[Test] Wonderbook : Book of Spells, apprenez à jeter des sorts comme Harry Potter 
par Aelya

vendredi 30 novembre 2012 19:44 2 commentaires

test,wonderbook,book of spells,sony,pottermore,jk rowling

Le Wonderbook est le nouveau périphérique de la PS3 : il s'agit en fait d'un livre interactif tirant profit de la réalité augmentée grâce à l'utilisation du Move.

Un simple gadget à première vue qui nous est pourtant apparu comme une vraie innovation dans l'utilisation de la réalité augmentée dans nos consoles. Le livre permet, en effet, de s'immerger complètement dans un univers et constitue un magnifique pont entre le livre "classique" et la technologie moderne. Même si vous verrez au cours de ce test que le Wonderbook n'est pas sans défaut, nous sommes devenus de véritables fans du concept.

Pour accompagner la sortie du Wonderbook, Sony a vu grand avec le "Book Of Spells" qui s'intègre dans l'univers d'Harry Potter. En effet, on incarne un élève de Poudlard qui apprend différents sortilèges grâce à ce fameux livre.
Encore plus fort, J.K. Rowling elle-même a participé à la création du Book of Spells, ce qui garantit la caution de l'auteur à ce titre qui s'annonce comme un incontournable pour les nombreux fans du jeune sorcier.

Le Book of Spells, oui, mais encore

Avant de s'immerger dans cet univers, il faudra installer le jeu et les accessoires, c'est-à-dire positionner la caméra de façon à ce qu'elle voit correctement le livre et le joueur et calibrer le move.

 test,wonderbook,book of spells,sony,pottermore,jk rowlingtest,wonderbook,book of spells,sony,pottermore,jk rowling

Une fois la partie "technique" achevée, on peut commencer. Ainsi, il faudra choisir sa maison (Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle ou Serpentard) et sa baguette (3 choix possibles). Une photo "animée" (les photos bougent dans le monde des sorciers) sera également prise pour nous représenter. Enfin, on peut décider de lier notre partie à Pottermore pour gagner quelques points supplémentaires.

Enfin, nous voilà transportés dans la partie interdite de la bibliothèque où nous avons déjà pris possession d'un livre : le fameux Book Of Spells rédigé par Miranda Fauconnette dans le but d'apprendre des sorts (une vingtaine au total). Un professeur nous surprend et décide de nous aider lors de notre apprentissage. 

Une fois le livre ouvert, celui-ci dévoile son contenu sur l'écran. Chaque chapitre se décompose plus ou moins de la même façon, avec environ quatre sorts à assimiler suivi d'un test final prouvant notre aptitude à les utiliser. Là, vous vous dites "mais le Wonderbook n'a que douze pages, comment fait-on ?". En fait, chaque chapitre est divisé en plusieurs parties et à la fin de chacune d'entre elles, il suffit de fermer le livre et le rouvrir à la partie que l'on souhaite faire.

 test,wonderbook,book of spells,sony,pottermore,jk rowling

Le livre va souvent nous révéler différentes informations sur le sort avant de nous l'apprendre à proprement parler. Ainsi, le narrateur va nous expliquer certaines choses à son sujet, Miranda aura laissé une note explicative supplémentaire ou l'histoire de l'invention de ce sortilège sera joué sur un petit théâtre miniature en papier avec lequel on pourra interagir en tirant sur des languettes.

Après ces informations (qui la plupart du temps sont optionnelles mais très intéressantes), on passe au sort en lui-même. Dans un premier temps, on découvre l'incantation à prononcer en le jetant, puis on passe au mouvement de baguette à effectuer. On retrouve ainsi de nombreux sorts de l'univers de J.K Rowling : Incendio, Aguamenti, Avis... Il aurait été agréable d'avoir un poster ou un mémo reprenant les divers sorts car j'avoue m'être embrouillée les pinceaux à certains moments^^ Le Playstation Move se révèle assez précis même s'il lui arrive parfois d'avoir quelques ratés.

test,wonderbook,book of spells,sony,pottermore,jk rowling test,wonderbook,book of spells,sony,pottermore,jk rowling

Après avoir appris les quatre sorts (environ) d'un chapitre, on passe un test final où il faudra utiliser chacun d'entre eux suivant les circonstances et résoudre certaines énigmes. Le test passé, Miranda Fauconnette nous récompense d'un conendrum : il faudra tenter de résoudre cette devinette, mais on peut toujours y revenir par la suite si on bloque.

Un livre qui transforme notre quotidien

La réalité augmentée du jeu est très plaisante et véritablement au service du jeu : les animations à l'écran sont bien réalisées et réagissent assez bien à nos actions. Pour la première fois, j'y vois une utilisation intelligente de la réalité augmentée. Il faut dire que la concurrence ne propose souvent que des mini-jeux à base de petits monstres qui se baladent sur son bureau et qu'il faut shooter, c'est bien joli mais je ne connais pas grand monde en mesure de devenir accro à ce genre de jeux gadget... Ici, on quitte le domaine du gadget pour découvrir une réalité augmentée qui nous transporte dans un autre univers, capable de nous faire rêver.

Le décor habituel de la maison est transformé : le Wonderbook devient un vieux grimoire, le move, la baguette magique de notre choix... On est transporté dans divers lieux (une serre où l'on doit replanter des mandragores, une salle de classe, un tombeau égyptien...) et l'on doit interagir avec eux. Ainsi, après avoir appris Incendio, il va falloir bruler diverses créatures en papier, dont un dragon qui vole autour de nous.

test,wonderbook,book of spells,sony,pottermore,jk rowling

Cependant, on peut regretter une certaine répétitivité. En effet, les cinq chapitres sont construits de la même façon et, si les sorts sont différents, on a néanmoins l'impression de refaire plus ou moins la même chose... La durée de vie n'est également pas très longue et la rejouabilité assez limitée, l'apprentissage des sorts restant toujours le même.

Conclusion

The Book Of Spells propose une expérience intéressante : on se laisse assez facilement happer par l'univers du jeu et les différentes anecdotes qui le parsèment, et ce d'autant plus si on aime l'univers d'Harry Potter.

Néanmoins, The Book Of Spells reste un livre interactif plutôt qu'un vrai jeu et il souffre donc des défauts inhérents à ce format : une certaine répétitivité, une rejouabilité limitée, une aventure scriptée.

The Book Of Spells plaira donc aux plus jeunes qui seront ravis de pouvoir ainsi lancer des sorts, mais les plus âgés en feront rapidement le tour.

Si on laisse de côté le Book Of Spells, je trouve que le Wonderbook est un magnifique périphérique capable d'apporter une vraie innovation au jeu-vidéo s'il est bien exploité. J'attends avec impatience de voir ce que nous réserve Sony pour les prochains "livres" exploitant ce format, surtout qu'ils ont évoqué des accords avec Disney, dont la seule mention du nom me fait sautiller partout dans la pièce.

Je suis convaincu(e), que me faut-il pour plonger dans l'univers de Harry Potter ?

Si vous avez déjà une PS3 et un Move, procurez-vous le pack Wonderbook comprenant seulement le Wonderbook et le jeu Book Of Spell pour environ 35 Euros.

Si vous avez une PS3 mais pas encore de Move, procurez-vous le pack Wonderbook + Move composé du "starter pack Playstation Move" (le move + le playstation eye, c'est-à-dire la caméra), le Wonderbook et le jeu Book Of Spell pour environ 70 Euros.

Si vous n'avez rien du tout, procurez-vous le pack PS3 Wonderbook comprenant la PS3 slim 12 Go, le starter pack Playstation Move, le Wonderbook et le jeu Book Of Spell pour environ 260 Euros.

        

dans Gaming, Périphériques, PS3
Tags : test, wonderbook, book of spells, sony, pottermore, jk rowling

Résultats des concours Sleeping Dogs et Tekken Tag Tournament 2 
par Quantic

jeudi 29 novembre 2012 19:14 5 commentaires

Une nouvelle fournée de résultats de concours pour vous avec beaucoup, beaucoup de gagnants au programme.

Comme d'habitude, nous avons fait appel à Random.org pour réaliser les tirages au sort.

T-shirts Sleeping Dogs

concours,résultats,gagnants,sleeping dogs,tekken tag tournament 2

Et voici les 6 gagnants qui pourront arborer leur passion pour cet excellent jeu :

- Alexandra Waterlot (via Facebook)

- Acbatjr (via Twitter)

- VirtuGamer (via les commentaires du blog)

- Nicolas Arnould (via Facebook)

- Crunch (via les commentaires du blog)

- Laura Hantz (via les commentaires du blog)

Nous invitons les gagnants à nous contacter au plus vite pour nous donner leurs coordonnées postales complètes.

Jeux et goodies Tekken Tag Tournament 2

 concours,résultats,gagnants,sleeping dogs,tekken tag tournament 2

Les trois gagnants de la version PS3 sont :

- Cyrillus56 (via Twitter)

- Nathalie Hoch (via Facebook)

- Mariah Chan (via Facebook)

Les trois gagnants de la version Xbox 360 sont :

- Crevette_rose (via Twitter)

- Whoetbe (via les commentaires du blog)

- woOT (via les commentaires du blog)

Le gagnant du pack de goodies Tekken est :

- Jenny02 (via les commentaires du blog)

Nous invitons les gagnants à nous contacter au plus vite pour nous donner leurs coordonnées postales complètes.

Vous n'avez pas gagné ? Rassurez-vous, nous vous réservons encore de nombreux concours pour vous rattraper !

        

dans Concours
Tags : concours, résultats, gagnants, sleeping dogs, tekken tag tournament 2

Déballage de la Wii U 
par Quantic

mercredi 28 novembre 2012 19:24 4 commentaires

lancement wii u,wii u,déballage,premium pack

Aujourd'hui, c'est Noël avant l'heure puisqu'un gentil livreur est venu nous apporter un colis surprise de Nintendo contenant une Wii U Premium pack pour que nous puissions la tester et vous dire ce que l'on pense de la nouvelle console de Nintendo.

L'occasion de vous proposer un mini-déballage de la console.

A l'ouverture, on découvre un emballage assez classique pour Nintendo avec deux tiroirs bien séparés, le premier contenant la Wii U et le gamepad très bien protégés

 lancement wii u,wii u,déballage,premium pack

Le second reprenant tous les câbles et accessoires que nous détaillerons un peu plus loin

 lancement wii u,wii u,déballage,premium pack

Le déballage d'une nouvelle console ressemblant quasiment au début d'une relation amoureuse, c'est avec grande délicatesse et amour que nous avons retiré le cellophane pour découvrir la Wii U en elle-même. Elle reste assez petite comparativement à nos consoles HD actuelles mais s'avère nettement plus longue et plus lourde que la Wii.

La face avant s'avère toujours aussi épurée avec très peu de boutons et les connecteurs sont tous camouflés derrière un petit clapet qui permet de découvrir un connecteur d'extension mémoire SD ainsi que deux ports USB.

 lancement wii u,wii u,déballage,premium pack lancement wii u,wii u,déballage,premium pack

La face arrière correspond aux annonces puisque la sortie HDMI fait son entrée dans le monde Nintendo. A noter également les deux ports USB. Seule petite déception au niveau connectique, l'absence d'un port réseau RJ 45. Chez Nintendo, c'est du WiFi ou rien du tout.

lancement wii u,wii u,déballage,premium pack

Comme il s'agit du Premium pack, la console est équipée de 32 GO de mémoire interne. De quoi tenir un moment si on ne craque pas trop pour les achats dématérialisés. Ce qui sera difficile puisque Nintendo offre également dans ce pack une réduction de 10% sur tous les achats réalisés sur le Nintendo Network jusqu'en Décembre 2014.

Vient ensuite le Gamepad, la vraie innovation de cette nouvelle console. Celui-ci propose un écran qui parait toujours aussi impressionnant même si le poids et la taille du gamepad demanderont un vrai temps d'adaptation. Au vu du prix du pack (entre 320 et 350 euros), le gamepad offre une finition assez correcte mais tout en plastique, ce qui pourra heurter les amateurs de tablettes classiques mais n'oublions pas que nous ne sommes pas du tout dans la même gamme de prix. Dommage quand même que le gamepad donne une première impression de fragilité apparente. A voir à l'utilisation.

lancement wii u,wii u,déballage,premium pack

lancement wii u,wii u,déballage,premium pack

Dans le second tiroir, on retrouve tous les câbles et accessoires inclus dans le Wii U Premium Pack, à savoir :

- 1 bloc d'alimentation Wii U

- 1 support de chargement pour le Gamepad (associé au bloc d'alimentation Wii U)

- 1 second support pour le Gamepad

- 1 support (en deux parties) pour placer la Wii U en position verticale

- 1 sensor bar

- 1 câble HDMI

- 1 jeu Nintendo Land

 lancement wii u,wii u,déballage,premium pack

Et en bonus, Nintendo nous a fait parvenir le jeu New Super Mario Bros. U

 lancement wii u,wii u,déballage,premium pack

Maintenant, nous sommes impatients de brancher tout cela pour vous faire part de nos premières impressions sur cette toute nouvelle console. En sortie de boîte, on ne peut en tout cas qu'être satisfait. C'est un très bel objet qui occupera une place de choix dans notre future gaming room (et dans notre salon en attendant).

Pour ceux qui veulent craquer, vous pouvez encore trouver ce premium pack à un excellent prix.

