger woods, test, golf, sport, electronic arts

[Craquage] Watch Dogs : quel Collector choisir ? 
par Aelya

vendredi 03 mai 2013 19:03 7 commentaires

Watch_Dogs nous avait enthousiasmé lors de son annonce l'année dernière et nous attendons avec impatience sa sortie le 21 novembre prochain. Incarner un hacker dans un monde ouvert, cela ne pouvait que nous emballer^^

Comme d'habitude, Ubisoft nous propose plusieurs éditions collector et nous offre donc un dilemme de choix : laquelle choisir ? Car vous me connaissez, la question n'est pas vais-je craquer mais vraiment pour laquelle vais-je craquer ?

Je sais, je suis trop faible... mais il faut dire que ces éditions mettent l'eau à la bouche^^

L'édition DEDSEC :

watchdogs, watch dogs, ubisoft, collector, craquage

Le collector proposera le contenu physique suivant :

• Une Figurine d'Aiden Pearce de 23 cm : vous connaissez mon faible pour les figurines et franchement, elle n'a pas l'air mal du tout^^

• Un Steelbool : perso, j'aime vraiment ce genre de boitiers, en général, ils sont vraiment classes et celui-ci ne semble pas faire exception^^

• Un Artbook, par contre il n'est pas dit le nombre de pages, ni le format, ce qui me fait toujours un peu peur.

• La Bande son officielle sur CD

• Une Carte de Chicago 

• Un lot de 4 cartes pour réalité augmentée à l’effigie des personnages emblématiques du titre : je me demande comment cela va fonctionner...

• Un lot de 3 badges exclusifs

En plus, on aura droit à du contenu numérique : 3 missions supplémentaires qui permettront de remporter diverses récompenses comme de meilleurs compétences ou de meilleurs armes.

• La mission "PACK PALACE"qui donnera, si réussie, un bonus d'Investigation et une amélioration du Hacking des distributeurs automatiques.

• La mission "SIGNATURE SHOT" qui débloquera, si réussie, un équipement aux couleurs du gang des Black Viceroys et le fusil d'assaut biométrique.

• La mission "BREAKTHROUGH" qui permettra de remporter l'expertise pour les véhicules (des modèles de voitures supplémentaires et des réductions sur les prix)

L'édition VIGILANTE 

watchdogs, watch dogs, ubisoft, collector, craquage

Le collector proposera le contenu physique suivant :

• La casquette et le masque d’Aiden Pearce, de quoi se faire un petit cosplay sympathique^^
 
• La bande son officielle du jeu (sur CD)

Du point de vu bonus numérique, on aura droit à une seule mission supplémentaire :

• La mission "PACK PALACE" qui donnera, si réussie, un bonus d'Investigation et une amélioration du Hacking des distributeurs automatiques.

Je ne sais pas s'il s'agit d'une édition exclusive Uplay, mais c'est le seul endroit où je l'ai vu en vente pour l'instant.

L'édition Exclusive Uplay

watchdogs, watch dogs, ubisoft, collector, craquage

Comme son nom l'indique, elle n'est disponible que sur le site Uplay.

Son contenu physique ne se composera que du Steelbook, par contre, elle proposera les trois missions de l'édition DEDSEC en contenu numérique. 

Elle représente donc un compromis sympathique pour qui voudrait seulement le contenu digital.

L'édition Spéciale

watchdogs, watch dogs, ubisoft, collector, craquage

Son unique contenu supplémentaire est numérique : il s'agit  de la mission « BREAKTHROUGH » qui permettra de remporter l'expertise pour les véhicules (des modèles de voitures supplémentaires et des réductions sur les prix).

Je dois avouer que l'édition qui me fait le plus envie est la DEDSEC : j'ai énormément de mal à résister aux éditions proposant des figurines, surtout que les autres suppléments de cette édition sont également très tentants...

