Lollipop Chainsaw : Interview du producteur Scott Warr 
par Aelya

jeudi 24 mai 2012 20:12 1 commentaire

 lollipop chainsaw,interview,producteur,warner bros

Nous avons eu la chance de nous voir accorder une interview avec Scott Warr le producteur de Lollipop Chainsaw (plus d'informations sur ce jeu qui s'annonce vraiment bon dans notre preview).

Cette interview s'est déroulée dans une sorte de bar avec la musique à fond, résultat : Comprendre ou ne serait-ce qu'entendre les propos de Scott Warr s'est avéré parfois délicat...

Voici donc ce que nous avons réussi à reconstituer malgré le bruit, la musique, les cris de zombies et les exclamations enthousiastes d'une cheerleader blonde^^

Couple Of Pixels : Lollipop Chainsaw et No More Heroes semblent avoir un certain nombre de points communs. A quel point ces deux jeux se ressemblent-ils ?

Scott Warr : Quand Suda est venu nous voir au sujet du jeu, il avait cette idée avec une tronçonneuse, une pompom girl qui découpe des zombies avec des arcs-en –ciel... Après ça, tout était fini et le développement du jeu s’est mis en route. Suda, Warner Bros et moi n’avons jamais regardé derrière nous.

On s’est demandé ce que les gens aimaient dans les jeux de Suda51 : ça, c’est ce que j’aimais dans No More Heroes, ça c’est ce que j’aimais dans Shadows... Je pense que vous retrouverez beaucoup d’éléments de No More Heroes.

Avoir un système permettant de faire évoluer Juliet, de la rendre plus forte est une des similitudes avec No More Heroes. Il y aura ainsi un certain nombre de recoupements entre les deux titres.

 lollipop chainsaw,interview,producteur,warner bros

COP : D’où est venue l’idée d’une pompom girl trucidant des zombies ? Vient-elle de Suda ?

S.W. : Tout à fait ! Je n’arrêtais pas de le lui demander tout le temps et il me donnait comme réponse : « j’étais aux toilettes et réfléchissais quand j’ai eu cette idée... » Il m’a toujours donné cette même réponse. Tout le monde lui pose cette question et il ne donnera jamais une vraie réponse.

C’est la même chose avec James Gunn. On lui demande comment il est arrivé à un tel résultat, à un tel script et il ne vous donne jamais cette fameuse réponse mais va tourner autour du pot.

Mais, quand j’ai vu ça pour la première fois, cette cheerleader qui découpe des zombies en faisant jaillir du sang partout et des arc-en-ciel, je me suis dit, mon dieu, il faut que je m’occupe de ce jeu et on m’a dit « Génial, on pense que tu es parfait pour ce jeu. Au fait, est-ce que tu sais qui est Suda51 ? » Ce à quoi j’ai répondu « Absolument ! »

Pour moi qui suis un fan immense, qui ai joué à tous ses jeux, les ai tous adorés, faire partie de ce jeu, le voir, travailler à ses côtés, être au cœur de tout, aider, voir l’évolution du processus, être impliqué dans les choix de designs, tout ça, c’est vraiment quelque chose de génial à vivre.

COP : Malgré tout, quand je vois le jeu, je ne peux m’empêcher de penser à Buffy contre les Vampires. Ici, ce serait Juliet contre les Vampires. Pensez-vous que Suda51 a pu s’en inspirer un peu ?

S.W. : Tout à fait ! Et là encore, j’ai aussi posé cette question et il répondait vaguement avec un " Euh non ". On ressent clairement une influence de Buffy mais cela reste différent, il y a même une blague sur les « Running Zombies ». Il y a beaucoup d’influences et elles viennent à la fois de Suda51 et de James Gunn.

COP : Sinon, est-ce qu’une différence flagrante entre Buffy et Juliet ne serait pas que cette dernière embrasse complètement son origine ?

S.W. : Oui et non. Juliet n’a pas toujours été la chasseuse de zombie pleine de confiance en elle, un peu comme Buffy qui n’aimait vraiment pas ça et ne voulait pas tuer des vampires. Mais Juliet, elle, a toujours voulu faire partie de ça, tout comme le reste de sa famille qui sont  des chasseurs de zombies.

 lollipop chainsaw,interview,producteur,warner bros

COP : Parlons des Arcs-en-ciel. En général, les jeux classiques mixent des filles sexy au genre horreur. Cependant, vous avez choisi d’y intégrer un aspect un peu plus déjanté. Qui a décidé ça ?

S.W. : Là encore, Suda est arrivé... On ne sait jamais à quoi s’attendre avec lui. Voir des arcs-en-ciel, une  cheerleader, une tronçonneuse, un jeu intitulé Lollipop Chainsaw, cela semble si simple... et pourtant rien de semblable n’a jamais été réalisé. Quand vous connaissez le type derrière tout ça cela ne vous surprend pas.

Mettre des arcs-en-ciel et des petites étoiles, c’était ajouter un nouvel élément au genre. Quand on pense à l’horreur, au gore, on imagine du sang, que du sang et rien d’autre.