        

dans Déballage, Gaming, Wii U
Tags : lancement wii u, wii u, déballage, premium pack

[Interview] Torû Fujisawa : l'auteur de GTO se confie et nous parle de ses projets futurs 
par Aelya

mardi 27 novembre 2012 18:48 9 commentaires

 japan expo belgium 2012,torû fujisawa,interview,gto,suite

Lors de Japan Expo Belgium 2012, j'ai eu l'incommensurable chance de pouvoir interviewer Torû Fujisawa, le célèbre mangaka auteur de GTO, Tokkô, Rose Hip Rose... Pour ceux qui ne le connaissent pas, je vous invite à lire d'urgence ses mangas^^

L'interview s'est déroulée sous la forme d'une table ronde : nous étions quatre médias (Denshift, Japanbar, Pxlbbq et nous) et avons dû nous organiser rapidement avant la séance pour éviter de poser les mêmes questions et structurer un tant soit peu cette interview^^

Heureusement, l'ambiance était bonne et nous avons réussi à ne pas nous entre-tuer, chacun faisant des concessions, même si je n'ai pas pu poser certaines questions qui me tenaient à coeur. Je vous laisse deviner celles que j'ai réussi à caser ;-)

L'interview commença de façon humoristique grâce à notre collègue de Japanbar qui utilisait un portable à la coque remplie de strass et paillettes pour enregistrer les réponses du mangaka : celui-ci a trouvé comique le décalage entre cette coque et le journaliste, qui s'empressa de préciser que ce n'était pas le sien, mais celui de sa photographe, et qui sortit alors son propre dictaphone minuscule. Le mangaka ne put s'empêcher de rire ;-)

Question : Pourriez-vous vous présentez à la manière d’Onizuka ?

Torû Fujisawa : (rires) Allons-y ! Je viens du Japon, je m’appelle Torû Fujisawa. Enchanté ! (poing lévé et replié devant soi) 

Question : A quel âge avez-vous commencé à dessiner ?

Torû Fujisawa : J’ai commencé à l’école primaire. A l’époque je dessinais un peu tout : ce que je regardais à la télévision, des Mazingers, Gorenger,... Tout ce que je pouvais regarder, j’essayais juste de le redessiner... J’ai commencé vers 8-9 ans à peu près.

japan expo belgium 2012,torû fujisawa,interview,gto,suite

Question : Pourriez-vous nous décrire une semaine typique de mangaka ?

Torû Fujisawa : Ma journée ?  Pour faire simple, je me lève en général à 9h00 et on commence à travailler vers 10h00, l’heure à laquelle mes assistants me rejoignent. (Un des assistants était présent : il se trouvait derrière nous^^).

D’abord, je travaille sur le traitement de texte pour écrire mon scénario que j’envoie ensuite à mon éditeur. Ce dernier me répond, me conseille : Ce qu’ils ont apprécié, ce qu’ils voudraient qu’on change, ce qu’ils trouvent intéressant et désireraient développer... On travaille ensemble pour faire ce que l’on estime être le plus intéressant.

Une fois l’étape du scénario terminée, on passe à celle du dessin. Tout d’abord on s’occupe du crayonné, ensuite vient l’encrage où l’on repasse les lignes au noir. Je m’occupe des personnages tandis que mes assistants s’occupent de tout ce qui touche au décor, c’est-à-dire les arrière-plans, des objets comme des chaises, des tables, mais aussi les immeubles, etc.

Le travail final consiste à tout placer par ordinateur pour récupérer les dessins des personnages et les incorporer aux décors.

Question : GTO est votre œuvre majeure, quelle fut votre inspiration pour cette série ?

Torû Fujisawa : GTO vient du désir de faire une suite à l’histoire de Young GTO (Shonan Junaï Gumi au Japon) sorti bien avant au Japon. Je voulais reprendre le personnage d’Onizuka, un loubard, et le mettre dans une situation totalement opposée à ce que l’on imaginait de lui puisque la profession d’enseignant est, je pense, respectée et respectable...

japan expo belgium 2012,torû fujisawa,interview,gto,suite

Je trouvais intéressant de mettre ainsi un ancien voyou totalement tête brulée dans cette position et de voir s’il allait pouvoir s’occuper d’élèves qui étaient comme lui dans sa jeunesse, de voir s’il allait pouvoir changer les choses.

Question : Quel type d’élève étiez-vous et de quel personnage de GTO vous rapprochez-vous le plus ?

Torû Fujisawa : Si on devait choisir un personnage, je crois que je me rapprocherais le plus de Saejima. Je n’étais pas vraiment très recommandable. Je n’allais pas en cours, je n’écoutais pas mes professeurs, je ramenais des bouquins pornos... Bref, je n’étais pas un élève très facile à avoir pour un professeur.

Question : Vous a-t-on poussé à continuer à développer GTO ou était-ce votre volonté ?

Torû Fujisawa : En fait, c’est un peu les deux. Moi aussi j’avais envie de revenir à l’univers de GTO, mais vous imaginez bien qu’il y avait également une demande des fans et de mon éditeur. Le contexte était donc propice au développement d’une nouvelle série sur GTO.

Il faut savoir qu’au début, Shonan 14-days n’était pas censé être une série mais un one-shot. Mais on a pris tellement de plaisir à replonger dans l’univers d’Onizuka que finalement cela s’est transformé en une série de neuf volumes, ce qui n’était pas prévu au départ !

Question : Onizuka est réputé pour ses grimaces. Utilisez-vous un miroir pour les reproduire ?

Torû Fujisawa : (rires) En effet, je prends mon petit miroir et je me fais mes petites expériences avec mes grimaces... Parfois mes assistants me voient et c’est un peu la honte, mais voilà !

japan expo belgium 2012,torû fujisawa,interview,gto,suite

Question : Vous développez souvent des séries dans l’univers des yakuzas. Est-ce un fantasme d’en faire partie ou y a-t-il une histoire dans votre enfance à ce sujet ?

Torû Fujisawa : (rires) Je n’ai pas vraiment envie de devenir yakuza, mais je ne sais pas, si jamais je n’ai plus de succès en tant que mangaka, il faudra que je réfléchisse à me reconvertir.

Question : Le système éducatif est souvent mis à mal dans vos mangas, on y voit ainsi souvent des professeurs impuissants face aux élèves et aux parents. Est-ce l’une de vos préoccupations ? Pensez-vous que les méthodes d’Onizuka soient la solution ?

Torû Fujisawa : Les sujets que j’aborde dans GTO sont des sujets qui étaient d’actualité à l’époque où je l’écrivais et qui pour certains sont toujours des problèmes dans l’éducation au Japon. Certains sont des sujets très importants, très basiques, qui sont souvent abordés dans les médias.

Je pense qu’écrire ce manga a eu une influence sur les jeunes qui ont voulu devenir professeurs, s’inspirer d’Onizuka et donc changer les choses. Ce n’est peut-être pas la solution, mais au moins une solution aux problèmes que peuvent rencontrer les jeunes.

Question : Avec l’avènement des Smartphones et autres technologies tactiles, la dématérialisation a connu un bon en avant. Qu’en pensez-vous ?

Torû Fujisawa : Le marché dématérialisé existe au Japon mais a peut-être un peu de retard par rapport à l’Occident.

Ce qui est intéressant est de permettre l’accès à la culture en même temps, qu’il n’y ait plus ce décalage temporel entre la publication papier et l’arrivée sur d’autres continents. C’est le point le plus intéressant de ce nouveau média.

Question : GTO est revenu sur le devant de la scène grâce au drama live de 2012 qui s’est récemment achevé ? Qu’en avez-vous pensé ?

Torû Fujisawa : Il s’agit d’un reboot de la série live de GTO. Le rôle principal a été confié à Akira du groupe Exile. Celui-ci a d’ailleurs avoué être un grand fan dans sa jeunesse des deux séries Young GTO et GTO. 

 japan expo belgium 2012,torû fujisawa,interview,gto,suite

La première série avait été très populaire au Japon mais là je trouvais qu’Akira avait vraiment fait un effort au niveau de la coupe de cheveux : il se les était teints et il ressemblait vraiment au manga original et cette série m’a donc beaucoup plu.

Question : Aviez-vous un regard sur le casting et le scénario ?

Torû Fujisawa : En effet, on m’a demandé mon avis pour le casting, en tout cas pour le personnage principal et les principaux personnages secondaires, et pour le scénario. Je voulais absolument que le sous-directeur Uchiyamada soit chauve, ce qui n’était pas le cas dans la première série, et là, ils m’ont fait plaisir et ont choisi un acteur chauve.

Question : Écoutez-vous de la musique pendant que vous travaillez ?

Torû Fujisawa : Quand je travaille, c’est assez fatigant, j’aime donc bien écouter des groupes féminins : les douces voix des jeunes filles me permettent de me reposer et de soigner ma fatigue. 

Question : Si vous deviez caractériser GTO pour un groupe, lequel serait-il ?

Torû Fujisawa : (ne se rappelle plus du nom du groupe et demande de l’aide à son assistant et son éditeur présents dans la salle) Pourquoi pas Daft Punk. C’est un groupe qui irait bien.

Question : Dans vos mangas, les filles sont souvent plus mauvaises, cruelles que les garçons, ainsi Onizuka est souvent leur souffre-douleur. Est-ce un ressort comique ou un message à faire passer ?

Torû Fujisawa : (rires) Non, il n’y a pas de message particulier, mais comme Onizuka a un faible pour la gente féminine, il est évident que ce sont ces personnages qui vont essayer de l’entourlouper, de tirer parti de lui et qui vont le mener par le bout de la b(r)aguette. Mais non, c’est bien un ressort pour créer des histoires : il n’y a pas de message caché.

 japan expo belgium 2012,torû fujisawa,interview,gto,suite

Question : Pensez-vous qu’un auteur occidental puisse devenir mangaka ? Quels seraient les critères pour en devenir un ?

Torû Fujisawa : Je pense qu’il est possible de devenir mangaka même si l’on est européen ou américain. Par contre, il est vrai que la façon d’exprimer les choses est assez différente dans le manga et dans la BD.

Dans une case de BD, j’ai remarqué qu’on mettait beaucoup plus de textes, d’explications, parfois plus complexes, alors que le manga a un style plus cinématographique, plus rapide, avec en général une bulle par case : on avance très très vite.

Donc je pense que si l’on parvient à attraper cette essence, cette vitesse, ce style si particulier du manga, il est possible d’avoir du succès au Japon en tant que dessinateur occidental.

Question : Pouvez-vous nous parler de votre collaboration avec Yûji Kobayashi sur le film Space Sheriff Gavan (X-Or) ?

Torû Fujisawa : Cet automne sortira au Japon un nouveau film de Space Sheriff Gavan. Je travaille avec Monsieur Kobayashi qui s’occupe du scénario tandis que je m’occupe plus du découpage et du story-board. Vous pourrez retrouver une version manga du film qui sortira en même temps que ce dernier. Les six premiers chapitres du manga seront disponibles gratuitement sur internet, alors jetez-y un œil.

Question : Allez-vous être l’auteur de ce manga ?

Torû Fujisawa : Non, quelqu’un d’autre va le dessiner. Je m’occupe juste des préparatifs, à savoir le story-board et les préparations en amont.

Question : Vous travaillez actuellement sur de nouveaux spin-off de GTO, notamment GT-R ou Ino-Head Gargoyle. N’avez-vous pas peur d’épuiser votre licence et de perdre votre lectorat ?

Torû Fujisawa : (rires) Oui, il est possible que certains soient déçus de ne pas avoir une suite directe de GTO mais en tout cas Ino-Head Gargoyle, qui est publié au Japon, connaît beaucoup de succès. C’est un manga très drôle et les lecteurs sont ravis. Mon éditeur, qui est ici, pourra vous en confirmer le succès au Japon.

 japan expo belgium 2012,torû fujisawa,interview,gto,suite japan expo belgium 2012,torû fujisawa,interview,gto,suite

Question : Quels sont vos projets futurs ?

Torû Fujisawa : Pour l’instant mon activité principale se porte sur Ino-head Gargoyle. Pour raisons personnelles et par manque de temps, GT-R va maintenant passer en publication mensuelle, mais la série va continuer. 

Après, je travaille aussi sur une possible suite à Tokkô : c’est un projet sur lequel je suis penchée en ce moment. Il y a également un spin-off de Reverend-D en cours au Japon.

Enfin, j’espère pouvoir me pencher sur la suite de l’histoire principale de GTO d’ici un an, voire deux, maximum.

Question : Vos nouvelles séries vont-elles se voir adaptées en animés ?

Torû Fujisawa : Il faut demander à Monsieur (en désignant son éditeur) : c’est lui qui est au courant (rires).  Il fera de son mieux. Mais Ino-Head Gargoyle est un peu trop porté sur la gente féminine, ce sera difficile ! (rires)

Question : Merci !

Nous tenons également à remercier les organisateurs de Japan Expo Belgium de nous avoir permis de réaliser cette interview !

Mon seul regret est de ne pas avoir pu obtenir une dédicace de Torû Fujisawa, celui-ci n'ayant malheureusement pas le temps :-(

        

dans Japanimation, Mangas, Otaku, Salons
Tags : japan expo belgium 2012, torû fujisawa, interview, gto, suite

[Test] Need For Speed Most Wanted, et si on jouait au gendarme et au voleur ? 
par Quantic

lundi 26 novembre 2012 19:29 1 commentaire

need for speed most wanted,need for speed,criterion,electronic arts,test

Au fil des années, Need for Speed a acquis le statut de légende dans le monde de la course arcade. Et si certains épisodes (comme le millésime 2011 : The Run) ont déçu, on ne compte plus le nombre de petites perles pour tout amoureux de belle mécanique.

Après avoir ressuscité avec une réussite certaine Hot Pursuit en 2010, Criterion s’attaque maintenant à Most Wanted, épisode sorti à l’origine en 2005. Et le résultat s'avère assez satisfaisant.

Là où The Run faisait la part belle à l’action frénétique sur des circuits ouverts à la circulation mais linéaire, Most Wanted privilégie la liberté totale puisque la ville de Fairhaven peut se découvrir entièrement comme un open world. Liberté totale de faire ce dont on a envie et si votre trip, c’est de bouchonner le carrefour en klaxonnant au volant de votre McLaren, vous pouvez le faire.

Les différences avec The Run ne s’arrêtent pas là puisqu’en plus du monde ouvert, ce sont des circuits urbains que l’on affrontera cette fois avec un objectif très clair : Devenir le meilleur pilote de la ville et obtenir le titre de Most Wanted.

need for speed most wanted,need for speed,criterion,electronic arts,test

Fairhaven, la ville des chauffards

La ville de Fairhaven s’avère plutôt sympathique avec ses petites ruelles où l’on peut espérer semer la police mais aussi sa banlieue et ses autoroutes où l’on peut laisser la puissance de son moteur s’exprimer. Notre terrain de jeu m’est pourtant apparu un peu petit et certaines courses s’avèrent donc parfois répétitives. Autre point qui m’a chiffonné, le peu de trafic dans cette ville. En fait Criterion a découvert la formule magique pour éviter tout bouchon urbain : Pas de feux de circulation et pas de piétons !

