La Semaine du Jeu Vidéo, une émission de la RTBF avec nous dedans 
par Aelya & Quantic

lundi 19 septembre 2011 20:46 18 commentaires

la semaine du jeu vidéo,rtbf,émission,télévision,vie du blog

Dans sa grille de rentrée, la RTBF (la télévision publique belge pour ceux qui ne connaissent pas ;-) ) a réservé une petite surprise aux gamers que nous sommes en ajoutant à sa grille de programme, un rendez-vous hebdomadaire de 13 minutes consacré aux jeux-vidéo.

L'émission, présentée par Tatiana Silva (ex Miss Belgique) en studio et Charles Thomaes en reportage, fait le tour de l'actualité du jeu vidéo tout en réservant chaque semaine une belle tranche de son temps d'antenne aux spécificités du marché vidéoludique belge.

Si le choix des animateurs est discutable (on est les premiers à le penser :-/ ), le contenu de l'émission, concocté entre autres par notre ami Valentin (spécialiste jeu-vidéo dans l'hebdo papier "Moustique" et à l'origine du sympathique site Natural Born Players) s'avère assez complet et ouvert aussi bien à un public de gamers qu'à un public de curieux.

la semaine du jeu vidéo,rtbf,émission,télévision,vie du blog

Il va sans dire que si vous passez votre vie sur le Net, vous n'y apprendrez pas grand-chose mais l'émission vaut néanmoins la peine d'être visionnée pour ses reportages originaux sur des domaines parfois méconnus du jeu vidéo... Bref, une émission avec un gros potentiel à condition de lui donner sa chance.

Et comme il est suffisamment rare que la télévision s'intéresse à notre média favori (autrement que pour l'accuser de tous les maux de la Terre), cette nouvelle émission mérite qu'on la supporte !

D'autant plus que lors de la dernière émission, il y avait du Couple of Pixels inside !

la semaine du jeu vidéo,rtbf,émission,télévision,vie du blog  la semaine du jeu vidéo,rtbf,émission,télévision,vie du blog

En effet, nous avons été interviewés au sujet de notre blog ;-)

Si vous voulez visionner nos réponses inspirées et démontrant notre talent audio-visuel inné (hum hum !!), ne ratez donc pas la dernière diffusion de l'émission ce mardi soir à 23h45 sur la RTBF 2.

Les retardataire Belges peuvent même regarder l'émission en ligne sur le site officiel de "La Semaine du Jeu Vidéo" .

Encore merci à tout l'équipe et particulièrement à Valentin !

N'oubliez pas de suivre @LSDJV sur Twitter et de vous abonner à leur page Facebook.

Note : A noter que la RTBF détestant la publicité gratuite a demandé à You Tube de retirer la vidéo de notre interview, limitant donc la consultation de l'émission au seul public belge... Normalement, l'émission sera bientôt disponible depuis la France, on garde espoir et on vous tiendra au courant.

        

dans Coups de Coeur, Gaming, Geek
Tags : la semaine du jeu vidéo, rtbf, émission, télévision, vie du blog

[Craquage] La tirelire qui fait aussi jeu-video 
par Quantic

jeudi 15 septembre 2011 19:33 6 commentaires

craquage,gadgets,geek,retrogaming

Petite trouvaille bon marché et hautement inutile, impossible pour nous de ne pas vous parler de notre dernière acquisition, une tirelire !

Oui, une tirelire... Mais pas que cela... puisqu'elle a la forme extérieure d'une mini machine d'arcade avec un jeu du type Space Invaders qui tourne dessus...mais pas gratuitement, c'est là, toute l'astuce !

En effet, pour jouer, il faut insérer une pièce dans la fente de la tirelire afin de débloquer 2 minutes de jeu... Et si vous êtes doué, la machine vous rappellera l'approche de la fin de la session pour vous laisser le temps de réinsérer une pièce pour continuer votre partie !