Dans notre jeu, le sang va se transformer en cœur et inversement les cœurs vont se transformer en sang : on obtient donc cet énorme chassé-croisé entre le sang, les paillettes et les arcs-en-ciel, c'est ce que j’adore dans ce jeu.

 lollipop chainsaw,interview,producteur,warner bros lollipop chainsaw,interview,producteur,warner bros

COP : Pourra-t-on faire évoluer Juliet ?

S.W. : On gagne des médailles en tuant des zombies qu’on peut dépenser pour améliorer des compétences : tirer plus loin, se relever plus vite. Cela ne semble pas grand-chose mais il y a beaucoup dans ce « pas grand-chose » et cela vous aide vraiment tout au long du jeu.

COP : Qu’en est-il des costumes ? Y aura-t-il des DLC ?

S.W. : Pas de DLC. On est très content du nombre de costumes présents dans le jeu ainsi que le nombre d’objets déblocables et collectionables.

Dans beaucoup de jeux, on reçoit seulement une ou deux tenues puis il faut payer, mais dans notre jeu, il y a une tonne de costumes et de façon de les débloquer. Il faudra réfléchir à la manière de faire, la tenue ne sera pas accessible directement, elle ne sera pas servie tout cuite sur un plateau.

Cela rajoute un aspect au jeu, obligeant parfois à retourner en arrière pour trouver la solution.

COP : Les pouvoirs de Juliet évoluent au cours du jeu et on y croise des mini-jeux, des sport-games. Pouvez-vous nous en dire plus ?

S.W. : Quand vous commencez le jeu, vous devez vous habituer au gameplay. Vous pouvez vous frayer un chemin à la hack-and-slash, et c’est le plus facile, mais certains joueurs veulent aussi du challenge.

Comme mini-jeux, Il y a, par exemple, le Zombie Nick où vous mettez la tête de son petit copain sur le corps d’un zombie, il y a aussi du Zombie basketball et dans d’autres niveaux, il y a beaucoup d’autres mini-jeux, comme du baseball.

 lollipop chainsaw,interview,producteur,warner bros

COP : Pourra-t-on jouer les sœurs de Juliet ?

S.W. : Non, elles ne seront pas jouables.

On y a beaucoup pensé mais juste incorporer Nick a demandé beaucoup de réflexion. Qu’allons-nous faire avec lui ? Il est un élément clé mais c’est une tête décapitée, que peut-on faire avec ça ? De nombreuses idées fusaient : il devrait pouvoir se balader, contrôler quelqu’un ou se faire contrôler par quelqu’un...

Puis on a tout ramené à ce que Suda avait dit à l’origine lors d’un meeting : le jeu concerne Juliet. Il n’y a donc que certaines choses qui peuvent être faites avec Nick.

Le même principe s’est appliqué aux deux sœurs : on a préféré se concentrer sur Juliet. Donc vous pourrez les utiliser, elles vous aideront et vous accompagneront durant l’histoire mais l’action se fait principalement avec Juliet.

COP : No More Heroes a surpris par sa musique. Peut-on s’attendre à la même chose avec Lollipop Chainsaw ?

S.W. : On avait Akira Yamaoka dans le studio et rien que sa présence a réveillé le fanboy au fond de moi. Shadows of the Damned avait une bande originale fantastique mais très sombre, ici on voit Akira sous un jour différent avec ce jeu assez pop et sportif.

En plus de ça, chaque Boss a son propre thème musical : pop-rock, métal...

Et avec l’intégration de Jimmy Urine du groupe « Mindless Self Indulgence », cela ajoute une couche en plus. L’évolution musicale du jeu a été tout bonnement incroyable : les voir en pleine création, en train de jouer de la guitare, d’écrire, c’était génial.

Ce sont des artistes sensationnels. J’ai hâte que vous puissiez entendre ce qu’ils ont fait pour ce jeu.

 lollipop chainsaw,interview,producteur,warner bros lollipop chainsaw,interview,producteur,warner bros

COP : Y-aura-t-il un mode Multi-joueurs ?

S.W. : Non, pas de multi-joueurs. On voulait se concentrer sur le mode solo. On a travaillé à l’amélioration des contrôles. Les contrôles de No More Heroes étaient meilleurs que ceux de Shadows of the Damned et Lollipop amène tout ça au niveau supérieur. Il y a une progression de jeu en jeu.

C’est la même chose pour le multi-player. Ce serait fun d’avoir un groupe de cheerleaders se courant après  armées de tronçonneuses, mais ce n’était pas la bonne voie.

On a implémenté le Leaderboard pour faire en sorte que le monde entier puisse voir le classement de tout un chacun. Un japonais pourra voir le score d’un américain, vous pourrez voir les scores de tout le monde. On veut que les gens ressentent le jeu.

D’abord en mode easy pour finalement arriver à ce que j’appelle le mode de difficulté japonais, il y a un mode où si l’on meurt, on meurt définitivement. Cela donne envie de continuer à jouer, de rivaliser avec ses amis en leur disant « regarde qui est en train de te massacrer ».

COP : Y a-t-il une chance de voir Juliet et Travis (héros de No More Heroes) ensemble ?

S.W. : - Rire - Je ne suis pas sûr, Travis est encore au paradis des sucettes...

COP : Merci pour cette interview.

 lollipop chainsaw,interview,producteur,warner bros

Et en bonus, rien que pour vous, la délirante bande-annonce de présentation de la Special Edition du jeu comprenant une Juliet grandeur nature ... et contrôlable à distance.