Alors, bien sûr, Need for Speed ne doit pas se transformer en GTA mais un peu plus de réalisme urbain aurait pu donner de la variété à des courses se déroulant un peu trop avec l' accélérateur coincé à fond.

Au niveau de la technique, Criterion signe un bon travail puisque les voitures sont assez bien modélisées, avec des bruitages sympas, une musique tonitruante, aucun ralentissement sur console et comble du bonheur : Des chargements très discrets qui donnent vraiment l’impression de parcourir une seule et grande ville. Dommage quand même que le nombre de voitures pilotables soit un peu faible à mon goût : une quarantaine à vue de nez. Heureusement, ce défaut est compensé par une sélection de véhicules originaux comme la Marussia B2, pour ne citer qu’elle.

Enfin, on peut regretter l’absence d’une vue cockpit puisque seule une vue externe et une vue capot sont disponibles. Les puristes vont râler mais pour ma part, NFS propose un pilotage tellement arcade que je me contente aisément de la vue externe.

 need for speed most wanted,need for speed,criterion,electronic arts,test  need for speed most wanted,need for speed,criterion,electronic arts,test

Need For Speed, le pilotage aracade pour l'éternité

Le gameplay est assez classique pour un jeu de courses arcade en monde ouvert. On se promène, on croise une voiture pilotable, on monte dedans et on est parti. Notons quand même que l’EasyDrive, un menu intégré directement au jeu et qui permet de tout gérer directement sans même faire pause, est une belle idée qui simplifiera beaucoup le choix de sa voiture et des kits d’upgrades.

En plus du scénario principal qui consiste essentiellement à récolter suffisamment de speed points pour pouvoir affronter les 10 Most Wanted, on peut également simplement se promener, éclater les panneaux publicitaires, atteindre des points « impossibles », passer à toute vitesse devant les radars, ... Bref pas mal de choses pour s’occuper pendant une bonne quinzaine d’heures de jeu en solo.

Et ceci, c’est, bien entendu, sans tenir compte de la police et des courses poursuites effrénées dans le centre-ville. A noter d’ailleurs que la police m’est apparue comme très collante. Si vous avez du mal avec GTA, je vous promets bien du plaisir avec la brigade autoroutière de Fairhaven ! A croire que, dès le premier niveau d’alerte, le tracking satellite est enclenché car c’est un vrai défi que de leur échapper sans oublier que les barrages sont plus difficiles à enfoncer que dans Hot Pursuit. Bref, un vrai challenge qui peut s’avérer quand même un peu lassant à la longue.

 need for speed most wanted,need for speed,criterion,electronic arts,test

Le modèle de pilotage ne surprendra pas grand monde même s’il m’a fallu un peu de temps pour m’habituer à une direction un peu trop flottante à mon goût. Pour le reste, c’est du NFS, donc on a vite fait de piloter à tombeau ouvert en passant au chausse pied entre deux voitures à 180 km/h ou encore à tourner tout en glisse en s’appuyant sur les barrières (ou les adversaires) pour se ralentir. Par contre, le monde ouvert de la ville permet de se retrouver confrontés à des virages un peu plus techniques où l’on coupera allègrement la corde en se la jouant Sébastien Loeb. Si ce modèle de pilotage reste définitivement trop orienté arcade pour moi, il garde tout son punch et fait de NFS Most Wanted, un jeu hyper nerveux avec, de surcroit, une des meilleures impressions de vitesse qu’il m’ait été donné de voir.

Un dernier mot sur les fameux Takedowns, ces carambolages au cours desquels vous « assommez » un adversaire en détruisant sa voiture et en le forçant à respawner. L’idée n’est pas nouvelle et bien exploitée mais il arrive que le takedown soit attribué de manière très hasardeuse et sans réelle compréhension de l’attribution de la paternité d’un takedwown. Rien, cependant, de suffisant pour gâcher son plaisir.

need for speed most wanted,need for speed,criterion,electronic arts,test

Un jeu résolument speedé

Le solo s’avère agréable d’entrée de jeu en proposant directement une Porsche 911 pour frimer en ville là où bon nombre de jeux vous feraient démarrer au bas de l’échelle, avec votre superbe Twingo tunée. La volonté de Criterion est donc de privilégier clairement le fun immédiat. Seul point discutable de ce solo : l’IA adaptative qui donne l’impression de jouer à Mario Kart. Ainsi, vous ne serez jamais vraiment largués par les premiers tout comme vous n’aurez jamais qu’une avance de quelques mètres sur vos poursuivants, même si vous réalisez un temps parfait. Un peu déroutant et même décourageant mais bon, au moins, il n’y a pas de carapace volante pour vous éjecter de la route.

Si on peut faire le tour du solo finalement assez rapidement, il reste l’excellent multi. Ce dernier réussit d’ailleurs à éviter l’écueil de la répétition puisque chacun peut créer sa propre combinaison de 5 « courses ». Ce terme regroupant à la fois des courses en ligne, des courses sauvages, des épreuves de Takedown, de drift mais aussi des évènements plus cocasses comme celui qui réussit le plus long saut sur un tremplin alors que tout le monde se jette dessus en même temps ou celui qui réussit à rester le plus longtemps sur une plate-forme beaucoup trop petite pour tout le monde. Bref, un mode très (sans doute trop) bourrin mais très vite addictif. Comme il est, en plus, très bien intégré avec quasiment aucun temps de chargement, on a vite fait de se faire une petite partie pour le plaisir et de l'arrêter au lever du soleil, les yeux tout rouges...

 need for speed most wanted,need for speed,criterion,electronic arts,test  need for speed most wanted,need for speed,criterion,electronic arts,test

Conclusion

Need For Speed Most Wanted fait partie (comme souvent avec Criterion) des très bons millésimes de NFS. Le monde ouvert, la variété des voitures, l’intensité des courses font de Most Wanted une vraie réussite qui plaira immédiatement à tout amateur de la série.

Pour autant, l’IA adaptative ou une certaine répétitivité dans les courses pourront en décourager certains. Pour ma part, j’ai adoré le côté très nerveux du pilotage et l’impression de ne jamais avoir 10 secondes de paix. Il y a toujours quelque chose à faire à Fairhaven et on le fait toujours à 300 km/h.

Pourtant, dans un genre très proche, j’ai préféré le modèle de pilotage et le côté un peu plus posé, plus contemplatif, d’un Forza Horizon, qui se pose donc vraiment comme un concurrent à part entière de la célèbre série d’EA.
Par contre, si vous voulez du fun immédiat et un jeu hyper speedé, c'est bien ce NFS Most Wanted qu'il vout faut.

Ma note : 7/10


        

dans Gaming, PC, PS3, Test, Xbox360
Tags : need for speed most wanted, need for speed, criterion, electronic arts, test

[Concours] Gagnez deux Figurines Collector de Hitman Absolution 
par Aelya & Quantic

samedi 24 novembre 2012 18:59 100 commentaires

Encore un magnifique concours pour les amateurs de belles figurines. Avouez que vous êtes gâtés !