Cependant, je me laisserais également bien tenter par l'édition VIGILANTE : j'aime le fait de recevoir la casquette et le masque^^

Enfin, je pense que la figurine va l'emporter^^

Et vous ? Laquelle vous tente le plus ?

Watch dogs est prévu sur PS3, PS4, Xbox360, Wii U et PC.

        

dans Craquage, Gaming, PC, PS3, PS4, Wii U, Xbox One, Xbox360
Tags : watchdogs, watch dogs, ubisoft, collector, craquage

[Test] Lego City Undercover : le GTA de la Wii U 
par Aelya

mercredi 01 mai 2013 18:55 0 commentaire

 lego city undercover,test,nintendo,wii u

Depuis la mise en vente de la Wii U l'hiver dernier, peu de jeux exclusifs sont sortis dessus. On attend avec impatience les annonces concernant un Zelda, un Super Smash Bros mais pour l'instant, cela reste trop très calme. Aussi quand une exclusivité pointe le bout de son nez, on ne peut que s'y intéresser.

Lego City Undercover nous propose d'incarner Chase McCain, un policier qui revient à Lego City pour arrêter Rex Fury, un criminel qu'il avait arrêté grâce à la jolie Nathalia mais qui a réussi à s'échapper de prison, créant une vague de crimes dans la ville et menaçant Nathalia.

On a affaire à un monde ouvert du style Grand Theft Auto, sauf qu'ici, nous faisons partis des gentils et même lorsqu'on écrase quelqu'un avec sa voiture, il se relève ou lorsqu'on sort vainqueur d'un combat, on se contente de lui passer les menottes. Le style Lego l'emporte donc sur le sytle GTA avec une ambiance qui reste très bon enfant.

lego city undercover,test,nintendo,wii u

Monde ouvert oblige, on a la possibilité de se balader partout dans la ville de Lego City. Celle-ci est assez vaste et a un petit côté Los Angeles/San Francisco et l'on dispose d'une foule de véhicules pour la découvrir. Cependant, il ne sert à rien de partir l'explorer dès le début du jeu. La plupart des interactions sont alors bloquées (portes fermées, lieux inaccessibles...) tant que l'on n'a pas débloqué le costume nécessaire via l'histoire principale.

Chase va en effet pouvoir revêtir différentes apparences, chacune possédant des capacités spéciales pour interagir avec l'environnement. Policier, il possède un grappin pour se hisser à certains endroits, mineur, il manipule la dynamite et peut casser des rochers, voleur, il crochète des serrures, etc. Donc, sans le costume adapté à la situation, on est coincé.

lego city undercover,test,nintendo,wii u

J'avoue avoir trouvé cela un tant soit peu frustrant : dans un monde ouvert, j'aime pouvoir partir à l'aventure comme bon me semble (la preuve avec Skyrim où j'ai joué plus de trente heures avant ne serait-ce que commencer la quête principale^^), surtout que parfois, lorsqu'on se retrouve bloqué, on se demande si c'est parce qu'on n'est pas doué ou parce qu'il nous manque le bon déguisement.

Bref, Lego City Undercover nous impose de suivre le scénario principal avant de pouvoir explorer la ville qui fourmille d'activités diverses et variées : c'est un peu comme mettre un gâteau devant un enfant et lui dire "seulement quand tu auras fini tes devoirs".

lego city undercover,test,nintendo,wii u

Heureusement, le scénario est sympa, pas très profond (la cible est enfantine), mais agréable à suivre et plein d'humour 1er degré. En effet, on retrouve le fameux humour "Lego" qui ne vole pas bien haut mais fait vite sourire et qui est bourré de références cinématographiques ou vidéoludiques... Ainsi, au commissariat, on croise Starky et Hutch ou l'inspecteur Harris. En prison, on peut rencontrer un équivalent de Morgan Freeman dans The Shawshank Redemption. Lorsqu'on apprend le Kung Fu, on redécouvre Matrix...