Autant vous dire qu'on l'a déjà précommandée...

        

dans Gaming, Preview, PS3, Xbox360
Tags : lollipop chainsaw, interview, producteur, warner bros, special edition

[Test] Datura, un trip psychédélique qui tombe à plat 
par Quantic

mercredi 23 mai 2012 19:49 2 commentaires

 datura, ps3, jaquette

Datura, surnommée la plante du diable, pour ses effets hypnotiques et passablement... toxiques. Voilà le nom du nouveau titre exclusif PSN qui rejoint Journey ou Flower dans la catégorie des jeux indépendants à vocation "artistique".
 
Ce genre nous réserve parfois des titres oniriques à souhait qui proposent un véritable voyage dans l'imaginaire via des graphismes originaux et un gameplay totalement innovant... Une expérience plus qu'un jeu et une manière de jouer que l'on peut adorer ou détester mais qui se propose de rapprocher encore un peu plus notre loisir préféré de l'art tout comme le cinéma ou la bande dessinée l'ont fait avant lui.
 
Malheureusement, tout les titres se voulant de cette tendance n'atteignent pas le même niveau de qualité et Datura restera comme une belle tentative plutôt ratée d'accrocher les ténors du genre.

datura,ps3,psn,ps move,expérience,test  datura,ps3,psn,ps move,expérience,test

Sous le prétexte que la Datura est une plante aux qualités hypnotiques, les développeurs se sont autorisés tous les délires sans aucun lien entre eux, ce qui nous amène à un scénario complètement décousu où notre réveil dans un bois sous la forme unique d'une main sert de fil conducteur à une série de scénettes sans lien apparent débloquées au travers de mini-énigmes que même un enfant de 6 ans trouvera trop facile. Difficile donc de s'attacher à l'histoire puisqu'il ne semble tout simplement pas y en avoir.
 
Ce ne serait encore qu'un petit défaut pour un jeu qui se veut "artistique" à condition que le gameplay et l'univers graphique du jeu au sens large soit réussi mais là aussi, on reste un peu sur sa faim.
 
Ainsi, le jeu a été pensé pour le PS Move puisque l'on contrôle une main pouvant interagir à l'écran tandis qu'un bouton nous permet d'avancer. Au pad classique, le jeu perd un peu de sa jouabilité mais dans les deux cas, la maniabilité de notre fameuse main est catastrophique et si l'idée de la main qui caresse les objets, comme pour prouver leur existence, est bonne, la maniabilité est tellement décourageante que même les bonnes idées de gameplay finissent pas frustrer.

datura,ps3,psn,ps move,expérience,test

Quant à l'univers graphique, même s'il est au-dessus de la moyenne, il reste trop commun que pour permettre de s'attacher au jeu et à la succession d'énigmes sans queue ni tête.
 
Enfin, sachez que je n'ai mis que 1h30 pour en voir le bout, ce qui au taif de 8 euros, fait cher de la minute de jeu. A noter qu'en fonction de vos choix, le jeu se modifiera légèrement, ce qui encourage à la rejouabilité même s'il faudra vraiment avoir envie de se farcir une deuxième fois cette main magique.

datura,ps3,psn,ps move,expérience,test  datura,ps3,psn,ps move,expérience,test

Conclusion
 
Datura est un jeu expérimental, artistique (pour être gentil) mais au contraire d'autre titres plus réussis dans ce genre, il ne parvient à attiser notre curiosité que pendant quelques minutes avant de laisser la place à une frustration grandissante face à une maniabilité exécrable et à un scénario qui a préféré remplacer la poésie par des éléments hypnothiques sans grand intérêt.
 
Sony a démontré qu'il pouvait avoir le nez fin dans le genre du jeu artistique avec Journey mais démontre ici qu'il peut aussi se tromper.

Note : 4,5/10

datura,ps3,psn,ps move,expérience,test

        

dans Gaming, PS3, Test
Tags : datura, ps3, psn, ps move, expérience, test

Déballage du Collector de Tera : Enfin le voilà ! 
par Aelya

mardi 22 mai 2012 19:56 3 commentaires

 tera,collector,déballage

Après une attente insensée - j'en veux encore à Amazon sur ce coup là - j'ai enfin reçu mon collector de Tera et pu toucher de mes mains son contenu.

Maintenant reste à voir s'il valait vraiment l'attente ou si j'aurais pu me contenter d'une version digitale.

La boite en elle-même est simple mais jolie.

Une fois ouverte, on découvre les trésors que recèle ce coffret.

 tera,collector,déballage

On trouve donc une carte du monde de Tera en tissu (je ne saurais dire lequel car je ne suis guère douée en couture^^).

 tera,collector,déballage

Il y a également un très chouette T-shirt noir (taille L) avec un motif reprenant des personnages, dont une Castanic assez sexy.

 tera,collector,déballage

Vient ensuite l'Artbook. Celui-ci a une taille moyenne. Ce n'est pas du A4 mais c'est malgré tout un peu plus grand qu'un format carte postale. On y trouve des illustrations de personnages, de monstres ou encore de décors. Il est sympa mais pas grandiose non plus.