Complètement inutile mais j'adore !

craquage,gadgets,geek,retrogaming  

        

dans Coups de Coeur, Craquage, Déballage, Geek, Otaku
Tags : craquage, gadgets, geek, retrogaming

Sélection de vidéos geeks/gamers 
par Quantic

mardi 13 septembre 2011 19:06 6 commentaires

 video,freddie,tf2,fatalities,dorkly,paintball

Ce soir, une petite sélection de vidéos geeks/gamers que j'ai appréciée ces derniers temps.

On commence avec la dernière vidéo de Freddie Wong, véritable star de You Tube et gamer affirmé. Dans sa dernière vidéo, il s'imagine en héros de GTA et c'est du bonheur

 

Ensuite, Dorkly a imaginé quelques fatalities pour Super Smash Bros


Un petit court-métrage relatant une partie de Team Fortress 2 que j'ai adoré

 

Ce japonais a trouvé une utilité à son Mac Book Air, un parfait couteau de cuisine...

 

Et pour terminer, mon coup de coeur pour une vidéo pas directement liée au monde geek mais qui m'a rappelé des souvenirs personnels. Son sujet, du paintball en mode ralenti. La vidéo est magnifique, je vous laisse regarder.

 

Cette vidéo m'a particulièrement plu grâce à sa réalisation bien sûr mais aussi à cause du fait que j'ai longtemps pratiqué ce sport... car oui, c'est un sport !

J'en parle car ce sport pourrait plaire à plus d'un (ou d'une) d'entre vous puisque l'on y retrouve tous les éléments d'un bon vieux "capture the flag" de votre FPS favori. Mais attention, on est ici aux antipodes d'un Laser Game (entre paintballers, on surnommait d'ailleurs les accros au Laser Game, les chochottes) et combine stratégie, esprit d'équipe et de sacrées décharges d'adrénaline.

Pendant presque 3 ans, je me suis levé tous les dimanches à 5 heures du matin pour partir aux entrainements ou aux compétitions, revenant à la maison glacé (en hiver), couvert de boue (tout le temps) et rempli de bleus mais heureux. J'ai même participé aux championnats d'Europe, c'est dire comme j'étais piqué mais lorsque j'ai rencontré Aelya, il me devenait difficile de tout combiner et j'ai dû faire un choix entre jeux vidéo, paintball et Amour (avec un grand A)...et j'ai abandonné ce sport qui garde néanmoins une bonne place dans mes souvenirs. Donc, n'hésitez pas à vous y essayer si vous en avez l'occasion !

Pour les curieux, voici une belle vidéo (datant de mon époque d'activité) présentant le paintball sportif tel que je l'ai pratiqué...


        

dans Buzz, Coups de Coeur, Geek
Tags : video, freddie, tf2, fatalities, dorkly, paintball

[Test] Deus Ex : Human revolution, le jeu de l'année ? 
par Quantic

jeudi 08 septembre 2011 19:45 5 commentaires

 test,deus ex,deus ex : human revolution,eidos,square enix,infiltration,fps,rpg

Autant être très clair, je suis un fan absolu du premier épisode de la licence Deus Ex, qui reste à mes yeux, le plus grand jeu de tous les temps. A l'inverse, Deus Ex 2 a sans doute constitué ma plus grande déception de tous les temps ;-)

Alors quand ce  Deus Ex : Human revolution a été annoncé, je suis longtemps resté dubitatif sur ce que Eidos Montréal allait pouvoir produire sans le créateur de génie de la licence et du genre Deus Ex : Warren Spector !

Parce que, oui, Deus Ex est un genre à lui tout seul : FPS (surtout à cause de sa vue à la 1ère personne), infiltration, RPG, ... Impossible de caser ce jeu dans un genre particulier.
Même si pour ma part, c'est en infiltration, en ne tuant aucun ennemi et en piratant à tout va que je prends le plus mon pied sur ce jeu, chacun pourra y trouver son compte.

