[Test] The Order 1886, un moustachu, des loups-garous et du cinéma interactif 
par Quantic

lundi 02 mars 2015 19:20 1 commentaire

 the order 1886,test,avis,ready at dawn

The Order 1886 est la nouvelle exclusivité de la PS4 et à ce titre, ce jeu était fort attendu. D’autant plus que les extraits dévoilés et les quelques previews réalisées annonçaient un jeu à tomber par terre de beauté. Mais les jeux à la technique de pointe ont rarement offert un gameplay à la hauteur. The Order 1886 va-t-il changer la donne ?


The Order 1886 est le premier titre d’envergure de Ready at Dawn, un développeur californien plutôt spécialisé dans la PSP jusqu’ici. Voilà donc un gros pari pour un studio souhaitant créer son propre univers. Comme son Chief Technical Officer (et producteur sur The Order), Andrea Pessino nous le disait dans son interview : "The Order 1886 est un jeu qui veut raconter une histoire".

Un scénario au cœur du jeu.

Dans un Londres alternatif, mâtiné d’une bonne dose de steampunk, les chevaliers de la Table Ronde (oui, oui, ceux d’Arthur) n’ont pas disparu et continuent de lutter dans l’ombre contre la menace des Half-Breeds, des êtres surnaturels inspirés des légendes classiques (loup garou, ...). Mais, ces dernières années, la révolution industrielle a fait surgir de nouvelles revendications parmi les classes les plus pauvres de la société. Et les chevaliers sont maintenant plus occupés à lutter contre la rébellion face au pouvoir établi qu’à réellement traquer les Half-Breeds, ce qui n’est pas sans créer quelques tensions dans l’Ordre.

 the order 1886,test,avis,ready at dawn

On suit ainsi l’aventure de notre héros, Sir Galahad, beau moustachu ténébreux au caractère de cochon, tandis qu’il essaie de découvrir la vérité derrière les activités de la rébellion. A ses côtés, un petit groupe de chevaliers incarnent tous les clichés que l’on peut espérer de ce genre d’organisation. Sir Percival, le commandant courageux et inflexible, Lady Igraine, la noble dame un peu coincée et acquise tout entière à la cause de l’Ordre et le Marquis de Lafayette, français de nationalité et tout juste de retour de la révolution américaine, il incarne le français dragueur, humoriste à ses heures perdues mais fidèle jusqu’à la mort.

Dommage que ces différents personnages ne soient pas plus exploités car c’est bien Sir Galahad qui occupe 90% de l’histoire et il n’est pas forcément le plus intéressant. L’histoire ne se montre d’ailleurs pas sans défaut pour un titre qui mise une grosse partie de son intérêt sur son scénario. On la suit avec plaisir mais les surprises sont rares et si certaines scènes parviennent à nous tirer un début d’émotion, la plupart du temps, on suit les évènements de manière un peu passive pour terminer le jeu par une scène finale attendue, sans grande surprise et surtout un peu trop ouverte que pour ne pas faire penser à des suites déjà planifiées.

 the order 1886,test,avis,ready at dawn

De même, on s’attendait à lutter contre des êtres surnaturels dans une ambiance oppressante. Bon, ce sera peut-être pour The Order 1887 car ici, les rencontres surnaturelles se font bien rares. Finalement, on découvre un jeu où l’on passe 95% de notre temps à lutter contre la rébellion et ses gardes tout ce qu'il y a de plus humain.

A noter quand même qu’on a bien entre les mains un jeu 18+ et on a donc droit à l’inévitable séquence dans une maison close sauf qu’ici, en plus d’admirer la parfaite modélisation des filles de joie, nous avons aussi droit à l’intimité des clients, chose assez rare dans le jeu vidéo pour le signaler.

 the order 1886,test,avis,ready at dawn

Le plus beau jeu de la Next Gen.

Difficile de critiquer The Order 1886 sur l’aspect technique. Même si on peut imaginer que la PS4 en a encore sous le capot, on peut certainement conférer à The Order 1886, le titre du plus beau jeu actuel sur Next Gen. Et quand on sait que l’ensemble du jeu (y compris les cinématiques) sont toutes calculées en temps réel, on se rend vraiment compte de l’exploit réalisé par Ready at Dawn.

Tout, dans ce jeu, est susceptible de vous faire baver... Les personnages et particulièrement les visages sont impressionnants de réalisme. Les décors (que l’on soit en intérieur ou en extérieur) se montrent sous leur plus beau jour avec des textures juste sublimes. Et c’est sans parler des effets de lumières et de particules qui, tout en restant souvent discrets, savent magnifier le jeu avec de superbes scènes de Londres au coucher du soleil. Du point de vue technique, on frise la perfection puisqu’en plus d’offrir des visuels de toute beauté, les temps de chargement se montrent également étonnamment courts.

 the order 1886,test,avis,ready at dawn

Appuyer sur X pour continuer.