 tera,collector,déballage

tera,collector,déballage tera,collector,déballage

tera,collector,déballage tera,collector,déballage

Enfin, on arrive à la Bande originale du jeu, des cartes avec des illustrations de certains PNJ et, ne l'oublions pas, la boite du jeu lui-même qui contient le code d'activation (on en a quand même besoin). Je trouve dommage que les cartes ne forment pas un vrai jeu de cartes...

 tera,collector,déballage

A noter qu'une fois le code enregistré, il est possible de télécharger depuis le site officiel de Tera la bande son, la carte du monde et l'artbook au format PDF. On reçoit aussi des fonds d'écran montrant les différentes races sur la monture exclusive à l'édition collector : un joli lion blanc bien classe^^

 tera,collector,déballage

Bref, je suis assez contente de ce collector, surtout pour son prix, 69 Euros, qui n'est pas encore trop élevé pour son contenu (T-shirt + artbook sympas^^). Il ne me reste plus qu'à jouer maintenant ! Ce que je n'ai encore eu beaucoup le temps de faire :-p

        

dans Déballage, Gaming, MMO, PC
Tags : tera, collector, déballage

Lollipop Chainsaw, une preview débordante de pom pom girls 
par Quantic

lundi 21 mai 2012 19:06 9 commentaires

 lollipop chainsaw, juliet starling, sexy

Embargo oblige, c'était il y a quelques semaines que nous avons été conviés par Warner à une présentation de leur nouveau titre, Lollipop Chainsaw, sortie prévue le 14 juin.

Une présentation assez réussie pour un jeu où fun et grand n'importe quoi semblent au rendez-vous.
 
Mené par Les équipes de Suda51 déjà responsables des très réussis No More Heroes et Shadows of the Damned, Lollipop Chainsaw part d'un pitch assez surréaliste. Vous incarnez Juliet Starling, cheerleadeuse de son état qui fait face avec sa fidèle tronçonneuse à une invasion de zombies dirigé par des maîtres zombies rockeurs...

Déjà, là, vous vous dites, mais qu'est-ce que c'est ce truc ?

 lollipop chainsaw, juliet starling, sexy  lollipop chainsaw,Rosalind  lollipop chainsaw,Cordelia

Alors, allons un peu plus loin puisque la famille de Juliet n'est pas en reste avec deux soeurs fans de gros calibres et de grosses cylindrées et, pour ne rien gâcher, aux pouvoirs magiques obscurs.

Et pour finir de vous achever, sachez que votre copain vous accompagnera sous la forme d'une tête qui n'arrête pas de radoter, constamment attachée à votre ceinture (un porte-clés moderne, quoi), La décapitation étant le seul moyen de le sauver après une malheureuse morsure.
 
Avec les arc en ciel, les petits coeurs, les sucettes en guise de vie et le fan service présents toutes les 10 secondes, on nage dans un univers à la fois très américain par son concept (le collège, les cheerleaders et même le design très comics) mais pourtant imprégné de traditions et de gameplays bien japonais (on pense par exemple au maître sushi pervers collé à la culotte de l'héroïne).

lollipop chainsaw,preview,event,warner,juliet starling,sexy

lollipop chainsaw,preview,event,warner,juliet starling,sexy

Nous avons pu tester le jeu pendant une petite heure et notre première impression est très positive.

A peine le pad en main, on sait ce qu'il faut faire : tout casser et désosser. Juliet a vite fait de virevolter un peu partout enchaînant sauts de cabris et grands coups de tronçonneuses qui font mal... et même si le jeu est gore, il n'y a pas des hectolitres d'hémoglobine partout, celle-ci étant "remplacée" par des petits coeurs et des arcs-en-ciel, ce qui rend le titre encore plus décalé par rapport à son sujet.

Une fois les bases du gameplay bien comprises, on avance au fil de niveaux très scriptés et scénarisés dans un hack & slash qui se veut parfois plus tactique qu'il n'y parait et dont la difficulté laissera parfois plus d'un joueur sur le carreau. Mais tout cela se fait dans une nuée d'arcs en ciel et de petits coeurs surgissant des zombies que vous tronçonnez avec délectation, rendant le titre complètement décalé et du coup totalement indispensable.

lollipop chainsaw,preview,event,warner,juliet starling,sexy

En plus d'une interview avec le producteur de Scott Warr que vous pourrez lire dans les prochains jours, nous avons pu rencontrer Juliet en chair et en os et avouez qu'il y a plus désagréable comme rencontre...

lollipop chainsaw,preview,event,warner,juliet starling,sexy

lollipop chainsaw,preview,event,warner,juliet starling,sexy  lollipop chainsaw,preview,event,warner,juliet starling,sexy

lollipop chainsaw,preview,event,warner,juliet starling,sexy

Et enfin, nous sommes repartis avec un très chouette T-shirt Lollipop Chainsaw ainsi que quelques sucettes pour la route... Yummy Yummy comme dirait Juliet.

lollipop chainsaw,preview,event,warner,juliet starling,sexy

Et juste pour la route, une petite vidéo de Juliet Starling en plein show


et encore quelques photos de Juliet, plus coquine que jamais...

