[Cinéma] The Avengers, une équipe du tonnerre ! 
par Aelya

lundi 23 avril 2012 19:34 2 commentaires

 avengers,cinéma,critique, affiche

The Avengers est un film que j'attendais avec impatience. J'avais en général beaucoup aimé les différents films Marvel sortis pour préparer le terrain, Joss Whedon est un réalisateur que j'affectionne (Buffy power mais aussi Dr Horrible's Sing-along blog, Firefly), je suis fan de Marvel... Je ne pouvais qu'avoir hâte de voir ce film.

J'ai donc sauté de joie quand Disney m'a invité à sa projection presse (mais après avoir convaincu ma chef qu'il était vital que j'ai congé ce jour-là car sinon j'aurais plutôt pleuré après avoir reçu l'invitation, ce qu'a fait Quantic qui lui n'a pas réussi à convaincre son employeur ;-))

Mais le film était-il à la hauteur de tous ces espoirs ?

Alors là, je vous dirais oui.

 avengers,cinéma,critique avengers,cinéma,critique

Tout commence par le vol d'un cube à l'énergie incommensurable, le Tes-quelque chose (c'est le cube dont il est question dans Captain America - déjà là je n'arrivais pas à me rappeler le nom, ici non plus), par Loki, Dieu d'Asgard et frère de Thor. Celui-ci veut utiliser le cube pour ouvrir un portail et permettre à une autre race extraterrestre d'envahir la terre.

Devant une telle menace et la force de Loki, Nick Fury, commandant en chef du Shield, n'a d'autre choix que de réunir une équipe d'hommes et d'une femme aux capacités incroyables : Thor, Black Widow, Hawkeye, Hulk, Captain America et Iron Man. Cependant, les relations entre ses membres ne sont pas ce qu'on pourrait appeler au beau fixe, leurs fortes personnalités s'entrechoquant et faisant des étincelles, ce qui risque fort de leur couter la vie et la victoire.

 avengers,cinéma,critique

L'histoire est donc assez classique, voire prévisible, avec quelques éléments qui demeurent un peu flous (pourquoi Loki n'utilise pas le cube à ses propres fins ? Pourquoi Hulk se montre-t-il co-opératif à la fin?) : On reste dans un film de super-héros.

Cependant, elle est entrainante et j'avoue ne pas avoir vu passer les 2h22 du film !

En effet, l'histoire est rythmée et parvient à rendre justice à tous les héros. On pouvait avoir peur de voir certains personnages mis un peu de côté, et s'il est vrai que certains sont un petit peu plus mis en valeur (Iron Man, ce qui n'est pas une surprise, mais aussi Banner/Hulk qui est vraiment bien développé - honneur aux scientifiques ? ;-)), chacun est vraiment bien exploité et a son instant de gloire.

 avengers,cinéma,critique avengers,cinéma,critique

On est donc heureux de découvrir ou retrouver ces héros diablement charismatiques. Les traits de caractère de chaque Avenger sont bien rendus (l'humour de Stark, le côté moralisateur et vieux jeu de Captain America, l'ego surdimensionné de Thor...) et les acteurs vraiment excellents.

Ceux qui auront vu les films précédents auront un petit avantage sur les autres, mais cela ne représente nullement une contrainte : l'histoire se porte d'elle-même et tout est bien compréhensible, même pour les néophytes de l'univers Marvel.

Joss Whedon arrive à faire ressortir le côté humain de ces super-héros, les rendant même touchants, en partie grâce à un humour savamment dosé.

 avengers,cinéma,critique avengers,cinéma,critique

En effet, l'un des gros points forts du film est son humour.

On retrouve la personnalité excentrique de Tony Stark (Robert Downey Jr. est excellent) mais les autres personnages ne sont pas en reste, y compris les plus sérieux, qui parviennent à sortir des répliques qui font mouche.

De même, certaines situations sont relevées d'un brin de comédie qui fait sourire, voire tout simplement rire, et ce même en plein coeur d'une scène d'action spectaculaire sans en briser le rythme.

 avengers,cinéma,critique

Car, l'action reste l'une des composantes essentielles du film.

Les combats sont rythmés, dynamiques avec une foule d'effet spéciaux qui n'ont rien à envier à Michael Bay. On aura même droit à de beaux affrontements entre les Avengers eux-mêmes, ce qui ravira les fans des personnages ^^.

Quant au combat final (Pour vous laisser la surprise, je ne vous dis pas où il se déroule même si on s'en doute un peu beaucoup) où les Avengers sont enfin réunis et qui donne lieu à un très beau plan séquence, il est épique.

Conclusion

Réunir tous ces héros aux personnalités chatoyantes en un seul film relevait de la gageure, cependant Joss Whedon y parvient admirablement bien dans The Avengers.

Certes, le film n'est pas exempt de quelques défauts, mais ceux-ci sont mineurs et ne gâchent en rien le spectacle.