Il est ainsi tout à fait possible de se la jouer gros bourrin mais ce n'est pas forcément la méthode la plus simple et en plus, vous passeriez à côté de 90% de la finesse du gameplay de Deus Ex. Soyez prévenu, si vous cherchez un simple FPS, Deus Ex n'est sans doute pas fait pour vous. Ceci dit, les armes sont sympathiques, bien modélisées mais le gameplay FPS n'est pas le plus réussi. Mais si vous n'êtes pas aussi intégriste que moi et acceptez de déclencher quelques alarmes, vous pourrez facilement vous en sortir avec quelques coups de mitrailleuses avant de repartir en mode furtif.

test,deus ex,deus ex : human revolution,eidos,square enix,infiltration,fps,rpg  test,deus ex,deus ex : human revolution,eidos,square enix,infiltration,fps,rpg

Ca, c'est le Deus Ex que je connaissais début 2000, mon jeu culte mais est-ce que ce Deus Ex : Human Revolution a vraiment réussi le passage du millénaire ?

Sans hésitation, je dirai que oui. Même le gros intégriste de la licence que je suis y a trouvé son compte. Le jeu n'est pas exempt de défauts (j'y reviendrai) mais le gameplay est très proche de celui de l'original et Eidos a réussi le défi ultime, à savoir garder l'âme du gameplay original tout en le saupoudrant d'éléments modernes... Ils ont donc évité l'écueil Duke Nukem Forever et son gameplay d'une autre époque.

Par exemple, l'infiltration est toujours aussi jouissive et terminer une mission sans avoir déclenché la moindre alarme et sans avoir tué un seul garde est toujours aussi gratifiant.

Mais le gameplay n'est pas le seul point positif du jeu, bien loin de là, le scénario est également à la hauteur.

Pour ceux qui n'ont pas tout suivi, Deus Ex : HR est une prequel des évènements de Deus Ex I et II. Les augmentations sont donc moins évoluées et plus "mécaniques".

Vous incarnez Adam Jensen, chef de la sécurité chez Sarif Industries, leader dans le domaine naissant des augmentations. Tout se passait pour le mieux (hormis votre traumatisme léger puisque vous avez été viré des SWAT's pour avoir refusé d'exécuter une ado augmentée) jusqu'a ce qu'une attaque d'inconnus ne vous laisse pour mort vous, votre copine scientifique ainsi que toute son équipe. Heureusement (ou malheureusement) votre boss vous aime bien et vous sauve la vie, tout en vous greffant quelques gadgets un peu partout sans vraiment vous demander votre avis. Six mois plus tard, vous reprenez le travail, pile poil quand la société est à nouveau attaquée (peut-être que vous portez malheur...) mais cette fois, vos augmentations vont vous permettre d'enquêter sur ce qui se trame vraiment...

test,deus ex,deus ex : human revolution,eidos,square enix,infiltration,fps,rpg  test,deus ex,deus ex : human revolution,eidos,square enix,infiltration,fps,rpg

En plus de cet excellent scénario, Eidos a réussi à créer un univers à part, de la bonne science-fiction associée à un univers débordant de vie et de réalisme. Vous trouverez ainsi des centaines de livres vous contant en quelques phrases un petit bout de l'univers. Si la trame principale est passionnante, les quêtes secondaires s'imbriquent à merveille dans le scénario et je ne peux que vous conseiller de les dénicher et de les réaliser au risque de passer à côté d'une bonne partie du superbe scénario.

L'ambiance est, elle aussi, à la hauteur car même si les passants sont un peu statiques et que nous ne sommes certainement pas dans un open world, les villes débordent de réalisme et m'ont véritablement prises au piège. Soyez prévenu, ce jeu est immersif à souhait et vous ne verrez pas le jour se lever en vous y plongeant pour une petite partie d'une heure avant d'aller dormir.

test,deus ex,deus ex : human revolution,eidos,square enix,infiltration,fps,rpg  test,deus ex,deus ex : human revolution,eidos,square enix,infiltration,fps,rpg

Et pourtant tout n'est pas rose dans le monde d'Adam Jensen. Car oui, même si j'ai été totalement convaincu par ce jeu, il y a quelques éléments qui fâchent mais juste un peu, histoire de se réconcilier plus facilement.

D'abord, beaucoup ont commenté la faiblesse technique "apparente" du jeu... Pour ma part, cela ne m'a pas gêné. Les développeurs ont décidé de ne pas faire dans le photoréalisme et pour de la science-fiction, cela n'est pas choquant. Dommage que les cinématiques ne soient pas plus flamboyantes car en dehors de la séquence d'intro qui m'a donné des frissons, on ne retrouve plus par la suite la même intensité. Il est donc vrai que le jeu aurait pu être plus beau mais vu la profondeur du gameplay proposé et la qualité artistique de l'univers, ce n'est certainement pas un point qui m'est apparu comme un réel défaut.

S'il faut retenir un élément technique vraiment gênant pour le réalisme, ce sera sans aucun doute l'IA des ennemis. Alors oui, quand on a plus fait d'infiltration depuis un moment, le début du jeu est prometteur... On se fait griller bêtement et on admire les gardes omniscients et puis, petit à petit, les souvenirs reviennent (Deus Ex, c'est comme le vélo, ca ne s'oublie pas) et on retrouve ses petits "trucs" pour passer à côté des gardes et on découvre qu'ils sont en fait complètement idiots. Oui, ils réagissent aux portes ouvertes ou aux bruits excessifs mais d'un autre côté, ils ne remarquent pas les traces de notre passage (armes, cartons déplacés, etc) et on peut très facilement les éviter en restant bien accroupi. Rien de bien embêtant pour le plaisir brut mais une petite déception quand même qui nuit à la cohérence de l'univers.

test,deus ex,deus ex : human revolution,eidos,square enix,infiltration,fps,rpg  test,deus ex,deus ex : human revolution,eidos,square enix,infiltration,fps,rpg

Enfin, dernier gros défaut à mes yeux : comme je l'ai dit plus haut, on profite le plus du jeu en mode infiltration et en se fixant soi-même ses objectifs comme, par exemple, ne tuer personne. Alors, mettez-vous à ma place...

Vous réussissez péniblement, à coup de reload, à terminer l'acte I sans aucune alarme, ni aucun meurtre et voilà qu'un "boss" se pointe et que vous vous retrouvez coincé dans une pièce minuscule, avec un fou furieux qui veut vous tuer... Et là, pas d'infiltration qui tienne, vous devez vous battre comme dans un FPS mal foutu et à la fin, Adam tue toujours son ennemi, sans vous donner le choix. Non seulement ces "boss" ne sont certainement pas les passages les plus réussis mais ils m'ont laissé un certain arrière-goût, un peu comme si Eidos venait de me gâcher ma partie. Dommage !

test,deus ex,deus ex : human revolution,eidos,square enix,infiltration,fps,rpg  test,deus ex,deus ex : human revolution,eidos,square enix,infiltration,fps,rpg

Conclusion

Deus Ex : Human Revolution, malgré ses quelques imperfections, est une fabuleuse réussite. Un vrai Deus Ex qui ne trahit pas la genèse de son illustre aîné avec un gameplay exceptionnel qui, même sans scénario, parviendrait à me captiver. Alors, si vous rajoutez un scénario cohérent, des choix permanents avec un réel impact sur la suite de l'histoire et une ambiance futuristique vraiment immersive, vous obtenez peut-être le meilleur jeu de l'année.

A mes yeux, et malgré les jeux qui s'annoncent pour fin 2011, Eidos a peut-être bien signé le jeu le plus original et le plus abouti que j'ai vu depuis longtemps.

Une petite perle que tout gamer qui se respecte se soit de posséder et de retourner dans tous les sens.