Malheureusement, comme Ryse nous l’a démontré il y a quelques mois sur Xbox One, proposer un jeu presque parfait techniquement n’est pas synonyme de bon jeu pour autant. Et si The Order 1886 a l’avantage de proposer une histoire et un univers original, à défaut d’être réellement passionnant, c’est surtout par son gameplay qu’il perd des points.

Nous sommes véritablement agressés par des QTE's parfois bien construits mais aussi souvent juste frustrants. Par exemple, les quelques scènes d’infiltration se montrent insupportables puisque pour les passer, il faut impérativement tuer les gardes sans se faire repérer au moyen exclusif d’un QTE pour chaque garde. Le procédé est connu mais est toujours aussi peu intéressant. De même, les rares combats de boss se résument à des scènes vaguement interactives qui ne demandent pas beaucoup d’adresse au joueur tout en offrant quand même des combats hallucinants... mais passifs. On est véritablement dans du jeu-vidéo popcorn.

 the order 1886,test,avis,ready at dawn

A côté de ses (parfois trop) longues cinématiques et de ses scènes vaguement interactives, The Order 1886 propose quand même aussi un gameplay de TPS qui fait diablement penser à Gears of War. Et comme je suis allergique au gameplay de ce dernier, vous comprendrez vite que les scènes de shoot de The Order 1886 ne m’ont pas laissé un souvenir impérissable.

Heureusement, les armes rattrapent un peu la sauce car elles se montrent en général bien sympathiques à manipuler et donnent un bon sentiment de puissance, ce qui est assez rare dans le genre du TPS. Petit coup de cœur, au passage, pour les armes "scientifiques" à base d’un dérivé du Napalm ou d’électricité qui se montrent à la fois originales et bien équilibrées.

 the order 1886,test,avis,ready at dawn

Mais cela n’enlève pas l’impression de jouer à un TPS de seconde zone avec ses ennemis IA qui attendent sagement de se faire aligner jusqu’à l’arrivée de la vague suivante. Hormis des spécialistes équipés de fusil à pompe particulièrement agressifs, je ne peux pas dire que j'ai rencontré la moindre difficulté. D’autant plus que nous disposons d’une petit fiole magique (fabrication exclusive des Chevaliers) qui nous permet de nous redonner de la vie ou de ralentir le temps pour aligner facilement nos ennemis.

Enfin, un petit mot sur le sujet qui a fait débat ces dernières semaines : la durée de vie. Pour ma part, j’ai fini le jeu en 10 heures en fouillant partout pour ne pas rater les collections. Voilà qui fait court même pour un jeu qui privilégie son histoire et son univers sur son gameplay. Les autres TPS du genre comme Uncharted ou Gears of War ont une durée de vie à peine plus conséquente mais proposent quand même un multijoueur pour prolonger l’aventure. Ici, à part recommencer nos chapitres favoris (ce que personne ne fera), il n’y a plus grande chose à faire une fois les crédits de fin terminés. Voilà qui fait cher l’heure de spectacle quand on achète le jeu à prix plein.

 the order 1886,test,avis,ready at dawn

Conclusion

The Order 1886 a répondu a son cahier des charges. C’est une très belle démo technologique de ce que la PS4 est capable de faire tourner mais ce jeu risque d’être vite oublié. Son univers n’est pas inintéressant mais ne réussira pas à frapper l’esprit des joueurs comme un Uncharted ou un Last of Us ont pu le faire. Il reste finalement un jeu agréable à suivre et particulièrement beau mais souvent frustrant. Eh oui, devant tant de beauté, on aurait bien eu envie de se balader librement où l’on veut...

Malgré ses lacunes et ses défauts, je dois reconnaitre avoir plutôt bien apprécié ce jeu mais il est vrai que je serai toujours plus sensible à un jeu au gameplay hésitant mais à l’ambiance impeccable qu’à un titre au gameplay pêchu mais au charisme d’escargot. Ainsi, c’est surtout sa durée de vie un peu courte qui lui fait perdre des points dans mon estime.

Ma Note : 7/10

The Order 1886 est disponible en exclusivité sur PS4.

 

 

         1 commentaire

dans Gaming, PS4, Test
Tags : the order 1886, test, avis, ready at dawn

Commentaires

Je l'ai eu à prêter par un ami qui avait attendu la baisse du prix car beaucoup trop cher. Terminé à 100% en quelques heures! (je n'ai jamais eu un Platine aussi rapidement!)
J'ai plutôt bien aimé l'histoire mais effectivement la fin est décevante car attendue. J'ai également adoré les armes! Pour le côté graphique, c'est tout bonnement une merveille. Effectivement il était bien dommage de ne pas se promener librement.
Je lui donnerai moi aussi un 7 sur 10.

Écrit par : Stelle | 11/04/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire