[Preview] Prey 2 : quand la proie devient le chasseur 
par Aelya

lundi 23 janvier 2012 20:08 3 commentaires

prey 2,prey,human head studios,bethesda,gamescom 2011,preview,fps,ps3,xbox360,pc

J'ai récemment pu assister à une présentation de Prey 2, le spin off de Prey. N'ayant pas joué au premier, j'étais un peu embêtée. Heureusement, les développeurs ont un peu ré-expliqué le principe de ce FPS.

Dans Prey, le héros était enlevé par des extraterrestres et transporté sur une sphère. Là-bas, il devait se battre pour survivre, il était une "proie".

Dans Prey 2, on incarne un nouveau héros, qui lui aussi se fait enlever (depuis un avion), sauf que cette fois-ci, il ne sera pas la proie mais le chasseur.

En effet, transporté sur une autre planète, il devient Bounty Hunter (chasseur de prime) et ça tombe bien car personne n'est totalement innocent dans cet univers.

Pour permettre de traquer ses proies, les développeurs ont décidé de rendre le héros très agile. Il peut ainsi courir, s'agripper aux murs, escalader, tirer en étant suspendu à une corniche... Bref, il n'a rien à envier à Ezio !

Le joueur recevra des missions via un transmetteur pour chasseur de prime ("Bounty Wire). La façon de les accomplir dépendra du joueur : on veut employer la force brute ? Pas de problème. On préfère une approche discrète, c'est possible aussi.

prey 2,prey,human head studios,bethesda,gamescom 2011,preview,fps,ps3,xbox360,pc prey 2,prey,human head studios,bethesda,gamescom 2011,preview,fps,ps3,xbox360,pc

Pour obtenir des informations, il sera possible de passer par des indics et de les soudoyer ou les brutaliser, et, suivant vos actes, leur réaction changera à votre prochaine rencontre. De même, si votre mission consiste à capturer une cible et à la garder en vie, celle-ci pourra tenter de vous corrompre.

A vous de voir si le jeu en vaut la chandelle, surtout que le jeu proposera un système de réputation envers les autres PNJ mais aussi envers les autorités locales, commettre trop d'infractions n'étant donc pas forcément des plus judicieux.

Le joueur aura à sa disposition plein de petits gadgets sympathiques tel que des grenades anti-gravité qui soulèveront les ennemis ou encore un système permettant de sauter de haut sans se faire mal.

prey 2,prey,human head studios,bethesda,gamescom 2011,preview,fps,ps3,xbox360,pc prey 2,prey,human head studios,bethesda,gamescom 2011,preview,fps,ps3,xbox360,pc

La ville que nous avons vue était très sombre avec un aspect un peu sale collant bien à l'ambiance "chasseur de prime" du jeu. Cette ville avait un aspect assez vertical pour forcer le joueur à exploiter les possibilités de déplacements du héros. Les PNJ étaient assez vivants et avaient des réactions différentes suivant que l'arme du héros étaient apparente ou pas.

Certains mini-events sont également présents : par exemple, quelqu'un se fait attaquer, on peut décider de l'aider ou non, ce qui vous permettra d'obtenir de nouvelles missions ou de nouveaux contacts et influencera votre réputation.

Prey 2 proposera donc un monde assez ouvert où le joueur jouit d'une grande liberté aussi bien dans ses déplacements que dans les choix qu'il est amené à faire. Même si je ne suis pas une très grande fan des FPS, cet aspect du jeu m'intrigue et me donne envie de suivre son évolution.

Reste à voir ce que cela donnera réellement à sa sortie courant 2012 sur PC, XBOX360 et PS3.

prey 2,prey,human head studios,bethesda,gamescom 2011,preview,fps,ps3,xbox360,pc prey 2,prey,human head studios,bethesda,gamescom 2011,preview,fps,ps3,xbox360,pc

        

dans Gaming, PC, Preview, PS3, Xbox360
Tags : prey 2, prey, human head studios, bethesda, preview, fps, ps3, xbox360, pc

[Test] F1 2011 (3DS), la F1 sur portable a trouvé son maître 
par Quantic

vendredi 20 janvier 2012 21:03 5 commentaires

Comme vous le savez sans doute, j'avais été bien emballé par la version HD de F1 2011 testée il y a quelques mois, au point de nommer le titre dans mes coups de coeur de l'année 2011.

Et c'est maintenant au tour de sa version 3DS de passer sur le grill.

 test,f1 2011,codemasters,voitures

Pour tout vous avouer, j'avais un peu peur de cette version.

Comment les développeurs allaient-ils adapter un titre aussi abouti sur une portable, certes récente mais quand même assez peu puissante ?

Et bien, j'avais tort, l'adaptation est très réussie et m'a même convaincu de ressortir ma 3DS de son tiroir.

 test,f1 2011,codemasters,voitures

F1 2011 3DS mais sans 3D

Bon, bien sûr, techniquement, on est à des années lumières de la version HD, il faut quand même faire quelques concessions pour que le jeu tourne correctement...