Mais attention, ce jeu s'adresse aux grands garçons (ou aux grandes filles) car il n'est pas d'un abord facile et vous pourriez mettre un certain temps à l'apprivoiser. Mais la satisfaction qu'il apporte vaut largement cet investissement initial.

Un must have !

Note : 9/10

        

dans Coups de Coeur, Gaming, PC, PS3, Test, Xbox360
Tags : test, deus ex, deus ex : human revolution, eidos, square enix, infiltration, fps, rpg

[Craquage] Alice Madness Returns : Réplique de la Vorpal Blade et Art Book 
par Aelya

mardi 06 septembre 2011 19:09 10 commentaires

 alice : madness returns,epic weapons,vorpal blade,artbook,réplique,craquage alice : madness returns,epic weapons,vorpal blade,artbook,réplique,craquage

Comme mon test d'Alice Madness Returns l'a laissé transparaître, j'ai beaucoup aimé le jeu et son univers. Ce n'était donc qu'une question de temps avant que je craque.

Pour l'Artbook Art of Alice: Madness Returns, ce fut immédiat mais les dieux du loot n'étaient pas avec moi car il était en rupture de stock. Malgré tout, je l'ai commandé et j'ai pu le recevoir la semaine dernière.

Quant à la réplique grandeur nature de la Vorpal Blade, ce fut plus compliquée : il m'a fallu convaincre mon cher et tendre qui me disait de me contenter de la réplique de 20 cm.

J'ai donc tenté la technique "je suis raisonnable mais triste quand même" qui consiste à aller sur le site et à pousser de grands soupirs en regardant l'objet de convoitise dans l'espoir que votre moitié prenne pitié et que soit il/elle vous dise de l'acheter, soit il/elle l'achète en secret et vous l'offre par surprise (Messieurs, je vous conseille vivement cette seconde option : toutes les filles aiment les cadeaux surprises). En vain... Quantic restait de marbre.

Or un jour, en allant sur le site, je vois qu'il n'en restait plus qu'une en stock. Là, j'ai craqué, j'ai fait une crise à Quantic qui devant mes arguments ultra raisonnés (je la veux, elle est trop belle, je te jure je vais me faire un cosplay même si je ne sais absolument pas coudre) a fini par me donner son accord ! Youpi ! C'est donc toute contente que j'ai commandé ma Vorpal Blade^^

La "Vorpal Blade"

alice : madness returns,epic weapons,vorpal blade,artbook,réplique,craquage

alice : madness returns,epic weapons,vorpal blade,artbook,réplique,craquage alice : madness returns,epic weapons,vorpal blade,artbook,réplique,craquage

La réplique est produite par Epic Weapons et coûte une centaine d'euros.

Elle mesure environ 45 cm. Sa lame en fait 31 et son manche 14.

La lame et le manche sont couverts de riches gravures reproduisant fidèlement celles que l'on voit dans le jeu. Sur le manche, on peut lire Vorpal et St°1865. J'aime particulièrement les détails de la lame et son motif de vigne^^

alice : madness returns,epic weapons,vorpal blade,artbook,réplique,craquage alice : madness returns,epic weapons,vorpal blade,artbook,réplique,craquage alice : madness returns,epic weapons,vorpal blade,artbook,réplique,craquage

 

L'arme pèse un bon petit poids, cependant la lame n'est pas affutée : si on m'agresse, elle me servira plus de masse que de poignard !

J'avoue être très contente de cet achat : je trouve ma "Vorpal Blade" vraiment magnifique et très travaillée !

alice : madness returns,epic weapons,vorpal blade,artbook,réplique,craquage

 

Mon seul bémol serait que l'exemplaire que j'ai reçu présente quelques griffes et comme il s'agissait du dernier exemplaire chez mon revendeur, je n'ai pas pu l'échanger contre un autre en meilleur état...