 lollipop chainsaw,preview,event,warner,juliet starling,sexy

lollipop chainsaw,preview,event,warner,juliet starling,sexy  lollipop chainsaw,preview,event,warner,juliet starling,sexy

lollipop chainsaw,preview,event,warner,juliet starling,sexy

lollipop chainsaw,preview,event,warner,juliet starling,sexy  lollipop chainsaw,preview,event,warner,juliet starling,sexy

lollipop chainsaw,preview,event,warner,juliet starling,sexy

lollipop chainsaw,preview,event,warner,juliet starling,sexy  lollipop chainsaw,preview,event,warner,juliet starling,sexy

        

dans Event, Gaming, Preview, PS3, Sexy, Xbox360
Tags : lollipop chainsaw, preview, event, warner, juliet starling, sexy

[Test] Max Payne 3, l'escapade brésilienne d'un écorché vif 
par Quantic

samedi 19 mai 2012 19:07 1 commentaire

 max payne 3, jaquette, ps3

Si vous avez lu ma preview il y a quelques mois, vous savez que la licence Max Payne me tient à coeur. J'étais donc impatient de glisser ma galette dans la PS3 pour découvrir ce que Rockstar a tiré de cette célèbre licence développée à l'origine par les petits gars de Remedy. Curieux aussi de découvrir pour la première fois un Max Payne sur console puisque j'avais joué aux deux précédents épisodes sur PC.

Un scénario très GTAesque

je vais tout de suite commencer par les choses qui fâchent... Le scénario n'est pas à la hauteur d'un Max Payne ! Voilà, c'est dit, on peut passer à toutes les bonnes choses que le jeu a à offrir.

Bon, d'accord, je vais quand même un peu m'expliquer...

A la fin de Max Payne 2, Max se noie encore un peu plus (si, si c'est possible) dans l'alcool et dans la consommation de tranquillisants après avoir perdu sa femme, son enfant et même son alter égo féminin en la personne de la "légendaire" (en tout cas pour moi), Mona Sax. Son avenir est très sombre et les scénaristes ont du se demander pendant des années comment parvenir à donner une suite à un tel calvaire.

max payne 3,max payne,test,tps,bullet time,rockstar,ps3

Leur réponse : un changement complet d'environnement puisque, sur les conseils d'un ami perdu de vue depuis de longues années, Max quitte New York définitivement pour devenir garde du corps d'une riche famille de Sao Paulo au Brésil. Adieu le temps pourri de New York et bonjour le soleil du Brésil mais pour autant, l'ambiance Max Payne est intacte. Même si le jeu démarre dans les quartiers riches et dans les boites de nuit, Max a vite fait de ressortir ses démons et de se retrouver mêlé aux affaires pas très nettes de ses employeurs en crapahutant dans les bas-fonds des favelas brésiliennes.

Si j'ai retrouvé beaucoup d'éléments qui ont fait de moi un fan de la licence originale comme la voix off envahissante de Max et que l'ambiance générale du titre plaira aux amateurs de Maxinou, je ne peux pas m'empêcher d'être un peu déçu de l'apport de Rockstar au scénario... Il m'a fait un peu penser à Max Payne VS GTA. L'univers du grand banditisme cher aux créateurs de GTA n'a pas tout à fait sa place et Max peine un peu à nous faire croire qu'il n'a pas changé...

Heureusement, c'est bien là, le seul point faible que j'ai à signaler !

 max payne 3,max payne,test,tps,bullet time,rockstar,ps3  max payne 3,max payne,test,tps,bullet time,rockstar,ps3

Bullet Time et gros flingues, un gameplay bien senti

A son époque la licence avait fait sensation avec son utilisation intensive du Bullet Time, sorte de super pouvoir permettant à Max de ralentir le temps pour tirer plus vite et éviter les balles. Aujourd'hui, ce procédé a été copié et recopié à l'infini mais pourtant RockStar réussit à en conserver l'essence tout en le modernisant.

Ainsi, il s'active toujours gratuitement lors d'un plongeon et la jauge de Bullet Time augmente toujours lors d'une tuerie "classieuse" mais il s'utilise avec plus de parcimonie que dans le passé. La présence d'un système de couverture permet, un peu à l'instar d'un Gears of War, de l'épargner pour les passages les plus difficiles. Ce nouveau système de couverture montre pourtant vite ses limites, ce qui fait que le Bullet Time reste indispensable pour se tirer des situations les plus compliquées.

 max payne 3,max payne,test,tps,bullet time,rockstar,ps3

Encore plus que le Bullet Time en lui-même, ce sont surtout les niveaux qui sont particulièrement réussis... Ils débordent de cachettes, de meubles qui volent en éclat, de bonbonnes de gaz et autres petits plaisirs qui rendent la progression dans le solo très fluide. les nombreux niveaux de difficulté permettent également de toujours bien doser la difficulté pour éviter de faire face à un défi trop facile ou au contraire impossible.

Car oui, Max Payne reste un jeu pour Hardcore Gamers et a un côté old school qui fait du bien par où il passe. Pas de régénération automatique pour Max quand il est blessé car on retrouve, comme dans les jeux originaux, les petites boîtes de tranquillisants dont Max se bourre tout au long du jeu avec toujours beaucoup d'humour.

 max payne 3,max payne,test,tps,bullet time,rockstar,ps3  max payne 3,max payne,test,tps,bullet time,rockstar,ps3

Un gameplay à l'ancienne et une difficulté bien à la hauteur, quoi de mieux pour satisfaire le vieux joueur que je suis ?