The Avengers est un blockbuster tout bonnement excellent : bourré d'actions et d'humour, avec des personnages intéressants, il tient son pari et s'inscrit parmi les meilleures adaptations de comics.

D'ailleurs, Quantic ne l'ayant pas vu, il y a de fortes chances que je retourne le voir au cinéma !

Petit conseil : restez jusqu'à la fin du générique^^

N'oubliez que vous pouvez participer à notre concours pour gagner des places et des goodies Avengers^^

Note : 4/5

 

        

dans Cinéma
Tags : avengers, cinéma, critique

[Cinéma] Blanche-neige, quand Grimm rencontre Bollywood 
par Aelya

jeudi 19 avril 2012 21:15 1 commentaire

 blanche neige, mirror mirror, cinéma, critique

Comme évoqué il y a quelques temps, deux adaptations de Blanche-Neige au cinéma sortent cette année.

La première, Blanche Neige (Mirror Mirror en VO) vient de sortir en France et en Belgique. Après des suppliques, des menaces, des cajoleries, des bouderies et autres "outils" à la disposition de toute femme, j'ai réussi à convaincre Quantic d'aller le voir au cinéma.

Cette adaptation est assez libre et loin de l'histoire originale des frères Grimm (même s'il leur est rendu hommage par le biais d'un nain portant leur nom). En effet, le conte est assez sombre (n'en déplaise à l'adaptation de Disney) alors qu'ici nous avons affaire à une comédie.

Le ton est donné dès le début avec une introduction assez ironique faite par la méchante reine incarnée par Julia Roberts avec des descriptions du genre " à croire que tout le monde ne faisait que chanter et danser avant".

 blanche neige, mirror mirror, cinéma, critique blanche neige, mirror mirror, cinéma, critique

On nous présente ensuite la pauvre Blanche-Neige (incarnée par Lily Collins, fille du chanteur du même nom) obligée de passer sa vie dans sa chambre. Perso, si on m'avait fourni une télé et une console, cela aurait été une adolescence de rêve mais bon, Snow, de son petit nom, a envie d'assister aux bals donnés par sa méchante belle-mère, bals payés en surtaxant le peuple.

Or, un jour, un beau prince (Armie Hammer, aperçu dans Gossip Girls notamment ou the Social Network), un peu imbu de lui-même, vient à passer par le royaume et se fait inopinément dépouillé par une bande de nains voleurs qui le laisse en culotte dans la neige. C'est bien sûr ce jour que Blanche-Neige décide de sortir faire un tour dehors et c'est le coup de foudre.

 blanche neige, mirror mirror, cinéma, critique blanche neige, mirror mirror, cinéma, critique

Mais bon, rien n'est jamais simple dans les contes de fée et la reine jette son dévolu sur le prince (beau et riche, d'une pierre, deux coups). Snow étant un obstacle, elle décide de l'éliminer. Celle-ci rejoint alors les nains dans la forêt pour s'opposer à la Reine.

Et je vais m'arrêter là pour vous laisser le plaisir de découvrir la suite du film, même si vous pouvez vous en douter. En effet, l'histoire reprend malgré tout les grandes lignes du conte.

 blanche neige, mirror mirror, cinéma, critique blanche neige, mirror mirror, cinéma, critique

Le personnage de Julia Roberts n'est pas une vraie méchante reine, même celle de Disney fait plus peur. En fait, il est limite sympathique car assez caustique avec quelques répliques sympas. 

Blanche-Neige reste, comme beaucoup de Blanche-Neige, assez niaise, il faut le reconnaitre. Cependant, Lily Collins arrive à lui conférer un certain charme et je l'ai trouvée mignonne^^

Le prince, quant à lui, fait très prince qui s'y croit : il n'apparait pas vraiment comme un prince charmant et sert plutôt de ressort comique ou atout physique du film (il passe beaucoup de temps dévêtu pour le plaisir des yeux^^). Cette dévaluation du rôle du prince est assez sympa je dois dire^^

 blanche neige, mirror mirror, cinéma, critique blanche neige, mirror mirror, cinéma, critique

Les nains sont eux-aussi un ressort comique avec chacun une "fonction" particulière (l'intello, le dragueur, le glouton...).

Enfin, notons la courte apparition de Sean Bean que j'aime beaucoup (je ne vous dit pas quel rôle même si c'est cousu de fils blancs).

Comme cette description des personnages principaux le montre, le film se veut comique et si certains passages sont drôles, certains le sont moins et peuvent s'avérer un peu lourds sur la durée. On est même parfois à la limite de l'humour potache.

 blanche neige, mirror mirror, cinéma, critique blanche neige, mirror mirror, cinéma, critique

Certains costumes du film rendent vraiment bien (la robe rouge de Julia Roberts), tandis que d'autres m'ont beaucoup moins plu (la robe finale de Blanche-Neige, un vrai paquet cadeau)

La fin est en décalage avec le reste de film et peut en ce sens surprendre : c'est une fin Bollywood ! Alors il faut aimer, mais perso, j'ai trouvé ça excellent. En fait, j'aurais aimé d'autres moments comme ça durant le film^^

 blanche neige, mirror mirror, cinéma, critique

Conclusion

Malgré mon amour pour les contes de fée, je m'attendais au pire en allant voir Blanche-Neige (Mirror Mirror). Cependant, si le film n'est pas un chef d'oeuvre, j'ai passé un bon moment en le regardant.