L'Art Book : The Art of Alice Madness Returns

Cet ouvrage de 184 pages arbore une très belle couverture dure reprenant une illustration de Joy Ang.

alice : madness returns,epic weapons,vorpal blade,artbook,réplique,craquage

L'intérieur se révèle quant à lui excellent. A travers plusieurs chapitres, on découvre le chemin parcouru par l'équipe de développement pour arriver au design final du jeu, le tout parsemé de petites informations sympathiques.

On passe donc de la préproduction à des études sur Alice et ses robes, sur Londres, sur Wonderland, puis aux cinématiques pour finir par un bric à brac reprenant diverses illustrations.

alice : madness returns,epic weapons,vorpal blade,artbook,réplique,craquage alice : madness returns,epic weapons,vorpal blade,artbook,réplique,craquage

On y apprend pas mal de données intéressantes sur le jeu. Ainsi, il fut très difficile de créer leur Alice, donnant lieu à des discussions sur l'anorexie (le design proposé par Ken Long la représentant vraiment maigre). Dans le chapitre sous-marin, Alice devait aussi se déplacer en nageant telle une sirène mais cela fut abandonné car l'équipe n'arriva pas à rendre les déplacements funs (dommage, je me demande ce qu'une Alice en sirène aurait pu donner^^).

alice : madness returns,epic weapons,vorpal blade,artbook,réplique,craquage alice : madness returns,epic weapons,vorpal blade,artbook,réplique,craquage

Perso, j'aime beaucoup le chapitre dédié à Alice et ses robes : les artworks sont vraiment magnifiques ! Et puis, je suis fan de son look et ses tenues, je me régale donc. Et le reste de l'artbook ne démérite pas !

Mon seul regret est qu'il ne contient quasi pas d'images des rendus 3D. En effet, j'aime énormément le rendu graphique du jeu et j'aurais bien voulu retrouver les modèles 3D d'Alice et son univers.

alice : madness returns,epic weapons,vorpal blade,artbook,réplique,craquage alice : madness returns,epic weapons,vorpal blade,artbook,réplique,craquage alice : madness returns,epic weapons,vorpal blade,artbook,réplique,craquage

Bref, l'Artbook Art of Alice: Madness Returns m'a vraiment séduite, surtout quand je compare sa qualité à son prix d'une trentaine euros, les artbooks de japanimation valant souvent le double voire le triple !

        

dans Coups de Coeur, Craquage, Déballage, Gaming, Geek, PC, PS3, Xbox360
Tags : alice : madness returns, epic weapons, vorpal blade, artbook, réplique, craquage

[Test] Alice Madness Returns : Coup de Coeur au Pays des Merveilles ? 
par Aelya

lundi 15 août 2011 18:47 12 commentaires

test,electronic arts,ea,alice : madness returns,action

En Mai dernier, je parlais d'Alice Madness Returns d'Electronic Arts en évoquant combien son design me séduisait et en espérant que cette suite d'American McGee's Alice serait à la hauteur. Alors qu'en est-il?

Il convient déjà de mentionner une bonne surprise : la boite contient un code pour télécharger le premier Opus de la série en version HD. Une bonne initiative d'EA pour permettre de découvrir ce premier épisode et accessoirement encourager l'achat de produit neuf plutôt que d'occasion.

test,electronic arts,ea,alice : madness returns,action test,electronic arts,ea,alice : madness returns,action

Alice Madness Returns est un jeu d'action/aventure où l'on oscille entre un Londres industriel sale de la fin du 18ème siècle et Wonderland. En effet, Alice a l'esprit fragilisé suite à la tragédie qui a tué sa famille (terrible incendie dont elle n'arrive pas à se souvenir) et trouve refuge au pays des Merveilles.