Mais les graphiques, même s'ils sont parfois simplistes sont finalement bien adaptés au monde du portable et surtout la fluidité est au rendez-vous. Même au milieu de la meute, je n'ai jamais constaté de ralentissement, en dehors de mes adversaires que je doublais...

La bande son est également au rendez-vous avec un moteur bien vrombissant.

Dommage que l'effet 3D soit totalement raté puisque non seulement, il n'est pas bien impressionnant mais surtout il a un réel effet sur la fluidité et à choisir entre un slide show en 3D et une fluidité parfaite en 2D, j'ai choisi la 2D. Certains qui ne jurent que par l'effet 3D seront déçus mais Codemasters démontre encore une fois qu'on peut sortir un hit 3DS avec un mode 3D vraiment pourri, preuve que le mode 3D de la console reste un gadget.

 test,f1 2011,codemasters,voitures  test,f1 2011,codemasters,voitures

Au niveau de la simulation, il a également fallu faire des choix pour alléger la charge du processeur mais aussi pour s'assurer de la jouabilité du titre. Ainsi, même si l'on conserve la possibilité de désactiver plusieurs aides au pilotage (trajectoires, freinage, accélération, ...), ce dernier reste quand même très arcade. Nettement plus que son équivalent HD puisque pour partir en tête à queue, il faut vraiment le vouloir.

Les développeurs ont aussi compris que les dépassements seraient plus délicats que sur un grand écran en allégeant très fortement l'importance des dégâts et vu le nombre de touchettes involontaires, c'est tant mieux. Bon, c'est vrai que j'ai râlé quelques fois en voyant comment des chocs parfois violents entre IA ne portaient pas à conséquence mais au final, c'est un bien petit défaut.

Le plus impressionnant est de retrouver dans cette version 3DS toutes les possibilités de sa version pour console/PC, ce qui est quand même assez rare dans des adaptations de ce type où les versions portables restaient bien souvent en retrait. Ici, ce n'est pas le cas !

 test,f1 2011,codemasters,voitures

Météo, réglages et toutes les nouveautés de F1 2011 sont bien présentes.

Mieux, tous les modes de jeu (solo et multi) sont également présents, de la course rapide au mode Carrière complet. C'est toujours ce dernier qui garde ma préférence car le fait de commencer dans une écurie de fin de grille pour grimper les échelons petit à petit reste un vrai plaisir. Dommage que celui-ci est limité à 3 saisons et ne gère pas les transferts de pilotes, en dehors de vous-même (sans doute une question de licence)...

Au niveau Multi, vous pourrez affronter vos adversaires en local et par Internet avec plus ou moins de réussites en fonction de votre connexion, mais globalement le titre reste vraiment fun et agréable à condition de piloter aux côtés de joueurs pas trop bourrins.

 test,f1 2011,codemasters,voitures  test,f1 2011,3ds,codemasters,voitures

Conclusion

Cet épisode 3DS de F1 2011 est une bonne surprise et signe un retour réussi de la Formule 1 sur les portables de Nintendo.

Pas trop complexe tout en conservant de vrais bouts de simulation, le gameplay est exemplaire pour un jeu de F1 sur portable.

On peut regretter l'absence d'un vrai mode 3D et le manque de conséquences des accidents mais si vous aimez la F1 et le jeu sur consoles portables, ce ne sont pas des éléments qui vous empêcheront de vous éclater sur ce titre.

Note : 7,5/10


        

dans 3DS, Gaming, Test
Tags : test, f1 2011, codemasters, voitures

[Test] WWE 12, le catch comme si vous étiez sur le ring 
par Quantic

lundi 16 janvier 2012 18:44 4 commentaires

wwe12,jaquette, thq

Même si j'ai regardé comme tout le monde le catch à la télévision quand j'étais petit, je dois bien reconnaître que c'est un show que je ne suis plus depuis bien longtemps et comme WWE 12 est mon premier jeu de catch, autant vous dire que j'ai été bien perdu au lancement du jeu avec tous ces catcheurs inconnus pour moi et ces compétitions aux noms bien bizarre...

Mais il en faut plus pour me faire peur et j'ai donc enchaîné les défaites pendant une bonne heure en me disant que décidément, je n'étais pas fait pour ce "sport".

Finalement, j'ai fini par comprendre, malgré un didacticiel très mal foutu, voire inexistant qui oblige le novice à tester les boutons directement en match...

Ca fait quoi ce bouton-là, ah non, là je monte sur les cordes avec l'adversaire à mes trousses... Bon et ce bouton-là, ah non, là, j'ai fait un plongeon hors du ring alors que mon adversaire est au sol...

Bref, on se bat un peu avec les commandes. Ceci n'étant valable que pour les novices de mon genre puisque j'ai compris des habitués de la licence que pour eux, cette version 2012 se positionnait dans la continuité de l'édition 2011, ce qui n'a rien d'étonnant puisque c'est un peu la norme pour tous les jeux sportifs à sortie annuelle.

test,wwe,wwe12,thq,catch test,wwe,wwe12,thq,catch

Mais revenons à nos athlètes aux corps huilés et aux muscles saillants.