De plus, ce scénario nous tiendra en haleine (enfin, on devine très vite ses tenants et aboutissants quand même...) pendant une vingtaine d'heures. Et, à cela, s'ajoute toutes les possibilités d'exploration liées au monde ouvert de Lego City qui se composent elle-même d'une bonne vingtaine de zones regorgeant d'objectifs originaux : le jeu a donc une très grande durée de vie.

lego city undercover,test,nintendo,wii u

Cependant, en partie à cause de cette diversité et de cette grande ville ouverte, le jeu souffre de temps de chargement relativement longs et donc assez pénibles, surtout quand il s'agit juste de charger une cinématique... 

Pour jouer à Lego City Undercover, pas le choix, il faudra utiliser le Gamepad et il faut reconnaître que celui-ci est assez bien exploité. Il permet d'afficher la carte, de scanner son environnement pour trouver des objets ou criminels cachés, d'écouter certaines conversations... Rien de bien révolutionnaire (on aurait pu faire la plupart de ces actions via une manette classique) mais c'est sympathique. Cependant, l'utilisation du gamepad a une limitation : il sera impossible de jouer plus de 4 heures d'affilées à cause de son autonomie, or le gamepad ne prévient pas quand il n'a plus de batterie, il faut donc se méfier !

lego city undercover,test,nintendo,wii u

Enfin, la jouabilité est plutôt bonne même si le jeu souffre de quelques imprécisions dans ses déplacements, causant quelques petits énervements par-ci par-là^^

Conclusion

Lego City Undercover offre à la Wii U une exclusivité de choix. Non seulement, le titre est sympathique, drôle, fidèle à la série, mais en plus il propose une durée de vie impressionnante de par son monde ouvert riche et varié où il fait bon se perdre (une fois suffisamment de costumes débloqués).

Il saura plaire aux plus jeunes tout en satisfaisant les plus âgés même si le challenge ne sera pas très relevé pour ceux-ci.

Il est juste un peu dommage de ne pouvoir y jouer qu'en solo. J'aurais bien aimé explorer cette ville aux côtés de Quantic ;-)

Ma note : 7,5/10


        

dans Gaming, Test, Wii U
Tags : lego city undercover, test, nintendo, wii u

GTA V, trois nouveaux trailers pour le jeu le plus attendu de l'année 
par Quantic

mardi 30 avril 2013 18:59 0 commentaire

 gta 5,gta v,trailer,personnages,videos,rockstar

Vous nous connaissez, on ne fait pas souvent d'articles liés à un simple trailer ou à un nouveau paquet de screenshots envoyés par les éditeurs mais de temps en temps, on fait une exception pour les jeux qu'on attend vraiment et GTA V en fait bien sûr partie.

Et même si GTA IV m'avait un peu déçu, le fait que ce cinquième épisode reprenne l'univers du mythique San Andreas (mon épisode préféré) me laisse espérer le meilleur.

Cette impression est largement confirmée par ce triple trailer que Rockstar vient de rendre public. On découvre ainsi les personnalités des trois héros de GTA V, à savoir Michael, le père de famille pas très net, Franklin, le membre de gang modèle rappeur et Trevor, le bouseux complètement barge.

Voilà qui nous promet un sacré bon moment lors de la sortie du jeu mais place au trailer.

J'espère pouvoir bientôt mettre mes mimines sur le jeu et vous serez bien sûr les premiers informés de mes impressions.

GTA V est annoncé pour le 17 Septembre sur PS3 et Xbox 360.

        

dans Gaming, PS3, Xbox360
Tags : gta 5, gta v, trailer, personnages, videos, rockstar

Dead Island Riptide : Notre interview d'Anthony Cardahi, Creative Director 
par Aelya

lundi 29 avril 2013 19:16 1 commentaire

Lors de l'event pour le lancement de Dead Island Riptide (dont vous pouvez lire le compte-rendu), nous avons pu interviewer Anthony Cardahi, le Directeur Créatif du jeu (qui est d'ailleurs un sacré poseur comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous ;-) ).

 dead island,dead island riptide,riptide,anthony cardahi,interview

Couple of Pixels : Quand avez-vous décidé de faire une suite à Dead Island ?