Afin de célébrer la sortie de l'excellent Hitman Absolution, nous vous proposons de remporter, en partenariat avec Square Enix, deux superbes figurines de l'Agent 47.

Les figurines font 27 cm de hauteur et sont identiques à la figurine du collector de Hitman Absolution.

 concours,gagner,hitman absolution,figurines

Bref, un must have pour tout fan de l'Agent 47.

Pour participer au tirage au sort, trois méthodes comme d'habitude :

1. Commentaires sur le blog
Postez simplement un commentaire ci-dessous pour confirmer votre participation et répondez à la question suivante :

Que préférez-vous chez l'Agent 47 ? Sa cravate rouge, son code-barre, ses deux silencieux, ...

2. Facebook
Devenez fan de notre page Facebook
. Ensuite, retrouvez la news du concours dans notre timeline, aimez-là et/ou laissez un commentaire pour confirmer votre participation.


3. Twitter
Suivez-nous sur Twitter
 et tweetez le message suivant :

Follow @CoupleofPixels et RT pour gagner une figurine collector de Hitman Absolution : http://t.co/oqcEzAju

Attention, votre compte doit être public pour que nous puissions enregistrer votre participation.

Comme d'habitude, vous pouvez cumuler les trois modes de participation pour multiplier vos chances.

Ce concours est ouvert aux résidents de Belgique et de France Métropolitaine.

Fin du concours : Dimanche 9 Décembre 2012

Bonne chance à toutes et tous !

        

dans Concours
Tags : concours, gagner, hitman absolution, figurines

[Test] Assassin’s Creed III : Liberation, une nouvelle ère 
par Aelya

vendredi 23 novembre 2012 19:13 0 commentaire

 assassin’s creed iii : liberation,test,ps vita,ubisoft, jacquette

Assassin's Creed III : Liberation introduit deux grandes nouveautés dans la saga. La première est son portage sur PS Vita et la deuxième, celle qui répond aux attentes de beaucoup (moi y compris^^), est la possibilité d'incarner une assassine.

En effet, le jeu délaisse Desmond et ses ancêtres pour nous faire suivre les péripéties d'Aveline De Grandpré, fille d'un riche bourgeois français de la Nouvelle-Orléans et d'une esclave affranchie. Cette dernière disparait lors d'une courte séquence d'introduction et l'on retrouve Aveline quelques années plus tard devenue une assassine.

L'histoire se déroule donc dans cette petite ville peuplée majoritairement de colons français au moment où les espagnols reprennent le contrôle de cette région. Aveline va donc tenter de défendre les opprimés (dont une grande partie sont des esclaves), les templiers étant bien sûr de la partie.

assassin’s creed iii : liberation,test,ps vita,ubisoft

Malheureusement, si le scénario a du potentiel, il s'avère souvent confus, décousu, passant à la trappe des informations importantes, nous faisant parfois nous demander où ils veulent en venir, voire ce que l'on fait là (et ce même en réussissant à obtenir la "vraie fin")... A cause de cela, on peine aussi à vraiment s'attacher à Aveline qui avait pourtant des atouts de charme majeurs.

Ainis la belle possède la possibilité de se déguiser. Perso, j'adore le concept^^ Elle peut revêtir trois costumes liés à ses origines mais surtout offrant des facultés différentes.

Le costume de "Dame" la voit habillée d'une jolie robe avec corset. Qui dit corset, dit mouvements limités (il suffit d'avoir vu Pirates des Caraibes" pour le savoir : l'héroïne ne fait que se plaindre à ce sujet ;-) et surtout vu la coupe du corset, il doit lui être impossible de s'assoir^^), résultat, Aveline se déplacera plus lentement, ne pourra escalader les obstacles et sera faible au combat. En contrepartie, en tant que membre haut placé de la société, elle séduira facilement les passants et soudoiera les soldats. Sa notoriété sera faible et s'il faut la diminuer, tuer les témoins de façon discrète suffira. A noter qu'ainsi vêtue, elle aura une chouette ombrelle-fusil^^

assassin’s creed iii : liberation,test,ps vita,ubisoft assassin’s creed iii : liberation,test,ps vita,ubisoft assassin’s creed iii : liberation,test,ps vita,ubisoft

La tenue d'esclave, quant à elle, la rendra moins efficace en combat qu'en assassine mais lui permettra de déclencher des émeutes ou de se dissimuler au milieu des autres esclaves attelés à leurs tâches (balayer, scier du bois...). Elle pourra également escalader tout et n'importe quoi. Arracher des affiches fera diminuer la notoriété de l'esclave.

Enfin, en Assassine, Aveline sera plus puissante durant les combats et se déplacera aussi sur les toits (ou les arbres) à loisir. Sa notoriété ne pourra pas diminuer en dessous d'un certain seuil et pour le rester, il faudra soudoyer des notables.

Si l'idée est sympa et me plait bien, il est un peu regrettable que les endroits pour se changer (des vestiaires à acheter) soient si peu nombreux et si éloignés les uns des autres, rendant leur utilisation un peu fastidieuse. J'avoue avoir principalement joué en assassine et ne m'être changée que lorsque cela était nécessaire pour certaines missions à la tenue imposée ou très fortement suggérée.

assassin’s creed iii : liberation,test,ps vita,ubisoft assassin’s creed iii : liberation,test,ps vita,ubisoft

Ainsi vêtue, Aveline va explorer plusieurs lieux : la Nouvelle-Orléans, le Bayou alentour et, pour un peu de dépaysement, le nouveau Mexique. En ville, on retrouve les éléments habituels à escalader (échafauds, toits, tombes...) tandis que le Bayou offre la possibilité de s'essayer à l'accro-branche. Les cartes ne sont pas spécialement grandes (surtout celle du Nouveau Mexique).

Néanmoins le Gameplay de Liberation donne envie de les explorer. En effet, les développeurs ont réussi à rendre fidèlement (à quelques petits trucs près), le gameplay des Assassin's Creed sur console de salon. Pour les habitués de la licence, la prise en main est donc immédiate et, pour les néophytes, elle est très rapide. On escalade les arbres avec aise, combat les ennemis sans (trop) sourciller... Bref, un vrai Assassin's Creed !

assassin’s creed iii : liberation,test,ps vita,ubisoft assassin’s creed iii : liberation,test,ps vita,ubisoft

Par contre, les développeurs ont voulu exploiter les capacités de la PS Vita et l'ont malheureusement fait à mauvais escient. En effet, les passages où l'on doit utiliser l'écran tactile, le gyroscope ou la caméra sont extrêmement pénibles voire ne fonctionnent quasiment pas.

Ainsi, on doit déchiffrer des lettres en éclairant la caméra de la Vita d'une lumière vive : après maintes tentatives, j'ai dû aller chercher une torche LED, et même là j'ai galéré pendant 10 minutes... Je trouve cela vraiment énervant et peu pratique pour un jeu de console "portable".

Enfin, le plus gros défaut d'Assassin's Creed III : Liberation est qu'il est perclus de bugs plus ou moins graves. Le jeu freeze, les missions restent bloquées alors qu'on a atteint le point X, l'IA des alliés fait peur, ceux-ci restant bloqués puis se remettent en route juste quand des ennemis passent lors d'une mission où l'on ne doit pas se faire détecter... Le pire fut lorsqu'Aveline est passée à travers un radeau, est restée coincée dessous pour finalement se mettre à tomber dans les limbes du jeu (j'entends par là une chute sans fin dans un décor tout gris)...

assassin’s creed iii : liberation,test,ps vita,ubisoft

Conclusion

Assassin's Creed III : Liberation est un jeu avec du potentiel.

Le fait que son personnage principal soit une femme le rend déjà intéressant mais en plus on retrouve en grande partie les sensations d'un Assassin's Creed sur console de salon.

Néanmoins, il souffre d'une histoire confuse, de personnages qui manquent de profondeur et surtout d'un grand nombre de bugs.

Personnellement, j'ai aimé y jouer mais m'attendais à mieux : Espérons que le prochain épisode apprendra des erreurs de ce précurseur.

Note : 7/10

        

dans Gaming, PS VITA, Test
Tags : assassin’s creed iii : liberation, test, ps vita, ubisoft

Notre sélection d'images geeks insolites VI 
par Quantic

jeudi 22 novembre 2012 18:50 0 commentaire

Quelques nouvelles images insolites et geeks...

On commence avec un plateau à découper que je rêverais d'avoir dans la cuisine

insolite,photos,geek

 Ensuite, un Lego Zelda (enfin Link)

 insolite,photos,geek, lego, zelda

Un superbe Cosplay féminin de Mass Effect car on oublie souvent que le jeu peut se jouer avec les deux sexes

 insolite,photos,geek, mass effect 3, cosplay

Un T-shirt pour femme enceinte au goût un peu douteux mais j'adore

 insolite,photos,geek, t-shirt

Sympa pour faire son Pikachu

 insolite,photos,geek, pikachu

Deux beaux exemples de récupération de vos vielles cartouches Game Boy et Nes

 insolite,photos,geek  

insolite,photos,geek

Un moule à gâteau Comics assez sympa

 insolite,photos,geek

        

dans Buzz, Geek
Tags : insolite, photos, geek

[Test] Smart As, le test de QI version Sony pour la PS Vita 
par Quantic

mercredi 21 novembre 2012 19:16 1 commentaire

 smart as, jaquette ps vita

Beaucoup d’entre vous se souviennent certainement du Dr Kawashima, un jeu de développement du cerveau qui avait fait fureur aux débuts de la DS. Il a lancé la mode des jeux de QI sur quasiment tous les supports.

Avec Smart as, c’est au tour de la PS Vita d’avoir son propre titre de développement des capacités cérébrales.
Vendu pour un peu moins de 30 euros, Smart as propose 20 jeux différents divisés en 4 catégories : Arithmétique, Logique, Français et Observation.

Chaque jour, on peut lancer un test consistant à nous faire jouer à l’un des jeux de chaque catégorie. En fonction des résultats, on reçoit une cote en pourcentage qui représente le développement de notre cerveau.
Si certains seront sûrement intéressés par suivre leur évolution journalière, moi ce qui m’a plu particulièrement, c’est la possibilité de jouer individuellement aux différents jeux pour améliorer son score et atteindre le statut de génie.

smart as,ps vita,test,qi,réflexion

Alors, bien sûr, les jeux ne sont pas tous excellents mais chacun pourra y trouver son compte. Par exemple, j’ai adoré les jeux d’arithmétique tandis qu’Aelya a beaucoup plus apprécié les jeux basés sur le français. A noter que l’écran tactile est bien mis à contribution et qu’il est possible de jouer à ce jeu sans toucher une seul fois aux touches physiques.

Pour autant, ce titre n’apporte rien de plus que des jeux que l’on trouve sur tablette pour 3-4 euros, si ce n’est de proposer directement une vingtaine de jeux variés et réussis.

smart as,ps vita,test,qi,réflexion  smart as,ps vita,test,qi,réflexion

Conclusion

Smart As n’est pas une révolution même si le partage de son score et les fonctionnalités à base de Near sont bien exploitées. Il reste néanmoins un très bon jeu pour les amateurs de test de QI et il m’arrive souvent de lancer une petite partie entre deux arrêts de métro.

La vingtaine de jeux proposés offrent une bonne durée de vie au passionné, le prix m’apparaissant quand même un peu élevé au vu de que l’on peut trouver quasi-gratuitement sur Facebook ou sur tablettes.

 smart as,ps vita,test,qi,réflexion

        

dans Gaming, PS VITA, Test
Tags : smart as, ps vita, test, qi, réflexion

Wii U, tout ce qu'il faut savoir sur la nouvelle console de Nintendo 
par Quantic

mardi 20 novembre 2012 19:51 4 commentaires

 wii u,lancement,lineup,craquage

Le 30 novembre prochain, l'attente s'arrêtera et nous aurons enfin l'occasion de tester à la maison, bien installé dans le canapé la nouvelle console de salon de Nintendo.

Si vous aussi, vous vous demandez si cela vaut la peine de craquer, voici tout ce qu'il faut savoir pour vous aider à vous décider.

Les caractéristiques.

La console en elle-même se présente comme une Wii HD, ce qui sous-entend une puissance fortement revue à la hausse capable d'afficher des jeux en HD avec une qualité similaire à une PS3 ou une Xbox 360 mais a priori sans plus. Nintendo confirme donc sa politique de ne pas rentrer dans la course à la puissance. Il y a donc fort à parier que les futures PS4 et Xbox 720 lui donneront rapidement un coup de  vieux lors de leur sortie (fin 2013-début 2014 si on en croit les rumeurs). Mais il faut être honnête, on n'achète pas une console Nintendo pour la beauté de son affichage, mais plutôt pour son gameplay innovateur et pour les jeux made in Nintendo.

wii u,lancement,lineup,craquage wii u,lancement,lineup,craquage

La principale nouveauté de la Wii U est à aller chercher au niveau de son nouveau contrôleur, le gamepad. Celui-ci se présente comme une sorte de tablette de +/- 500 gr disposant d'un sublime écran tactile de 6,2 pouces et propose, en plus des boutons et stick analogiques classiques, un appareil photo, un micro et des hauts parleurs intégrés.

Le gamepad pourra être utilisé de nombreuses façons différentes. Il pourra servir pour le fameux gameplay asymétrique, le joueur au gamepad ayant d'autres informations et un objectif différents des autres joueurs.

En solo, il permettra d'afficher un second écran avec par exemple l'inventaire et il pourra même servir à remplacer votre télévision pour continuer votre partie quand quelqu'un d'autre a besoin de la télévision familiale.

Tous les jeux seront jouables au gamepad avec plus ou moins de bonheur... Même si la Wii U restera compatible avec les bonnes vieilles Wiimotes ou encore avec les pads classiques.

 wii u,lancement,lineup,craquage

D'ailleurs, même si je n'ai pas encore eu l'occasion de m'adonner à de longues séances de jeux sur la Wii U, je pense qu'il sera nettement plus agréable d'acquérir ou de recycler son pad classique pour fragger sur Call of Duty que de porter à bout de bras le très lourd nouveau gamepad... Il faudra voir à l'usage mais les anciens contrôleurs risquent encore d'être fort mis à contribution.