Techniquement, le jeu n'est pas moche à regarder, les catcheurs sont plutôt bien modélisés et même si certaines animations manquent encore de fluidité, il faut reconnaitre que l'impression d'être au milieu du ring est plutôt bonne.

Les animations d'entrée des catcheurs et des victoires/défaites sont également plutôt sympas, avec même la possibilité de créer sa propre entrée, mais bon, soyons honnête, après quelques heures, plus personne ne les regardera.

Le gameplay m'a, par contre, paru assez déroutant.

Il trouvera surement ses défenseurs mais, pour ma part, j'ai un peu de mal à adhérer à un jeu qui se veut aussi "simple" (une seule touche réalise toutes les prises) et où finalement seul le timing et la variation dans le type de prise sélectionné permet de faire la différence.

En activant le  ciblage manuel (qui permet de sélectionner avec plus de précisions la partie du corps visée), le jeu gagne un peu en profondeur tactique mais il reste quand même assez simpliste, particulièrement en multi où l'intérêt des matchs est franchement limite.

test,wwe,wwe12,thq,catch

Heureusement, même avec un gameplay un peu vieillissant, les matchs sont d'une intensité qui fait plaisir à voir avec des prises bien violentes, des vols planés dans tous les sens et un vrai show, comme dans la réalité.

Les retournements de situations sont nombreux et il ne faut jamais croire un match fini avant le 1,2,3 de l'arbitre lors des tombés. Ceux-ci sont d'ailleurs gérés de manières très stressantes car pour se dégager, il faut faire face à un jeu de précision dont la zone de dégagement est d'autant plus petite que votre catcheur est mal en point.

Intéressant et stressant à souhait mais malheureusement un peu répétitif également. Cela donne un peu l'impression que l'issue du match se joue sur un QTE !

 test,wwe,wwe12,thq,catch test,wwe,wwe12,thq,catch

Les modes de jeu sont peu nombreux mais occuperont quand même le fan pendant un bon moment. On passera rapidement sur le mode exhibition qui vous permettra juste de vous amuser directement avec vos stars favorites pour s'attarder sur les deux "vrais" modes solos :

- Road to WrestleMania qui est, en quelque sorte la campagne scénarisée où l'on incarne différents catcheurs dans des histoires dignes de la réalité et débordantes de trahisons, de gentils un peu naïfs et de méchants vraiment très méchants. Ce mode est sympathique mais malheureusement un peu répétitif et finalement assez court.

- Univers WWE qui vous fait vivre tous les évènements majeurs du Catch depuis les matchs de début de soirée entre stars en devenir jusqu'aux affrontements entres mega star au sein d'un environnement dynamique puisque les résultats des matchs ont réellement une influence sur la suite.

test,wwe,wwe12,thq,catch

Si on peut critiquer le peu de scénarisation, ce n'est certainement pas le cas de la personnalisation quasi-illimitée, que ce soit au niveau des règles (match en cage, ring en flammes, match à deux, à quatre ou à six, avec disqualification ou sans,...) ou de l'univers en lui-même (arènes, catcheurs, entrées, ...), tout est possible ou presque et le novice que je suis a vraiment redécouvert ce "sport" et ses multiples facettes : les aspects sportifs bien sûr mais surtout le show qui confère au catch cet aspect si unique entre compétition et grand spectacle.

Mon oeil pervers regrettera quand même que les matchs féminins (les divas de leur petit nom) soient si anecdotiques au milieu de la horde de Musclor en petite culotte.

Petite note personnelle : Penser à vérifier avec attention que les modèles 3D de ces dames ressemblent à leurs modèle dans la réalité car si c'est le cas, je pense que je vais m'intéresser à cette discipline méconnue et pourtant hautement sportive qu'est le catch féminin… ;-)

 test,wwe,wwe12,thq,catch

Conclusion

WWE 12 est le jeu de catch à posséder pour tout fan de la discipline, ne fut-ce que parce qu'avec la licence WWE, on peut retrouver toutes les stars et toutes les disciplines.

Par contre, si vous n'êtes pas fan, ce jeu pourra paraitre déroutant... mais sans doute pas plus qu'un NFL peut l'être pour un non initié au football américain. En plus de combler le fan, WWE 12 propose une véritable approche du Catch pour le novice complet.

Avec une pléthore de stars disponibles (plus de 60 sans compter les stars bloquées) et une bonne utilisation de la licence WWE, le jeu reste pourtant inégal. Les matchs s'enchainent facilement et une fois les mécanismes de gameplay compris, on s'amuse bien tout en pestant contre les "injustices" et les quelques défauts (IA parfois un peu à la masse, maniabilité vieillissante) mais pourtant, il manque une ligne directrice, un lien fort entre cette succession de combats qui auraient pu rendre WWE 12 passionnant.

Enfin, le Multi est actuellement vraiment décevant. L'esprit est à la pure compétition et à la collection de victoire alors que le gameplay n'est pas encore bien adapté et manque d'équilibre. THQ multiplie les patchs donc on peut espérer que la situation s'améliore d'ici peu.