Anthony Cardahi : Pratiquement vers la fin du développement de Dead Island. 

A mesure qu’on avançait sur le projet, on s’est rendu compte qu’il y avait plein de choses qu’on aurait voulu rajouter ou peaufiner, etc.  

Malheureusement, il y a un jour où le jeu doit bien sortir, mais dès ce moment-là, on était déjà confiant d’avoir des réactions assez positives, on ne s’attendait juste pas à ce que ce soit aussi positif que ça !

On avait quelque chose de solide et on s’est donc mis direct au boulot sur toutes les améliorations qu’on pourrait intégrer, tout le temps qu’on n’avait pas pu investir sur certaines fonctionnalités et ce fut un peu le début du développement de Riptide.

Couple Of Pixels : L’une des originalités de Dead Island premier du nom était le fait qu’il s’agissait principalement de combat au corps-à-corps. Cependant, vous mettez en avant le fait d’avoir nettement amélioré le système de combat à distance. N’avez-vous pas peur de perdre un peu cette originalité ?

Anthony Cardahi : On a amélioré les mécaniques du combat à distance car, même lorsqu’on trouvait ce type d’arme dans le premier, réussir à mettre une balle dans la tête du zombie, c’était galère. On a donc vraiment voulu améliorer ce système-là. 

dead island,dead island riptide,riptide,anthony cardahi,interview

On a aussi remarqué que certains joueurs étaient plus portés sur les armes à feu. Par exemple, Purna, dans son arbre de talents, a pas mal de compétences qui sont spécialisées dans les armes à feu. On s’est dit qu’il fallait que ces joueurs puissent aussi profiter du plaisir de faire évoluer son personnage et d’utiliser son arme de prédilection à travers tout le jeu.

Donc, on a voulu améliorer un peu la disponibilité des armes et des munitions, mais cela reste quand même très loin de ce qu’un pur shooter ferait.

Armes à distance ne veut pas nécessairement dire pistolet, shotgun ou mitrailleuse, et c’est pour ça qu’on a intégré des armes un peu plus loufoques ou inattendues comme le fusil à harpons ou le pistolet à clous qui permettent de profiter des compétences liées aux armes à feu sans pour autant être une mitraillette, et qui compensent aussi l’absence de munitions car celles-ci peuvent être ramassées sur l’ennemi.

Couple Of Pixels : L’autre grande originalité de Dead Island est son cadre paradisiaque à l’opposé des standards du genre. Dans Riptide, le cadre reste similaire. Quelle est donc l’originalité de Riptide ?

Anthony Cardahi : Au niveau du cadre similaire, c’était complètement voulu et assumé. Ce qu’on a voulu faire, c’est même aller plus loin que ce qui avait été fait dans Dead Island. 

Celui-ci avait en fait une première partie qui était vraiment île paradisiaque, mais à partir du moment où l’on rejoignait Moresby, cela devenait un peu plus glauque, un peu plus austère. Là, on a vraiment voulu essayer d’étendre le côté paradisiaque à toute l’île, ce qui explique le fait qu’Henderson ressemble plus à Nice ou une ville de Sicile qu’à une favela de Rio. 

dead island,dead island riptide,riptide,anthony cardahi,interview

L’autre élément d’originalité qui va impacter le cadre du jeu, ce sont les inondations et l’élément aquatique qui se manifestent à la fois à travers le level design dans les zones inondées qui vont affecter la locomotion et nous permettre d’intégrer les bateaux comme véhicules, le sentiment de danger à travers des zombies "drowners" (noyeurs) qui peuvent surgir de l’eau à tout moment, mais aussi à travers du système de météo dynamique.

Celui-ci peut transformer un magnifique ciel bleu en une tempête tropicale avec du vent et des pluies torrentielles à la volée et cela va affecter à la fois l’atmosphère, l’ambiance qui va tout à coup passer de ‘tout se passe bien’ à ‘mmh, je me sens plus trop à l’aise d’un coup’, mais aussi le gameplay car cela affecte la visibilité et l’eau peut cacher le danger.