Un PC peut-être...?

Je dois avouer que les premières minutes ont été difficiles pour moi car sur PC, il n'y a pas d'aide à la visé, alors qu'avec un pad en main, la visée libre, c'est quand même galère. Heureusement, l'aide à la visée est très bien pensée (bien plus aboutie que sur un PFS lambda) et peut même se régler afin de ne pas être trop intrusive. En fonction du niveau de chacun, il faudra donc tester pour trouver la bonne combinaison mais oui, même un ancien PCiste peut jouer à Max Payne sur console sans balancer le pad dans la télé.

 max payne 3,max payne,test,tps,bullet time,rockstar,ps3

Filtres graphiques, à consommer avec modération...

Pour le coup, Rockstar s'est lâché sur les filtres graphiques, il y en a partout et tout le temps (tremblement, désaturation des couleurs, ...). Tous ces effets ne sont pas gratuits et reflètent bien l'état alcoolique de Max ou sa prise permanente de tranquillisants mais bon, un peu moins pour Max Payne 4, ce ne sera pas du luxe.

Au niveau technique, les personnages et décors sont très réussis mais je ne peux pas dire que la version console m'ait plus impressionnée que cela. Je suis curieux de voir ce que le jeu donnera sur un bon PC moderne lors de sa sortie sur ce support, le 1er Juin prochain.

A noter quand même sur PS3, quelques bugs de son pas trop gênants (hormis un plantage) mais aussi quelques freezes lors des loads au sein d'un chapitre et même de gros ralentissements lors des plus grosses bastonnades... Mais rien qui ne remette en cause la qualité du gameplay.

max payne 3,max payne,test,tps,bullet time,rockstar,ps3

Et l'ambiance dans tout ça

Après 10 ans, on pouvait se demander comment Rockstar allait moderniser la licence et hormis ma petite déception scénaristique, ils ont plutôt bien assuré.

La narration, l'une des marques de fabrique de la série, est un autre élément sur lequel ce 3ème épisode doit être jugé et malgré la disparition de la narration type "comics" au profit de cinématiques plus classiques, le pari est complètement réussi.

Dans mon souvenir, les comics racontant l'histoire de Max Payne entre chaque chapitre étaient graphiquement splendide mais d'une lenteur affligeante. Ici, Rockstar a choisi de faire dans le dynamique avec des cinématiques classiques mais au montage totalement en ligne avec l'ambiance Max Payne.

Ainsi, les phrases importantes ressortent de l'écran, les freezes, les multi-screens sont nombreux et finalement, on suit les cinématiques avec passion tout simplement parce qu'elles collent à merveille à l'univers du jeu.

Je regrette simplement que les très nombreux dialogues en portugais n'aient été sous-titrés qu'en... portugais. Cela augmente notre immersion dans le jeu puisque comme Max, on ne comprend rien à ce que le taré qui nous braque veut de nous mais je pense qu'on rate quand même de beaux dialogues bien sentis comme seul Rockstar sait les écrire.

 max payne 3,max payne,test,tps,bullet time,rockstar,ps3  max payne 3,max payne,test,tps,bullet time,rockstar,ps3

Du multi... au ralenti

La durée de vie du jeu est très impressionnante puisqu'en plus des multiples niveaux de difficulté du mode solo que j'ai terminé en mode normal en +/- 10 heures, en plus du mode hardcore qui vous donne une minute pour terminer le jeu (à vous de tuer avec classe pour gagner des bonus de temps), le jeu se propose même deux modes multi.

Le premier, un peu à la mode ces temps-ci, vous permet tout simplement de comparer vos performances aux autres joueurs au sein des niveaux du solo en attribuant des bonus lors de différentes actions (tir à la tête, en plongeant, couché, ...). Pas révolutionnaire mais toujours sympathique.

max payne 3,max payne,test,tps,bullet time,rockstar,ps3  max payne 3,max payne,test,tps,bullet time,rockstar,ps3

Le second est un mode multi (jusque 16 joueurs) dont le format est classique : Match à mort, assassinat, guerre des gangs scénarisés, ... mais pour lequel le gameplay Max Payne a été parfaitement adapté. Ainsi, le bullet time est moins présent car il est plus difficile à obtenir et son influence est limitée à votre environnement direct. Rajoutez à cela des bonus d'équipe (quand on débloque suffisamment d'adrénaline) bien pensés et vous obtenez un multi associant classicisme et inventivité avec bonheur.

Un très bon mode multi qui apporte son lot de fraicheur dans le monde très casanier des multis de TPS.

 max payne 3,max payne,test,tps,bullet time,rockstar,ps3

Conclusion

Max Payne 3 est une vraie réussite. Même si mes craintes par rapport au scénario mettant en scène Max Payne au Brésil n'étaient pas totalement dénuées de fondements, Rockstar réussit sans aucun doute le meilleur jeu d'action de ce début d'année.

Bullet Time, violence graphique et scénario "pour dépressifs" restent les marques de fabrique de la licence Max Payne, remise au goût du jour avec brio par un Rockstar très inspiré.

Fans de jeux d'actions qui savent aussi raconter une histoire, voilà un titre que vous ne pouvez pas rater.

Ma note : 8,5/10


        

dans Gaming, PC, PS3, Test, Xbox360
Tags : max payne 3, max payne, test, tps, bullet time, rockstar, ps3

[Test] Mod Nation Racers : Road Trip sur PS VITA, en attendant Little Big Planet karting ? 
par Quantic

jeudi 17 mai 2012 19:16 1 commentaire

 test,mod nation racers,ps vita

La Vita ne pouvait pas sortir sans son clone de Mario Kart et chez Sony, celui-ci se nomme Mod Nation Racers (au moins en attendant Little Big Planet Karting).
Je dois avouer que j'avais fait l'impasse sur la version PS3 de cette licence et le passage sur Vita sera donc mon premier contact avec ce titre.
 
Avant toute chose, Mod Nation racers s'avère un fantastique jeu créatif puisque tout ou presque est personnalisable : du mod (votre héros) aux circuits, en passant par votre kart. Pourtant, même si cette personnalisation à outrance est sympathique, elle attirera avant tout les plus jeunes... J'avouerai pour ma part que j'ai à peine regardé ces fonctionalités pour plonger dans la course.

test,mod nation racers,ps vita  test,mod nation racers,ps vita

Et une fois sur le circuit, les bons vieux réflexes de Mario Kart reprennent le dessus avec un système très classique de dérapage-Turbo et la possibilité de réaliser des acrobaties en l'air. Et au niveau armement, on remplace les carapaces par des missiles et voilà... le tour du gameplay est fait.

Rien de bien original donc mais l'essentiel est là : les courses sont trépidantes, le pilotage fun et parfois bien technique. Bref, même si ce titre ne brille par son originalité, il est efficace et fait ce qu'on lui demande... Ce test que je pensais expédier en quelques heures m'a finalement pris bien plus longtemps que prévu puisque le côté addictif du championnat et ses trophées associés ont eu l'art de m'accrocher à la console.
 
Pour autant, on reste loin de la rejouabilité d'un Mario Kart. Les circuits sont peu variés, le gameplay très répétitif et les temps de chargement anormalement long pour un jeu sur cartouche. Il reste pourtant un bon défouloir dans le métro, les courses restant relativement courtes.

test,mod nation racers,ps vita

Conclusion
 
Mod Nation Racers est un titre que je conseille en priorité aux plus jeunes qui veulent un bon clone de Mario Kart sur leur VITA flambant neuve. Le jeu est moins abouti que celui de son concurrent de toujours mais propose un challenge suffisant pour vous occuper quelques heures en solo.
 
Si les fonctionnalités de partage de vos créations persos vous intéressent, le jeu pourra même gagner quelques points supplémentaires car celles-ci sont très complètes rendant la durée de vie quasi illimitée pour les passionnés...
 
Ma note : 6/10


        

dans Gaming, PS VITA, Test
Tags : test, mod nation racers, ps vita

E3 2012, Los Angeles, on arrive ! 
par Aelya & Quantic

mercredi 16 mai 2012 19:36 9 commentaires

Vous le savez sans doute mais l'E3 approche à grands pas puisqu'il se tiendra du mardi 5 au Jeudi 7 Juin au Convention Center de Los Angeles et cette année, nous ne suivrons pas le salon derrière notre ordinateur jusqu'au bout de la nuit mais sur place !

 e3 2012,vacances,vie du blog

Alors, comment nous sommes-nous retrouvés à l'E3 ?
 
Au lancement du blog début 2011, nous n'aurions jamais cru nous retrouver à Los Angeles en Juin 2012 mais il semble que nos articles et notre petite vie de couple de gamers plait à de plus en plus d'entre vous et donc, il y a un effet boule de neige : Vous êtes plus nombreux, du coup, les éditeurs nous font plus confiance, du coup, on veut vous faire plaisir et par extension nous faire plaisir...

Aussi, une fois que notre demande d'accréditation (car l'E3 est un salon réservé aux professionnels et à la presse) a été acceptée, on a commencé à réfléchir si on avait vraiment les moyens de financer un tel voyage (parce que oui, c'est utile à préciser, on paye notre voyage de A à Z, pas de mécène secret qui nous supporte en coulisses, Aelya a dû renoncer à pas mal de figurines à cause de ça ;-) ).

e3 2012,vacances,vie du blog

Mais comme il se trouve que nous sommes tous les deux des amoureux des USA (ce sera quand même notre troisième voyage là-bas en 2 ans), on a eu vite fait de combiner quelques jours de vacances avec la visite du plus gros salon de jeu vidéo au monde.

Et franchement, pouvez-vous imaginer de meilleures vacances pour nous ?
 
Quel est notre programme ?
 
Histoire de se reposer un peu avant le rush du salon, nous allons passer quelques jours de "vraies" vacances à Las Vegas, une ville que nous connaissons déjà bien (troisième visite pour Aelya, quatrième pour Quantic) et dont les excès en tout genre nous plaisent beaucoup. Entre les machines à sous, les comédies musicales et le shopping, on aura de quoi bien s'amuser sur place.

 e3 2012,vacances,vie du blog

Ensuite, direction Los Angeles où nous arriverons le week end précédent l'E3. Juste le temps nécessaire pour terminer le shopping et faire un saut rapide dans les magasins des studios hollywoodiens pour faire le plein de goodies de nos séries et films favoris...
 