Note : 7/10


        

dans Gaming, PS3, Test, Wii, Xbox360
Tags : test, wwe, wwe12, thq, catch

[Event] Soirée Namco Bandai : le décolleté d'Ivy est bel et bien de retour ! 
par Aelya & Quantic

samedi 14 janvier 2012 19:08 5 commentaires

Ce jeudi soir, nous étions invités par Namco pour une soirée de présentation/preview de leurs prochains jeux.

 soulcalibur 5, ivy, affiche

Et c'est donc avec plaisir que nous avons retrouvé nos amis de GohanBlog, GameForceOne ou Second Impact (parmi bien d'autres) au Claridge à Bruxelles où une bonne dizaine de bornes avaient été installées.

 event,namco, 2012 event,namco, 2012

event,namco, 2012

L'ambiance était bonne mais avec la musique à fond, difficile de profiter des effets sonores des jeux, aussi nous nous limiterons à vous donner une impression générale sur les jeux testés, d'abord parce que nous avons à peine eu le temps de nous essayer une petite vingtaine de minutes à chaque titre  mais aussi parce que certains jeux s'apprécient beaucoup plus dans son canapé qu'au milieu d'une boite de nuit.

SoulCalibur V

La star de la soirée était clairement le très attendu SoulCalibur V sur lequel nous avons pu régler nos disputes de ménage à grands coups d'épées.

soulcalibur 5, ivy, afficheLe jeu sort dans à peine trois semaines (notre collector est déjà précommandé ainsi que le Guide officiel en version collector également, ne serait-ce que pour les illustrations^^) et la version que nous avons pu essayer est donc très proche de la version finale et nous sommes hyper enthousiastes.

Bien sûr, Soulcalibur ne change jamais vraiment en profondeur d'un épisode à l'autre et le scénario reste toujours aussi tordu (ici on fait un bon d'une vingtaine d'année dans le futur mais les personnages n'ont pas une ride de plus) mais les combats sont dynamiques à souhait, les persos incroyablement bien modélisés (chaque personnage a deux apparences bien distinctes) et le gameplay s'améliore par petites touches discrètes. Pour les plus curieux, je vous renvoie à la preview plus complète qu'Aelya a publié il y a quelques mois.

Ezio, le fameux personnage invité était jouable mais ne nous a pas particulièrement marqué. Il faut dire que le champion de la furtivité n'a pas vraiment sa place dans un jeu de baston même si certaines de ses attaques sont vraiment sympathiques. D'un autre côté, on pouvait dire la même chose de Dark Vador ou de Yoda dans Soulcalibur IV... En tout cas, Ezio est très bien modélisé et pour ceux qui ont déjà terminé AC Revelations, on peut même dire que les techniques de lifting de la renaissance étaient très efficaces. Il est même dommage que la deuxième apparence d'Ezio ne soit pas celle d'un Ezio plus adulte car ici il semble sorti tout droit d'AC 2.

Soulcalibur V est de loin, le jeu le plus intéressant qui a été présenté. Un fun immédiat, un multi encore plus compétitif. On a adoré... tout comme l'incroyable affiche de lancement du jeu : un gros plan sur le décolleté d'Ivy. Une affiche incroyable et qui, à coup sûr, fera parler d'elle dans les semaines à venir.

Soulcalibur V sera disponible à partir du 3 février.


Ridge Racer Unbounded

 ridge racer unbounded, preview

Nous avions déjà eu une présentation du Track Builder il y a quelques mois mais cette fois, on a pu jouer sur une version non-finalisée qui permet de confirmer que Ridge Racer bouscule un peu les habitudes de la licence.

Pour le peu que Quantic a pu y jouer, cet épisode s'avère vraiment différent. Ainsi, le drift est moins au coeur du jeu que par le passé. Par contre, la nitro permet maintenant de détruire des pans entiers du décor... Et si le pilotage semblait encore un peu mou, la destruction des décors rend vraiment l'expérience originale et intéressante.

En plus des éléments présentés comme destructibles, presque tous les décors peuvent être partiellement détruits, un élément à prendre en compte pour trouver des raccourcis. Cet épisode fera sans soute un peu d'ombre à la série des Need for Speed mais reste à réserver aux amateurs d'arcade pure et dure...

Il est à parier que cette tendance ne changera pas d'ici à la sortie du jeu le 2 mars prochain.


Saint Seya - Les chevaliers du Zodiaque - La bataille du Sanctuaire

saint seya, preview

Un titre légendaire que nous attendions avec une impatience non dissimulée. Nous avons grandi avec le Club Dorothée et le générique des Chevaliers du Zodiaque restera gravée dans notre tête à tout jamais (le premier en tous cas^^). Alors, pouvoir jouer un de nos héros dans un scénario "proche" de l'animé, c'était trop pour nous et on s'est jeté sur la borne avec une impatience non dissimulée.


Mais, et c'est là que ça se gâte, le résultat semble loin de nos espoirs. Graphiquement, le cell shading ne met vraiment pas en avant la PS3 sur laquelle le jeu tournait et il est clair que techniquement, ce jeu aura des années de retard sur la concurrence. Le gameplay s'avère tout aussi décevant... Une succession de combats peu inspirés que l'on peut passer en bashant le même bouton encore et encore.