Je pense que ces éléments-là suffisent à donner à la nouvelle île une identité propre et à la faire percevoir différemment par les joueurs.

dead island,dead island riptide,riptide,anthony cardahi,interview

Couple Of Pixels : L’eau est donc un nouvel élément de gameplay important. Va-t-elle monter lorsqu’il se mettra à pleuvoir et sera-t-il possible de nager, voire se noyer ?

Anthony Cardahi : Cela fait partie des choses auxquelles on aurait aspirées mais cela ne sera pas le cas dans Riptide. 

Couple Of Pixels : Dans Dead Island, il y avait 4 personnages, deux garçons et deux filles, ce qui respectait l’équilibre des sexes. Mais ici, vous avez seulement ajouté un personnage masculin, John Morgan, brisant cet équilibre. Pourriez-vous nous expliquer pourquoi ?

Anthony Cardahi : John Morgan a un côté très féminin (rire). 

Le choix de John Morgan a été en partie lié à deux choses. D’un côté, quel était le talent entre guillemet manquant qui pourrait représenter une complémentarité avec le "cast" existant de survivants, et, là, c’était le combat à mains nues qui a tendance à vous faire pencher vers le boxeur, les arts martiaux, etc. 

dead island,dead island riptide,riptide,anthony cardahi,interview

Le deuxième élément, c’est le background militaire qui est celui de John Morgan mais qui est aussi un thème que l’on explore un peu plus dans Riptide du point de vue narratif : voir comment l’armée a réagi à la crise, où est-ce qu’ils étaient, ce qu’ils faisaient, essayer d’avoir ce genre de réponses… 

Donc, avec ces deux éléments, et au fur et à mesure qu’on avançait on se disait que ce serait vraiment bien d’avoir ce genre de mec qui fait du Kung-Fu, qui se déchaine à coups de poing et de pied sur les zombies. On a commencé à avoir de plus en plus cette image et c’était Chuck Norris quoi ! Et Chuck Norris, il fallait que ce soit un mec !

Couple Of Pixels : Quelle est votre réponse aux personnes qui disent que Dead Island Riptide ressemble plus à un Add-On qu’à une véritable suite ?

Anthony Cardahi : Je pense que ce sont des personnes qui n’ont pas nécessairement lu ou entendu parler de la quantité de contenu qu’il y a dans Riptide.

dead island,dead island riptide,riptide,anthony cardahi,interview

En terme de quantité et de temps de jeu, on est quasiment au niveau du jeu originel. Au niveau des améliorations qui ont été faites, on a travaillé sur chacun des éléments du jeu originel, on a rajouté des nouvelles mécaniques qui permettent de surprendre les joueurs et l’environnement à explorer est entièrement nouveau, il n’y a pas un seul lieu de la première île qu’on va recroiser. 

Tout a été construit, préparé : il y a de nouvelles chaines de quêtes, un nouveau propos narratif, des enregistrements de voix qui ne sont pas comparables à ce qu’on attendrait d’un add-on.

Et généralement, la quantité de travail, la quantité de contenu qui sont allées dans le projet font que l’on est bien au-delà de ce que pourrait être un simple add-on.

Couple Of Pixels : Merci beaucoup !

Anthony Cardahi : Avec plaisir !

Dead Island Riptide est disponible depuis le 26 Avril sur PS3, Xbox 360 et PC.

Nous n'avons pas encore rédigé notre test mais vous pouvez consulter nos premières impressions sur le jeu (accompagné de quelques charmantes zombies).