Les jeux

La Wii U bénéficiera d'un très beau lineup de lancement :

Nos premiers choix se porteront plutôt sur les jeux tirant parti du gamepad et de son nouveau gameplay :

- ZombiU

 wii u,lancement,lineup,craquage

Ce titre d'Ubisoft s'annonce comme le seul jeu "gamer" qui tirera vraiment parti du nouveau gamepad. Seul face à une invasion de zombies, il faudra survivre, sachant que le jeu ne se met jamais en pause et que le gamepad affichera notre inventaire. Ainsi, tandis que l'on fouille dans notre sac le nez collé à l'écran du gamepad, on ne verra pas les zombies s'approcher de nous pour nous dévorer. Un concept novateur qui promet bien des sueurs froides.

- Nintendo Land

 wii u,lancement,lineup,craquage

Sorte de Wii Sports de la Wii U, Nintendo Land est une compilation de mini-jeux faisant appel aux univers les plus célèbres de Nintendo (Zelda, Donkey Kong, ...). Chaque mini-jeu met en avant un gameplay novateur et une nouvelle manière de jouer. Certainement le meilleur jeu pour accompagner l'achat de sa Wii U, mais nos différents essais de ce jeu nous font craindre une vraie inégalité dans la qualité des mini-jeux proposés.

- New Super Mario Bros U

 wii u,lancement,lineup,craquage

Faut-il vraiment présenter Super Mario, je ne pense pas ;-) Et pour une fois, le lancement d'une console Nintendo s'accompagne d'un nouveau Super Mario. On aime ou on déteste mais les fans du plombier moustachu seront aux anges.

- Just Dance 4

 wii u,lancement,lineup,craquage

Là aussi, faut-il encore présenter le champion des party games et des jeux de danse. Vous pouvez déjà lire notre avis sur la version Wii de Just Dance 4... Sa version Wii U est proche mais proposera quelques petits plus grâce à l'utilisation du gamepad, tout en conservant toutes les qualités du titre original. A ce titre, le nouveau mode multi : Puppet Master qui permet à un joueur de choisir les pas de danse à effectuer promet de sacrés fou-rire dans les salons du monde entier.

Mais bien d'autres titres seront disponibles au lancement parmi lesquels :

- Call of Duty Black Ops 2

- Mass Effect 3

- Assassin's Creed 3

- Darksiders 2

- Batman Arkham City Armored Edition

- Skylanders Giants

- FIFA 13

- Tekken Tag Tournament 2

wii u,lancement,lineup,craquage wii u,lancement,lineup,craquage wii u,lancement,lineup,craquage

Et la liste est encore longue...

Ces jeux son bien entendu des adaptations directes de leurs versions PS3/Xbox 360 et même si la plupart sont légèrement adaptés pour le gamepad de la Wii U, l'objectif principal de Nintendo avec ces titres est de démontrer que la Wii U est capable de les faire tourner aussi bien que ses consoles rivales...

Nous n'avons pas encore eu l'occasion de tester ces titres suffisament longtemps que pour nous forger un avis définitif sur leur portage Wii U mais les premiers retours des USA semblent montrer une certaine inégalité dans leur finition. La Wii U ferait donc ses maladies de jeunesse... Ce qui est assez classique pour une nouvelle console.

Nous concernant, nous continuerons à jouer aux titres classiques sur nos bonnes vieilles PS3/Xbox 360 qui ont fait leur preuve et réserverons la Wii U aux titres qui font son originalité.

Les Versions

Au lancement de la Wii U, le 30 novembre, 3 packs seront disponibles :

Le Basic Pack que l'on peut trouver à 269 euros comprenant :

- la console et son gamepad blanc.

- 8 Go de mémoire interne.

- un bloc d'alimentation pour la console et son équivalent pour le gamepad.

- un câble HDMI.

 wii u,lancement,lineup,craquage

 Le Premium Pack que l'on peut trouver à 315 euros comprenant :

- la console et son gamepad noir.

- 32 Go de mémoire interne.

- un bloc d'alimentation pour la console et son équivalent pour le gamepad.

- un câble HDMI.

- le jeu Nintendo Land.

- une sensor bar pour wiimote.

- un socle pour la console et son équivalent pour le gamepad.

- un abonnement au Nintendo Network jusque fin 2014 avec une réduction de 10% sur tous les achats réalisés en ligne.

 wii u,lancement,lineup,craquage

Le Premium Pack ZombiU à un prix officiel de 399 euros (mais constamment en rupture de stock) reprenant tout le contenu du premium pack en remplaçant Nintendo Land et son univers rose bonbon par ZombiU et son univers Dark Zombies et en rajoutant une manette classique.

 wii u,lancement,lineup,craquage

Ce pack ayant nos faveurs pour le moment.

Alors, craquera ou craquera pas ?

Telle est la question car soyons honnêtes, si le lineup des jeux du lancement est très attirant. Il y a finalement assez peu de jeux qui mettront à profit le gamepad révolutionnaire et de surcroit, la plupart de ceux-ci sont plutôt des party games... Hormis ZombiU, qui s'annonce excellent, le joueur solitaire aura peu de titres à se mettre sous la dent à condition qu'il ait déjà une PS3 ou une Xbox 360.

Dans notre cas, excepté ZombiU, peu de titres nous ont marqué lors de nos différents essais. Donc, même si la console nous fait très envie, nous ne l'avons pas encore réservée chez notre marchand préféré. Pourtant, il faut être bien clair, tous les gros titres Nintendo vont arriver sur cette console. Il y a déjà un Super Mario mais on peut être certain que toutes les grosses licences de Nintendo vont suivre depuis Zelda jusque Mario Kart en passant par Super Smashbros et toutes les autres.

La console sera donc rapidement indispensable pour tout amoureux des licences Nintendo.

wii u,lancement,lineup,craquage

Peut-être est-il préférable d'attendre une baisse de prix et la sortie de plus de jeux, vous dites-vous ?

Pour notre part, nous ne croyons pas à une baisse rapide du prix. Nintendo a déjà annoncé vendre sa console à perte et au vu du gamepad très coûteux à produire et de la tradition de Nintendo de faire du profit sur ses consoles, on ne voit pas le prix baisser avant de très longs mois.
Bref, difficile de savoir s'il faut craquer tout de suite ou attendre une hypothétique baisse de prix...

En tout cas, nous ne désespérons pas de mettre la main sur un modèle de Wii U dans les prochaines semaines (ou de finalement craquer et de l'acheter comme les faibles que nous sommes^^) pour vous donner un premier avis.

wii u,lancement,lineup,craquage

En attendant, si vous voulez en savoir encore plus, vous pouvez consulter nos deux previews Wii U réalisées lors de l'E3 et lors du Nintendo Event.

Vous pourrez y lire nos premières impressions sur la console, sur le gamepad ainsi que sur une grande partie des titres du lancement.

        

dans Gaming, Wii U
Tags : lancement wii u, wii u, lineup, craquage