Alors, on lui laisse sa chance à sa sortie le 29 Février car les conditions du test n'étaient vraiment pas optimales (mode very easy, aucune bande son,…) mais franchement, on craint une déception assez forte des fans de la série.


Inversion

Inversion, preview

Titre peu connu, Inversion, un TPS qui semble assez novateur et qui base tout son gameplay sur la gravité. Nous n'avons pas eu beaucoup le temps de nous y essayer mais après ce court essai, nous sommes convaincus que Namco a débusqué un bon concept. A tenir à l'oeil donc lors de sa sortie le 10 février.

Et pour conclure en beauté une soirée réussie, nous sommes repartis avec un splendide sac Galaga (qui ira à merveille avec notre sac Sonic) ainsi que quelques goodies Namco qui complèteront notre collection. Vous reconnaîtrez d'ailleurs Blinky, la peluche Pac Man que nous vous avions fait gagner il y a quelques mois.

 event,namco, goodies, 2012

event,namco, goodies, 2012  event,namco, goodies, 2012

event,namco, goodies, 2012

Encore merci à Namco pour une soirée réussie et une bien belle occasion de tester leurs futurs titres.

        

dans Event, Gaming, Preview, PS3, Xbox360
Tags : event, namco, preview, soulcalibur 5, saint seya, ridge racer unbounded

Sony nous offre un cadeau d'anniversaire : Kit Presse GT5 
par Quantic

jeudi 12 janvier 2012 19:52 13 commentaires

Vous savez sans doute que CoupleofPixels.be fête son premier anniversaire ce mois-ci et tandis que nous faisions le tour de nos partenaires pour vous trouver des lots pour fêter cet anniversaire comme il se doit, Sony s'est dit qu'il serait bien que nous aussi, nous recevions un petit cadeau.

Et c'est avec grande joie que nous avons réceptionné le kit presse de Gran Turismo 5.

gran turismo 5,gt5,sony,déballage,kit presse

Certainement pas le jeu le plus récent mais quand même une bien chouette attention de la part de Sony.

Ce kit presse nous est arrivé dans une énorme boite noire très "aérodynamique"

gran turismo 5,gt5,sony,déballage,kit presse

Une fois ouverte, on peut bien entendu trouver les classiques versions Review du jeu (mais nous l'avions déjà) ainsi que le dvd Presse mais surtout un très bel ArtBook

 gran turismo 5,gt5,sony,déballage,kit presse

gran turismo 5,gt5,sony,déballage,kit presse

gran turismo 5,gt5,sony,déballage,kit presse  gran turismo 5,gt5,sony,déballage,kit presse

Ainsi qu'un porte clé qui sera très utile pour notre nouvelle voiture.

 gran turismo 5,gt5,sony,déballage,kit presse

Un grand merci à Sony pour cette attention !

        

dans Déballage, Gaming, PS3
Tags : gran turismo 5, gt5, sony, déballage, kit presse

[Test] Dark Souls, jeu hardcore cherche crise de nerfs 
par Aelya

mercredi 11 janvier 2012 20:05 3 commentaires

Dark Souls, Demon Souls, ps3, xbox360, hardcore, From Software, jaquette

Les développeurs de From Software nous avaient prévenus : Dark Souls, suite spirituel du déjà très dur Demon Souls, allait être difficile. On allait mourir en boucle, c'est même le slogan du jeu : Prepare to die. Et bien, après ce test, je peux vous le confirmer : on ne nous a pas menti...

L'aventure commence pourtant doucement.

On crée son personnage en choississant parmi une dizaine de classes différentes et en personnalisant son apparence. D'ailleurs, la personnalisation permet de tripoter pas mal de traits du visage mais ne donne pas grand chose au final. Il faut dire que les graphismes sont dans l'ensemble sympas mais pas révolutionnaires.

Notre héroine (ou héros) est en fait un mort-vivant et ceux-ci sont tous enfermés en un même lieu. Il s'agira donc dans un premier temps de sortir de cette prison pour espérer regagner son humanité, ou en tous cas ne pas finir par perdre le peu d'âme qui nous reste.

On commence donc sereinement dans cette partie qui sert de tutorial : des messages sont gravés par terre pour expliquer les commandes ou donner des conseils. On affronte ses premiers ennemis. Tout semble bien se passer.

Dark Souls, Demon Souls, ps3, xbox360, hardcore, From Software,

Mais il s'agissait du calme avant la tempête : on se trouvait en fait dans l'oeil du cyclone !

On arrive ainsi dans une salle. Il y a plein de vases et on se demande s'ils ne recellent pas des trésors. On commence donc à les casser gentiment. Soudain, un bruit assourdissant : la porte vole en éclats et un démon gigantesque s'empresse de se jeter sur nous. En quelques coups, on est mort tandis que lui n'a quasi pas perdu de vie...

On repop au feu de camp : on retourne affronter le démon. Là, on remarque une inscription par terre : "Fuyez". Le temps de la lire et de voir par où fuir, on est mort.