L'histoire ne vole pas bien haut mais les personnages sont sympathiques et l'humour même si parfois un peu lourd est plaisant.

Bref, un film à voir sans se prendre la tête. Maintenant, j'attends de voir Blanche-Neige et le Chasseur^^

Ma note : 3/5

L'avis de Quantic

Pour me trainer voir ce film, Aelya a fait appel à tout ce que son arsenal de femme compte en réserve car en plus d'être un conte de fée, la bande annonce me faisait plus penser à une sorte d'Alice (le récent film de Tim Burton) qui m'avait franchement déplu...

Finalement, ce Blanche Neige s'avère meilleur que ce que je redoutais et il m'est même arrivé de sourire devant quelques énormités et devant le côté Bollywood de la fin totalement en décalage avec le reste du film.

 blanche neige,mirror mirror,cinéma,critique blanche neige,mirror mirror,cinéma,critique blanche neige,mirror mirror,cinéma,critique

J'en suis même venu à regretter que le réalisateur (indien de surcroit) n'ai pas poussé le délire jusqu'au bout en multipliant les moments de vrai décalage. Au final, on se retrouve avec un film qui essaie de traiter le thème de Blanche Neige sur un autre ton mais qui se perd vite au milieu de blagues potaches pour adolescents américains.

Heureusement, l'excellent casting rattrape un peu la sauce et rend le spectacle agréable à défaut d'être vraiment réussi.

Ma Note : 2/5

        

dans Cinéma
Tags : blanche neige, mirror mirror, cinéma, critique

[Nostalgie] La Dernière Licorne, une adaptation animée d'un livre magique 
par Aelya

jeudi 12 avril 2012 19:43 5 commentaires

 the last unicorn,la dernière licorne,cinéma,film,dessin animé,peter s. beagle,culte,nostalgie

Ma première rencontre avec la dernière licorne s'est faite dans un cinéma.

A vrai dire, il s'agit du premier film que j'ai vu au cinéma. Il est sorti en décembre 1985 en France : j'avais 2 ans et demi et pourtant son histoire, ses personnages sont restés gravés dans mon esprit, je pouvais revoir certaines images dans ma tête.

Je rêvais que le film sorte en cassette vidéo mais malheureusement, on ne l'a jamais trouvé. Il a fallu attendre une miraculeuse rediffusion au cinéma puis l'ère du DVD pour que je puisse le revoir. Je me suis même procurée la version DVD anglaise (puis la française que j'ai surtout prise pour la montrer aux plus jeunes ne comprenant pas encore la langue de Shakespeare^^) tellement je l'attendais.

 the last unicorn,la dernière licorne,cinéma,film,dessin animé,peter s. beagle,culte,nostalgie the last unicorn,la dernière licorne,cinéma,film,dessin animé,peter s. beagle,culte,nostalgie

A l'époque j'avais pris une tonne de printscreens de ces DVDs et même fait des gifs animés, malheureusement, tous ceci est stocké sur un DVD caché quelque part dans un carton du déménagement.

Bref, ce "film" fait partie de mes films cultes. J'avoue ne plus savoir si mes parents m'avaient emmené voir la dernière licorne parce que j'aimais déjà ça ou si c'est ce film qui a fait que j'aime les licornes^^

Mais trêve de bavardages, parlons un peu du film en lui-même.

the last unicorn,la dernière licorne,cinéma,film,dessin animé,peter s. beagle,culte,nostalgie

La dernière Licorne est une adaptation animée du roman du même nom écrit par Peter S.Beagle.

Fidèle au livre, elle raconte la quête de la dernière des licornes pour retrouver ses congénères.

En chemin, celle-ci rencontre Schmendrick, un magicien peu doué, et Molly Grue qui se joignent à elle.

 the last unicorn,la dernière licorne,cinéma,film,dessin animé,peter s. beagle,culte,nostalgie the last unicorn,la dernière licorne,cinéma,film,dessin animé,peter s. beagle,culte,nostalgie

Ils apprennent que les licornes sont retenues par le roi Hagard à l'aide d'une créature magique et terrifiante : le taureau de feu. Arrivant sur ses terres, la licorne se voit confrontée au taureau, sur le point d'être capturée, elle est transformée en jeune fille par Schmendrick.

 the last unicorn,la dernière licorne,cinéma,film,dessin animé,peter s. beagle,culte,nostalgie the last unicorn,la dernière licorne,cinéma,film,dessin animé,peter s. beagle,culte,nostalgie

Avec Schmendrick et Molly, elle va aller au château d'Haggard pour continuer sa quête, mais cette nouvelle apparence la change peu à peu, lui faisant oublier qui elle est vraiment et découvrir de nouveaux sentiments...

 the last unicorn,la dernière licorne,cinéma,film,dessin animé,peter s. beagle,culte,nostalgie the last unicorn,la dernière licorne,cinéma,film,dessin animé,peter s. beagle,culte,nostalgie

Les personnages sont loin des clichés manichéens bien/mal et sont très touchants.

J'aime beaucoup Molly, une femme plus si jeune que ça qui aurait tout donné pour croiser une licorne plus tôt, avant qu'il ne soit trop tard : sa détresse en voyant la licorne est poignante (enfin c'est peut-être parce qu'à mon âge je commence à m'identifier à elle^^).

 the last unicorn,la dernière licorne,cinéma,film,dessin animé,peter s. beagle,culte,nostalgie the last unicorn,la dernière licorne,cinéma,film,dessin animé,peter s. beagle,culte,nostalgie

La licorne elle-même est très intéressante car parfois à la limite de la cruauté dans son comportement mais son expérience va la faire évoluer.

Même les personnages secondaires (voire tertiaires ?) sont fouillés, tel que le chat à la jambe de bois ou le squelette.

L'histoire aborde de nombreux thèmes intéressants tels que l'identité, l'immortalité, la vérité avec une vraie réflexion sur ceux-ci.

On est également loin de l'ambiance joyeuse d'un Disney, une certaine mélancolie imprégnant l'histoire. D'ailleurs si la fin est positive, je ne suis pas sûre qu'on puisse la qualifier d'Happy Ending.

 the last unicorn,la dernière licorne,cinéma,film,dessin animé,peter s. beagle,culte,nostalgie

Une vraie poésie se dégage de l'oeuvre et les graphismes viennent la renforcer. Il est vrai qu'aujourd'hui ces derniers peuvent sembler assez vieux mais la magie est toujours là. J'aime beaucoup l'utilisation qui est faite des tapisseries moyennageuses ^^

Il faut dire que si le scénario et les dialogues furent produits par la société de production américaine Rankin/Bass, l'animation fut elle confiée au studio japonais Topcraft qui a, par la suite, travaillé pour Hayao Miyazaki sur Nausicaa et dont la plupart des membres ont ensuite travaillé pour le studio Ghibli (et oui, déjà à 2 ans et demi j'aimais les dessins animés japonais ;-)).

 the last unicorn,la dernière licorne,cinéma,film,dessin animé,peter s. beagle,culte,nostalgie the last unicorn,la dernière licorne,cinéma,film,dessin animé,peter s. beagle,culte,nostalgie

Quelques chansons chantées par le groupe America viennent agrémenter le film. Je dois avouer adorer la chanson "The Last Unicorn" que je trouve magnifique.

Je conseille donc vivement ce film d'animation ainsi que le livre, d'autant que cette adaptation est vraiment fidèle au roman.

La dernière licorne doit d'ailleurs ressortir cette année et l'année prochaine aux USA en version remastérisée et en 3D pour les 30 ans du film qui était sorti en 1982 là-bas : l'animation des personnages se verrait améliorée, des décors refaits et 7 à 8 minutes de nouvelles séquences ajoutées.

 the last unicorn,la dernière licorne,cinéma,film,dessin animé,peter s. beagle,culte,nostalgie the last unicorn,la dernière licorne,cinéma,film,dessin animé,peter s. beagle,culte,nostalgie

Cependant, plus rien n'a été annoncé depuis octobre 2011. J'espère que cette ressortie est toujours d'actualité car j'attends sa sortie en blu-ray (Un Blu-ray US est déjà disponible mais j'aimerais autant attendre cette version revue ayant déjà le DVD en version UK et en version FR^^).

Voici le trailer sorti pour la sortie du DVD en 2007 (mas il ne rend pas vraiment justice au film) :

        

dans Cinéma, Japanimation, Nostalgie
Tags : the last unicorn, la dernière licorne, cinéma, film, dessin animé, peter s. beagle, culte, nostalgie

[Cinéma] 2 films, 2 Blanche-neige, 1 confrontation 
par Aelya

vendredi 23 mars 2012 20:14 10 commentaires

 Cinéma, blanche neige, mirror mirror, snow white and the huntsman, blanche neige et le chasseur

La mode n'épargne personne, pas même les studios Hollywoodiens. Il n'y a qu'à regarder le phénomène Twilight : devant le succès de la série, une pléthore de films/séries sur les vampires a été mis en chantier.

Une nouvelle mode se dessine à présent, celle des contes de fée comme l'atteste les série Once upon a time, Grimm (que je meurs d'envie de regarder), ou encore le film Red Riding Hood.

Il était donc logique de voir arriver des adaptations d'autres contes. Blanche-Neige a déjà été adapté de nombreuses fois, la plus célèbre étant celle de Disney. J'avais aussi beaucoup aimé la version très sombre avec Sigourney Weaver.

Or voilà, ce n'est pas une adaptation de Blanche-Neige qui se prépare mais deux !

La première est prévue pour Avril et s'intitule Blanche Neige (Mirror, Mirror en VO).

 Cinéma, blanche neige, mirror mirror, snow white and the huntsman, blanche neige et le chasseur Cinéma, blanche neige, mirror mirror, snow white and the huntsman, blanche neige et le chasseur

La méchante reine est jouée par Julia Roberts (Pretty Woman), Blanche-Neige par Lily Collins (The Blind Side, Abduction, Priest) et le prince par Armie Hammer (Gossip Girls, The Social Network).

 Cinéma, blanche neige, mirror mirror, snow white and the huntsman, blanche neige et le chasseur Cinéma, blanche neige, mirror mirror, snow white and the huntsman, blanche neige et le chasseur Cinéma, blanche neige, mirror mirror, snow white and the huntsman, blanche neige et le chasseur

Il s'agira en fait d'une comédie où Blanche-neige va devoir apprendre à se battre pour rependre son trône. L'univers semble assez coloré et les nains apparaissent comme un des ressorts comiques. De même, Julia Roberts ne fait pas spécialement peur.

La seconde adaptation est elle prévue pour une sortie cet été et s'intitule Blanche Neige et le Chasseur (Snow White and the Huntsman en VO)

 Cinéma, blanche neige, mirror mirror, snow white and the huntsman, blanche neige et le chasseur

Cette fois-ci, la méchante reine est campée par Charlize Theron (Monster, l'associé du diable, Aeon Flux) et le chasseur par Chris Hemsworth (Thor, Star Trek). Quant à Blanche neige, il s'agit de Kristen Stewart (Twilight, Panic Room), à vous de voir si cela représente un plus ou pas ;-).

 Cinéma, blanche neige, mirror mirror, snow white and the huntsman, blanche neige et le chasseur Cinéma, blanche neige, mirror mirror, snow white and the huntsman, blanche neige et le chasseur

Cinéma, blanche neige, mirror mirror, snow white and the huntsman, blanche neige et le chasseur

Au contraire de Mirror, Mirror, Snow White and the Huntsman se veut sérieux. Le chasseur devant tuer Blanche neige va devenir son mentor dans sa quête pour tuer sa marâtre. L'univers paraît assez sombre et Charlize Theron vraiment maléfique et classe.

Alors, quelle adaptation irez-vous voir ? Perso, étant fan de contes de fée et de nature curieuse, j'irais bien voir les deux mais si je doute que j'arriverai à convaincre Quantic^^ Si je dois vraiment choisir, je pense que je pencherai alors pour la version sombre qui semble malgré tout plus intéressante^^

        

dans Cinéma
Tags : cinéma, blanche neige, mirror mirror, snow white and the huntsman, blanche neige et le chasseur

[Cinéma] John Carter : un film qui vous transportera sur une autre planète 
par Aelya

lundi 05 mars 2012 20:33 3 commentaires

 John Carter, disney, cinéma, film, Edgar Rice Burroughs

Grande fan de Disney devant l'Eternel, j'ai trépigné de joie lorsque j'ai reçu un mail de Disney nous invitant à la projection presse de John Carter.

J'avoue pourtant que jusqu'alors je n'avais jamais entendu parler de ce film (pour moi le nom m'évoquait plutôt la série "Urgence"), je me suis donc renseigné.

John Carter est en fait le héros d'une saga de Romans écrit par Edgar Rice Burroughs, auteur d'un autre héros célèbre connu pour se balader dans la jungle en criant Ahahahahahaha et en se déplaçant de lianes en lianes, j'ai nommé Tarzan.

 John Carter, disney, cinéma, film, Edgar Rice Burroughs John Carter, disney, cinéma, film, Edgar Rice Burroughs

Disney avait donc déjà adapté Edgar Rice Burroughs sur grand écran et s'attaque donc à une autre de ses oeuvres. Cependant, cette fois, plutôt que d'en faire un film d'animation (que j'aime beaucoup soit dit en passant), il a choisi d'en faire un film live en 3D.

Le travail de réalisateur a donc été confié à Andrew Stanton, réalisateur de petits chefs d'oeuvre tel que le Monde de Nemo ou encore Wall-E (dont il avait aussi écrit les scénarios), qui se dit fan de l'univers de John Carter depuis ses dix ans.

L'Histoire

L'histoire de John Carter (le film) reprend celle du premier roman de la saga intitulé "A princess of Mars" (La princesse de Mars).

John Carter est un ancien soldat confédéré qui s'est recyclé dans la prospection d'or. Un jour, alors qu'il est poursuivi par l'armée et des indiens, il découvre une grotte avec des inscriptions bizarres. A l'intérieur, il se fait attaquer mais parvient à blesser son assaillant.

Celui-ci détenait un médaillon et lorsque Carter répète les derniers mots de son ennemi, le voilà transporté dans un endroit complètement différent, sur Mars (ou Barsoom pour ses habitants).

 John Carter, disney, cinéma, film, Edgar Rice Burroughs John Carter, disney, cinéma, film, Edgar Rice Burroughs

Là-bas, il se fait capturer par une peuplade d'humanoïdes verts (les Tharks). Le chef de ceux-ci, Tars Tarkas, lui voue un intérêt particulier car, sur Mars, Carter a gagné des capacités spéciales comme une grande force mais aussi celle de faire des bonds gigantesques.

Peu de temps après, une princesse s'étant enfui d'un mariage forcé avec un ennemi pour conclure une alliance se retrouve elle aussi prisonnière des Tharks.

A partir de ce moment-là, John Carter se trouve pris au milieu des batailles/guerres de cette planète dont il va devoir devenir le héros malgré lui.

 John Carter, disney, cinéma, film, Edgar Rice Burroughs

Mon Avis

La première chose qui vient à l'esprit en regardant John Carter est que ça ressemble à Star Wars. On se retrouve dans un univers de Science-fiction sur une planète désolée en plein milieu d'une guerre civile entre des peuplades humanoïdes que des forces "supérieures" tentent d'influencer.

Cependant, c'est normal car Georges Lucas s'est (en partie) inspiré des romans d'Edgar Rice Burroughs pour sa fameuse saga. Ceci explique donc cela. Il faut dire que John Carter fête ses 100 ans cette année et a en fait inspiré un grand nombre de cinéastes/romanciers/scénaristes... C'est un peu l'arroseur arrosé...

 John Carter, disney, cinéma, film, Edgar Rice Burroughs John Carter, disney, cinéma, film, Edgar Rice Burroughs

Le film est très beau avec un sens du détail poussé (les heures de maquillages demandées pour réaliser les tatouages !) et des effets spéciaux impressionnants.

Les éléments en image de synthèse sont nombreux et s'intègrent parfaitement. Il n'y a qu'à regarder les Tharks et leur animation pour s'en rendre compte : on ne remarquerait quasi pas le travail colossal que cela a dû demander !

La 3D est sympathique mais pas révolutionnaire. Comme d'habitude, elle a le défaut d'assombrir l'image, ce qui est bien dommage vu le soin apporté aux couleurs (une 3D qui n'obscurcit pas l'écran serait en développement : vivement qu'elle arrive !).

 John Carter, disney, cinéma, film, Edgar Rice Burroughs John Carter, disney, cinéma, film, Edgar Rice Burroughs

De nombreuses courses poursuites et batailles aériennes jalonnent le film : impressionnantes visuellement, elles apportent une bonne dose d'action. Or l'action ne manque pas.

Les évènements s'enchainent très vite, les différents protagonistes, cultures sont mis en place à bâtons rompus, ce qui laisse peu de place au développement de l'histoire et de certains personnages. En effet, le film ne dure "que" 2h15 (environ) et, à cause de cela, certains éléments ne sont qu'ébauchés alors qu'on aurait aimé les voir plus approfondis.

Je pense ainsi à la langue parlée par les Tharks : John ne la comprend pas, on lui donne quelque chose à boire et pouf il comprend, mais le fait de lui donner cette mixture magique semble être un sacrilège... Mais rien n'est vraiment expliqué. Les raisons derrière certains actes restent ainsi assez floues.

 John Carter, disney, cinéma, film, Edgar Rice Burroughs

Les personnages sont intéressants.

La princesse Dejah (incarnée par la jolie Lynn Collins), malgré le classicisme de sa situation (la princesse fiancée contre son gré qui s'enfuit) et un petit côté "il faut sauver le monde", n'est pas du genre à se laisser faire : en plus d'être érudite (elle est sur le point de découvrir le neuvième ray, sorte de grande source d'énergie dont la nature exacte n'est jamais vraiment expliquée), elle sait manier l'épée et combattre à merveille. Le genre de personnage féminin que j'aime bien.

 John Carter, disney, cinéma, film, Edgar Rice Burroughs John Carter, disney, cinéma, film, Edgar Rice Burroughs

L'alchimie entre elle et John Carter fonctionne bien. Il faut dire que Taylor Kitsch dans le rôle de John Carter est assez charismatique et notre héros assez fouillé lui aussi.

Si les personnages principaux sont assez bien développés, certains personnages secondaires manquent parfois un peu de profondeur. Ainsi le personnage campé par James Purefoy (Marc Antoine dans Rome) est très prometteur et plein d'humour, mais il n'apparait que trop rarement à l'écran.

J'aime aussi beaucoup le fait qu'Edgar Rice Burroughs soit intégré dans l'intrigue du film. Et n'oublions pas Woola, cet espèce de "chien" qui risque de devenir vite populaire^^

 John Carter, disney, cinéma, film, Edgar Rice Burroughs John Carter, disney, cinéma, film, Edgar Rice Burroughs

Conclusion

John Carter est un très bon blockbuster.

Il est un peu dommage que les personnages et certains éléments ne soient pas plus développés, mais c'est souvent le problème des adaptations cinématographiques d'oeuvres littéraires : il est souvent nécessaire de faire des raccourcis scénaristiques.

 John Carter, disney, cinéma, film, Edgar Rice Burroughs

Il reste alors plusieurs possibilités au public : espérer une version longue/des scènes coupés sur le Blu-ray/DVD ou se plonger dans l'oeuvre originale. Ou encore (numéro complémentaire) attendre une suite pour en apprendre plus.

Malgré ce défaut, le film est un très bon divertissement : assez classique, avec ce qu'il faut d'humour et bourré d'action, il vous transporte dans un autre univers et vous fait voir des étoiles.

Quantic n'ayant pas pu assister à la projection, j'ai bien envie de retourner le voir avec lui vu qu'il sort ce mercredi 7 Mars^^

Dernière minute : on me murmure dans mon oreillette que quelque chose se prépare... Un concours peut-être ?

Bonus numéro 1 : Le trailer du film

Bonus numéro 2 : un court making of du film


        

dans Cinéma
Tags : john carter, disney, cinéma, film, edgar rice burroughs

Les soldes ou comment faire craquer un geek... 
par Quantic

vendredi 06 janvier 2012 19:53 9 commentaires

Aller faire un tour à la Fnac le jour d'ouverture des soldes permet souvent de dégotter quelques bonnes petites affaires et même si la plupart des titres soldés sont souvent de bien mauvais jeux, en s'y prenant tôt, on peut vraiment tomber sur de bonnes affaires et c'était le cas cette année...

Regardez plutôt ce Collector de Tekken 6 soldé à 22 euros (au lieu de 99).

tekken 6,collector

Bon, c'est vrai que la boîte a un peu vécu mais à ce prix-là, c'est vraiment une affaire.

On trouve dans ce collector :

Le jeu et son manuel

 tekken 6,collector

Un très bel artbook d'une centaine de pages bien illustré (même si une hard cover aurait été la bienvenue)

 tekken 6,collector, artbook

tekken 6,collector, artbook

tekken 6,collector, artbook

tekken 6,collector, artbook tekken 6,collector, artbook

et un hoodie Tekken 6 (idéal pour Aelya, grande frileuse devant l'éternel)

 tekken 6,collector, hoodie    tekken 6,collector, hoodie

Bref, à ce prix-là, je n'ai pas réfléchi et je l'ai embarqué aussi sec

 tekken 6,collector

Mais vous me connaissez, je n'allais pas m'arrêter là...

J'ai donc également trouvé un exemplaire PS3 de SplatterHouse, un jeu qui m'intriguait depuis longtemps et à 12 euros, pourquoi résister ?

Splatterhouse, ps3

Enfin, j'ai également craqué pour Alpha Protocol (8 euros !), un RPG d'Obsidian qui avait eu des critiques assez partagées mais j'ai toujours bien aimé les jeux d'espionnage qui se font pourtant bien rare.

 Alpha Protocol, Xbox360

Petit craquage Blu-Ray également avec une belle édition collector de "The Wrestler" à 8 euros. Même si je n'ai pas particulièrement aimé le film, cela me permet de compléter ma collection Darren Aronofsky.

 the wrestler, blu-ray

Et enfin, dernier Blu-Ray avec Girl Next Door, une petite comédie romantique où l'héroïne s'avère être une star du X en fugue... C'est très bête mais j'avais bien apprécié son visionnage il y a quelques années.

 girl next door, blu-ray

Maintenant, je suis dans les starting Block pour les soldes Amazon dans quelques jours ;-)

        

dans Cinéma, Craquage, Gaming
Tags : craquage, soldes, tekken, tekken 6, collector

[Craquage] Coffret intégrale Harry Potter : un coffret magique ? 
par Aelya

lundi 28 novembre 2011 19:24 16 commentaires

Comme annoncé précédemment, j'ai craqué pour l'intégrale d'Harry Potter en Blu-ray. J'avais choisi l'édition spéciale d'Amazon incluant la baguette de Sureau (ou Elder Wand en anglais) malgré son prix qui fait peur : 200 euros !

Alors ce prix exorbitant est-il justifié ? Ce coffret sera-t-il le cadeau de Noël idéal pour tout fan de la série ? Examinons la bête pour tenter de répondre à ces questions.