        

dans Gaming, Preview, PS3, Xbox360
Tags : dead island, dead island riptide, riptide, anthony cardahi, interview

[Test] Army of Two : Le cartel du Diable, la coop en vedette 
par Quantic

vendredi 26 avril 2013 19:11 1 commentaire

 army of two devils cartel,army of two,tps,coop,electronic arts,test

Army of Two est la licence d’Electronic Arts qui a toujours mis le plus en avant l’aspect coopératif du gameplay typé TPS. L'exemple même que le multi coopératif avait atteint une espèce de maturité en offrant la possibilité de rassembler ses amis dans son salon pour jouer ensemble et plus seulement l’un contre l’autre. Et ce n’est pas ce troisième épisode qui dira le contraire puisqu’une fois qu’il s’aborde en solo, il perd immédiatement tout son charme.

 army of two devils cartel,army of two,tps,coop,electronic arts,test

Ce Cartel du Diable commence très fort puisqu’il fait table rase du passé. Rios et Salem, les anciens héros, font place à deux petits nouveaux très anonymement nommé Alpha et Bravo mais ces braves tatoués ne se montrent pas vraiment à la hauteur. Ainsi, le scénario nous amène à trucider la moitié du Mexique à la recherche du leader du fameux Cartel sur fond de vengeance féminine. Oui, oui, féminine.. Car Fiona, sauvée du Cartel, quelques années auparavant par Alpha et Bravo donnera au jeu une petite touche de charme plutôt bienvenue même si elle se cantonne malheureusement à un rôle purement esthétique (est-ce que la T.W.O serait trop machiste pour engager quelques femmes ? ;-)). On enchaîne donc rapidement les scènes de shoot en ne se passionnant absolument pas pour un scénario digne d’une médiocre série B d’action.

 army of two devils cartel,army of two,tps,coop,electronic arts,test

Le gameplay n’est pas non plus exempt de toute critique et par certains côtés est même moins abouti que celui proposé dans les précédents épisodes. Ainsi, le système de couverture, fer de lance de tout bon TPS, s’avère très imprécis et il est courant de passer son temps à essayer de se cacher derrière un objet sans y parvenir. Les armes, pourtant très nombreuses et entièrement customizables, se montrent très proches les unes des autres au point que le simple fusil d’assaut constitue rapidement le standard avec lequel on peut tout faire... même jouer au sniper. Enfin, l’aspect coopératif se montre moins mis en avant que par le passé en proposant essentiellement la sempiternelle scène de la mitrailleuse à contourner tandis que son collègue attire le feu. Heureusement, d’autres scènes coopératives relèvent le niveau et permettent quand même de prendre un peu de plaisir quand on joue avec un autre humain.

army of two devils cartel,army of two,tps,coop,electronic arts,test army of two devils cartel,army of two,tps,coop,electronic arts,test

Pour rester dans le sujet du coopératif, insistons bien sur le fait qu’il est possible de réussir de belles manœuvres même en dehors des scripts prévus par le jeu en attirant volontairement le feu des ennemis à soi tandis que son collègue sniper, perché sur les hauteurs s’occupera des ennemis les plus enthousiastes. Il faut aussi signaler le fun incroyable que procure le mode overkill pendant lequel les munitions sont illimitées alors même que l’on devient invincible. La destruction qui envahit l’écran en deviendrait presque orgasmique.

D’un point de vue technique, on sent que le moteur graphique commence à accuser le coup et on est très loin d’être ébahi par ce qui est affiché à l’écran. Je retiendrai juste le fait que la quasi totalité de l’environnement est destructible et qu’après notre passage, il n’y a plus que des ruines. A l’inverse, l’IA des adversaires laisse à désirer, ceux-ci n’étant pas très malins. En dehors de leur nombre parfois impressionnant et de leur étonnante capacité à se remettre de leur blessure, ils ne proposeront pas un challenge impossible.