Repop, retour au combat, on se précipite vers ce qui nous semble être la sortie. Ouf sauvé ! Pour l'instant... En effet, un peu plus loin, on se fait attaquer par un mob, un squelette bien plus vif que les précédents et paf, on est mort, tué en deux coups... C'est reparti pour un tour, sourtout qu'il faudra bien tuer ce démon avant de pouvoir quitter cette prison^^

Dark souls suit ce rythme pendant toute l'expérience du jeu : on arrive, on meurt, on recommence, on remeurt jusqu'à trouver LA méthode pour arriver à passer/tuer le mob au travers de notre chemin.

On doit apprendre de ses erreurs et foncer dans le tas est suicidaire.

Dark Souls, Demon Souls, ps3, xbox360, hardcore, From Software, Dark Souls, Demon Souls, ps3, xbox360, hardcore, From Software,

Ainsi, jouer à Dark Souls peut être vu de deux façons : soit comme extrêmement frustrant et donnant envie de balancer son pad dans la TV, soit comme extrêmement gratifiant. En effet, à chaque fois que l'on parvient à tuer ce #%*$! mob, on ressent une vrai jouissance, proche du dépassement de soi. Cependant, ce sentiment peut vite disparaitre lorsque deux mètres plus loin on meurt à nouveau et que l'on doit tout recommencer au dernier Feu de Camp.

Ces derniers servent en effet de check points dans l'aventure, ainsi qu'à regagner de la vie, upper ou recouvrer apparence humaine pour une vie (donc parfois très peu de temps ;-)) grâce à de l'humanité durement gagnée.

Mais chaque utilisation est à double tranchant : cela fait repop tous les monstres... Oui, tous ces monstres si difficilement abattus qui eux ne se sont pas génés pour nous tuer une dizaine de fois, et encore si on a eu de la chance !

Même s'il faut reconnaître que la chance ne joue pas tant que ça. Il est nécessaire de connaitre la bonne méthode pour passer une séquence mais il faut également maîtriser la technique de combat de son personnage. Celui-ci peut attaquer, parer, esquiver, contre-attaquer, jeter des sorts...

A nous de savoir utiliser tout cela à bon escient et surtout au bon moment, chaque mouvement devant répondre à un certain timing : attaquer trop tôt ouvrira une brèche dans votre défense dans laquelle votre adversaire se fera un plaisir de s'engouffrer !

Dark Souls, Demon Souls, ps3, xbox360, hardcore, From Software,

De plus, il faudra faire attention à la façon dont on fera progresser son personnage. En effet, on choisit une classe pour commencer mais ici on est libre de répartir les points disponibles selon la façon dont on le désire. Donc si on veut faire un guerrier, attention à ne pas gaspiller des points dans des caractéristiques utiles à un magicien.

D'autant plus que les points accumulés (et non dépensés) sont perdus à chaque mort. On peut aller les récuperer où se trouve notre dépouille mais si on meurt entre temps, ils sont définitivement perdus...

Il est possible de se faire aider via le mode multi-joueurs en invoquant deux joueurs pour nous épauler, cependant, on ne choisit pas qui on invoque, ce serait trop facile^^ De plus, si on peut invoquer des alliés, on peut aussi être envahi par des ennemis dont le seul but sera de nous tuer, histoire de rajouter une couche à la difficulté du jeu ;-)

Le mode multi est donc à double tranchant ! Et cela se voit aussi dans une autre de ses fonctionalités : on peut laisser des messages à l'attention des autres joueurs. Mais libre à nous de les conseiller judicieusement (ne saute pas là, tu vas mourir) ou de jouer les sadiques et de les mener à leur perte (vas-y saute, il y a un super trésor au fond ! (Nyark Nyark Nyark)).

Conclusion

Dark Souls est un vrai jeu Hardcore. Tellement dur qu'il pourra vous donner une crise de nerfs et l'envie de réduire en bouillie votre manette.

Cependant, pour les Hardcore gamers et les joueurs patients, il offrira une aventure excellente et vous récompensera par cette impression de dépassement de soi qui survient lorsqu'on tue ce satané Boss après une vingtaine d'essais infructueux.

Dark souls est l'un de ces rares jeux vraiment durs sur le marché actuellement. Sa difficulté rappelle les jeux d'antans où le "Continue" n'existait pas et qui offraient un vrai challenge.

Note : 9/10 (pour les hardcore gamers)

          7/10 (pour le joueur Lambda)

        

dans Gaming, PS3, Xbox360
Tags : dark souls, ps3, xbox360, hardcore, from software, namco

[Test] Saints Row : The Third, un GTA décomplexé 
par Quantic

samedi 07 janvier 2012 19:53 5 commentaires

Rappelez-vous, Saints Row fut l'une des premières licences à s'être fortement "inspirée" du GTA 3 de Rockstar et de son succès retentissant. Et si le premier épisode apparaissait comme une pâle copie de son aîné, il faut reconnaitre que ce troisième épisode parvient à réconcilier les amateurs de monde ouvert et de scénario délirant.

 saints row,saints row the third,gta-like,monde ouvert,thq,volition

Il faut dire que Rockstar en décidant de rendre son GTA IV plus sérieux, plus "réaliste" a fait quelques malheureux parmi les fans de la première heure et même si, personnellement, j'ai beaucoup apprécié GTA IV, reconnaissons qu'un brin de folie est toujours agréable et avec Saints Row : The Third, j'ai été servi.