Mais voilà, son instabilité mentale influence directement son Wonderland, le transformant de monde magique coloré en paysage cauchemardesque... Notre héroïne va donc affronter ses démons pour redonner sa beauté aux pays des merveilles et sa santé mentale à son esprit.

test,electronic arts,ea,alice : madness returns,action test,electronic arts,ea,alice : madness returns,action

Alice évolue donc dans un Wonderland passant du féérique au dévasté tout en affrontant des monstres,  incarnations de sa psyché. Ce voyage revêt un aspect jeu de plate-forme où il faudra sauter d'un champignon/écrou/objets divers à un autre, rétrécir pour utiliser des passages plus ou moins secrets... Il faut le reconnaître, Alice reste assez classique de ce point de vue et ne présente pas beaucoup de challenge.

test,electronic arts,ea,alice : madness returns,action test,electronic arts,ea,alice : madness returns,action

De même, le côté combat ne brille pas par son originalité. Certes, on combat avec une poivrière mais celle-ci se comporte exactement comme un mini-gun : il n'y a que le skin de l'arme qui change. Les ennemis sont sympathiques : on croise des tasses qui nous ébouillantent, des cartes que l'on peut écraser en grandissant, des créatures sous-marines, des poupées... mais les tuer suit toujours plus ou moins le même schéma.

test,electronic arts,ea,alice : madness returns,action test,electronic arts,ea,alice : madness returns,action

Le Gameplay est donc loin d'être révolutionnaire pour ce type de jeu. Et pourtant, l'univers d'Alice parvient à faire oublier tout cela.

En effet, l'élément accrocheur du jeu n'est pas le Gameplay mais bien le côté artistique et léché du jeu. Chaque geste d'Alice est pensé pour ajouter une dimension poétique.

Pour esquiver, elle ne plonge pas mais se transforme en un nuage de papillons bleus, chaque saut se transforme en pirouette laissant également s'échapper papillons, fleurs et plumes. Ses mouvements lors des combats sont gracieux et ses lames (au fur et à mesure de leur évolution) esquissent des tracés de couleurs.

test,electronic arts,ea,alice : madness returns,action test,electronic arts,ea,alice : madness returns,action

Toute cette beauté est pourtant au service d'un univers qui se révèle vite macabre, la folie d'Alice n'étant jamais loin. Ainsi, il lui faudra retrouver les membres d'un de ses amis. De même, les enfants de Wonderland sont fous et ressemblent à Frankenstein... Alice elle-même devient hystérique lorsqu'elle est sur le point de mourir, le paysage devenant noir et blanc avec pour seul couleur le rouge du sang...

test,electronic arts,ea,alice : madness returns,action test,electronic arts,ea,alice : madness returns,action

Autre élément esthétique du jeu : les tenues d'Alice. C'est peut-être mon côté féminin qui ressort, mais personnellement, je les trouve toutes magnifiques. Il y a en tout 6 tenues correspondant à chacun des chapitres du jeu et à son univers. Dans les niveaux industriels, Alice s'habille en Steampunk, sous l'eau, sa robe prend des airs sous-marins et brille tels les poissons ou méduses des profondeurs...

Une fois le jeu fini, il est possible de choisir la tenue que l'on souhaite porter et celle-ci apporte certains bonus, voire malus. Enfin, le côté commerçant d'EA est réapparu : ils ont sorti un DLC comptant 6 tenues supplémentaires (et quelques armes), elles aussi aux designs terribles. Pour 2 euros, j'avoue avoir craqué...

test,electronic arts,ea,alice : madness returns,action test,electronic arts,ea,alice : madness returns,action

test,electronic arts,ea,alice : madness returns,action

Le jeu oscille donc constamment entre poésie et violence, beauté et macabre... Ce mélange des deux crée un univers étrange et dérangeant mais terriblement fascinant.

Conclusion

Alice Madness Returns est un jeu d'action/aventure au Gameplay très classique, pouvant même paraître répétitif. Cependant, son univers et l'atmosphère qui s'en dégage m'ont totalement séduit : j'avais envie de jouer, d'explorer ce monde à la sombre beauté, de connaître son histoire.