 army of two devils cartel,army of two,tps,coop,electronic arts,test

Mais là où l’IA blesse le plus, c’est dans le mode solo. Avec un partenaire humain, les choses se passent plutôt bien et le travail d’équipe est plutôt facile à mettre en place. Mais en solo, bonjour les bugs de scripts et le partenaire collé sans arrêt à vos pieds. Impossible donc de prendre le même plaisir en solo qu’en multi et je ne peux donc que vous encourager à lancer l’aventure avec un ami. C’est ce que nous avons fait puisque nous avons parcouru l’aventure ensemble via l’excellent split screen et je vous avoue que malgré tous les défauts listés ci-dessus, nous avons pris pas mal de plaisir à parcourir la petite dizaine d’heures de jeu nécessaire à l’accomplissement du scénario principal.

army of two devils cartel,army of two,tps,coop,electronic arts,test

Conclusion

Army of Two : El Diablo’s Cartel est un jeu entièrement construit autour de son mode coopératif et c’est donc en coopératif qu’il se doit d'être découvert (via split screen ou en ligne) et je déconseille donc fortement la découverte de ce titre en solo.

Néanmoins, même parcouru en coop, cette troisième mouture de la licence Army of Two déçoit par un gameplay en deçà de ses précédents épisodes. Il nous reste quand même un vrai défouloir où le nombre d’explosions à la minute dépasse l’entendement. Donc, même si ce jeu ne restera pas dans les annales du jeu vidéo, ce titre s’avère un moyen tout à fait correct de passer le temps en bonne compagnie.

A noter qu’en tant que couple de gamers, nous remercions EA Montreal d’avoir implémenté un splitscreen aussi réussi et de donner donc la possibilité aux joueurs de pouvoir se défouler dans la même pièce. C'est peut-être un détail pour vous, mais pour nous, ça veut dire beaucoup^^ Et c'est un gros point positif pour ce titre.

Ma Note : 6,5/10

        

dans Gaming, PS3, Test, Xbox360
Tags : army of two devils cartel, army of two, tps, coop, electronic arts, test

Neverwinter : Mes impressions après un week-end de béta 
par Aelya

mardi 23 avril 2013 19:15 2 commentaires

 neverwinter, beta, preview, cryptic, impressions

Neverwinter est le nouveau MMO free-to-play de Cryptic Studios, basé sur la Quatrième édition des Royaumes Oubliés de Donjons & Dragons. L'an passé, lors de la Gamescom, j'avais pu rencontrer le CEO du Studio et avoir un aperçu du jeu (je vous invite à lire notre article ici).

Grâce à la béta, j'ai maintenant pu y jouer et voici donc mes impressions.

Un élément très important dans un MMO (en tout cas à mes yeux) est la création et la personnalisation des personnages. Je dois avouer que j'attendais beaucoup des créateurs de City Of Heroes, le premier MMO de super-héros qui offrait un outil de création des personnages extrêmement poussés avec une tonne de possibilités. Je dois avouer que j'ai été déçue... En effet, les choix ne sont pas si nombreux, assez similaires suivant les différentes races et les personnages pas spécialement beaux... Par pitié, j'aimerais trouver de vrais cheveux longs ! Enfin, c'est souvent le cas dans les MMO occidentaux (contrairement aux orientaux comme Aion, Tera...).

neverwinter, beta, preview, cryptic, impressions neverwinter, beta, preview, cryptic, impressions neverwinter, beta, preview, cryptic, impressions neverwinter, beta, preview, cryptic, impressions

Néanmoins, Neverwinter offre la possibilité de choisir son background (la ville d'origine du héros ainsi que son histoire) et le dieu que l'on souhaite honorer, ce qui est toujours sympa^^

Le jeu propose déjà 7 races jouables (Humain, Demi-Elfe , Elfe, Demi-orc, Nain, Halfling, Tiefling) et 5 classes (Great Weapon Fighter, Guardian Fighter, Trickster Rogue, Devoted Cleric, Control Wizard) mais va certainement en proposer d'autres d'ici la sortie.