Délire et compagnie.

Saints Row est véritablement une ode au délire... Si vous aimez le réalisme, passez votre chemin, ce n'est pas le style de la maison. Ici, démesure et provocation sont les maîtres mots...

Saints Row est typiquement le genre de jeu que vous montrerez à votre famille "gamophobe" pour les convaincre définitivement que le jeu-vidéo déborde de sexe et de violence et que vous n'êtes qu'un suppôt de Satan.

Dès les premières minutes, le ton est donné et ne fait pas dans la dentelle. Après un hold up raté, vous voilà pris au milieu d'une guerre de gangs qui se terminera par un pugilat en chute libre poursuivi par un avion en perdition et encore, je vous laisse la surprise de la suite ;-)

 saints row,saints row the third,gta-like,monde ouvert,thq,volition

Ce qui frappe d'entrée l'habitué de GTA, c'est la personnalisation du héros. Vous pouvez, en effet, choisir votre physique d'Adonis à l'aide d'un moteur assez poussé même s'il reste simpliste par rapport aux références du genre dans le domaine des MMO. Et même à ce stade, le niveau de délire est assez impressionnant puisque vous pouvez créer une pin-up aux formes avantageuses, voire totalement improbable ou un esthète au sex appeal  à la hauteur de la taille de son entre-jambe !

Dès la création du personnage, on sent que les développeurs se veulent irrévérencieux et même si cela fait du bien par rapport au politiquement correct de la majorité des jeux actuels, ils frisent de temps en temps le mauvais goût.

saints row,saints row the third,gta-like,monde ouvert,thq,volition

Les missions scénarisées sont à la hauteur de ce délire assumé avec des assauts de bordel, des visites de salons SM (où vous pouvez même vous retrouver comme esclave sexuel) et j'en passe et des meilleures. Le jeu n'est pas à conseiller à tout le monde mais si vous êtes adulte et avec un humour suffisamment friand du second degré, vous apprécierez les efforts des développeurs pour faire de Saints Row un jeu unique en son genre.

Si le délire est permanent dans le scénario, les missions annexes sont elles aussi bien déjantées. Fraudes à l'assurance (où vous devez vous faire écraser par des voitures), destruction en tank, meurtres en direct de mascottes pour la télévision, jamais un monde ouvert n'aura proposé des missions secondaires aussi originales.

saints row,saints row the third,gta-like,monde ouvert,thq,volition

Une technique à la traîne.

Pourtant, techniquement, le jeu est bien pauvre. Le moteur graphique date des débuts des consoles HD et fait quand même pâle figure face aux productions actuelles.

La maniabilité reste aussi un peu à la traine avec l'absence d'un système de couverture qui serait pourtant le bienvenu quand cela canarde de partout.

Quant au scénario, même s'il est délirant au possible, il reste quand même léger et très décousu.
Là où un GTA vous plonge dans son histoire et vous fait vivre la vie de son héros, ici, on sent que l'histoire n'est qu'un prétexte à vous embarquer dans les situations les plus improbables possibles.

Et pourtant, l'ambiance du jeu est tellement folle, tellement improbable que ces quelques défauts s'oublient bien vite et pour ma part, j'ai été totalement conquis par la vingtaine d'heures de jeu nécessaire au scénario solo.

Enfin, côté multi, on peut regretter l'absence d'un mode multi compétitif mais le fait de pouvoir parcourir le monde de Steelport en coop est déjà largement suffisant pour s'assurer un bon moment à deux (uniquement en ligne malheureusement).

saints row,saints row the third,gta-like,monde ouvert,thq,volition

Conclusion

Volition et THQ comptaient beaucoup sur ce titre pour redynamiser une de leur licence phare et je pense que l'on peut dire que le pari est largement réussi.

Malgré les défauts techniques évidents et le manque d'innovation, Saints Row constitue le monde ouvert le plus délirant et le plus jouissif auquel il m'ait été donné de jouer depuis GTA 3.

Ici, pas de place au réalisme mais bien aux batailles en chute libre, aux combats d'hélicoptères, aux massacres de masse, aux visites de salons SM, ...

Un pur délire du début à la fin que je ne saurais que vous conseiller si vous aimez les mondes ouverts et l'humour "idiot".

Si Volition propose pour le prochain épisode un nouveau moteur graphique et quelques innovations de gameplay, Rockstar aura du souci à se faire car Saints Row a vraiment réussi à se démarquer de son modèle avec un style exagéré et délirant qui confère au jeu une ambiance de folie.

Ma Note : 8,5/10

 saints row,saints row the third,gta-like,monde ouvert,thq,volition

L'avis d'Aelya

Je rejoins totalement l'avis de Quantic : Saints Row est un jeu à l'humour débile qui change des productions sérieuses type GTA.