En fait, Alice Madness Returns aurait pu se contenter d'être un film/série/OAV. A cause de cela, certains trouveront le jeu inintéressant. Cependant, pour peu que l'on accroche à l'univers, Alice Madness Returns devient excellent. Ce fut d'ailleurs un vrai coup de coeur pour moi^^

Note : 8/10

test,electronic arts,ea,alice : madness returns,action test,electronic arts,ea,alice : madness returns,action

        

dans Coups de Coeur, Gaming, PC, PS3, Test, Xbox360
Tags : test, electronic arts, ea, alice : madness returns, action

[Précommande] Jurassic Park - Ultimate Trilogie - Edition Collector en Blu-ray 
par Aelya

samedi 30 juillet 2011 19:26 9 commentaires

blu-ray, Jurassic Park, collector, précommande

En 1993, Jurassic Park sortait au cinéma.

Je voulais absolument le voir car j'adorais les dinosaures. J'avais fait la collection des Dinoriders. J'envisageais même de devenir Paléontologue (cette vocation a duré jusqu'à ce que je me rende compte que les paléontologues passaient plus de temps dans leurs bureaux à chercher des subventions que sur le terrain).

Mais j'avais 11 ans et l'angoisse que le film soit interdit aux moins de 12 ans. Quand j'ai découvert que le film était tiré d'un livre de Michael Crichton, je me suis jeté dessus et l'ai dévoré en une nuit. J'ai adoré.

Quand le film est sorti, je me suis précipité au cinéma et même si le film m'a légèrement déçu par rapport au livre, Jurassic Park de Steven Spielberg reste un très chouette film. De même, les deux épisodes suivant ne sont pas des merveilles mais se laissent regarder avec plaisir.

C'est pourquoi quand j'ai vu l'édition collector Blu-Ray de la Trilogie associé à une sympathique figurine de T-Rex, j'ai craqué et l'ai précommandée, et ce malgré le futur quatrième volet de la saga dont on parle depuis longtemps et dont le développement est en cours.

Le coffret Collector Blu-Ray est à 76 euros et sortira le 25 Octobre 2011.

Une version normale sera également disponible et coûtera 38 euros.

        

dans Cinéma, Coups de Coeur, Craquage, Geek
Tags : blu-ray, jurassic park, collector, précommande

[Précommande] Intégrale Harry Potter : 8 films et une baguette ! 
par Aelya

jeudi 28 juillet 2011 19:00 10 commentaires

Je ne suis pas allée voir les derniers films d'Harry Potter. J'en ai raté un puis n'ai jamais eu l'occasion de voir la suite.

Comme j'ai lu les livres, cela n'est pas très grave mais je me suis toujours dit que j'achèterai l'intégrale des huit films en blu-ray une fois qu'ils sortiraient.

Je guettais donc l'annonce d'un coffret collector et, hier, j'ai trouvé mon bonheur sur Amazon !

En effet, le site propose en exclusivité ce magnifique coffret :

Harry Potter, integrale, blu-ray, dvd, cinéma

Il contient 11 disques Blu-ray. Les 8 films de la saga en Blu-ray :
1. Harry Potter à l'école des sorciers
2. Harry Potter et la chambre des secrets
3. Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban
4. Harry Potter et la coupe de feu
5. Harry Potter et l'ordre du Phénix
6. Harry Potter et le Prince de sang-mêlé
7.1 Harry Potter et les Reliques de la Mort - partie 1
7.2 Harry Potter et les Reliques de la Mort - partie 2
Ainsi que les 3 disques bonus des trois derniers films, et la baguette de Sureau.

Il n'y que peu de détails sur le contenu des bonus, mais le coffret au design vraiment classe plus la baguette de Sureau (Elder Wand en anglais) m'ont déjà fait craquer !

Par contre le prix fait mal : 199,95 euros que ce soit pour l'édition Blu-ray (11 galettes) ou pour l'édition DVD (16 galettes) .

Le coffret est prévu pour le 30 Novembre 2011, ce qui laisse le temps de faire des économies :p

        

dans Cinéma, Coups de Coeur, Craquage
Tags : harry potter, integrale, blu-ray, dvd, cinéma