Neverwinter se présente comme un MMORPG d'action, c'est-à-dire que le système de combat requiert de viser un tant soit peu son adversaire et d'esquiver. Ainsi un réticule de visée se trouve au centre de l'écran et l'on doit utiliser la souris pour l'orienter, les zones d'attaques des ennemis apparaissent en rouge sur le sol pour nous permettre de tenter de les esquiver et les sorts se lancent grâce à des touches du clavier vu que la souris est occupée à viser. De ce fait, seuls quelques sorts pourront être sélectionnés : il faudra faire des choix et monter une vraie stratégie.

neverwinter, beta, preview, cryptic, impressions

Perso, j'ai testé un Control Wizard et un Trickster Rogue et j'ai bien aimé : le système est assez sympa et la visée est assez souple (dans le sens où l'on peut se permettre de viser en gros l'ennemi). Cela demande un peu plus d'action et de réaction^^

A partir du niveau 15, on reçoit un compagnon. On peut le choisir parmi différentes classes, chacune ayant une apparence différente. Par exemple, en tant que mage, je me suis jetée sur un guerrier car je galérais un peu toute seule dès qu'il y avait trop d'ennemis, or cette classe est représentée par un homme barbu en armure, tandis que d'autres classes sont des loups, des sangliers... On peut renommer son compagnon (je l'ai donc bien évidemment appelé Quantic ;-)), lui customiser ses armes/armures, lui apposer des runes et l'entrainer. J'avoue que son arrivée m'a bien aidée^^

neverwinter, beta, preview, cryptic, impressions

Le jeu se passe à Neverwinter (vu le titre, c'est un peu évident ;-)). La ville est divisée en plusieurs zones instanciées et l'on se déplace de l'une à l'autre pour effectuer nos quêtes qui se trouvent elles-aussi souvent dans des instances (cet aspect me rappelle assez City Of Heroes d'ailleurs^^).

Les quêtes et instances font très "Donjons & Dragons" à savoir salle, monstre, trésor^^ C'est donc très classique, cependant, on se laisse facilement prendre au jeu et on les enchaine sans s'en rendre compte... Et c'est une femme enceinte de huit mois qui attrape des maux de dos terribles dès qu'elle reste trop longtemps devant le PC qui vous le dit ;-)

neverwinter, beta, preview, cryptic, impressions

De plus, l'un des gros atouts de Neverwinter est la Foundry, l'outil de création de quêtes/instances par et pour les joueurs. J'ai testé une série de quêtes créées de cette manière et je dois avouer que cela m'a bien plu^^ Il n'y a pas de grosses différences avec les "vraies" quêtes du jeu, si ce n'est qu'elles peuvent un peu plus sortir des sentiers battus.

A la fin, on est invité à laisser une note, un commentaire et, si on le désire, on peut rétribuer le créateur de la quête en lui offrant de l'or. Si on a vraiment aimé cette quête, on peut aussi s'abonner à son créateur pour voir lorsqu'il en publie une nouvelle. 

Je n'ai pas testé l'outil de création en lui-même, peut-être une prochaine fois^^

neverwinter, beta, preview, cryptic, impressions

Conclusion

Neverwinter est un nouveau MMORPG free-to-play, un genre qui se multiplie ces derniers temps, mais ses développeurs, Cryptic, sont expérimentés et ont créé un MMO qui restera à jamais dans mon coeur, City Of Heroes (sans lui, je n'aurais jamais rencontré Quantic^^).

Le jeu se révèle classique, mais on se laisse assez vite happer par les différentes quêtes que l'on enchaine sans trop s'en apercevoir.

De plus, la Foundry, cet outil de création de quêtes par les joueurs, promet une multitude de possibilités et donc un contenu sans cesse renouvelé.

J'avoue que j'ai aimé jouer à Neverwinter pendant ce week-end de Béta et, une fois qu'il sera sorti, en tant que free-to-play, je pourrai donc y rejouer quand l'envie me prendra.

La béta ouverte doit commencer ce 30 Avril, ce qui vous permettra aussi de tester le jeu^^

        

dans Gaming, MMO, PC, Preview
Tags : neverwinter, beta, preview, cryptic, impressions