Mais Dimanche 3 Juin, l'E3 nous appellera déjà, tel une sirène, pour retirer le précieux sésame, notre accréditation.
 
Lundi 4 Juin, ce sera au tour des conférences de presse puisque nous avons déjà confirmé notre présence aux conférences Microsoft, Sony, Electronic Arts et Nintendo. On attend encore des nouvelles d'UbiSoft mais on ne désespère pas...

Et je peux vous dire que recevoir des invitations comme ci-dessous, ça vous transformerait n'importe quel gamer (et nous plus encore) en véritable groupie.

e3 2012,vacances,vie du blog  e3 2012,vacances,vie du blog

e3 2012,vacances,vie du blog

Ensuite, à partir de mardi, place au salon en lui-même. Nous avons déjà un agenda bien rempli mais le plaisir de découvrir le show floor, les stands gigantesques... et les babes nous met dans un état de quasi-transe.
 
Visiter l'E3, c'est la concrétisation d'un rève de gosse pour nous deux.
 
Et le blog pendant ce temps-là...
 
Au niveau du blog, il y aura deux phases...

D'abord nos vacances à Las Vegas qu'on vous racontera après notre retour, histoire d'avoir quand même quelques jours de vraies vacances, mais le blog restera actif pendant qu'on se ruinera au Black Jack puisqu'on vous prépare des articles pour garder notre rythme de publication quasi inchangé.
 
Ensuite, l'E3 en lui-même où le blog va voir son activité démultipliée puisque nous vous ferons un compte-rendu détaillé des conférences et partagerons avec vous nos impressions sur le salon en quasi-direct.

Les articles de fond sur ce que l'on aura vu, ce sera pour notre retour mais on partagera avec vous nos premières impressions, nos coups de coeurs, nos anecdotes et les photos des plus jolies babes en direct des USA.

 e3 2012,vacances,vie du blog

Ainsi, même si vous trouverez de l'info et des news, on vous racontera surtout comment un couple de gamers ressent la découverte du plus grand salon de jeu vidéo du monde.
 
Et cerise sur le gâteau, on sera particulièrement actif sur Twitter et Facebook pour partager en direct nos découvertes de l'autre côté de l'Atlantique.
 
Je sens bien que ce n'est pas encore cette année qu'on aura des vacances reposantes ;-)

        

dans Coups de Coeur, Gaming, Salons
Tags : e3 2012, vacances, vie du blog

Lollipop Chainsaw : de quoi habiller votre cheerleader préférée ! 
par Aelya

lundi 14 mai 2012 19:53 6 commentaires

Lollipop Chainsaw est le nouveau Zombie Slasher de Suda51 produit par Warner Bros dans lequel on incarne une cheerleader blonde tueuse de zombies (mais on vous en dira plus sur le jeu très bientôt car nous avons pu assister à une preview il y a peu, nous devons juste patienter jusqu'à la levée de l'embargo).

Entre temps, certaines des tenues que la jolie Juliet Starling pourra endosser ont été dévoilées et comme je suis une fan de ce genre de choses, surtout qu'ici il s'agit de tenues déblocables dans le jeu SANS DLC, je ne peux résister à la tentation d'en parler :-p

Donc outre la tenue de Pompom girl d'origine, on pourra revêtir entre autre :

lollipop chainsaw, suda51, warner bros, costume lollipop chainsaw, suda51, warner bros, costume

lollipop chainsaw, suda51, warner bros, costume lollipop chainsaw, suda51, warner bros, costume

Mais surtout, en plus d'autres tenues "classiques" (soubrette, bikini coquillage...), Warner a même pensé à l'Otaku que je suis en ajoutant des costumes tirés de la Japanimation.

On a ainsi deux tenues de l'univers High School Of the Dead dont on attend la suite avec impatience. Celles de Busujima Saeko :

lollipop chainsaw, suda51, warner bros, costume lollipop chainsaw, suda51, warner bros, costume

et de Miyamoto Rei :

lollipop chainsaw, suda51, warner bros, costume lollipop chainsaw,suda51,warner bros,costume

A noter que Shoji Sato, le dessinateur du manga (le scénario est lui écrit par Daisuke Sato) a réalisé une illustration liée à ce cross-over^^ :

lollipop chainsaw,suda51,warner bros,costume

Il y a aussi le costume de Shiro de l'excellente série Deadman Wonderland :

lollipop chainsaw,suda51,warner bros,costume lollipop chainsaw,suda51,warner bros,costume

Ou encore celui d'Haruna de la série Kore Wa Zombie Desu Ka (qui elle aussi à une tronçonneuse^^):

lollipop chainsaw,suda51,warner bros,costume lollipop chainsaw,suda51,warner bros,costume

et enfin (pour l'instant en tous cas), celui Manuy de Manuy Hiken-Cho :

lollipop chainsaw,suda51,warner bros,costumelollipop chainsaw,suda51,warner bros,costume

J'avoue trouver ces ajouts de costumes tirés de mangas/animés vraiment sympa et j'ai hâte de pouvoir jouer avec ces tenues à ce jeu qui s'annonce complètement fou mais qui surtout me fait très envie^^

        

dans Gaming, PS3, Xbox360
Tags : lollipop chainsaw, suda51, warner bros, costume