Le coffret en lui-même est magnifique. En bois noir brillant, il est d'une finition remarquable, tout en sobriété.

 harry potter, collector, integrale, amazon, blu-ray

Le choix du noir et argent come coloris lui confère une classe folle. Le miroir qui reprend l'écusson d'Hogwarts ainsi que sa devise et qui recouvre la partie supérieure du coffret renforce cette impression, tout en brisant l'aspect sombre qu'aurait eu un coffret complètement noir. La plaque "Harry Potter" très simple accompagnée des deux poignés du tiroir joue ce même role et rehausse ainsi ce coffret.

 harry potter, collector, integrale, amazon, blu-ray harry potter, collector, integrale, amazon, blu-ray

Les pieds supportant la baguette jouent aussi sur ce contraste noir/argent avec leur dessus recouvert de métal argenté.

 harry potter, collector, integrale, amazon, blu-ray harry potter, collector, integrale, amazon, blu-ray

La baguette de Sureau est bien finie, malgré un aspect un peu kitch. Ce n'est pas ma baguette préférée de la saga, je me demande donc si je ne vais pas l'échanger avec une autre.

 harry potter, collector, integrale, amazon, blu-ray harry potter, collector, integrale, amazon, blu-ray

Posée sur son socle, la baguette rend vraiment bien, en particulier avec son reflet dans le miroir qui vient la dédoubler.

Bref, le coffret en lui-même est une pure merveille !

Maintenant, il reste à voir le contenu ! Et, c'est là que l'enchantement s'est un peu dissipé.

En effet, le tiroir renferme les 8 Blu-rays (ou 16 DVDs) mais dans des éditions basiques et surtout différentes les unes des autres. Certaines sont avec fourreau, d'autres sans, une semble faire partie d'une édition spéciale petit prix...

 harry potter, collector, integrale, amazon, blu-ray harry potter, collector, integrale, amazon, blu-ray

Bref, une vraie déception de ce côté-là ! Vue le prix de ce coffret, j'avais espéré une édition collector des Blu-rays, mais surtout des jaquettes identiques numérotées suivant les différentes années passées à Poudlard... On a vraiment l'impression qu'Amazon a pris les Blu-ray qui lui restaient et les a mis dans ce coffret à la va-vite.

Et ce n'est pas les quatre cartes postales tirées du dernier film qui vont rattraper cela, surtout quand on voit que les éditions proposées ne contiennent pas beaucoup de Bonus.

 harry potter, collector, integrale, amazon, blu-ray

Conclusion

Le coffret en lui-même est magnifique mais son contenu déçoit : pour 200 euros et un coffret se disant intégrale, il n'est pas normale de se retrouver avec des Blu-rays différents - quasi comme si on les avait achetés un par un au fil des sorties.

Je suis donc déçue.

Après, à chacun de voir s'il est prêt à débourser 200 euros pour la beauté extérieure du coffret qui lui en vaut la peine.

        

dans Cinéma, Craquage, Déballage
Tags : harry potter, collector, integrale, amazon, blu-ray

Jurassic Park - Collector Ultimate Trilogie : Et une figurine de T-rex ! 
par Aelya

jeudi 10 novembre 2011 19:08 8 commentaires

 jurassic park,collector,blu-ray,figurine

J'avais pré-commandé l'édition collector de Jurassic Park - Ultimate Trilogie - Edition Collector en Blu-ray car je trouvais la figurine incluse assez sympa et le prix raisonnable.

Malgré l'annonce du développement d'un Jurassic Park 4 impliquant la parution d'un futur coffret collector regroupant les quatre films, j'ai décidé de garder cette pré-commande et je viens de la recevoir.

Alors ai-je bien fait ? La figurine en valait-elle le coup ?

 jurassic park,collector,blu-ray,figurine   jurassic park,collector,blu-ray,figurine jurassic park,collector,blu-ray,figurine

Celle-ci mesure une vingtaine de centimètres de large et de haut (elle est quasi carrée^^) et nous arrive dans un boite en carton imitant une caisse de transport. Comme il s'agit de carton, la boite est assez fragile.

La figurine quant à elle est en résine et arbore un assez bon niveau de finition et de détails. Les écailles du T-Rex sont bien visibles.

 jurassic park,collector,blu-ray,figurine  jurassic park,collector,blu-ray,figurine

Le sol est jonché de débris de la porte cassée et parcouru par les rails des voitures électriques utilisées pour visiter le parc.

 jurassic park,collector,blu-ray,figurine jurassic park,collector,blu-ray,figurine

Des fleurs poussent aux pieds des piliers eux-mêmes recouverts de multiples fissures.

La pose du T-Rex est assez vivante : on a l'impression qu'il est en train de rugir juste après avoir défoncé la porte.

 jurassic park,collector,blu-ray,figurine jurassic park,collector,blu-ray,figurine

Mon seul regret vient de l'aspect un peu plastique de la figurine, cependant quand on considère son prix (une trentaine d'euros quand on prend en compte le prix de ce collector moins celui de la version normale), cela n'est qu'un petit défaut.

 jurassic park,collector,blu-ray,figurine jurassic park,collector,blu-ray,figurine

 jurassic park,collector,blu-ray,figurine

Je suis donc bien contente de cette figurine, surtout que j'ai toujours aimé les dinosaures (Dinoriders power^^).

        

dans Cinéma, Craquage, Déballage, Figurines
Tags : jurassic park, collector, blu-ray, figurine