On passe de situations rocambolesques à du grand n'importe quoi en un clin d'oeil. Mais cela ne choque pas, au contraire, cela fait du bien. On ne trouve pas la sortie de son penthouse ? Qu'importe, il n'y a qu'à sauter du balcon et faire du Base Jump ! Un passant vous gêne dans la rue ? On le tabasse/le mitraille. Besoin d'une nouvelle voiture ? On la vole, et c'est encore mieux si elle appartient aux flics, cela rajoute du piment d'être pistée par un hélicoptère !

De plus, les développeurs ont ajouté un bouton sympatoche : le bouton Awesome. Quand on l'utilise, les mouvements sont transformés et deviennent super classes. Ainsi, lorsqu'on braque une voiture, sans Awesome, on ouvre la portière et jette la personne dehors, avec Awesome, on effectue un saut acrobatique qui nous fait passer par le parebrise avant et éjecte le conducteur. Ce n'est pas grand-chose, mais cela rajoute une petite touche sympa !

 saints row,saints row the third,gta-like,monde ouvert,thq,volition

On a une impression de puissance, mais celle-ci peut parfois s'avérer trompeuse, le jeu présentant quelques missions pas si évidentes que ça.

La personnalisation du personnage est assez sympa (perso, j'aime bien la boutique Leather & Lace ainsi que le magasin de costumes^^) même si le plaisir est amoindri par des graphiques très moyens.

Enfin, petite remarque : on peut jouer un personnage féminin, mais on sent clairement que le jeu a été pensé pour un héros. Ainsi, lors des fêtes, il y a de nombreuses stripteaseuses, mais pas un seul stripteaser ou escort. Là, mon héroïne semblent avoir des tendances Bi, ce qui ne déplaira certainement pas à la gente masculine ;-)

Bref, Saints Row est un vrai défouloir à ne pas mettre entre toutes les mains (en particulier celles des anti-jeux vidéo^^) mais qui ravira toute personne avec un minimum de second degré et voulant jouer sans se prendre la tête.

Ma note : 8/10

Et en bonus, Nos deux personnages dans leurs tenues les plus "chaudes". A vous de deviner quel personnage est à qui ;-)

 saints row,saints row the third,gta-like,monde ouvert,thq,volition  saints row,saints row the third,gta-like,monde ouvert,thq,volition

        

dans Gaming, PC, PS3, Test, Xbox360
Tags : saints row, saints row the third, gta-like, monde ouvert, thq, volition

Les soldes ou comment faire craquer un geek... 
par Quantic

vendredi 06 janvier 2012 19:53 9 commentaires

Aller faire un tour à la Fnac le jour d'ouverture des soldes permet souvent de dégotter quelques bonnes petites affaires et même si la plupart des titres soldés sont souvent de bien mauvais jeux, en s'y prenant tôt, on peut vraiment tomber sur de bonnes affaires et c'était le cas cette année...

Regardez plutôt ce Collector de Tekken 6 soldé à 22 euros (au lieu de 99).

tekken 6,collector

Bon, c'est vrai que la boîte a un peu vécu mais à ce prix-là, c'est vraiment une affaire.

On trouve dans ce collector :

Le jeu et son manuel

 tekken 6,collector

Un très bel artbook d'une centaine de pages bien illustré (même si une hard cover aurait été la bienvenue)

 tekken 6,collector, artbook

tekken 6,collector, artbook

tekken 6,collector, artbook

tekken 6,collector, artbook tekken 6,collector, artbook

et un hoodie Tekken 6 (idéal pour Aelya, grande frileuse devant l'éternel)

 tekken 6,collector, hoodie    tekken 6,collector, hoodie

Bref, à ce prix-là, je n'ai pas réfléchi et je l'ai embarqué aussi sec

 tekken 6,collector

Mais vous me connaissez, je n'allais pas m'arrêter là...

J'ai donc également trouvé un exemplaire PS3 de SplatterHouse, un jeu qui m'intriguait depuis longtemps et à 12 euros, pourquoi résister ?

Splatterhouse, ps3

Enfin, j'ai également craqué pour Alpha Protocol (8 euros !), un RPG d'Obsidian qui avait eu des critiques assez partagées mais j'ai toujours bien aimé les jeux d'espionnage qui se font pourtant bien rare.

 Alpha Protocol, Xbox360

Petit craquage Blu-Ray également avec une belle édition collector de "The Wrestler" à 8 euros. Même si je n'ai pas particulièrement aimé le film, cela me permet de compléter ma collection Darren Aronofsky.

 the wrestler, blu-ray

Et enfin, dernier Blu-Ray avec Girl Next Door, une petite comédie romantique où l'héroïne s'avère être une star du X en fugue... C'est très bête mais j'avais bien apprécié son visionnage il y a quelques années.

 girl next door, blu-ray

Maintenant, je suis dans les starting Block pour les soldes Amazon dans quelques jours ;-)

        

dans Cinéma, Craquage, Gaming
Tags : craquage, soldes, tekken, tekken 6, collector